jeudi 18 septembre 2008

Le bureau: zone interdite aux enfants (fantasme)

Ce que je déteste le plus (ok, peut-être pas le plus, mais c'est dans mon top 5, disons...) c'est d'entendre une petite voix enfantine s'exclamer à l'intérieur des murs du bureau alors que je travaille paisiblement, loin de tout soucis parental...

«Aaaarrggghhh! Quel fatiguant a emmené son enfant au boulot ce matin?» est la phrase la plus sympathique qui me vient alors à l'esprit.

Invariablement, celui ou celle qui a commis ce délit trône au sommet de la hiérarchie ou compte parmi les mieux nantis de la place... Pas assez de fric pour se payer une gardienne, une nounou? Pas de mamie, pas de voisine? Pas capable de trouver une halte-garderie dans les Pages jaunes? Pas assez d'amis sur Facebook? Impossible de travailler de la maison?

Il me semble qu'il y a toujours moyen de trouver une solution plutôt que d'embêter ses collègues avec une fillette en mal d'attention ou un hyperactif incontrôlable. Si les autres collègues avec enfants sont capables de s'organiser, pourquoi pas toi parent-trop-important-pour-prendre-une-journée-de-congé?

Car le parent dépourvu de solutions ne vient pas au boulot avec son enfant pour s'en occuper, il vient pour travailler. Alors qui doit sortir les crayons, fournir les feuilles et emmener le petit à faire un tour à la cafétéria? Toujours la collègue qui pense marquer des points et impressionner ledit parent à grands coups de cocotte par-ci et de guili-guili-prout-prout par-là! Vous vous imaginez bien que ce n'est pas moi qui joue ce rôle, mais juste d'assister à la représentation me donne des boutons.

Mais le pire, c'est quand le parent a la «bonne» idée de faire une tournée générale afin de présenter «la prunelle de ses yeux» auprès de ses collègues. «Oh non, ils sont à deux bureaux du mien, vite un saut aux toilettes!» Et si la tournée de présentation officielle est au rendez-vous, l'enfant sera inévitablement habillé et coiffé comme un panneau publicitaire de Souris Mini. Prévisible...

- «Dis ton âge à la madame, Sandrine-Océane...»

Eh bien sache que la madame, elle s'en tape de ton âge! Elle en a des tous pleins comme toi à la maison et, pour l'heure, elle voudrait être tranquille!

Et le pire du pire, c'est qu'on nous les emmène plein de microbes ces marmots! Tousse-tousse, renifle-renifle, on n'est pas dupe «super papa», on le sait trop bien que si tu débarques avec ton enfant sur les bras, c'est qu'on l'a refusé à la garderie et/ou école ce matin.

Merci de venir nous contaminer... et de nous mettre dans le trouble! Car quand on aura contaminé les nôtres, on devra remuer mer et monde pour trouver une solution digne de ce nom afin de pouvoir venir passer une journée tranquille au bureau malgré des enfants sur le carreau!

4 commentaires:

Joa a dit…

Je comprends pas. Enfant malade = congé de travail = youpi deli dou! Non?

Évangéline a dit…

mouhaha!!! ici c'est le contraire! Comme maman est à la maison, si fiston est malade = fiston à la maison = plus de chicanes avec les autres.. pouhaha

Solène a dit…

Je suis totatelement d'accord! Je suis retournée travailler pour penser à moi, pas pour faire des finesses aux enfants des autres! Heureusement, c'est plutôt rare à ma job! Faut dire que la plupart de mes collègues adooooooooorent avoir une bonne excuse pour rester à la maison, ha!ha!ha! Heureusement qu'il y a des passionnées du travail comme moi pour avoir le courage (ou le soulagement) de rentrer travailler après une nuit blanche de gastro enfantine et de laisser tout cela à papa chéri!

Coco a dit…

Tout à fait d'accord. Le pire c'est d'entendre la petite dire à son papa (qui ne l'écoute pas car il est sur un appel-conférence): "Papa moi j'aime ça ici, je veux revenir travailler avec toi à tous les jours"
Arrrrrgh!!!!!!!