dimanche 4 janvier 2009

Tuer ses enfants parce qu'on n'en peut plus...

C'est une des choses que j'arrive le plus difficilement à comprendre. Comment peut-on en venir à tuer ses propres enfants? Quels motifs peuvent être assez forts émotivement pour pousser un parent à commettre le pire? Même dans le pire des états dépressifs, pourquoi impliquer ses enfants dans un drame qui ne les concernent pas. Pas pur égoïsme? «Je veux mettre fin à mes jours mais je vais emporter mes enfants avec moi car ils ne se remettront pas de mon départ?»

Pire encore, comment deux parents peuvent-ils, de sang froid, échafauder un pacte de suicide collectif sans, un moment donné, avoir cet éclair de lucidité qui remettra tout en question et arrêtera cette mise en scène morbide.

Après avoir mis au monde, nourri, bercé, soigné un enfant, comment peut-on en venir à l'empoisonner? À le détruire?

Si ces deux parents du Saguenay avaient pris soin de trois enfants lourdement handicapés depuis leur naissance, s'ils avaient substitué leur vie pour celles de leurs enfants, s'ils avaient perdu tout espoir d'une vie meilleure, s'ils avaient été trop épuisés par cette prise en charge totale pour ne plus avoir le courage de résister et se laisser aspirer dans ce gouffre profond, j'aurais compris. Mais, de toute évidence, ça ne semblait pas être le cas de cette famille.

Heureusement, il y a des parents dont la vie est tout aussi sinon plus difficile et qui résistent. Je vous invite d'ailleurs à visionner ceci. Il y a de l'espoir.

7 commentaires:

Anne Marie Dupras a dit…

Je venais à peine de lire ce même article que j'ai vu qu'on en parlait ici... Et je me suis posée les mêmes questions. Celles qu'on se pose chaque fois que ce genre de drame, malheureusement, se répète.

En effet, qu'est-ce qui peut bien pousser un parent à croire que sa fin à lui ne suffit pas, qu'il faut aussi emmener les enfants dans ce terrible et ultime voyage? Ont-il peur que, survivants de suicidés, ilsne soient étiquetés par ce drame? Qu'une fois orphelins, ils ne savent survivre sans leurs parents? Ou peut-être est-ce que, se sentant responsable de tous leurs malheurs, ces parents aient décidé d'emmener avec eux ceux dont ils sont aussi responsables?

Je ne comprends pas.
Je comprend qu'il y a des périodes où des gens vont tellement mal que le suicide leur semble la seule façon d'arrêter d'avoir mal. Mais jamais au grand jamais je ne pourrai comprendre que la paix réside aussi dans le fait de mettre fin aux jours de ses propres enfants.

garamond335 a dit…

Moi, les suicides collectifs : No way !
QU'un couple, ecœré de la vie se suicide, ok...
Mais leurs enfants ? ils n'avaient qu'à les envoyer coucher chez la voisine, le temps de poser leur geste stupide et la Société se serait occupé de ces enfants.
J'ai hâte d'entendre la version de la mouman.....

Anonyme a dit…

De mon côté, je peux comprendre, entk, si j'étais suicidaire, si je décidais de passer à l'acte, mes enfants seraient en danger, puisque oui, je les apporterais surement. Pas parce que je pense qu'ils ne pourraient pas vivre sans moi, mais parce que moi, je ne pourrais pas mourir sans eux. Mais bon, est-ce que je pense comme ça parce que je ne suis pas suicidaire? Mon chum pense pareil comme moi, je viens de lui poser la question.

So a dit…

Je suis toujours déboussolée par ce genre de nouvelles... Je sais bien que les gens ne sont pas dans un état normal quand ils prennent une telle décision, mais je trouve cela foncièrement égoïste d'empêcher nos enfants de vivre leur vie parce que nous on ne peut plus supporter la nôtre. Personnellement, si j'ai fait des enfants, c'est parce que je voulais leur donner la vie, une vie la plus belle et la plus longue possible, je le souhaite.

carole a dit…

je ne comprendrai jamais ce geste..et pourtant je fais partie des parents qui ont un enfants qui étaient lourdements handicapées. Il manque de ressource c'est vrai. Autant pour les parents d'enfant dit handicapés que pour les autres.

Malheureusement, dans notre société les problèmes de santé mentale sont tabous. Il est donc difficile d'aller chercher de l'aide. Pourquoi amener ses enfants là-dedans..je ne comprendrai jamais ...au même titre que je ne comprendrai jamais pourquoi les gens ne consultent pas avant de passer à l'acte. Si je me cassais une jambe je n'hésiterais pas 2 minutes à aller chez le médecin, alors pourquoi on hésite quand c'est dans notre tête que c'est cassé?

MJ a dit…

Qu'un parent puisse penser que ses enfants ne s'en sortiront pas sans lui, je peux comprendre. Pas accepter, mais comprendre que dans cet état d'esprit, la raison ne tient plus. Mais que les deux parents soient dans cette spirale, qu'aucun des deux ne puissent se ressaisir, j'y arrive pas. Et puis dans ce cas précis, je pense à la mère. Comment on vit après ça? Je ne la juge pas, je pense qu'elle-même se jugera encore plus durement que la société. J'ai juste beaucoup de peine en pensant à elle, à lui, aux enfants. Je m'imagine mal donner la mort après avoir donné la vie à ma fille.

bibco a dit…

Je ne sais pas comment cette mère va vivre avec le temps qui inéluctablement va lui faire voir tout ça en gros plan.
Merci pour le très beau clip chez Philou, je ne l'avais pas vu. Ça fait beaucoup d'émotions et ça donne envie d'être meilleure, juste meilleure.