mercredi 3 mars 2010

Lâchez notre panier d'épicerie!

Quand je fais mon épicerie, je peux avoir la paix? Je ne veux personne qui zyeute dedans. Et encore moins de "sur-taxes" sur ce que j'achète.

Vous devez avoir vu comme moi des pub qui dit que le gouvernement a plein d'options pour renflouer son portefeuille dont la super idée de taxer les cochonneries à l'épicerie. C'est moi ou la folie du "bien manger" - et ça a un nom en plus... "orthorexie" - est en train de virer à la folie profonde? Est-ce moi ou on s'enligne pour chercher de l'argent dans les poches de ceux qui en ont le moins, bien souvent? Une taxe de plus pour les pauvres comme en parlait Stéphanie Bérubé dans La Presse?

Parfois, on saisit le problème par le mauvais bout. Taxer ne fera jamais changer des habitudes. Essayez de contrer la malbouffe en nous la faisant payer plus cher n'est pas la meilleure solution. Un chercheur américain notait, avec beaucoup de justesse : «C'est vrai que si on augmente le prix des sodas, les gens en boiront moins, mais ils ne mangeront pas plus de fraises!» Et ils iront moins au théâtre, achèteront moins de livres, etc. Ça a des répercussions partout!

14 commentaires:

Mamanbooh a dit…

Et que dire de la pression sociale qui nous arrive de l'école pour les lundis sans viande et les mercredis sans déchet (la fille de mon amie perd des points pour une activité récompense si elle a le malheur d'avoir un fromage emballé ou un yogourt en portion individuel!)

Qu'on nous encourage, oui! Qu'on nous juge, non!!! Qu'on nous taxe, encore là, c'est nous infantiliser...

De toute façon, les fruits et les légumes frais sont souvent plus chers qu'une boîte de petits gâteaux ou de biscuits sucrés.

Alors, si je choisis d'acheter une boîte de "Smarties" à la caisse,
laissez-moi tranquille!

*Rassurez-vous, j'offre des bons repas équilibrés, je recycle et nous utilisons des contenants réutilisables... En plus des "Smarties" pour des "beaux pipis"!?!

Anonyme a dit…

Ah ! je suis peut-être plate... mais pour moi je me fou un peu des habitudes alimentaires des autres, si vous n'êtes pas capable de prendre soin de votre corps en mangeant que des cochonneries et en ne faisant pas d'exercice... et bien c'est votre problème... et ne me dites pas que la bonne nourriture coûte trop cher... chez nous on vit avec un salaire de 38 000$ et on est 5 personnes (2 adultes et 3 enfants) je cuisine beaucoup et je cuisine en grosse quantité de bons plats santé pour ma famille et ce n'est pas si compliqué que ça pour tout le monde mange bien, ici la nourriture passe avant tout et nous arrivons très bien à nous nourrir avec un budget de 150$ par semaine d'épicerie sans aucune bouffe superflus... alors que les gens cesse de nous parler d'obésité et de malbouffe, je crois qu'on est assez "adulte" pour faire nos propres choix que se soit alimentaire ou style de vie..

Désolé pour la montée d'hormones (mon petit a mal dormi cette nuit... et moi aussi.. :-)

Anonyme a dit…

À anonyme :

Je te comprend que le gouvernement cesse de vouloir nous prendre par la main avec leur programme pour faire de l'argent que se soit: cigarette ou bouffe... chacun fait ce qui veut avec son corps.... et il faut le respecter comme le dit si bien mamanbooh ..

MarieSoleil a dit…

Moi j'hais, j'hais, j'hais le sport! est-ce que la prochaine affaire c'est de m'envoyer une facture parce que je ne fais pas d'exercice???
Je sais pas, en même temps c'est vrai qu'après si on est en mauvaise santé c'est toute la société qui doit payer... honnêtement j'ai de la difficulté à être totalement pour ou contre.

