jeudi 16 avril 2009

Mémoire sélective

En sortant de l'hôpital avec mon bébé dans les bras il y a presque cinq mois, je suis passée devant la chambre où j'avais accouché en réprimant un petit frisson. J'avais passé six heures dans cette pièce à endurer des contractions, auxquelles s'ajoutaient trois longues heures à pousser. J'avais la chair de poule juste à y repenser.

Combien de temps, me suis-je demandé, ça prend avant qu'on oublie la douleur, au point de vouloir un autre bébé? Il aurait fallu me payer cher pour que je retourne dans cette pièce avec une bedaine.

Je me suis posée la même question alors que bébé avait environ trois mois. Un soir, après deux heures consécutives de pleurs, je me suis demandée après combien de temps j'allais oublier que mon chum et moi n'avions plus de soirées, qu'elles étaient passées exclusivement à essayer de consoler un bébé qui pleurait.

Allais-je un jour oublier que je devais écouter les Invincibles avec des sous-titres, en raison du bruit de fond de pleurs?

Ben oui, j'allais oublier. Comme les autres.

Je l'ai su à cause de ma soeur. Quand j'ai accouché, elle m'a passé le journal qu'elle a écrit à la naissance de son premier fils. Entrée écrite alors qu'il a un mois: «On dirait que tout ce que je fais, c'est allaiter et endormir le bébé».

Un jour, alors que je lui disais que je trouvais ça long endormir mon bébé, elle m'a dit: «Il me semble que moi je les posais dans leur lit et il s'endormaient seuls».

Elle avait oublié les heures passées à bercer, pourtant bien consignées dans son journal.

On oublie vite les moments les plus difficiles. J'ai déjà recommencé à regarder avec envie les filles aux bedaines rondes, sans parler de la nostalgie que j'éprouve (déjà!) en voyant des bébés plus petits que le mien.

Ça se soigne, docteur?

(Z)imparfaite invitée: Marie-Eve

12 commentaires:

Anonyme a dit…

Heureusement que c'est ainsi. Sinon, je n'aurais jamais eu 4 enfants. En fait, personne n'aurait eu un 2e bébé.

zacapa a dit…

Je pense que cette faculté d'oublier est un trait génétique propre aux femmes. Comme dit Anonyme, sinon, on n'aurait qu'un seul enfant et ce ne serait pas idéal pour assurer la survie de la race humaine.

C'est mon hypothèse...

cindy a dit…

Je peux te soigner, tu vas voir je vais te remémorer :) Sans farce c'est vrai qu'on oublie assez vite!!!

Domi a dit…

Non ça ne se soigne pas et c'est tant mieux comme ça.

Lawrichai a dit…

Je me pose encore la question, à savoir comment je pourrais bien réussir à oublier ma grossesse compliquée et mon accouchement difficile pour en vouloir un deuxième. J'en suis présentement à penser que mon corps n'est physiquement pas fait pour ça!

Est-ce que ça fonctionne de la même façon pour les hommes? Parceque sinon, ici, mon p'tit bonhomme je connaitra pas les plaisirs de la fratrie.

MamanRousse a dit…

Le corps oublie la douleur, le cerveau aussi et c'est très bien ainsi. On garde les bons souvenirs et on jette les moments qui ont été plus difficiles.

Marie-soleil a dit…

HIhihihi oui Ananyme tu as raison. Ce désir je pense reste longremps. Moi j'en suis à mon troisième et quand je vois la petite bedaine de mes amies ben je me dis oh les chanceuses. Mais je suis rendue à un moment de ma vie où j'ai ´Donné le flambeau à une autre et fermer boutique.

So a dit…

J'ai eu un accouchement assez atroce (voir chronique du 31 mars dernier)et mon chum était tout aussi traumatisé que moi. Je suis pourtant redevenue enceinte alors que Choupinette n'avait pas encore ses 9 mois... Ça s'est terminé en fausse couche cette fois-là, mais 6mois plus tard, c'était reparti pour une autre grossesse!

La Belle a dit…

Je crois que c'est parce que l'amour que nous portons pour nos enfants est plus fort que tout ! Et de cette façon nous nous remémorons les heureux événements plus que les moments difficiles ! Heureusement !!!

Monsieur Émilien a dit…

ON est de vraie machine... J'ai dit à mon chum et ce pendant 6-7 jours que plus JAMAIS on aurait d'enfants... Et j'ai eu paraîtrait-il un accouchement ben ben ben facile..Je dis paraîtrait parce que ceux qui me le confirme ne se sont pas sortit un pamplemousse par une narine eux!! Mais maintenant, un peu comme toi, j'envie les bedaines, de pouvoir s'assoir ''en grosse'' et s'en foutre, de manger n'importe quoi et de se faire dire par des inconnus qu'on est belle. Mais bon... l'image du pamplemousse est assez puissante pour me renvoyer sur terre..:)

la maman du bébé

JulieJulie a dit…

Je pense que c'est dans la peau la maternité. J'aurais 25 enfants si la raison ne m'avait pas rattrappée après 5 enfants. On a une faculté extraordinaire, la mémoire sélective. On se rappelle que les plus beaux moments et ça devient pareil pour l'accouchement et les débuts plus difficiles.

BAxT a dit…

Tu vas voir à ton prochain, tu vas t'en souvenir !