vendredi 6 février 2009

À bas les s'il vous plaît!

Assise tranquille dans la salle d'attente du dentiste pendant que MissLulus se fait réparer une molaire, je savoure ce temps béni pour me plonger dans le même roman que je traîne depuis des mois.

Humm! La paix. Tout le monde chuchotte. Je me surprends à espérer que l'"opération" soit longue.

Puis, tout à coup: cris, chignage et voix étranges. "Ahhhhhhhhhhh c'est maaaaaaaaa catapulteeeeeeeee! Wouaaaahhhh! Au secourrrrrrs!" et "Brrrrrrrr! Paf! Sclak! Je vais te tuerrrrrrr!". Auditivement, je reconnais un enfant qui exagère les actions de personnages fictifs comme un mauvais épisode de Maya l'Abeille ou tout le monde crie, hurle et se lamente en boucle. Je me dis que le parent va intervenir dans la nano-seconde qui suit. Je lève les yeux. La mère ne bronche pas. Elle-aussi plonger dans son roman! Euh? Juste le temps de me questionner que je la vois relever sa tête. "Ahh elle va intervenir! Servir un puissant "tais-toi" ou "baisse le ton" à son fils!" que je me dis, trop optimiste. Elle dépose son livre sur ses genoux, se penche vers l'avant en croisant ses mains sur ses cuisses et prend une petite voix gnan gnan pour s'adresser à son garçon d'au moins 8 ans sur le même ton que si elle parlait à un nouveau-né: "Marc-Alexandre, mon chéri, pourrais-tu s'il te plaît parler un peu plus bas?"

"Mon chéri" ??
"pourrais-tu" ??
"un peu" ??
"plus bas" ??

J'ai failli m'évanouir. Depuis quand on dit "mon chéri" quand on veut lancer un message clair? Depuis quand on ajoute un "svp" quand on chicane notre enfant? Qui suggère à son enfant qu'il peut y avoir plus d'une réponse possible avec un "pourrais-tu"? Dire "plus bas" est-ce une pseudo tactique pour ne pas entacher son estime de soi?


Voyons donc! Les parents qui ajoutent des "svp" à leur demande comme ceux qui en plus réprimandent leurs enfants à coup de "mon poussin", "mon amour" ou autres dérivés mielleux m'exaspèrent. Ça anéantit toute tentative d'asseoir une portion d'autorité. Et surtout, le tout ouvre une porte à la négociation. Et quand on veut vraiment se faire écouter, la dernière chose qu'on veut c'est se mettre à négocier... (en passant, on a emmagasiné une super tactique dans Les Parent il y a quelques semaines où à chaque mot prononcé l'heure du retour de l'ado diminuait d'un quart d'heure... Génial! Avant même de partir, à cause de sa volonté de négocier, il était déjà en retard de 30 minutes!).
Servir des "SVP", c'est quémander leur participation, espérer que pour une fois ils daignent nous écouter, s'interroger s'ils ont le temps et le désir de bien vouloir (si cela ne les embête pas trop) de se plier à notre douce demande, etc. C'est être mou, voilà tout! Ou vouloir à tout prix élever notre enfant à titre de "Petit Roi" à qui on doit envoyer des requêtes dûment remplies sous peine que le souverain ne changera pas d'un iota. Bref, comme parents, c'est d'emblée s'assurer d'une défaite. La preuve: Marc-Alexandre n'a pas bronché et il a continué à faire hurler ses personnages.
La prochaine fois, la mère devrait lui servr un clair "Baisse le ton". Marc-Alexandre n'aurait pas été traumatisé pour les années à venir et j'aurais pu finir ma lecture tranquille.

6 commentaires:

MamanRousse a dit…

Moi je ne suis pas capable d'entendre les parents suggérer à leurs enfants...

Chéri, est-ce que tu veux venir brosser tes dents???

C'est pas un choix ou une option. Ça devrait être, c'est l'heure des dents! Ou: viens brosser tes dents.

En posant des questions et en offrant des choix, il me semble que ça ne fait que susciter la négociation.

Anonyme a dit…

Pour moi dire "svp" après une requête destinée à mes enfants n'est pas un signe de faiblesse mais bien de savoir-vivre. J'essaie de leur inculquer que la politesse est importante...alors pourquoi je n'utiliserai pas les mots "magiques" moi-même?
Pesto

gen a dit…

Moi aussi je dis le svp mais c' est direct: '' Baisse le ton svp!''
Y a pas place à négociation!

Nadine a dit…

Exact Gen! Ici aussi! Ou des fois, je pose des questions "Pourrais-tu parler plus fort?" pour jouer avec l'ironie...

garamond335 a dit…

Cette façon «polie et douce» de dire les choses les plus urgentes, les plus dramatiques, ça m'énarve !
Ma blonde est comme ça . On est en voiture et elle est à un cheveu de passer sur le feu rouge, je n'ai pas le droit de lui crier: ARRÊTE !, je dois plutôt lui dire, avec ma petite voix la plus douce, la plus mieilleuse : «Chérie, à ta place, je songerais à appuyer sur la pédale reliée au système de freinage de notre voiture car, vois-tu, le feu est rouge, le gros bêta..»
Je vous laisse deviner le résultat....

Hélène a dit…

Ah, merci, merci, merci de dire tout haut ce que tant pensent tout bas. Moi, il n'y a pas de SVP quand je veux qu'il s'exécute. Sinon, ça veut dire que lorsqu'il demande avec un SVP, je dois le faire ??? Non, j'ai place à dire non même s'il y a un SVP de sa requête.

L'estime de soi des enfants ça se construit aussi avec des frustrations sinon, il sont des êtres narcissiques et non pas des êtres avec un bon estime de soi !