jeudi 4 septembre 2008

La vie est un service de garde

Je n'ai jamais beaucoup aimé les garderies. Je trouve que ce sont des « attrape-parents ». Je ne crois absolument pas que les garderies soient nécessaires pour le développement des enfants. La fonction des garderies est de donner du répit aux parents et de leur permettre un point c’est tout d’aller travailler. Je ne dis pas que les enfants n’y apprennent rien et je ne banalise pas le travail de éducatrices (loin de là, je les adule presque!), mais personne ne me fera croire qu’un enfant ne serait pas mieux avec ses parents le plus souvent possible. Les services de garde sont tellement rigides, tellement stricts et tellement organisés que j'ai la vive impression de mettre les enfants dans une mini-armée. Pas le droit de temps partiel, pas le droit à plus de 20 jours de vacances, pas de ceci, pas de cela! Paie ici, paie-là! Bref, j’ai déjà les garderies de travers dans la gorge. Maintenant, après une seule journée d’école, c'est tellement limpide : je n'aime pas plus les services de garde scolaire. Ils ont l'air de mener l'école mieux qu’une main de fer d'une directrice aigrie!

Déjà, enceinte, j'ai eu mon premier frisson d'effroi quand j'ai su qu'il fallait inscrire mon bébé dans les garderies de ma région... alors que ce bébé grossissait encore en moi! Je n’avais jamais vu la binette de mon enfant, mais je devais décider dans quelle garderie j’allais le trimballer matin et soir. Comme si une fois le test de grossesse tourne positif, on devait appeler les garderies plutôt que de se trouver un médecin. RIDICULE! C'est comme cela que vous me dites? Je vous imagine le jour de vos 40 ans en train de souffler vos bougies sur votre gâteau merveilleux en rêvant à mille projets et voyages à réaliser, mais vous soumettant sans grognement à la prise d’un rendez-vous de visite avec le centre d'accueil le plus "top" pour ne pas "manquer" votre chance d'y entrer à 80 ans! Et pourquoi pas: vous aurez peut-être à y déménager plus rapidement car pour "réserver" votre place, impossible même de payer sans bénéficier des services et y être physiquement! Vous ne pouvez pas!!!!! Bennnnnn non! Comme dans les garderies! Il faut que la place soit véritablement occupée dès septembre, peu importe l'âge du poupon. Sinon, passez l'année à vous ronger les ongles en grattant vos cennes pour payer des garderies hors de prix. Pendant que le gouvernement subventionne parcimonieusement les réseaux à 7$ gardant ainsi les cordons et le pouvoir décisionnel. Pas question de remettre les sous directement aux parents qui eux ensuite pourraient décider ce qu'ils veulent en faire. Beennnnnnnn non! On pourrait être trop niaiseux pour garder ces sous pour nous et aller danser la rhumba toute la nuit… À l’école, si notre enfant marche le matin pour s’y rendre, il ne doit pas arriver trop tôt, car il ne pourra pas entrer dans la cour car les éducatrices surveillent si chaque petite tête qui s’y faufile est inscrit au service de garde. Depuis que les services de garde ont investi les écoles, les profs n’ont plus à faire de petites surveillances dans la cour avant la cloche. Mais les enfants ne peuvent pas y jouer librement. On voudrait que notre enfant dîne à l’école. OUiiiiiiiiiiiii pas de problème. De 1, payez. De 2, dites-moi les jours précis qu’il y viendra jusqu’à décembre. Euhh bonjour la flexibilité! Si j’ai un empêchement majeur pour accueillir ma fille chez moi pour le dîner, après quelques puissants soupirs, j’ai réussi à obtenir qu’elle puisse manger à l’école. Je n’ai pas osé demander ce que je devrais faire pour payer le foutu service de garde, mais je redoute déjà le moment!

Tout tourne autour des services de garde. C’est fou! Quand j’allais au primaire, c’était presque une « punition » de devoir rester manger à l’école. C’était soit tu restes près et tu manges chez vous. Ou soit tu restes à l’école. Maintenant, reste à l’école, mais paie par exemple! Tu veux laisser ton enfant 10 minutes avant la cloche? Paie le service de garde ou laisse-le sur le bord de la clôture. On dirait que les services de garde scolaire se sont infiltrés partout… même que les enfants sont atteints du « symptôme découlant services de garde ». On fait quoi là? On fait quoi après? Qu’est-ce que tu organises ce matin? Pitié… sauvez-nous!

6 commentaires:

Milou a dit…

Tu me rassures sur ma santé mentale...
J'ai 34 ans, 4 enfants et devant uen directrice ou une éducatrice de ces services, je dois toujours combattre un sentiment de totale inaptitude.
Il y avait toujours quelque chose qui clochait. Même à la dernière,une garderie "familiale", c'était plus rigide qu'une grosse administration.
Quand c'est rendu qu'on veut te culpabiliser de garder ton enfant malade ou simplement pour passer du temps avec lui au lieu de l'envoyer pour remplir les maudits quotas...
On a débarqué ma fille de là, tanné de se faire faire filer cheap.
C'est tout récemment que j'ai trouvé un CPE qui s'adapte aux besoins des parents et des enfants. J'ai switché de temps plein à temps partiel sans me faire sermonner et en plus, j'ai eut les deux journées que nous désirions sans les exiger non plus.
Mais ça me rappelle que je dois aller payer la surveillance du dîner pour mon fils. Polyvalente, ville voisine donc pas le choix il ne peut pas manger ici. Il peut décider d'aller manger au restaurant, pas grave, faut payer une surveillance.
J'en payait aussi une surveillance, quand ma fille avait 10 ans. Ça n'a pas empêché qu'un midi, pendant que les deux "surveillantes" jasaient dans le fond de la cour, sept petits garçons ont agressé ma fille...

