vendredi 3 avril 2009

Avoir un bébé n'a rien d'extraordinaire...

Une vieille tante m'a déjà avoué ne pas comprendre l'engouement des femmes enceintes envers leur propre maternité. Elle a stoppé sa swing de sa chaise berçante pour me dire avec conviction "Vous là, vous en faites à croire avec les bébés! Franchement comme si c'était extraordinaire d'accoucher et d'élever des enfants! Y'en a d'autres avant elles qui ont déjà fait cela, je ne sais pas si elles s'en rendent compte!". Puis, elle a repris la bascule en haussant les épaules tout en ridant un sourire un peu noir au coin de la bouche. Elle semble croire que les femmes obnubilées par leur ventre (et leur nombril!) vont pogner leur Waterloo un jour.

Elle n'a pas tort. Loin de là. La folie perdure même une fois la grossesse terminée. Mieux, elle empire. En cette journée d'ouverture du 17e salon Maternité Paternité Enfants, on y croit. De nouveaux salons, brunchs et showers Mères et cie font aussi leur apparition un peu partour en province.

Probablement, parce qu'on a moins d'enfant, on a un fort désir de ne pas manquer notre coup. Et de fait, on les "parfaitise", les gâte, donne du lest à la discipline et louange chaque prouesse. Bien souvent, et à tort, on croit que nos enfants sont spéciaux. Ce n'est qu'une illusion: ils ne sont pas.
Il est vrai qu'avec les enfants naissent souvent bien des espoirs pour les parents. Des espoirs ultra concentrés dans un seul petit être. Parfois deux et déjà plus rarement trois. Aussi, d'autres parents affirment haut et fort que leur bonheur tout entier, c'est leurs enfants. Ou que leur seule raison de vivre, c'est eux. Chaque fois que j'entends cela, je suis perplexe. C'est beaucoup sur les épaules des enfants. Et comme le rôle primordial des parents est de guider son enfant vers l'autonomie, et ultimement à le quitter un jour, c'est aberrant d'imaginer qu'un jour notre unique source de bonheur, de joie et de raison de vivre va s'en aller.

Avoir un enfant n'a rien d'extraordinaire. C'est partager un bout de sa vie chaque jour, le guider, l'épauler, l'amener à ouvrir ses ailes, le regarder grandir et le voir devenir totalement unique et indépendant qui l'est!

12 commentaires:

Anonyme a dit…

je crois que chaque enfant doit se sentir unique et spécial dans le coeur de ses parents. cela dit, les enfants ne doivent pas se sentir supérieur aux autres et devenir de petits égocentriques.

mes enfants prennent beaucoup de place dans ma vie. j'ai eu les 30 premières années de ma vie centrées sur ma petite personne. et j'en ai profité en masse. je suis présentement en mode famille et j'aime ça même si la conciliation avec le travail est ben dure.

c'est sure que mettre au monde un enfant n'a rien d'extraordinaire, c'est la nature, mais puisque la vie est ben courte, j'ai essayé d'en faire un événement extraordinaire.

Anonyme a dit…

Quelle sagesse ce matin...sagesse qui fait du bien lire et qui remet les idées sur une meilleure voie!

Domi a dit…

Un jour ma mère m'a dit concernant ma petite peanut «Elle ne t'es que prêtée»

Sur le coup j'ai trouver ça dramatique ... mais depuis j'ai relativisé.

Chaque pas, chaque mot, chaque apprentissage la mène vers son indépendance à elle, c'est ça la vie.

En attendant je profites de chaque moment de dépendance et je savoure chaque Mamannnnnnn !


@ plus

Milou a dit…

C'est vrai que c'est beaucoup de pression pour des enfants si on mise tout notre bonheur sur leurs petites épaules.

Et qu'en faire trop, c'est comme pas assez.

Mais j'aime bien moi, en général, voir des parents ou des grands-parents "gagas" - faut pas pousser, mais juste disons... exprimant leur joie-

J'aurais aimé moi sentir que mes parents m'avaient porté dans leur coeur et que j'avais un petit quelque chose de "spécial" ( pour eux, pas pour tout l'univers!). Sûrement que c'était le cas, mais je n'en ai pas eu les échos. J'aurais aimé qu'ils "exagèrent" un peu sur je ne sais pas, la prise de photos ( quasi absente dans mon cas), les écrits dans un livre ou juste, me raconter de bons souvenirs.

