mercredi 30 juillet 2014

Les activités gratuites (et comment y survivre)

Chaque mercredi, nous partageons nos trucs (z)imparfaites pour (sur)vivre à un aspect de l'été. 
On vous invite à partager les vôtres, questions qu'on profite tous de la belle saison, malgré ses imperfections!

Cette semaine: les activités gratuites

Qui dit activités gratuites, dit beaucoup de monde!C'est le piège de la gratuité. Alors, assumons notre cheapitude, mais prévoyons le coup pour rendre cette expérience moins traumatisante agréable.


1. Y aller tôt.
Statistiquement, la population des lève-tôt est moins grande. Aussi, votre réserve collective de patience est plus grande le matin.

2. Y aller sur l'heure du souper. 
Habituellement, les familles avec jeunes enfants (les possibles hurleurs!) ont déserté les lieux.


3. Apporter les gugusses fluo du Dollarama
Ça pourrait vous permettre de ne pas perdre progéniture dans une foule le soir. Utilisez des codes de couleurs combinées (votre fils est bleu et vert, votre fille est rose et orange) car il y en a qui porte la gugusse fluo pour le plaisir seulement.


4. Choisir sa foule
Il y en a des plus civilisée que d'autres. Un concert dans un parc, c'est plus calme qu'un show à Heavy MTL, mettons!

4. Choisir son moment (et changer d'idée au besoin)
Ce n'est pas parce que vous avez planifié de faire votre sortie telle journée que vous ne pouvez pas changer d'idée. Si la perspective de passer 8 heures dehors quand le facteur humidex atteint le 44° ne vous enchante pas, passez votre tour. C'est pas plus grave que ça!

lundi 28 juillet 2014

Le moment présent (et la méthode «j'sais pas»)

Depuis quelques années, je m'efforce d'inculquer une notion (qui semble malheureusement en voie d'extinction) à mes enfants: le moment présent, cet espace-temps mal aimé situé entre l'avant et le tantôt.

«Ici, maintenant» est devenu un cheval de bataille parental chez nous, devant notre trio drillé à la garderie qui veut toujours savoir ce qui vient après.

Exemple trop souvent entendu chez nous et qu'on ne supporte plus:

- Les enfants, cet après-midi, on s'en va au cinéma.

- Yééé! On fait quoi après?

- (soupir intense)

La seule réponse valable que nous avons trouvé à cette question 100 fois posée dans une journée c'est: «j'sais pas» . On leur répond systématiquement ça chaque fois. Parce que de toute façon, on a beau s'être établit un plan de la journée, on sait pertinemment qu'on ne le respectera pas (fera plus beau, ça nous tentera plus, va y avoir trop de trafic, whatever).

Et grâce à notre méthode «j'sais pas», on a réussi a calmé le besoin vital de savoir l'ordre du jour de notre TED angoissé. Depuis que Lolo est petit (et diagnostiqué!), on nous a dit de faire des schémas, des diagrammes, des tableaux et des courbettes pour l'aider avec sa rigidité organisationnelle (fréquent chez les TED). Eh bien, sachez éminents spécialistes qu'il est moins angoissé en ne sachant pas ce qui s'en vient trop à l'avance (il n'a pas le temps de se le répéter et de le retourner 1000 fois dans sa tête et s'y perdre en deux angoisses) et que «j'sais pas» est une réponse suffisamment explicite pour être une case mentale où ranger son plan du jour... en attendant de connaître la suite.

Parce qu'en ne sachant pas ce qui vient après, pas le choix de le vivre le foutu moment présent! (c'est simple, hein?!)

Mais, bonne nouvelle, ce n'est pas que l'apanage des enfants «dompés à la garderie»! Grand nombre d'adultes sont atteints du même mal. Au show de Bruno Mars la semaine dernière, Momo me donne un coup de coude en me montrant avec sa face de préado découragée les gens qui descendent l'escalier pour quitter le spectacle... AVANT LA FIN de la dernière toune AVANT le rappel. «Eux autres, ile ne le vivent pas, hein, leur moment présent?!»

En effet, en quoi il est plus important de partir avant le rush (et avant le meilleur moment d'un show) quand tu t'es déplacé pour aller voir un spectacle? À quel point dois-tu partir dans les plus brefs délais? Qu'est-ce qui t'attend de si urgent? (sauver 10$ de gardienne?) Même chose à La Ronde, lors des feux d'artifices, ça se lève et ça quitte les estrades avant la finale. Euh... pourquoi? Prends ton temps, profite du privilège que tu as d'être là. Ici et maintenant. Tu vas arriver chez vous de toute façon.

P.S.: Je vous remercie les stressés qui donnez des leçons de vie à mes enfants au quotidien. Si une image vaut 1000 mots, une situation qui se passe sous leurs yeux en vaut 100 000.