vendredi 31 octobre 2014

L'Halloween «over the top»

OUF! Il ne pleuvra pas pour la soirée de l'Halloween.

L'an dernier, l'investissement de mes voisins en structures gonflables géantes a été peu rentable sous la flotte. Heureusement, ils se reprendront année et, si la tendance se maintient, ils fermeront leurs lumières à 19h car ils auront distribué tous leurs bonbons.

Avez-vous fait cette équation vous aussi: généralement, le budget déco est inversement proportionnel au budget bonbons.

Je suis toujours étonnée, année après année, de tous ces efforts déployés pour une seule journée. Les gros magasins d'Halloween qui ouvrent leurs portes pour 3 semaines, les costumes à 50$, avec maquillage, coiffure, ongles, fausses dents, sacs, toutous, bricolage et vaisselle d'Halloween en sus.

Je n'y échappe pas, remarquez. Même le chien aura son costume pour faire la tournée du quartier avec nous. Mais il m'arrive parfois de me demander pourquoi on fait tout ça. Pourquoi cette surenchère sur tout, tout le temps? Aurait-on moins de fun avec un costume à 20$? La récolte serait-elle moins bonne si les gens se contentaient de placer une bonne vieille citrouille plutôt que tout un cimetière sur leur perron?

À la base, l'Halloween est la fête des enfants, pas celle des parents. Mais dans la course au "toujours plus" qui semble venir avec la parentalité, elle ne fait pas exception.

Pourquoi on en fait tant que ça, dites-moi? Des explications?




mercredi 29 octobre 2014

Avez-vous un budget... de temps?

Plusieurs tiennent peut-être un budget de leurs finances: bravo! Vraiment! Car je n'y suis jamais arrivé. Bon, il faut dire que je ne me suis jamais forcé à en faire un. Je suis assez zéro avec les prévisions qui riment trop souvent avec privations, à mon goût. Je planifie, bien sûr (un peu!) mais sans être assidue ni sage. Pourtant, je n'ai ni gagné à la loto ni même un salaire stable. Quand il faut faire des coupures, je coupe. Quand je suis plus lousse, je dépense.

Mais j'ai un autre genre de budget. Et celui-ci me tient encore plus à coeur. C'est un budget temps. Et celui-là, je suis bonne pour le fractionner, le prévoir, le diviser ou l'optimiser. Chaque semaine, j'ai différents dépenses de temps. Il y a le boulot,  le dodo, les tâches et tout ce qui touche les enfants. Dans ce premier lot, je suis passée maître dans l'art de réduire le budget alloué aux tâches  en tournant les coins ronds, en déléguant ou en éliminant le superflu. Une vraie pro, je vous dis. Parce que ça m'emmerde royalement et que je préfère mille fois plus svoir du temps pour autre chose. Au fond, c'est comme dans un budget financier: on coupe où ça nous dérange moins pour se garder des sous pour des trucs importants. Il y a le temps en amoureux, le bénévolat (que je choisis!), les amis, la lecture, l'effouérage devant la télé, un peu d'entrainement, les sorties de filles et les escapades imprévus ("Hey, j'ai des courses au jean-Coutu, viens-tu?" lancé par une amie et on revient deux heures plus tard après avoir ouvert tous les petits pots de crème de tous les testers dispnibles!). Il y a le temps productif, le temps passif, le temps en cocon, le temps pour la santé, le temps en duo, le temps des obligations,  le temps entre amies, le temps rien que pour soi, etc. Différents temps qu'il faut caser dans notre budget de 168 heures par semaine. Pas facile... D'où la nécessité de se faire un budget "temps". Non pas parce qu'on ne veut pas le gaspiller. Non, il faut arrêter de le voir comme une denrée rare qu'il faut en tout point optimiser. Non, mais en le séparant en portions, on se donne la chance de le vivre selon différents points de vue et de différentes façons. Et c'est tant mieux. On peut prendre le temps de consoler une pré-ado en pré-peine-d'amour pendant une heure sans se dire qu'on n'a donc pas avancé notre dernier contrat. Non, c'était du temps nécessaire, du temps d'amour et de réconfort. On l'apprécie plus ce temps. 

Depuis presqu'un an, chaque dimanche soir, on se réunit quelques amies ensemble.C'est du temps précieux. Du temps qui fait du bien. Du temps pour décrocher. Et quand on a fait une pause cet été, parce qu'on était toutes parties en vacances, eh bien on s'est ennuyées. Pour vrai. Chacun de nos "temps" nourrit les autres temps de notre vie. D'où l'importance de ne pas tout mettre dans le même paquet comme un bloc homogène. Se donner du temps différents, c'est mieux équilibrer nos vies. 

Et vous, budgetez-vous votre temps? Avez-vous envie de le faire? Et en passant, dans la nuit de samedi à dimanche prochain, vous aurez une heure de plus (car on recule l'heure!). Que ferez-vous de cette heure supplémentaire accordée à votre budget du jour?