dimanche 15 mars 2009

Démolition extrême

Quand on vous dit que plusieurs prennent un malin plaisir à culpabiliser les mères. En voici un bon exemple...

Lu dans le dernier numéro d’Enfants Québec:

- «Un enfant dont la mère a souffert de diabète de grossesse lorsqu’elle le portait risque deux fois plus qu’un autre de présenter des regards de langage»;

(Z): C'est vrai qu'on a tellllleeeeement de contrôle sur notre possibilité de faire du diabète de grossesse. Wow! Super pour la culpabilisation extrême!


- «Les bébés conçus au début du printemps ont jusqu’à 30 % plus de risques de contracter de l’asthme dans leur enfance»;

(Z): Conçus en été? Plus susceptibles de souffrir de fièvre des foins! En automne? C'est l'eczéma qui les guette! En hiver? Attention, il y a un risque accru de sombrer dans le trouble affectif saisonnier. Ben oui! Et quoi encore?

- «Les foetus masculins portés par des femmes qui utilisent de la laque pour cheveux pendant leur grossesse courraient presque deux fois plus de risques d’avoir une malformation du pénis»;

(Z): Et les foetus féminins, c'est à la crème anti-cernes qu'ils sont sensibles. Ils risquent deux fois plus d'avoir des troubles du sommeil à l'âge adulte.

- «Selon une étude de l’Université de Dundee, en Écosse, menée sur environ 3000 bébés, ceux qui tournent le dos à l’adulte lorsqu’ils sont en poussette seraient plus angoissés et risqueraient d’avoir un développement émotionnel appauvri».

(Z): Et les enfants qui roulent en poussette à 1000$ risquent d'avoir un égo démesurée dès la petite enfance!

***

À quoi ça sert de savoir tout ça?

Il faut plus qu'une bonne dose d'esprit critique quand on attend un premier enfant pour ne pas se laisser atteindre par toutes les foutaises que nous servent les médias et les bouquins spécialisés.

Quel est le but d'Enfants Québec? Informer? Culpabiliser? Faire de l'humour?

Enfoncer le clou?

25 commentaires:

Milou a dit…

Ça y est, j'ai causé des tords irréparables à tous mes enfants, d'une façon ou d'une autre ;) En plus, j'ai conçu les 4 à 4 saisons différentes :P
Pourtant, pas d'asthmatiques ici, pas de pénis malformé ( quoique je n'irais pas vérifier à son âge) et ils ont tous parlé très tôt ( mais j'avais juste une intolérance au glocose... une chance! Ils auraient parlé à 6 mois???)
Avec les études qui poussent comme des champignons, ils nous sortent de nouveaux démons à continuellement...

MamanBulle a dit…

J'ai aussi sursauté en lisant ces études à 5 cennes! L'histoire de la poussette... My god! C'est évidemment toujours mieux, donc, de toujours regarder le sacro-saint visage de maman (si réconfortant) plutôt que tout le reste!

J'imagine juste comment nos grands-mères auraient culpabilisé avec leurs 12 enfants nourris au lard et aux patates, respirant du monoxyde de carbone du feu de bois et ne dormant pas dans une chambre au dispositions Feng Shui! Nos parents sont-ils si fuckés?

Dodinette a dit…

ben Enfants Québec, c'est peut-être la revue écrite par la fille qui n'aime pas les webisodes de Mère Indigne non ? ^_^

Iseult a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Iseult a dit…

Le problème avec ces études, c'est qu'elles sont très mal vulgarisées. Ce sont, pour la plupart des études corrélationnelles et non causales. On étudie donc comment deux phénomènes bougent ensemble et on ne cherche pas la cause d'un effet. Par contre, ce qui nous est rapporté c'est une compréhension causale et qui peut être culpabilisante pour beaucoup de mamans!

ps : j'ai effacé précédemment vu des fautes de frappes ;)

La Belle a dit…

J'ai pour mon dire qu'il va toujours avoir des études pour dire pleins de choses inutiles que dans le fonds nous n'avons pas besoin de savoir ! Bref, on peut faire des études et conclure n'importe quoi !

À quand l'étude qui dira que lorsque les parents n'ont pas le temps de faire le ménage 3 fois par semaine, les enfants auront 5 fois plus de chance de détester à leur tour de faire du ménage et de faire comme leurs parents ! ;-P

Florence-Élyse a dit…

Mais qui finance de telles études? Et qui est le/la recherchiste qui a l'audace de recueillir de telles infos? Et qui ose les publier et à quelles fins? Et quoi encore?

Bientôt on lira: la majorité des femmes qui ont eu une grossesse et qui ont acheté le magazine Enfants Québec du printemps 2009 ont développé un sentiment de culpabilité et ont créées un tort irréparable à la génétique de leur enfant ;)

Karine Dorion a dit…

Bon c'est quoi ces histoires-là, moi je faisais du diabète de grossesse et je mettais du spray-net et le pire c'est que ma poussette est orientée vers l'avant...hi hi hi
hey je commence à avoir peur tout d'un coup...franchement!

garamond335 a dit…

Bel exemple de recherche mal vulgarisée, donc inutile...
Oubliez ça les filles !

Monsieur Émilien a dit…

Il y a quelque temps, une compagnie de gomme avait fait une pub disant que 100% des gens qui mâchent des ''bâtons'' de gommes allaient mourir.
J'avais trouvé le concept très drôle et accrocheur.
Pour moi, c'est la même chose avec leurs recherches ''à n'en plus finir'' sur tout et sur rien.

