mardi 21 octobre 2008

Pousser ou être poussée?

«J'ai poussée une fille de ma classe aujourd'hui!», m'annonce Momo, presque fière.

Ma première réaction a été de m'énerver: «Voyons Momo! C'est pas gentil! On ne fait pas ça!»

«Mais maman, elle était assise sur le banc et elle avait fini de mettre ses souliers. Et moi j'avais besoin de m'asseoir pour mettre les miens. Je lui ai dit de se tasser, elle n'a pas bougé. Je l'ai poussé au bout du banc avec mes fesses.»

Bon.

Je lui répète les règles de base de la civilité pour énième fois.

Mais quand j'y repense, je suis assez fière de ma fille. Car pour chaque fille poussée, il y en a une qui pousse et, entre les deux, j'aime autant que Momo soit celle qui pousse plutôt que la poussée. Mieux vaut faire sa place -même maladroitement!- que subir son sort en silence. Et tant pis pour les conséquences!

1 commentaires:

garamond335 a dit…

Il y a une limite dans l'enseignement de la politesse aux enfants. Des fois, il faut savoir prendre sa place ! Bravo pour votre «pousseuse», elle a bien fait.
Certaines mères sont trop «politically peureuses» et ne fournissent pas les bons outils à leurs enfants !