mercredi 15 juillet 2009

Rester à la maison: des vacances?

Il ne reste que 15 jours avant mes «vraies» vacances et je ne tiens plus en place! À vrai dire, je suis excitée comme une puce à l'idée de faire les valises et d'empiler bagages et enfants dans la voiture pour deux semaines de repos loin de la maison.

C'est plus fort que moi, j'ai besoin de lever les voiles et de quitter mes quatre murs pour avoir l'impression d'être vraiment en vacances. Et ce sentiment a le pouvoir de changer mes perceptions du tout au tout. La preuve: même faire le lavage devient excitant!

Enfant, j'ai pratiquement passé toutes mes vacances d'été chez moi. Mon père était atteint du syndrome «On est donc bien chez nous!». Je passais donc l'été à squatter les piscines de mes voisins et amis et à attendre éperdument la rentrée scolaire. Quand j'ai eu l'âge d'avoir un emploi d'été, j'ai commencé à apprécier les mois de juillet et août. C'est tout dire...

Aujourd'hui, j'ai beau avoir une grande cour et une piscine, je ne peux pas me résigner à rester à la maison lors des (si courtes) semaines de vacances estivales. Bien sûr, je suis heureuse de faire un BBQ, déjeuner/dîner/souper sur le patio, profiter de la piscine, faire un feu et veiller dehors mais ce ne sont pas des vacances. C'est juste l'été!

Mais il semblerait qu'avec la crise économique, le prix de l'essence, les pertes d'emplois, un nombre record de familles américaines privilégieront la ««staycation» à la «vacation» cet été.

Quelles sont les règles d'une «staycation» réussie? Elles se résument en quelques mots selon le site ivillage.com: planifier, décrocher, visiter les alentours, se payer la traite, prendre des photos et rester positif (!)

Désolée, je ne suis pas convaincue... ça ressemble beaucoup trop à mes week-ends!

Et vous, que faites-vous pour vous sentir en vacances à la maison?

12 commentaires:

Grabielle a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Grabielle a dit…

Je suis très casanière, mais j'aime bien faire voyager mes enfants... question d'élargir leurs horizons. Toutefois, précarité d'emploi oblige (gracieuseté de la conjoncture économique), nous n'avons placé aucune réservation d'escapade cet été. Certes, nous nous baladerons ici et là, mais l'envergure sera moindre que par les années passées.

Nous nous sommes donc mis au geocaching. Ce jeu simple et peu coûteux nous permet ainsi de nous amuser, tout en se "dépaysant" chez nous.

Meilleure chance l'année prochaine :-/

gen a dit…

Juste ne pas avoir à courailler pour mes cours, le bénévolat et le travail, c' est bien assez pour se sentir en vacances, même à la maison.
J' ai ma piscine, mon bbq, mon hamac...on commande pour souper de temps en temps...
Par contre, mes enfants iront faire un voyage au N-B avec leur mamie.

Evely a dit…

Pour tout dire, je suis en congé de maternité depuis février. Bon on s'entend prendre soin d'un bébé (surtout quand c'est notre premier) c'est pas des vacances, mais on a pas de patron, pas de stress et pas de réunion super importante pour laquelle il faut deux semaines de préparation. Bref, c'est assez relaxant d'être en congé de maternité, mais c'est loin d'être des vacances.

Mes vacances commence jeudi. Superpapa prend 6 semaines de congé et on va aller au Lac-St-Jean, au Lac Alymer, à Montréal et faire les touristes à Québec (on habite Québec).

Quand j'étais jeune la régle des vacances était une année un gros voyage et l'autre à la maison. Je n'ai pas de problème à passer mes vacances à la maison, mais pas tous les ans et pas à rien faire. Puis faut le dire, quand on habite Québec, on a pas d'excuse pour rien faire. Il y a tellement de trucs, même pour les jours de pluie.

Anonyme a dit…

j'ai besoin de quelques nuits à l'extérieur de chez nous pour décrocher.... je ne peux pas décrocher chez moi (je fait du télétravail)... pour des vacances économiques, on va voir la famille, on va voir des amis... j'ai plusieurs amis hors de MTL et on va camper sur leur terrain ou on passe la fin de semaine sur des matelas gonflables dans un sous-sol... parfois, on peut trouver des forfaits vacances famille pas trop cher sur internet ou dans les brochures touristiques....

Anonyme a dit…

Cette année (crise économique oblige!), mon conjoint est en vacances forcées avec moi tout l'été. Puisqu'on paie quand même pour la garderie, poupounette y va 2-3 jours semaine. Pendant ce temps, on a nos journées à nous autres tout seul! Ça c'est des vacances: dîner quand on a faim, cinéma l'après-midi, rattrapage de films et de séries en dvd, participation aux divers festivals de Montréal, plein de temps pour de la spontanéité coquine qu'on met de côté avec l'arrivée des enfants. Bref, on reste pas mal à la maison. Par contre, avec notre poupounette, on part en camping au moins une fois par semaine. Les parcs de la SEPAQ, c'est génial pour décrocher et se sentir ailleurs à peu de frais!

Mamamiiia! a dit…

Même s'il faut se taper du camping mal organisé ou des motels "cheap", je dois partir de chez nous pour me sentir en vacances. Autrement, j'ai toujours l'impression de continuer à "travailler" dans la maison".

Mère Poule a dit…

OH.

J'ai été victime du même syndrôme de la part de mon père.

Le ''on est tu bin chez-nous! Pis une piscine? On a pas besoin de ça pour être heureux!!!''

;)

Mamanbooh a dit…

Pour décrocher à la maison et se sentir en vacances, on change la routine et on fait des choses ou des activités spéciales...

La dernière qui a vraiment surprise mes enfants (les parfaites vont me juger!!!): nous sommes partis un matin en pyjama, tout dépeigné, les dents pas brossées pour aller commander (à l'auto quand même) un super/gros déjeuner/pas/santé que nous avons pris en faisant un pique-nique dans le salon et en écoutant les émissions matinales du week-end, collés collés...

"Spéciale maman, boui, pcq vacances congé! Mmmm... Bon!"

Hop mama a dit…

Staycation forcée ici aussi :O( On a quitté pour 4 jours de camping, mais ne savons si nous pourrons y retourner une seconde fois, alors on monte la tente dans la cour, on pique-nique, on se paye des virées à la crèmerie, on se couche tard et on découvre de nouveaux horizons près de chez nous ;O)

Mais en réalité, le simple fait d'avoir terminé l'école à la maison et l'Université pour l'été, d'avoir pris off de la Bizzness pendant 2 mois et de mette mon cerveau en panne quasi complète, ça fait déjà un bien fou!

nathaly D. a dit…

Trop besoin de décoller ici aussi! Quand on travaille en bonne partie à la maison, impossible de transformer les mêmes murs en niche à vacances. Du moins, pas pour moi. Enfant, nous n'étions pas très en moyens, mais mes parents étaient comme moi: faites vos bagages les filles, on s'en va à Old Orchard! Souvenirs merveilleux...;-)

garamond335 a dit…

Pour moi, vacances = voyages
Rester chez moi équivaut à un renoncement, une punition.
Un voyage n'a pas besoin de durer 6 mois ! quelques jours ailleurs vont me suffire....