mardi 14 juillet 2009

Été sans féminité

MissLulus, je l'ai habillée de minuscules collants et de mignonnes robes dès sa sortie de l'hôpital. Je n'allais pas me priver; j'avais une fille! Je lui ai trouvé des jumpers de jean ultra mimi, des jupes colorées, des chemises féminines, etc.

Résultat?

6 ans plus tard: ma fille est le clone de Elie du film Up. Elle pourrait passer son été avec un short, un vieux t-shirt difforme et ses bottes de pluie (ou ses gougoumes lors d'exceptionnelles journées avec soleil!). Exit la touche féminine! Ses ongles sont sales en permanence malgré la mince couche de vernis qu'elle applique de temps en temps dans un soubresaut de féminité. Rajoutez à cela la perte de ses deux palettes lui conférant un style rivalisant avec celui de Fifi Brind'acier. Je ne vous ai même pas parlé de ses pyjamas. Elle porte invariablement ceux qui sont trop courts. "Je les aiiiiiiiiiiime". Même la nuit, elle détonne vestimentalement parlant. J'ai même poussé le tout jusqu'à lui couper les cheveux au carré aux oreilles car je n'en pouvais plus de sa grêve de lulus et de barrettes. On s'entend que des passes (lousses, car autrement, ça l'achale...) dans les cheveux pour aller au soccer, ce n'est pas merveilleux! Je vous le dis qu'en matière de féminité, on est descendu bas. Et j'ai remarqué qu'en été, son affranchissement à la féminité est à son paroxysme. L'hiver, elle joue avec Momo et Lili aux princesses, à l'école et se maquille volontiers avec elles. L'été, bonjour les épées, les bâtons de bois, les escargots gluants, la pêche, le baseball, les châteaux de sable et de boue avec Lolo et JeuneHomme.

Et le pire?
- "Maman, je suis obligée de prendre un bain?"
- "Euh oui!! Tu viens d'aller au soccer. Tu as les cheveux tout humides (lisez: gras) et tes avant-bras sont tachés (lisez: huilés) de popsicle fondu!"
- "OK. Je me dépêche. Cela veut dire que demain, puisque je n'ai pas de soccer, je ne prendrai pas de bain ni de douche. Trop coooool"

Voulez-vous bien me dire ce qu'est advenu de sa féminité? Ne serait-ce qu'une petite parcelle? Je n'ai pas hâte à l'hiver, mais presque...

Sérieusement, elle est sur la bonne voie pour être imparfaite et ne pas se soucier des qu'en-dira-t-on! Faut se consoler! ;-)

10 commentaires:

garamond335 a dit…

Ma plus jeune n'a porté une robe que trois fois dans sa vie !
Pourtant elle est aussi féminine que n'importe quelle autre femme de son âge !
Faut pas s'en faire...

Moments de Maman a dit…

Ici, c'est le contraire! Je dois retenir ma fille à deux mains de ne pas se maquiller et mettre sa plus belle robe tous les jours!
Et Dieu sait que je n'ai jamais encouragé ce comportement! De mon côté, petite, j'étais plus tomboy que poupée moi-même et ma féminité s'est déclarée très, très tard.. alors ne désespère pas! De toute façon, à l'adolescence, tu vas probablement avoir des propos inverses ahah! :)

gen a dit…

Attends, ça va lui venir bien assez vite!

Mamanbooh a dit…

Moi, je viens juste de vivre exactement le contraire...

Ma fille qui ne portait jamais de robe ne veut plus mettre rien d'autre (même pour dormir, ça lui prend une jaquette!) l'élastique doit être assorti au chandail de soccer mauve et "rose" est la seule couleur qu'elle arrive à prononcer clairement (trouble de langage oblige).

Elle n'a pas peur de se salir ni de jouer avec les autos, mais côté style, elle me réclame même des colliers et du vernis!

Je suis toute mélangée, mais elle, elle semble y prendre beaucoup de plaisir! Comme quoi nos enfants arrivent avec leurs propres goûts et personnalité (S).

* On pourrait peut-être se faire un échange de linge!?!
** Mon chum s'inquiète... Est-ce que cela aussi risque d'arriver avec mon garçon?

DEMIJOUR a dit…

Quand j'ai su que j'attendais un garçon à l'échographie je me suis mise à pleurer...

Exit les petites robes, le maquillage et le poupounage en rose bonbon. Mon côté girly venait d'en prendre une claque!

Puis je me suis consolée quand justement une de mes collègues girly dans la cinquantaine avancée m'a avouée qu'elle avait beau avoir tapissé les murs de la chambre de sa fille en rose , lui avoir fait porter milles robes pour la retrouver plus tard pas très féminine; toujours en pantalon, jamais maquillée.

Consolez-vous car les femmes ont cette chance d'être "les deux sexes" sans se faire pointer du doigt.

Pas certaine que si mon fils lui prend l'envie de porter une robe et de se maquiller que ça va passer aussi bien...

Hélène B. a dit…

Moi, j'adore les journée "off-maquillage" et je déteste les bas-collant. Les robes et les jupes, je les supporte seulement l'été.

Mais ma fille... Elle doit avoir une robe à tous les jours, y compris lorsque nous sommes en camping. Elle a un bikini, un tankini et un maillot complet selon ses humeurs. Et elle ne peut s'empêcher de revenir de chez ses amies toute maquillée à chaque fois (son père et moi avons mis notre droit de veto sur les trousses de maquillage jusqu'à sa pré-adolescence, chez-nous!).

Alors oui, les enfants arrivent avec leur propre caractère et leur propre préférence...

Mi-trentaine a dit…

S'il faut s'en fier au film, y'a pas de quoi s'inquiéter!
Éli devient une femme jolie, douce et féminine. Si si, elle porte des robes et tout!

Lagrano a dit…

Ta petite momo me ressemble lol. Je précise que je me lave chaque jour par example et que j'aime bien ça ;-)

J'ai juste plus envie d'être "féminine" pour seulement plaire aux autres. Ça ne me ressemble pas alors pourquoi afficher une fausse image de moi? Cela dit, ta fille peut très bien prendre un virage à 180 degré. Sait-on jamais.

Anonyme a dit…

Ça me rappelle mon enfance! J'ai longtemps été «tom boy». J'avais les cheveux très courts (et je les ai encore!), je portais les vêtements de sport de mon voisin et je jouais surtout avec les garçons du quartier. Je rentrais à la maison complètment couverte de bleus, de boue et de gazon. J'avais tellement de plaisir! Les princesses, très peu pour moi! Je crois que la féminité vient avec les années, avec l'envie de plaire aux autres, puis, peu à peu, avec le plaisir de prendre soin de soi!

Maude a dit…

Je repensais à ce manque de féminité hier soir en me couchant... Ça m'est soudainement apparu comme la marque indéniable d'une grande force de caractère : ne pas vouloir à tout prix être comme les autres. Aujourd'hui, les jeunes filles (même les très jeunes) veulent se maquiller, mettre du vernis à ongle, être très «girly» comme on dit. Se foutre de tout ça et passer ses journées décoiffée à se rouler dans le gazon, profiter de l'enfance jusqu'à en avoir les ongles noirs, c'est merveilleux, non? Au diable la «girlyness» et la pression des princesses! Je veux être MOI! Bravo pour ta fille.