Mais je ne suis pas ici en thérapie loll. Je veux juste dire que pour moi, ce n'est pas extraordinaire dans le sens que c'est naturel et qu'on ne doit pas penser recevoir un trophée pour ça. Mais que c'est aussi extraordinaire de participer à une nouvelle vie.

Entk... question d'équilibre en tout je pense. :)

Nadine a dit…

En fait c'est cela, Milou, c'est leur faire comprendre à l'enfant qu'il est "spécial", mais sans virer fou! Trop souvent, on les couvre de bébelles ou d'attentions mais sans les écouter vraiment. Sans entrer dans leur monde. Sans prendre le temps d'être simplement avec eux.
Et comme tu dis, ce n'est pas extraordinaire, dans le sens, qu'on ne recevra pas de trophée et aucune "reconnaissance" n'est prévue. Mais c'est unique, spécial, extraordinaire, parce que c'est une chance de le vivre...
Le défi, finalement, c'est de les faire sentir bien dans leur peau, bien dans leur tête, bien dans leur coeur, leur faire sentir qu'on est là, qu'on est fier d'eux, qu'ils sont uniques pour nous.. dans un esprit d'ouverture... Difficile à expliquer.... On thérapise toutes ensemble?

Milou a dit…

À quand la première réunion?
Est-ce qu'on doit amener nos sacs bruns ou c'est à découvert? ;)

Dodinette a dit…

moi ma seule et unique raison de vivre, c'est pas mes enfants. c'est de me sentir bien dans ma vie de tous les jours, entourée de mon mari, de mes enfants, en essayant de leur transmettre un peu de tout ce que j'ai reçu, et en me rappelant chaque jour que je ne suis là que pour les aider à mieux me quitter.
et c'est très bien comme ça, au moins un jour j'aurai la paix :P

Julie a dit…

Avoir des enfants, ce n'est pas une raison de vivre, c'est un but que des femmes ont et d'autres n'ont pas!
Puisque j'étais censée ne pas réussir à en avoir, je dirais que mon but est pas mal atteint... :P Et tout comme Dodinette, ma raison de vivre réside dans mon quotidien. Pas seulement mes enfants. Misère, quelle pression je leur mettrais!

garamond335 a dit…

Moi, ce qui me fait sourire, ce sont les commentaires des gens à la pouponnière: « regarde! c'est elle la plus belle ! » en montrant du doigt une affreuse fillette au visage ridé et maussade....

Lawrichai a dit…

Pour suivre dans la ligne d'idée, j'ai toujours considéré les enfants comme étant des adultes qui ont tout à apprendre.

En fait, avec le temps j'ai apprise à ne plus m'arrêter sur l'aspect physique des gens (enfants-adultes-vieillards) pour me concentrer plutôt sur leur niveau de connaissances, de savoir-vivre, de limites physique, d'ouverture d'esprit...
Bon bien sûr ça demande l'effors d'aller à leur rencontre pour les connaitres d'avantages mais ça rend les gens plus en confiance lors d'échanges.

Sérieusement, j'ai déjà rencontré un garçon de 11ans qui se montrait plus réfléchit et mature que des jeunes hommes de 25ans.


Pour en revenir au sujet principal, je dirais qu'avoir un bébé n'est une chose extraordinaire que pour sa propre famille. Pour les autres, ce n'est qu'une naissance de plus dans les statistiques. ;)

Chez nous: "-Youhou! c'est super! On fête!"
Chez les autres: "-bah, tout le monde passe par là, paniquez-pas!"

hehehe
=^.^=

MamanRousse a dit…

Enfin... Je pensais devenir folle lors de ma première grossesse. Je trouvais ça tout à fait normal d'être enceinte. Entendons-nous, c'était peut-être une première pour moi mais disons qu'on était loin d'une première mondiale.

Y'a rien de plus naturel dans l'humanité, c'est juste une roue qui tourne. Alors ce serait bien si quelques dames regardaient autre chose que leur nombril en expansion.

Parciparla a dit…

Totalement d'accord avec toi!

Notre société est hyper individualiste alors il ne faut pas s'étonner que cet état se répercute sur les enfants. Le plus triste à mes yeux, ces ont les enfants uniques de parents parfaits et centrés sur LEUR unique enfant....