jeudi 23 juillet 2009

Sophie a tout compris (enfin!)

«Oh boy! Elle va nous ramasser!», me suis-je en voyant la chronique de Sophie Durocher publiée dans le nouveau numéro du magazine Châtelaine.

Eh bien non!

Elle trace un portrait très juste de l'état actuel de la maternité et félicite au passage toutes les mères imparfaites pour leur bon travail!

Extrait:

«Mais ce que font ces délinquantes de la maternité est un formidable pied de nez à tous ceux qui pensent qu'il n'y a qu'une seule façon de faire les choses. «Pukapab!» des donneurs de leçons, des diktats de la rectitude politique nataliste. Elles nous rappellent avec humour - et amour - que la maternité devrait être une période d'expérimentation. Nous avançons à tâtons, faisons des essais et des erreurs et gardons ce qui fonctionne pour nous, ce qui correspond à nos valeurs et nous ressemble. Et ce qu'en pensent les autres? Pffft! On s'en fout!»

Pile dans le mille, hein?

Après nous avoir vanté les mérites du manger rigolo l'hiver dernier, Sophie Durocher s'avouerait-elle vaincue dans sa dernière chronique? L'aurait-elle finalement eu sa première bouchée de chou-fleur au visage? Serait-elle passée du côté obscure de la force? Aurait-elle un (Z) tatoué entre deux vergetures?

Alors après les blogues, les livres et les chroniques, il ne manque plus qu'un congrès sur la maternité déjantée! Ou un Salon post-maternité/paternité pour réunir tous celles et ceux dont la balloune a dégonflé après de trop nombreuses nuits blanches. Avec Sophie comme porte-parole, bien sûr! Maintenant qu'on est copines (on l'a lu dans sa chronique!), elle nous doit bien ça...

9 commentaires:

Quenouille_80 a dit…

Je trouve ça plate à dire, mais c'est quand une personnalité connue comme Sophie qui ose dire haut et fort ce genre de "tabou" qu'enfin, on se sent moins coupable d'être qui l'ont est! Je suis infirmière en périnatalité alors imaginez à quel point mes faits et gestes peuvent être analisés parce "elle, elle connait ça"! Merci Sophie et vive les mamans (Z)imparfaites!

garamond335 a dit…

Il y a quand même des limites à se dire «imparfaite»...
Faire tout croche et conclure que c'est la mode d'être imparfaite, non !
Il y a des choses que toute jeune maman doit savoir...

Evely a dit…

Je ne suis pas toujours d'accord avec Sophie. Je me souviens qu'elle chialait sur Paul McCartney sur les plaines. Je lui avais écrit ma façon de penser sur son blogue. (je suis de Qc et je voyais pas le problème d'avoir une vedette internationale qui vienne pour notre 400ième...) Je dois tout de même avouer que des fois j'aime bien ce qu'elle dit. Je sais qu'elle est Miss bio et pro-allaitement sans bon sens (petite frustration perso, puisque je ne suis pas arrivé à allaiter et que je l'ai encore sur le coeur). Bref, étant donné que je la juge séverment, je suis pas mal contente de savoir qu'elle soit un peu Zimparfaite elle aussi.

Mamanbooh a dit…

Un mouvement provincial avec une porte-parole connue et déjà impliquée: j'adopte!!!

À bas la culpabilité, le jugement et la comparaison...

Vive la solidarité, la compassion et l'empathie!

Bio ou pas, ayant allaitée ou pas, enfants "différents" ou pas, notre salue est de ce côté là!

Merci Sophie, merci aux (Z)imparfaites!

Eve a dit…

Je dois avouer être d'accord avec garamond335 ici...

C'est bien beau être imparfaite, personne ne peut avoir atteint la perfection en ce bas monde!

S'il est important de lâcher prise et d'être soi-même, il y a aussi des trucs à respecter. Pour moi, la discipline est importante et l'alimentation aussi. N'empêche qu'on s'est tapé une grosse poutine hier soir pareil!

Donc, oui au lâcher prise, au vivre et laisser vivre, mais non au faire tout croche à la scrap. Il y a une ligne à ne pas traverser!

Nancy a dit…

Est-ce que faire preuve de jugement c'est envoyer les enfants tout droit à la scrap? Je crois qu'il faut cesser de confondre imperfection et mauvaise mère. Je crois même que la perfection risque plus de faire de nous de mauvaises mères que l'inverse...

Mounette a dit…

C'est drôle, en lisant ce texte hier, j'ai trouvé pour le moins perturbant que Sophie Durocher en soit l'auteure. Car dans ses chroniques elle a, justement, le jugement facile. Le couperet tombe plus vite que nos petites pluies d'été sur celles qui n'allaitent pas ou qui ont encore le malheur de ne pas acheter bouffe et linge bio (euh, par manque de moyens financiers, peut-être?). Je me suis dit qu'elle surfait simplement sur la vague des mamans rigolotes, décomplexées et décomplexantes...

gen a dit…

Mounette, je te bis.

Marie-Julie a dit…

Merci, je n'avais pas encore vu la chronique! :-)

Mama Cool