jeudi 3 septembre 2015

La «don't» liste

Vous savez ce que c'est une to-do list; vous devez en faire au moins une par jour (peut-être plus selon
votre degré d'organisation!). C'est excellent! Tout le monde le dit que les listes sont efficaces pour nous éviter d'oublier des trucs et pour nous aider à mieux planifier. Sans farce, je ne survivrais pas sans mes listes.

Mais je vous en présente une toute nouvelle. La «don't» liste. Elle est bien simple. C'est la liste de tout ce que je ne ferai pas aujourd'hui.

On peut décider qu'aujourd'hui...

je ne ferai pas le lavage (malheureusement, il ne se sauvera pas et sera encore là demain! Qu'il attende!)
je ne m'occuperai pas des devoirs (je délègue à mon chum!)
je ne m'inquiéterai pas concernant ce gros dossier qui n'avance pas (je tente de lâcher prise!)
je n'irai pas à l'épicerie (on va bien trouver quelque chose dans l'armoire)
je ne passerai pas la tondeuse (c'est joli du gazon, non?)


Vous comprenez? C'est la liste de tout ce que vous vous déchargez! Ce que vous ne faites pas attendra à demain (ou plus tard), vous le délèguerez, vous ferez autrement ou vous verrez la vie d'une nouvelle façon.

La «don't» liste devrait nous aider, car elle nous enlève du poids qui pèse sur nos épaules, notre esprit ou notre coeur. C'est décider qu'aujourd'hui on ne s'en fait pas pour ça! Pas pire, non?

Et vous, que mettrez-vous sur votre «don't» liste du jour? 


lundi 31 août 2015

Accepteriez-vous qu'un village élève votre enfant?

Hier, en lisant cet article du Journal de Montréal sur les parents-rois, je suis restée songeuse. En même temps, le proverbe «Ça prend tout un village pour élever un enfant» m'est revenu en tête. Et je me suis dit que ces parents ne laisseraient pas jamais leurs enfants dans les mains de d'autres. Un village qui s'occupe de leur progéniture? Ben voyons! À moins qu'ils en soient les maires respectifs de ces villages et que ceux-ci fonctionnent comme ils veulent, ils n'accepteront jamais.

Ils sont les «spécialistes» de leurs enfants, donc ils sont les intervenants de premier choix. Le mot «intervenant» me fait frissonner, je l'avoue. On est des parents (relisez le billet de Nancy: Intervenants ou parents? qui abordait justement ce sujet.), non? D'abord et avant tout.

Attention, je ne dis pas de laisser les enfants seuls dans l'aventure scolaire. Mais, je ne les suis pas à la trace. Je les laisse aller de l'avant, faire des essais et des erreurs (aussi!). Surtout, je fais confiance à ceux qui y travaillent. Ça aussi, c'est ma job de parents de faire confiance aux autres pour transmettre un savoir à mes enfants. C'est ma job de parents de laisser mon enfant bâtir des liens uniques avec d'autres adultes et d'autres jeunes sans que je sois impliquée. Ça ne veut aucunement dire de ne pas m'y intéresser, mais être capable de ne pas vouloir m'imposer. Et, surtout, ma job de parent, c'est de pousser mes enfants à ne plus avoir besoin de moi. À être autonome, indépendant. Heureux aussi sans moi.

C'est bien beau de clamer qu'il faut un village pour élever un enfant et de publier d'autres citations semblables sur leur mur Facebook, mais encore faut-il être capable de lâcher la main de nos enfants et de laisser notre place, tranquillement. Soyons francs, on n'ira pas au cégep discuter de la note de la dernière dissertation de fiston, non? Alors, pour que la cassure se fasse, comme parents, on doit utiliser le primaire (la maternelle?) pour entamer ce détachement. Et c'est «l'école» qui est devenu ce «village».

En ce matin de rentrée, on doit laisser de côté notre envie de «surveiller» l'école. On doit lui faire confiance. On doit être heureux de connaître son nouveau professeur et non le voir comme un compétiteur! Et en laissant notre enfant dans la cour d'école ce matin, on doit lui répéter qu'il s'en va là pour avoir du plaisir. Oui, du plaisir! Parce que ça aussi, on oublie de le dire à nos enfants. L'école, les amis, les récrés, les cours, apprendre : c'est l'fun! On lui dit aussi qu'on a hâte qu'ils nous racontent ce qu'ils auront fait de leur journée. Pas pour critiquer, là! Ni pour trouver les failles! Non, juste pour le plaisir d'entendre les nouvelles du village! ;-)