lundi 25 janvier 2010

Le silence est d'or... surtout dans la bouche d'une maman!

Laissons les Sarah tranquilles cette semaine et concentrons-nous sur un autre type de mères qui se mettent beaucoup beaucoup de pression: les suréducatrices-verbomotrices.

J'en croise une tous les matins dans le métro depuis le retour des Fêtes (quand je la vois un peu trop tard pour changer de wagon) et je ne suis plus capable de la supporter. Elle arrive à me mettre les nerfs en boules en seulement 2 stations (Longueuil-Berri, c'est quand même long!)

Son défaut: elle parle à son bébé de 1 an sans arrêt (et probablement sans respirer).

Comprenons-nous bien: le problème n'est pas qu'elle parle à son bébé, c'est qu'elle le mitraille de paroles sans lui donner le temps de réagir, sans qu'il ait le temps de digérer ce qu'elle lui dit.

Extrait:

Maman: ''Ça va être une belle journée aujourd'hui, hein Bébé? (silence: une seconde, deu...) Bon, on va lire un livre, ok? Les animaux de la ferme. Ooooh! Ça a l'air beau ce livre-là! Les vaches. Va-ches. Vvvaaaacchhheees. Qu'est-ce qu'elle fait la vache?''

Bébé: (...) (durée: 1 seconde)

Maman: ''Meuh! Elle fait meuh. Mmmmmeeeuuuhhh!

Bébé: mm...

Maman: ''Oh! Elle mange de l'herbe dans le pré. Ça, c'est un pré. Regarde! Vert. Vvveeerrttt. Oh le beau soleil! So-leil. Jaune. Jjjjaauuunnee. Qu'est-ce qui est jaune aussi? Une banane? Oui! Une banane. Tu aimes ça les bananes, hein? Comment s'appelle le petit de la vache?

Bébé: ...

Maman: ''Un veau! Le bébé de la vache est le veau. Vvveeaau. (elle tourne la page) Oooooh!! (ultra enthousiaste) Un cheval! C'est ton animal préféré, le cheval! Che-val.''

Et là, elle pousse un hennissement. Et ça continue ainsi jusqu'à l'arrivée. Je vous rappelle qu'on est dans le métro. À la station Jean-Drapeau, elle a déjà sorti un second livre. Bien franchement, je n'avais jamais vu quelqu'un se donner en show comme ça dans le métro! Et elle se donne tellement que j'en sors tout étourdie!

Est-ce que cette mère parle autant à son enfant parce qu'elle a un public et qu'elle veut démontrer qu'elle est une ''bonne mère''? Est-ce sa façon d'évacuer le sentiment de culpabilité lié à son récent retour au boulot? J'aurais juste envie de lui donner une petite tisane à la camomille et lui dire: ''Chhhuuuttt! Fais-lui un câlin et range tes livres!''

Ça m'a rappelé ceci:

J'ai suivi un atelier en orthophonie il y a quelques années. Il était donné à tous les parents dont l'enfant avait un trouble de langage. Je me suis retrouvée à faire une série d'activités d'apprentissage (jeux avec consignes, casse-têtes, lecture d'un livre) avec Lolo. L'intervention était filmée puis décortiquée devant le groupe. Il fallait voir la fierté de la mère suréducatrice-verbomotrice qui avait insisté pour passer en premier. Elle était sûre d'avoir réussi le test. Le problème, c'est que ce n'était pas elle qui devait le réussir mais son enfant. Elle n'avait pas arrêté de parler, sans laisser deux secondes de réflexion et de formulation des réponses à son enfant. Bref, elle s'était plantée haut la main! Alors que les parents qui étaient à l'aise avec le silence avait réussi à faire sortir des phrases complètes de la bouche de leurs petits dysphasiques.

Comme quoi le silence aussi joue un rôle dans l'apprentissage de la parole!

20 commentaires:

Evely a dit…

Le soir après le souper, on ferme la radio et on joue tranquillement avec p'tit clown, presque sans rien dire. À la garderie ça joue, ça crit, ça rit, mais les pauses silences sont rares. Quand on joue calmement, je me dis que ça lui fait du bien. Les trois dans le salon avec les camions ou avec le ballon et on fait juste des petits «hop, hop» ou des «vroums vroums», mais tout doucement avec des gros sourires.

