vendredi 21 novembre 2014

5 activités de Noël gratuites!

Comment se mettre dans l'ambiance des Fêtes sans dépenser un sou (et s'en garder plus pour les cadeaux ou le bon vin!)?

1. Défilé du père Noël
Demain, malgré le froid, la neige et/ou le vent, emmenez-vous au défilé du père Noël au centre-ville de Montréal! C'est notre moment en famille préféré des Fêtes depuis 10 ans et le signal de départ qui lance la saison des festivité! Faites-en une tradition! Et lancez-vous des défis: celui qui touche à la dinde (oui, oui, il y a bel et bien une dinde, une seule!) choisit le resto pour dîner! D'autres défilés à venir à Granby et Saint-Sauveur.

2. Les pères Noël débarquent au Musée Stewart
Jusqu'au 4 janvier, une exposition gratuite présente de nombreuses figurines de pères Noël au Musée Stewart, sur l'île Sainte-Hélène à Montréal. Un atelier de bricolage, un jeu de piste et une projection de courts-métrages y sont aussi présentés.

3. Aller voir les lumières de Noël
Partez en voiture ou à pieds et aller à la découverte des plus beaux décors des Fêtes. À Montréal, la rue McGill College est un incontournable. Il y a sûrement dans votre coin LA maison la plus décorée: dites-nous où c'est, on veut aller la voir nous aussi!

4. Les marchés de Noël
Pour l'ambiance et la musique (qui n'aime pas entendre une chorale chanter des airs de Noël?), les marchés de Noël sont difficiles à battre en terme de gratuité... si vous arrivez à vous retenir d'y acheter des cadeaux! À Longueuil, L'Assomption, Terrebonne, Val-David et plus encore!

5. Les plus beaux arbres de Noël au Musée des Beaux-Arts de Montréal
Du 4 décembre au 6 janvier, une trentaine de sapins décorés selon différentes traditions sont exposés au MBAM dans la promenade du pavillon Jean-Noël Desmarais. Une agréable sortie en famille avant une pause chocolat chaud!


Avez-vous d'autres activités de Noël gratuites (ou pas chères) à partager?


mercredi 19 novembre 2014

Les résolutions de novembre

L'autre jour, j'ai entendu à la radio un médecin parler des troubles anxieux. Elle racontait que oui, ça se traitait, mais que surtout SURTOUT les gens devaient se poser une question. Une seule. «Qu'est-ce que je suis prêt à changer dans ma vie?». Autrement, tout sera à recommencer.

Cette phrase m'est resté en tête. (C'est notre semaine de partage de phrases qui restent en tête et que l'on pique un peu partout!)

Je ne souffre pas de troubles anxieux, mais comme probablement tout le monde, j'angoisse, je stresse, je panique, j'anticipe trop, j'insomnise, je me ronge les sangs, etc. Je me suis dit qu'une partie de la solution des troubles anxieux pouvait me servir.

La question revenait sans cesse cogner dans mon esprit. «Qu'est-ce que je suis prêt à changer?» pour que la vie soit plus facile, que l'hiver soit moins dur, que mon moral reste bon malgré la noirceur qui s'infiltre, que mon énergie tienne le coup, que j'arrive en mars pas trop amochée, etc.

Ce n'est pas une question banale, car elle ne dit pas «Qu'est-ce que je veux changer dans ma vie?», mais bien «ce que je suis prêt à changer». Ce n'est pas pareil. Du tout. La première formulation peut rester un souhait vague, la deuxième invite vraiment à l'action. La première annonce la possibilité éventuelle d'un changement; la seconde insiste sur le "ici maintenant".

J'ai trouvé. J'ai fait le ménage. J'ai choisi. Finalement, c'est comme si j'avais pris des résolutions en novembre. Peut-être seront-elles plus vraies que celles que l'on prend en janvier parce qu'il le faut bien, parce que c'est la tradition, parce que tout le monde le fait, etc.

J'ai décidé d'arrêter de vivre dans l'urgence. C'est insoutenable.
J'ai décidé de fermer davantage Facebook. C'est incontrôlable tout ce qu'on y trouve. Un truc merveilleux: "cacher" les actualités de certaines personnes envahissantes qui publient au moins 7 fois par jour (sans compter ses photos!). Vous ne la bloquez pas, mais n'êtes plus obligée de voir le fil de sa vie en temps réel.
J'ai décidé de remettre du sommeil dans ma vie. Réveillée à 4h, j'essayais de "toffer" ma journée. Désormais, je ne me bats pas pour dormir plus le matin, mais il se peut que je dorme entre 13h et 15h. J'ai modifié mon horaire de travail, voilà tout. Je me donne le droit. Ça semble facile, mais ça rejoint le point 1 de mes résolutions, des fois, je ne m'accordais même pas cette possibilité et je devenais un monstre d'impatience et une vraie boule de stress.

Je n'ai pas terminé. J'ai envie de passer un bel hiver alors je vais miser un peu sur mes résolutions qui sont en fait des décisions. Des pas en avant. Du gros ménage.

Dites-moi ce que vous êtes prêtes à changer dans votre vie, ça va sûrement m'inspirer.