En tout cas, bon courage!

PS: À quand une manif anti garderies d'armée?

Solène a dit…

Ici on a eu un CPE en or!!! Alors la réalité du service de garde de l'école nous frappe en pleine face! Ma fille a déjà son idée de fait à ce propos: "Tu viens me chercher combien de minutes après la fin des classe maman, parce que le service de garde, c'est plate!" (elle aime le dîner par contre! attrait de la nouveauté de la boîte à lunch? qui sait?)

En tous cas, à voir la tête des éducatrices, je m'emmerderais moi aussi!

Ouf! Bien contente d'avoir un horaire souple qui me permette de l'y laisser le moins possible!

Nadine a dit…

Une manif anti garderies d'armée? Humm intéressant! Je suis contente de voir que je n'étais pas la seule à penser cela...
C'est vrai, Solène, qu'il y a des places en or. Une chance!

sajumel+ a dit…

Je voudrais des noms!!
Ah! comme je me sens bien de savoir que je suis faite sur mesure pour des familles commes les vôtres!

Sérieusement, les micro-sociétés dans lesquels les parents poussent leurs trop jeunes enfants (lire; services de garde 10hrs par jour, 5 jours par semaine, 50 semaines par année et il ne faut surtout pas être malade!)J,en ai plein mon C**.
Ce n'est pas raisonnable alors qu'un poupon ou qu'un trotteur devrait développer son sentiment d'appartenance à la cellule familiale, aux valeurs que l'ont qualifies comme étant précieuses qu'ils doivent systématiquement faire confiance à une, deux, trois et même souvent quatre éducatrices par jour, sans compter la numéro 2 qui est absente ou la numéro 4 qui a pris congé!
Non!
Désolée, mais nos petits ont besoin de stabilité, de bons soins et de pouvoir jouer... jouer et encore jouer.
La petite enfance est la période la plus importante de leur vie où tous les changements s'y produisent si vite et où tout leur petit être entier est apte à découvrir, explorer, imaginer et créer les plus belles histoires et les meilleurs bagages qui seront très utile pour le futur.
Ce n'est pas en leur mettant de la pression qu'ils seront plus productif...
Ce n,est pas en tirant sur une tige qu'on fait pousser une fleur...
Ce n'est pas dans un esprit de compétition et de performance qu'on fera d'eux les adultes de demain...
Au contraire, avec la venur des services de garde à contrubution réduite, de leur principe d'universialité des services avec une fausse qualité égale et une fausse accessibilité pour toutes les familles québécoises nous avons créer la génération de l'éloignement. C'est le noyau familial qui se dfait tranquillement. Les parents croisent leurs enfants en moyenne deux heures par jour pour ensuite aller les inscrire à des cours de ci et des ateliers de ça les week end!
Eille... Je suis maman de 3 anfant de 5 ans et moins et j'ai opté pour la solution la plus raisonnable... rester à la maison avec mes enfants afin de m'assurer de leur confort et de leur flexibilité d'horaire, du temps qu'ils ont pour bien jouer et grandir selon leur guise et leurs goûts. J'ai ouvert mon service de garde afin de permettre aux parents un répis, du temps pour leur gagne-pain et pour combiner ma passion de découvrir jour après jour la magie de la petite enfance!
Je reste une éternelle insatidfaite de ce que nous donnons comme exemple à nos enfants en les entassant dans les garderies... c'est presque pire que les HLM!

Et puis maintenant? Eh bien mon coeur de maman pleure quand je vais reconduire mon fils à l'école et qu'il doit attendre derrière la grosse clôture que l'heure d'entrée sonne. C'est pire encore lorsque je vois mon grand timide faire de gros signes et crier à un ami qu'il a aperçu au loin... de l'autre côté de la grosse clôture!

Le but des services de gardes étaient à l'origine de permettre aux mamans de prendre leur envole, sortir de la maison pour y rapporter un revenu d'appoint qui est trop vite devenu essentiel pour les familles!
Sans jugement, il ne serait pas possible de doser... juste doser! Il me semble que tout ce temps de travail pourrait devenir bien plus remtable en investissant dans la petite enfance de nos propres créations!

En passant, j'embarque dans la manif!

Nadine a dit…

"Génération de l'éloignement", c'est tellement vrai! Oui, si tu savais Mélanye comment des places comme tu offres, un endroit chaleureux et simple, adapté et adaptable, c'est ce que les parents ont réellement besoin. (Merci... je te l'ai déjà dit!).
À quand la manif?

Anonyme a dit…

Bien chanceuse sajumel+ de pouvoir te payer le luxe de rester à la maison avec tes enfants. Parce que oui, c'est un luxe!

Les factures ne se payent pas toutes seules et ce n'est pas tout le monde qui a un conjoint pourvoyeur!

Et bien sincèrement, je n'ai pas envie que notre société revienne au temps de nos grand-mères où elles restaient sagement à la maison en attendant que leur mari ramène le chèque de paie.

Il n'y a pas de situation parfaite, mais l'important à mon avis c'est que le gouvernement s'enlève les pattes de là et laisse les parents faire leur propre choix!

Grâce à Pauline Marois, qui veut être la première Première ministre, le choix a été enlevé aux parents et maintenant on doit patienter sur des listes d'attente ou s'étouffer avec des 30$ par jour...

soupir