lundi 12 janvier 2009

Un congé de maternité de 5 jours

Scandale en France! La ministre de la Justice Rachida Dati est revenue au travail, talons hauts et ventre plat, cinq jours après avoir mis au monde par césarienne son premier enfant (pour les potineuses dont je suis: le père est inconnu, la ministre étant «officiellement» célibataire).

Le choix (personnel, faut-il le rappeler?) de la ministre âgée de 43 ans a fait couler beaucoup d'encre en France et partout ailleurs depuis la semaine dernière. J'ai suivi le procès qu'on a fait de la dame sur le web toute la fin de semaine et j'ai tenté par tous les moyens de me scandaliser. Mais je n'y arrive pas.

Pourquoi ne suis-je pas outrée? D'abord, parce que la nouvelle maman est une grande fille (à 43 ans, elle doit assumer ses choix quand même!) et surtout en raison de cette photo, diffusée notamment sur le site Plurielles.fr. On y voit la ministre transportant sa petite Zohra à sa sortie du palais de l'Élysée, accompagnée de sa nounou.

Pour moi, cette photo envoie un message positif à toutes les femmes de carrière qui hésitent à devenir mères. Elle prouve qu'on peut occuper un poste de pouvoir et avoir un bébé. Qu'on peut avoir des ambitions, s'accomplir professionnellement et -quand même!- être mère.

La vie ne s'arrête pas parce qu'on devient mère, elle change, c'est tout! Et on n'a pas besoin d'avoir la maternité parfaite pour être une bonne mère. Il n'y a pas qu'un modèle maternel, il y a en a des centaines, autant qu'il y a de situations particulières (mères monoparentales, travailleuses de soir, de nuit, familles recomposées, mères adoptives, familles d'accueil...).

L'autre point positif dans cette photo: elle suffit à déculpabiliser toutes les mères qui ont dû laisser bébé à la garderie avant l'âge d'un an. Et ce message déculpabilisant, je le trouve rafraîchissant après tout ce récent brainwashing médiatico-pédiatrique qui s'efforçait de nous faire sentir coupables de laisser bébé à la garderie avant l'âge de 2 ans (allo? le congé de maternité ne dure qu'un an!)

Le congé de maternité dont nous bénéficions au Québec est une mesure sociale extraordinaire que peu de mères auraient le luxe de se payer s'il n'était pas soutenu par l'État. En France, ce congé est limité à 16 semaines (6 prénatales et 10 postnatales). Quatre petits mois!!! Avant la première cuillérée de céréales, c'est le retour au travail!

S'il y a un message négatif qu'envoie la ministre Dati en revenant si tôt au boulot, c'est que ce court congé de maternité est suffisant voire superflu. Alors oui, ça, c'est scandalisant! Bonne chance aux mères françaises! Ce n'est pas demain la veille qu'elles bénéficieront d'une année de répit financée par l'État!

10 commentaires:

garamond335 a dit…

Je dois être vieux, mais je trouve que cinq jours de congé de maternité, avec un bébé à 43 ans, ça frise le freak show....
La vraie mère de ce bébé sera sans doute la nounou, pas la ministre !
En passant, où est ce fameux géniteur ? il se fait bien discret, je trouve....

Miita a dit…

coucou ! Je découvre ce blog et aime beaucoup le ton qui y est employé ! C vrai que cela fait déculpabiliser mais je suis d'accord avec garamond335. "La vraie mère de ce bébé sera sans doute la nounou, pas la ministre !"
Je vis à Madagascar et ici beaucoup de femmes qui travaillent ont la chance d'avoir une nounou ! ms je rencontre souvent des femmes qui me disent "mon fils, ma fille préfère sa nounou ... à moi" Et elles osent se demander pourquoi ? Ms si ça leur va bien, pourquoi en faire un pb !
en tout cas, Nancy c'est clair que c pas demain que le congé maternité va passer aux normes canadiennes !

Anonyme a dit…

Ça déculpabilise en effet! J'ai dû intégrer bébé à la garderie à 5 mois car ma situation le nécessitait... Je passais pour une mauvaise mère et on ne se gênait pas pour me le dire! J'avoue que 5 jours, c'est un peu court mais je peux comprendre la situation.

Marie a dit…

D'accord avec garamond335 et Mita. Les premiers temps avec la maman (ou le papa si la maman ne peut vraiment pas) sont absolument essentiels, et combien précieux. Je trouve déplorable, autant pour la maman que pour le bébé, que cette femme n'ait arrêté que quelques jours ses obligations professionnelles (soit dit en passant, on ne parle pas plus d'un choix personnel que d'un « siège éjectable »). À quel prix, cette folie ? Jusqu'où irons-nous pour ne plus se « sentir coupable » ?

