lundi 12 octobre 2009

La peur du ridicule

Je pensais que ça venait plus tard. Avec l'apparition des premiers boutons et des poils sur le menton. Je pensais que le problème se poserait dans quelques années mais non, nous y sommes. Déjà.


Ma Lili à roulettes a peur de ce que les autres vont penser d'elle... et de son fauteuil roulant. C'est arrivé avec la rentrée scolaire, alors qu'elle devait désormais rejoindre sa soeur et son frère au service de garde de l'école de quartier après sa journée à son école spécialisée.


- Maman, les enfants vont être normaux là-bas... Ils vont rire de moi!

Elle s'est renfrognée, elle s'est fermée.

- Je-ne-vais-pas-leur-parler.

Elle a chigné, elle a crié.

- Je ne veux paaaaas y alllleeeeeer, boooon!

Elle s'est opposée, elle a voulu résister.

- Je n'irai paaaaaas!

Plus elle craignait, plus elle se braquait, plus elle pleurait et plus j'étais sûre d'une chose. Il fallait qu'elle y aille. Absolument. Il fallait qu'elle brise la glace tout de suite. Il ne fallait surtout pas attendre l'âge des premiers boutons. Il fallait qu'elle soit confrontée tout de suite au regard des autres, il fallait qu'elle apprenne plus tôt que tard à répondre à leurs questions, à subir leurs regards interrogateurs et devenir l'une des leurs.

Cela valait bien une crise de larmes.

Évidemment, j'espérais que ça se passe bien. J'avais confiance, À 5-6 ans, les enfants sont plein d'empathie et de curiosité bienveillante. Ils ne sont pas (encore...) en mode reject.

Quel soulagement quand je suis arrivée dans la cour de l'école (une demi-heure plus tôt quand même... au cas où)!

J'étais soulagée car je ne la voyais pas... tant elle était entourée de sa garde rapprochée! Des dizaines de petits et de petites se pressaient autour d'elle et n'ont pas manqué de lui faire un "câlin jusqu'à demain" avant de partir.

Depuis, tout se passe bien. Elle s'est fait une copine "normale" et semble tout à fait dans son élément.

Et c'est Momo qui le prend mal... "Tout le monde est toujours autour de Lili. C'est ça, elle est plus belle que moi, hein?"

Ça aussi, je croyais que ça venait plus tard...!

8 commentaires:

Anonyme a dit…

C'est bien pour ta Lili à roulettes d'être confrontée aux regards des autres et de se rendre compte que c'est pas si pire que ça, mais c'est aussi bon pour les élèves "normaux" qui seront confrontés très tôt à des enfants différents et qui se rendront compte rapidement que ces enfants-là ne sont pas extra-terrestres, peu importe leur handicap, leur couleur, etc!

M.

Valérie a dit…

Je suis d'accord avec toi : il fallait confronter Lili le plus rapidement possible avec sa peur du regard des autres enfants.
À mon avis, la différence est une question de perception : si Lili se fait des amies et ne se perçoit plus comme essentiellement «différente», les autres enfants le sentiront, et eux non plus ne la percevront plus comme étant différente d'eux. Ils verront toujours son fauteuil, mais verront d'abord la Lili qui est dedans.

Evely a dit…

la fille d'une copine est aussi à roulettes, ont avait coller des collants sur la chaise, ont avait accroché des toutous, bref elle avait la plus belle chaise de tous. Elle allait fièrement la montrer au monde en disant oui je suis en chaise roulante, as-tu vu mon collant de licorne ?

Bonne chose que tu as fait et bravo à Lili pour son intégration

La Belle a dit…

Tu as bien fait de l'amener à confronter le regard des autres aussi rapidement. Ça dû être difficile à faire, mais maintenant voyant le résultat, c'est soulageant ! Et en plus elle a pleins de petit(e)s ami(e)s !

Une femme libre a dit…

Fiou! Fallait foncer, vous l'avez fait pour elle, bravo!

MamanRousse a dit…

Sa différence à elle est bien visible. Je ne peux pas m'empêcher de penser par exemple que si ce n'était pas ça, ce serait autre chose. Les enfants trouvent souvent des façons assez cruelles de faire sentir ces différences.

Elle semble avoir réussi à se faire une alliée de sa différence. Bravo Lili!!!

vieille sacoche a dit…

Mon fils TED est en classe régulière. Au début de l'année scolaire, son prof m'a demandé la permission d'expliquer sa différence aux autres de la classe. J'ai trouvé l'idée excellente. Par contre mon chum, lui, trouvait que cela "mettait un highlight" sur sa différence et qu'il se ferait "niaiser" encore plus. J'ai vraiment l'impression que l'éducation augmente la tolérance.Pour un enfant qui va le "niaiser" il va y avoir 3 pour le défendre. Alors c'est gagnant !

Nancy a dit…

@vieille sacoche: je suis tellement d'accord avec toi. Il y a tellement moins de qu'en dira-t-on quand tout le monde est bien informé. Vive la transparence!