vendredi 12 mars 2010

Une cloche de verre... non merci?

Le printemps arrivera bientôt (à mon grand désespoir, cette année). Et on dirait que les fausses bonnes idées aussi! Les enfants deviennent des spécialistes en la matière tout à coup.

- "Je voulais attraper mon ballon sur la 2e tablette du cabanon, alors j'ai mis une chaudière à l'envers sur la tondeuse pour pouvoir le prendre!"

- "Je joue à Tarzan avec les barreaux de l'escalier. Bennn quoi? Oui je lève mes pieds, mais je suis capable de toucher à la marche après.... même si on est dans le haut de l'escalier!!"

- "Je pensais que je pouvais prendre la corde à linge pour attacher ma corde à danser - devenu une liane - et me balancer dessus!"

- "J'ai mis des roches et des cailloux pour faire un circuit pour nos trottinettes. Ben quoi! On n'avait pas de cônes!"

- "On joue à qui saute le plus loin du module de jeux au parc! C'est tout!".

C'est quoi? Un jour, ils vont m'arriver avec "On n'avait pas de jouets alors on a joué à s'étouffer!". Des nouvelles comme cela, ça me fait peur. Ça ne se peut pas que ce soit que quelques enfants un peu tordus sur les bords qui ont essayé ce jeu stupide. N'importe quel enfant, toujours intéressé par la nouveauté et surtout au caractère intrépide, va vouloir "essayer"... avec comme réplique "Bennnn là! Quooooooi? C'n'est pas grave!". La témérité m'énerve (et m'empêche de dormir... à l'avance!), mais d'un autre côté je ne voudrais pas que mes enfants soient trop peureux. Je me rappelle toutes les soirées à jouer dans la rue pas (trop) loin (il me semble!) de la maison quand enfin les journées s'allongeaient doucement. Je veux que les enfants vivent cela aussi... mais on dirait qu'on nous bombarde de mises en garde et que rapido les pires scénarios nous viennent en tête. Ahhhh! Que faire?

Les autres années, l'arrivée des beaux jours rimait avec le retour du rosé. Là, hier soir, j'ai eu droit à une supplication du genre "Je veux aller jouer au parc... toute seule! J'suis capable, tu sais..." Mouin mouin...

9 commentaires:

Anonyme a dit…

Ayoye ! J'ai lu le reportage sur l'étranglement en pièce jointe, et je me souviens qu'étant jeune, mes ami(e)s faisaient ça aussi... je ne me rappelle pas du tout du côté sexuelle là-dedans, mais on se faisait évanouir et on se réanimait, après mûre réflexion quel jeux stupide et dangereux. Ce n'est pas nouveau car j'ai 29 ans, donc ce n'Est pas très récent...
Je n'ai pas très hâte de voir mes ti-mousses plus vieux que vont-ils faire ??? Au secours, je n'ose pas y penser....

Mamanbooh a dit…

Ouf! Mon niveau d'anxiété vient de remonter d'un cran...

Mes enfants sont un peu plus jeunes, alors ils n'ont pas encore pensé aux mêmes idées que les tiens, mais je m'attends d'un été à l'autre que mon fils trouve le moyen de monter sur le toit de notre maison. L'été denier, il avait déjà essayé celui du cabanon, du haut de ses 3 ans.

Il n'y aurait-il pas des cloches invisibles disponibles pour éloigner les méchants et limiter les dégâts?

Pourtant, j'ai joué dehors, du matin au soir, dans les bois (on se faisait des cabanes), les terrains vagues (on jouait à la Guerre des tuques!)et avec mon vélo et ma planche, je me sentais libre comme l'air:le monde m'appartenait!

Anonyme a dit…

J'ai 37 ans et je me rappelle avoir fait ça aussi à quelques reprises pendant l'adolescence. Comme le dit le premier commentaire, le but était de se faire évanouir, et certaines personnes se mettaient alors à réagir bizarrement, comme si elles étaient somnambule. Je crois que c'était surtout cette curiosité qui nous attirait, mais en effet, c'était loin d'être intelligent comme jeu...

J'ai moi aussi un grand garçon qui a toujours eu des plans assez intrépides, toujours vouloir grimper partout. Le texte d'aujourd'hui me fait penser que je devrais aborder ce « jeu » avec mon fils... un jeune avisé en vaut deux! ;-)

Véronique a dit…

On peut pas empêcher nos enfants de faire leurs expériences. Le mieux qu'on puissent faire, c'est les informer et de les soutenirs:). Quand ils sont en mesure de réfléchir par eux-même, ils vont être en mesure de savoir que certaines situations sont plus dangereuses que d'autre.

Personnellement, je me suis prise à penser dernièrement que c'était une chance que ma mère n'ait jamais été mise au courant de mes aventures d'enfant et d'ados. J'veux dire, c'est ABSOLUMENT sûre qu'elle m'aurait empêchée d'aller jouer de la guitare sur la toit de la maison... ;). Et pourtant, je me suis rendue à 20 ans sans jamais être hospitalisée...

J'imagine que grandir, c'est aussi une question de chance.

Carolune a dit…

il faut arrêter de surprotéger nos enfants.. on oublie comment c'était nous étant jeunes !
On faisait du vélo avec3 personnes dessus, dévalaient les pentes à toute allure, pas de casque...
On grimpait aux arbres, jouaient au parc tout seul..
Moi pis mon petit voisin on s'amusait à faire les vidanges et faire des ventes de garage après, on vendait ce qu'on avait trouvé et on allait dépenser nos sous au dépanneur après (pis ça marchait !)

Il faut faire ses expériences, arrêter de penser qu'il y a des malades partout pis que les parcs sont des ''pédoparcs''

avancer dans la vie, ça se fait avec un genou écorché, une cicatrice au front et bien du bagage à raconter étant plus vieux !

D'une maman pas tres poule.. qui trouve son fils un peu mitaine des fois car c'est LUI qui n'est pas téméraire du tout...

Anonyme a dit…

J'ai travaillé en garderie l'an dernier et un petit garçon de 4 ans s'amusait a s'étrangler et à étrangler les autres aussi...Nous sommes intervenues et avons averti les parents qui ne semblaient pas s'en faire...!
Très dérangeant et dangereux comme jeu...
Mini

Guenièvre a dit…

@Anonyme 1: Je me souviens avoir jouer à ces jeux aussi au primaire et c'est un autre enfant (autre que nous même) qui nous "étranglait" Il pesait sur la gorge jusqu'a temps quon commence à voir des étoiles et quand on les voyait, on lui disait d'arrêter....en plus, ça se faisait à l'école et jamais personne nous a averti...
Quand j'y repense........

J'ai aussi des enfats un peu trop téméraires à mon goût: aon s'est rendu compte, l'automne dernier, que nos enfants grimpait sur le toit (ils n'ont quand même que 3,6 et 9 ans) car qqu qui passait en voiture trouvait ça bizarre de voir 2 jeunes enfants sur le toit d'un garage...
Et selon la + vieille, ce n'était pas la 1ère fois...
Ayoye!!!ça fait mal (pas eux, heureusement)
Vous pouvez être sûr qu'ils ne l'ont pas refait et ils ont eu droit à une petite discussion avec nous.....

nina a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…

Je suis tiraillée entre mon coté: les jeunes sont bien trop protégés de nos jours, la suprotection à des conséquences réels, quand j'avais leur âges, j'étais plus autonome, blablabla..
Et mon coté... ouais, ben, j'ai peur quand même.

J'aime beaucoup les réflexions de Lenore Skenzy la-dessus...http://freerangekids.wordpress.com/