samedi 13 septembre 2008

Monoparentale (sans les avantages)

Quatre fins de semaine par année (dont celle-ci!), je deviens une mère monoparentale. TriplePapa part en voyage d'affaires pour 4 jours (X 4: ça fait 16!)

Seize jours (et 16 nuits, il ne faut pas les oublier celles-là!) où je me farcis les crises, chicanes, tirages de cheveux, angoisses, «ennuyages» et autres «reniflages» qui me semblent plus fréquents (répétitifs, aigus, insupportables?) en l'absence de l'homme de la situation à qui je ne peux refiler la résolution des conflits si ma patience se volatilise.

Seize jours où je suis à cran en pensant à TriplePapa et à ses hôtels, ses restos, ses nuits complètes de sommeil et à son compte de dépenses...

Seize jours où je me surprends à imaginer ma vie sans enfant, baignée de silence, en train de planifier mon énième voyage je-ne-sais-où...

Seize jours où j'envie les vraies mères monoparentales qui savent que leur calvaire s'arrêtera pour une semaine ou un week-end...

Alors j'accumule des jours sur ma «feuille de temps maternelle»... un jour, j'aurai une année sabbatique!

5 commentaires:

Peccadilles a dit…

Peut-être que la prochaine fois ça serait une bonne excuse pour louer un chalet avec d'autres mamans et enfants. Le mix 3-4 mamans, tout plein d'enfants et chalet, ça donne un réel congé (on a juste besoin d'intervenir en cas de conflit ou bobo) et les mamans peuvent passer la journée à jaser (oui, bon, en surveillant du coin de l'oeil) en buvant un bon café.

Anonyme a dit…

J'aurais pu écrire ce billet...Je me sens EXACTEMENT de la même manière: mon chum est en voyage d'affaires depuis 6 jours et je suis en train de devenir folle. Je rêve de son retour pour lui laisser les enfants et avoir quelques minutes (heures?) à moi seule.
Je suis contente de voir que je ne suis pas la seule qui en arrache quand le papa quitte...

Milou a dit…

Bon courage ;)
Mais tu sais, même mono, on n'est pas toutes toujours certaines d'avoir des break.
Se ne sont pas tous les papas qui tendent vers la stabilité et la responsabilité. Usant aussi les yoyo...

Silvana a dit…

Chez nous, c'est moi qui part en voyage d'affaire (quand je travail et non en arrêt de travail pour grosse bédaine!), et j'avoue humblement que quand je fais dodo avec les deux oreilles sur l'oreiller de l'hôtel, ça me fait un bien fou. Quand je reviens, mon Homme à hâte de me voir (on comprends pourquoi!) et ma patience est à son meilleure :)

Mais je vous comprends... trop bien!

Sophie a dit…

Et quand il revient, tu n'as pas droit à une pause, toi aussi? Tu le mériterais!