Faut prendre et laisser avec tout maintenant!

La maman du bébé

Anonyme a dit…

Je travaille en recherche scientifique et suis tout à fait d'accord avec l'explication d'Iseult... ces études-là sont souvent très préliminaires (genre faites par un étudiant de maîtrise) et ouvrent surtout la porte à certaines hypothèses qui seront ensuite testées dans des recherches plus poussées. Je suis pas mal certaine que le chercheur derrière ça a seulement dit 'il y a une correlation positive significative entre 2 facteurs', c'est tout. Dans un magazine pas scientifique pour 2 cennes c'est plutôt du sensationnalisme pour parents anxieux selon moi!
Marie-Soleil

Mad-AM a dit…

On ne pourrait pas plutôt nous informer des études sur des produits ou des habitudes positives pour la femme enceinte et les enfants plutôt du régime de la peur où il faut tout éviter?

Ou juste faire plus que 2-3 tests échelonner sur quelques mois avant de lancer de nouveaux produits ou de nouveaux additifs à nos aliments!

Mais bon, on remarque aussi que trop d'information c'est comme pas assez, n'est-ce pas? :D

Les (Z)imparfaites a dit…

@Dodinette: ce n'est même pas la même gang... mais ça se ressemble effectivement! ;-)

Papa a raison a dit…

Faites-vous en pas les filles, de toutes façons, tout est de la faute de la mère....

;)

Papa a raison

PS: et tout ce qui est positif, c'est grâce au père ha ha ha ha ha!

ElaineElle a dit…

Il ne faut pas oublier qu'un risque multiplié par deux peut vouloir simplement dire un risque passant de 0,0005 à 0,001, ce qui demeure rare.

De plus, c'est vrai que c'est vachement mal vulgarisé leur truc. Exemple, pour l'histoire de la poussette, peut-être parlent-ils de la permanence de l'objet (http://www.fabienpsy.com/psy-permanence.html), qui est intéressant de voir s'acquérir par l'enfant avant de tourner la poussette ou le porte bébé face vers l'extérieur. Ca c'est le genre d'information qui peut intéresser le parent, pas une simple stats corrélative.

Personnellement, je trouve à ces magazines pour parents cette seule utilité: les suggestions d'activité, le reste, je n'y regarde pas de trop près.

gen a dit…

Ils n' ont pas d' autres choses plus importantes à étudier comme l' évolution du cancer?

Mia a dit…

he ben ! Ils ont pas peur des mots ceux-là ! et puis quoi encore, est ce que toutes les femmes sujettes à un diabète de grossesse devraient éviter de tomber enceinte ? Comme EllaineElle je me concentre plutôt sur les idées d'activités

Manumarilolo a dit…

Contente de savoir que je ne suis pas la seule à être outrée de lire de telles niaiseries dans ce magazine... L'histoire de la poussette, c'est la meilleure! Imaginez, avec une poussette double face à l'avant... mes jumelles seront doublement angoissées! Faut que je change de poussette! (ben oui!) À moins que j'investisse dans des soins psychothérapeutiques??? J'en suis aussi mère indigne!

Lawrichai a dit…

Diabète de grossesse et retard de langage?
Moi je trouve que mon Monsieur Bédaine est déjà très volubile. :p

Remarquez, ils ont peut-être homis de spécifier que ce sont des diabète gestationnel non traités.


Mais j'avoue ne jamais vraiment m'arrêter sur des articles qui ne vont jamais développer leurs énoncés en profondeur. Juste d'écrire "Donner trop de bisoux ça use les joues" sans en expliquer les fondements, ça n'a pas de valeur.

La vie au Max a dit…

Wow! Le pire dans tout ça, c'est qu'il y a des lectrices qui croient tout ce qui est écrit.

Anonyme a dit…

Dans le Marie Claire France de ce mois-ci, les catastrophes que causent le WIFI et le téléphone cellulaire! On recommande fortement aux femmes enceintes de ne pas en faire usage du tout.
QUOI??? COMMENT???

zacapa a dit…

Je viens de lire le numéro d'Enfants Québec et j'ai effectivement un goût amer...

Les résultats qui m'ont le plus écœurée : Le quart des enfants qui dorment moins de 10 heures par nuit entre 2 ans et demi et 6 ans font de l'embonpoint.

Je me vois en pleine routine de dodo : Aller vous coucher ou vous deviendrez obèses!!!

Encore de la pression...

val a dit…

ça sert à faire des sous pour le journal et a donner une justification aux chercheurs qui oublient la recherche sur les maladies orphelines...

mamansquebec a dit…

Haha, je suis très contente de lire cette article.

Quand j'ai lu la revue cette semaine, je me suis dit : "Qu'est-ce qu'il n'inventeront pas comme étude."

Le lien avec la laque à cheveux et les déformation de pénis,...c'est un peu poussé comme étude :))

Anonyme a dit…

La Belle a dit…

J'ai pour mon dire qu'il va toujours avoir des études pour dire pleins de choses inutiles que dans le fonds nous n'avons pas besoin de savoir ! Bref, on peut faire des études et conclure n'importe quoi !

À quand l'étude qui dira que lorsque les parents n'ont pas le temps de faire le ménage 3 fois par semaine, les enfants auront 5 fois plus de chance de détester à leur tour de faire du ménage et de faire comme leurs parents ! ;-P


..

C'est sûr que si t'est pas foutue de garder ta maison propre ils vont en faire de même,ou bien détester ce défaut quand ils connaitront quelqu'un qui a tout simplement l'habitude de garder le tout propre.