Nadine a dit…

On aura beau vouloir se mettre la tête dans le sable:l'égalité n'est pas atteint entre les hommes et les femmes. Et si ça avait été le retour du papa après son congé? On aurait souri, on l'aurait trouvé attendrissant, etc. Elle occupe un haut poste, un poste convoité et en vue. Si elle part 4 mois: sans aucun doute, elle aura été remplacée et on lui souhaitera bonne chance pour gravir à nouveau les échelons!
Le congé d'un an: super! Vraiment. Surtout que depuis l'arrivée du RQAP même les travailleurs autonomes en bénéficient. Mais sérieusement, qui comme travailleur autonome peut vraiment partir un an sans soucis. Un an, c'est long, mais c'est vite aussi pour se faire "oublier".
Pour ma part, après avoir été échaudé après un congédiement à mon retour de congé de maternité, j'ai continué ici et là de petits contrats pendant mon congé d'un an. Pas le choix!
Pareil pour elle!

amandine a dit…

bonjour juste pour information la jeune femme que vous voyez avec madame la ministre est en fait sa sœur! et non la nounou. mais quoi qu il en soit cette petite fille aura surement plus de relation avec sa nounou que sa mère vu son emploi du temps. c est un choix effectivement!

Anonyme a dit…

Je trouve aussi que 5 jours c'est court, ms ça ne me choque pas, chaqun son choix !
Je suis française et mon congé mater est dc de 16 semaines, ce qui est très court je trouve ! ms certaines mamans sont contentes de retrouver leur boulot.
Pour le coup, 1 an de congé mater qd on à envie de retrouver une activité ça peut paraitre long et je comprend mieux pourquoi chez vous, ça choque de laisser son bébé à 5 mois.
Chez nous c'est courant puisque reprise de l'activité pro oblige !

Camilla Gallapia a dit…

Pardonnez mon inculture mais chez vous le congé maternité dure combien de temps ?!
Gros scandale en France effectivement, qui tient autant je pense à la personnalité de la ministre qu'à son congé maternité express !

Nancy a dit…

Au Québec, le congé de maternité dure un an.

Catherine Morissette a dit…

Je sais que je suis en retard, mais je pourrais peut-être vous partager mon expérience.

Quand je suis tombée enceinte en février 2008, j'étais députée de Charlesbourg à l'Assemblée Nationale. Avec mon conjoint on avait beaucoup discuté de comment on allait s'organiser. Ma date prévue d'accouchement était le 26 octobre, donc deux semaines après le début de la session d'automne à l'AssNat.

J'avais prévu d'être en congé à la maison jusqu'en mars 2009, pour être de retour à la session d'hiver qui débutait le 11 mars je crois. Donc bébé aurait eu 4 ½ mois. Le papa aurait pris le congé parental (parce que moi je n'y avais pas droit, ça n'existe pas remplacer le congé de maternité d'une léue au Québec) et après cela, il restait à décider si on engageait quelqu'un à la maison, si on l'envoyait à la garderie ou si on demandait aux grands-mamans.

Finalement, j'ai accouché le 3 novembre, soit 2 jours avant le déclenchement des élections. Le 5 novembre, nous avons fait notre sortie (arrangée) de l'hôpital sous les caméras de télé. Surréaliste!

J'ai fait campagne avec un bébé naissant, le trainant dans les résidences de personnes âgées, dans les rencontres avec les électeurs... je n'ai pas fait de porte à porte cependant.

J'ai raté mon allaitement. Je ne produisais pas assez de lait et sincèrement, la pression était trop forte. Je devais être top shape aux yeux des gens et des médias! Avec mon conjoint on a alors faiat le choix de le mettre au biberon. Je me suis sentie coupable un bon bout de temps, mais maintenant ca va mieux.

Le 8 décembre, j'ai perdu mon poste. Sur le coup, je paniquais, parce que je me voyais avec un bébé naissant en train de me chercher un emploi!!! Le 9 décembre, j'ai téléphoné au RQAP pour découvrir que j'avais droit au congé de maternité et parental! Un vrai soulagement!

Mon congé achève, je recommence à travailler le 1er septembre. Et avec le recul, je peux maintenant vous dire que non, ce n'est pas déculpabilisant ce qu'elle fait la ministre. Au contraire, elle ne mène pas les deux "projets" de front, elle laisse sa carrière prendre le dessus.

C'est son choix, je ne la juge pas, mais pour l'avoir vécu à plus petite échelle, le sacrifice qu'il y a à faire est immense.

Je profite de chaque instant que je passe avec mon bébé, parce que je n'y aurais pas eu droit si j'avais été réélue. Et c'est justement à cause de cette défaite que je réalise que ça n'a aucun sens de prétendre qu'on réussit les deux à la fois, la carrière et la maternité.

Je suis heureuse aujourd'hui de ne pas avoir été réélue, ne serait-ce que pour avoir pu prendre conscience de tout ce que j'aurais raté.

Je vais mettre mon bébé à la garderie quelques jours avant ses 11 mois, donc je suis loin d'être parfaite, mais plus jamais on ne me prendra à sacrifier autant pour ma carrière.

Je suis encore un peu émotive quand j'en parle, alors je ne sais pas si ce que j'ai écrit est clair. Je ne dis pas qu'il faut choisir entre la maternité et la carrière, mais qu'il faut trouver l'équilibre entre les deux qui nous convient.

Sauf que les carrières publiques ne permettent pas de trouver cet équilibre. On est embarqué dans le tourbillon et on a aucun contrôle, aucun choix.

Merci de m'avoir lu

Catherine Morissette
ex-députée de Charlesbourg et fière maman de Christopher!