Karina a dit…

En effet, la vidéo nous montre en géant ce qu'on ne voit pas (ou ne veut pas voir) de notre personnalité. Je m'en suis rendue compte assez vite merci quand j'ai eu le temps de visionner les 478 vidéos que j'avais faits de bébé depuis sa naissance; My god que j'étais étourdissante et essoufflante! Depuis, je laisse le temps à bébé de réagir et je lui laisse également du temps à lui tout seul avec ses bébelles. En congé de maternité ça va l'entertainement à temps plein mais dans 6 mois de retour au travail, j'aurais risqué de trouver ça un peu plus difficile et lui aussi.
Vive l'auto coaching de la vidéo ;o)

Marâtre Joyeuse a dit…

Oh la la, je pense que je suis un peu comme ça avec mes beaux-fils.

Anonyme a dit…

C'est vraiment trop comique ce matin, j'ai failli m'étouffer avec mon bagel ! Finalement, je m'ennuie pas trop du métro de Montréal !

Milou a dit…

Effectivement elle est étourdissante et envahissante...
Moi aussi je parle beaucoup à mes enfants et je lis des livres dès qu'ils sont jeunes, mais il y a un équilibre. Ça m'intéresse ce qu'ILS ont à dire aussi!
Et ça revient un peu à ce que je disais hier dans un autre commentaire. Laissons les bébés faire aussi leur job de bébé et apprendre par eux-même.
Ce que j'aime beaucoup, c'est d'observer ma fille quand elle joue par elle-même, avec ses poupées, ses livres etc.
Elle parle à ses jouets, s'invente des situations, parfois reproduit les gestes et paroles que nous faisons au quotidien avec elle.
Et parfois elle vient me raconter un bout de son histoire, puis repart dans "son monde".
En tout cas, cette maman si elle continue à ce rythme, donnera des cours de philo à son enfant quand il aura 3 ans... Sauf qu'elle risque de ne pas le laisser développer sa propre pensée philosophique ;)

Mamanbooh a dit…

Chère Marâtre, on le fait tous un peu, donne-toi une chance! :=)

Mais si tu te rends compte que Nancy parle de toi vraiment, alors profite de son recul et de son expérience pour... En faire un peu moins!

Les enfants sont les rois de l'imagination, ça vaut la peine de les laisser prendre le plancher et de se faire un peu plus discrète...
Elle a bien raison!

Anonyme a dit…

Cette maman essaie de compenser pour les huit ou dix heures où elle va laisser son bébé pour aller gagner de quoi payer la garderie !
Pauvres eux !

Anonyme a dit…

Trop drôle!
Ici, mon gars, depuis qu'il a 8-9 mois, il a une fascination pour les livres, par contre, on n'a jamais été foutu de lui en lire 1 seul, car Monsieur préfère se les lire tout seul, et si on essaie de lire UNE histoire avant le dodo (il a maintenant 2 ans), c'est la crise: "NON maman, MON livre". Alors, on le laisse "lire" ses livres en paix ha ha ha!

Lawrichai a dit…

aahh, ça je l'ai toujours dis, dans une conversation, les silences sont aussi important que les phrases. Ça nous permet de digérer ce qu'on vient de discuter, et de penser à la suite de la discution.

Je l'applique avec mon enfant depuis sa naissance. Oui je lui parle tout le temps, mais je lui laisse toujours le temps de "répondre".


Cela dit, il y a malheureusement des gens que les silences rendent très mal à l'aise...

Zazou a dit…

Ce qui me dérange dans ce billet, c'est le jugement que vous faites de cette mère. Dans la plupart des interventions, vous prônez beaucoup le "je-ne-tiens-pas-compte-du-regard-des-autre-sur-mes-compétences-maternels", et je suis entièrement d'accord avec ce principe.

C'est pourquoi je suis mal à l'aise avec (et je site): "Est-ce que cette mère parle autant à son enfant parce qu'elle a un public et qu'elle veut démontrer qu'elle est une ''bonne mère''? Est-ce sa façon d'évacuer le sentiment de culpabilité lié à son récent retour au boulot?"

