vendredi 18 avril 2014

Bricoler, tout le temps, pour tout

C'est l'Halloween, il faut bricoler! C'est la St-Valentin, il faut bricoler! C'est Pâques, ben quoi? Il faut bricoler!

Mais pourquoi il faut autant bricoler?

La St-Valentin, c'est la fête des amoureux (tsé, ce qu'étaient la mère et le père des enfants avant qu'on bricole tous ensemble...). À l'Halloween, on se déguise, c'est déjà pas mal.

Pâques, c'est la fête du chocolat et du printemps. Pas des cocos en papier mâché et des guirlandes de couleur pastel décorées de brillants et de petits lapins avec des oreilles et une queue en ouate. C'est la période de l'année où on immerge enfin après de longs mois d'hibernation. À Pâques, j'ai envie de sortir, de prendre de l'air, de jouer dehors. TOUT, sauf bricoler.

C'est fou comme on bricole de nos jours. Le gun à colle est toujours chaud, on est donc toujours prêt à faire quelque chose par soi-même. Et ce quelque chose -aussi merveilleux soit-il- finit la plupart du temps dans le bac de recyclage (si ce n'est pas dans les mois qui suivent, ça le sera assurément dans les années à venir).

Les enfants passent leur temps à bricoler à la garderie puis encore à l'école et au service de garde, pas sûre qu'ils trippent tant que ça quand on leur sort le trio Omer deSerres/Dollarama/Michael's en guide d'idée d'activité familiale formidable et en s'extasiant sur les beaux projets de bricolage qu'on va pouvoir faire pour Mamie/Papi/marraine/parrain qui - regardez bien leurs yeux la prochaine fois- fakent toujours un peu trop leur bonheur de recevoir ce fabuleux présent. Inversement proportionnel à l'effort, à tout le moins.

Pourquoi bricole-t-on autant? Parce qu'on ne peut se résigner à laisser des enfants non occupés? Qu'il faut absolument les entertainer des peur qu'ils s'ennuient? Parce qu'il y a un peu d'éducatif-déculpabilisant-pour-les-parents là-dedans? Parce que ça nous fait des photos à mettre sur Facebook et Pinterest?

Au final, c'est laid, c'est du trouble et c'est pas si le fun que ça. Et une fois sur deux, ça finit en chicane (ou ça ne se finit pas du tout et c'est le parent qui met la touche finale).

Et si on laissait les enfants faire ce qu'ils veulent ou -mieux encore- ne rien faire? C'est enfin le printemps, qu'ils s'amusent en liberté, eux aussi.

mercredi 16 avril 2014

Mais pourquoi pleure-t-il?

C'est fou le nombre de fois qu'on peut se poser cette question quand notre enfant est en bas âge! A-t-il faim, soif, chaud, froid? Est-il constipé? Est-ce une otite, un mal de ventre, une méningite?

Vient le Terrible Two et on n'arrive plus à le suivre tellement il pleure, crie et se roule par terre pour on-ne-sait-plus-trop-quelle-raison. Et c'est souvent plus ridicule que dramatique mais bon, à force on en vient à perdre quelque peu le sens de l'humour (surtout quand ces situations se multiplient dans les lieux publics...).

C'est d'ailleurs pourquoi Greg Pembroke a démarré le Tumblr Reasons My Son Is Crying. Depuis un an, il y dépose des photos de son fils en larmes et indique les raisons (toutes plus ridicules les unes que les autres) qui l'ont mis dans cet état.

Des parents de partout à travers le monde lui envoient leurs photos. Et c'est franchement hilarant (et déculpabilisant)! De quoi se sentir vraiment moins seule et désespérée lors de la prochaine crise de larmes inexpliquées de sa progéniture (et ça vaut aussi pour mes pré-ados hormonées qui pleurent pour des raisons tout aussi ridicules... Dernière en lice: ''Mes sourcils sont plus foncés que mes cheveeeeux!'')

Il vient d'ailleurs de publier le livre Reasons My Kid Is Crying et s'est retrouvé à le promouvoir au Today Show entre Elton John et Sylvester Stallone. Comme quoi une crise de bacon peut mener à tout!