Je vous propose de mettre d'avantage en pratique l'autre pendant du principe cité plus haut, et de ne pas juger les autres mères.

Anonyme a dit…

Les enseignantes-mamans que je connais sont souvent comme ça. Déformation professionnelle, j'imagine. Je les fréquente moins depuis que je suis maman, coïncidence?

-Maryannou

Angelbear a dit…

J'étais chez le médecin avec ma fille agée de 6mois. Nous attendions notre tour patiemment dans la silencieuse salle d'attente. Je babillais doucement a ma fille répétant fièrement les syllables qu'elle aquierait depuis peu. Une dame est assise non loin de moi et ma fille la regarde en la souriant. Cette meme dame me demande pourquoi je ne parle pas a ma fille.

Ben quoi??? avez-vous déjà tenu une conversation avec un bébé de 6mois? Et dans une salle d'attente, vais-je vraiment commencer à crier a tue tête des gagas gougous???

Non sérieux, il y a aussi des endroits plus appropriés pour jaser a nos poupons.

So a dit…

Quand ma première avait environ 2 semaines, j'ai écrit un message sur un forum de mamans qui ressemblait à ceci: "Je cherche des activités à faire avec ma petite, je manque d'idées. Jusqu'à maintenant je la masse, je lui montre des petites marionnettes à doigts, je danse avec elle au son de la musique, je joue à coucou,je lui chante des chansons , je la mets sur son tapis de sol et lui mets de petits objets devant elle. Que pourrais-je faire d'autre avec elle?

Et une maman (probablement d'expérience) m'avait répondu: "Tu lui sacres la paix!"

C'était raide mais ça avait le mérite d'être clair. Je pense que j'en faisais un peu trop.

Mamounet a dit…

Perso, je ne serais pas très à l'aise de meugler ou de hennir dans un wagon de métro bondé à l'heure de pointe, mais enfin... à chacune sa zone de confort.

Orkyday a dit…

Hhahaha j'y ai tellement reconnu ma belle-mère.... elle arrête pas 2 secondes, s'en est étourdissant....

La Chag des lutins a dit…

Juste pour répondre à Maryannou : je voudrais défendre un peu les mamans-maîtresses, dont je fais partie. Pour nous, la pression est double : celle de la société en général, comme toutes les mamans d'ailleurs, mais aussi celle que l'on a de part notre métier : l'obligation de réussite. On essaie de s'en détacher, on sait très bien que du coup, on met aussi la pression sur nos loulous, on a beau le savoir, parfois il y a des râtés. Quand nous avons eu notre fille, nous étions très jeunes, et là aussi, la pression était très forte : on se sentait obligés de prouver que nous étions de bons parents, même si nous avions mûrement décidé de donner la vie en étant jeunes. J'étais, avec ma fille, sûrement comme cette maman du métro (enfin pas en public tout de même). Coup de chance (et ça, je ne le dis que maintenant), ma fille était en avance sur tous les points : elle a fait ses premières phrases à l'âge de 10 mois et demi, et ainsi de suite jusqu'à maintenant, où elle brille en classe pour le bonheur de sa maîtresse. Mais à chaque fois on dit : "Normal, elle est fille d'instit...". Comme si elle ne pouvait pas être douée juste parce qu'elle est ELLE, et non parce que c'est ma fille. Pour notre fils, qui a 15 mois, tout est différent. J'essaie de le laisser tranquille. Il n'a pas les jouets d'éveil dernier cri, il aime ce qui roule, il a juste des petites voitures et des ballons. En revanche, lui, il prend son temps pour tout : à son âge, il ne prononce que quelques mots basiques (papa, maman, non, dodo), il vient juste d'apprendre à marcher, et l'échange est plus restreint qu'avec ma fille. Impossible de ne pas faire le parallèle avec mon comportement à moi, mais je résiste en me disant que chaque enfant est différent.
Tout ça pour vous dire que derrière un comportement d'une maman-enseignante qui peut paraître un peu trop poussé, se cache certainement le rêve d'en être une vraie de vraie, (Z)imparfaite. En tout cas, moi, j'y travaille ! Merci pour ce blog, qui m'aide beaucoup ! J'ai suivi votre cyberthérapie : j'en ai créé un il y a qqs mois (en maintenance pour qqs jours) !
Bonne continuation, et bises aux mamans-collègues...
picsoul.family.free.fr

Élaine et fille a dit…

Chez-nous, c'est ma fille qui n'arrête pas. Elle est étourdissante!

Anonyme a dit…

À La Chag des lutins:

Ta réponse-fleuve confirme la théorie, ma belle.

Sans rancune!

-Maryannou

La Chag des lutins a dit…

Sans rancune ici aussi biensûr ! Au plaisir de se rencontrer à nouveau sur le blog...

C'est vrai moi je parle ! a dit…

Non ! OMG on dirait que c'est moi que tu as croisé dans le métro !
Personne n'est parfait hein ! Et puis ça fait du bien de râler !
Ça va être à mon tour tout bientôt, et je déborderai un peu. Chacun son histoire, chacun ses raisons, chacune sa façon d'être imparfaite disons !

J'aime bien ici l'idée de jouer sans rien dire ; merci Evely. C'est complémentaire.

Car s'il ne s'agit pas d'avoir une conversation avec son bébé, l'intention est au contraire de l'amener au langage. Bon c'est vrai personnellement j'en fais trop. Mais voyez où je veux en venir, ce faisant.

Un bébé ne fera pas la conversation, non, mais ce n'est pas une raison pour ne pas lui parler. Parler, c'est autre chose que de lui offrir des gagoou ou autres onomatopées. Parler c'est décrire, identifier, donner du sens.

Éduquer, c'est transmettre. Donner des forces, communiquer une passion. C'est pas à l'école de faire tout ça, ni à la garderie.

Si on leur parlait plus, dès la grossesse, est-ce qu'ils auraient moins de difficultés à être articulé ?
Quelqu'un faisait un lien mère-enseignante : il est très connu justement que les enfants d'instit ou de prof réussissent mieux que d'autres. Bon ; tant mieux si c'est leur vie qu'ils réussissent ! Mais comment ça se fait ?
Quel désir ce parent-enseignant arrive-t-il à transmettre à son enfant ? Comment s'y prend-il ? Qu'imite l'enfant pour grandir ?


À l'heure où le corps médical donne des diagnostiques de plus en plus fréquents concernant des troubles de l'apprentissage je m'interroge : d'où viennent ces problèmes de SOCIÉTÉ que sont la dyslexie, la dysorthographie, les troubles de l'attention ? Que s'est-il passé pour des enfants désormais en difficultés scolaires, qui sont perdus sans l'aide de leur ordinateur branché comme une prothèse, qui misent sur leurs faiblesses pour un peu d'indulgence alors qu'ILS AVAIENT DROIT À UNE ÉDUCATION SOLIDE que la société n'a pas réussi à leur offrir dans bien des cas ? Ils se retrouvent au cégep avec un vocabulaire pauvre, une grammaire déconstruite qui donne lieu à des phrases qui ne font pas de sens et une prescription médicale afin de décrocher avec plus de facilité leur DEC. 5 fois plus de prescriptions médicales en 5 ans !

Il se passe quoi chez les autres ? Que font-ils avec leurs enfants qui propose un modèle enviable ? Elles disent quoi les conversations en famille ? À partir de quel âge un enfant mérite qu'on lui offre une autre réalité plus significative que gagou bbrg ?

Et puis au plan des civilités de base, on leur a donné quoi à ces jeunes pour qu'ils ne sachent même pas être polis avec les dames de la cafétaria qu'ils voient à chaque jour ? C'est quoi c'est hot de pas exiger un Bonjour maman Merci maman ? Dans quelle société allons nous vivre demain, si seuls les téléphones deviennent intelligents.


Je crois vraiment que je parle trop !
En gros j'exagère, et c'est toujours facile de se moquer quand on ne voit pas toujours pourquoi telle ou telle chose en particulier nous dérange.

Mais je crois aussi que d'autres imparfaites ne parlent pas suffisamment à leurs enfants.

Je vous remercie de m'avoir lue.