Julie a dit…

D'un bord, je me fous bien de ce que l'autre met dans son panier. Si je croise mamanbooh avec une boîte de Smarties dans son panier, il y a des bonnes chances que je le remarque même pas.
De l'autre, ce n'est pas vrai que les fruits et légumes sont moins chers que les cochonneries. Faites le calcul. Vous achetez un sac de chips versus un sac de pommes. Peut-être que les chips sont moins chères, mais il y a de bonnes chances que vous passiez au travers avant de passer au travers votre sac de pommes!
Avec 100$ par semaine je fais des miracles. Là-dessus, je prends 30$ juste à la fruiterie 440 et mon panier déboooooorde!
À chacun ses choix de vie. Mais honnêtement, j'aime bien mes choix: je suis sportive, j'ai des enfants qui le sont aussi (merci à l'exemple) et on se nourrit bien.
(Moi aussi, j'en achète des fois, des Smarties, des cocos Cadbury pis tout! Je suis pas une sainte... )

Une femme libre a dit…

Je suis pour la taxe sur les cochonneries en autant qu'on se serve de l'argent ainsi recueilli pour baisser le prix des fruits et légumes et autres aliments santé de base et pour faire de la prévention. Ceux et celles qui savent cuisiner s'en sauvent très bien avec un petit budget, sauf que plusieurs personnes ne savent plus cuisiner justement,il faut le leur apprendre. Encore faut-il qu'ils veulent apprendre. Mais si une personne pauvre avait le choix entre un litre de coke à trois dollars et un litre de lait à un dollar, il me semble évident qu'elle serait influencée dans le bon sens. C'est bien la liberté de choix, mais quand de jeunes enfants sont pénalisés, ça ne va plus. Les gens qui veulent manger des cochonneries auraient encore le choix de le faire, mais en payant plus.

Karina a dit…

Je suis du même opinion que "Jeune femme libre" quoiqu'un peu plus radicale.

Que la malbouffe soit taxée davantage, je n'y ai aucun inconvénient car ces aliments ne devraient pas être la base de notre alimentation mais bien une petite gâterie. Et une gâterie par défaut est généralement plus chère, non?

J'ai habité le Centre Sud lors de mes premières années à Montréal. Il y avait à l'époque de quoi faire une étude sociologique les premiers de chaque mois. En spécial cette semaine à l'épicerie du coin: Coke, Pepsi, bœuf haché, Kraft dinner, Joe Louis', chips de toutes sortes, frites congelées, ect. Il y avait des monticules de ces aliments. Je me disais que ces pauvres enfants (pas de jeux de mots ici) ne développeront probablement jamais le goût pour la nourriture santé préparée maison en plus de ne jamais vouloir élargir leur horizon culinaire.

Est-ce à l'état (et à nous payeurs de taxes + impôt à 50%) de sévir en augmentant le prix de la malbouffe, des cigarettes et de l'alcool afin de désengorger les urgences? Devrions nous utiliser cet argent de plus pour réduire le prix des essentiels et éduquer sur l'alimentation et l'activité physique (est-ce que les cours d'économie familiale existent toujours???) afin qu'en bout de ligne nous ayons moins de diabétiques, d'obèses, etc ou bien nous devrions laisser la sélection naturelle se faire d'elle même?

Anonyme a dit…

Je suis d'accord avec Karina. Les spéciaux de la première semaine du mois ne sont pas sur des aliments de base, mais sur des aliments transformés. Ça, c'est quelque chose qui devrait changer. Les moins nantis devraient profiter des spéciaux autant que tout le monde. Ils ont des sous une fois par mois. À la fin du mois, ils n'en n'ont plus. C'est à ce moment que la boisson gazeuse et les frites devraient être en spécial.

Je vis avec 150$ par mois pour l'épicerie (un adulte et un enfant) et je dois jongler les spéciaux. Croyez-moi, ce n'est pas le premier du mois que je fais l'épierie.

Qu'ils taxes les cochonneries m'enlève à moi la possibilité de me payer 2 gâteries par mois. Mais je vais faire avec parce qu'un sac de chipit de chocolat dans les muffins coûte moins cher qu'un sac de chips. On mangera du pop corn cuit au chaudron à la place des jujubes.

Sophie a dit…

Je ne veux pas être plate, mais faut être réaliste. Le gouvernement a de plus en plus de dépenses et dès qu'il veut couper, tout le monde hurle. Reste une solution : augmenter les revenus. Des revenus, ça s'augmente comment ? Impôts ou taxes. Si on augmente trop les impôts sur le revenu, on est perdant pcq les plus fortunés vont foutre le camp du pays et on va devoir se ramasser à combler leur portion d'impôts. Reste à taxer. On taxe quoi? Encore les cigarettes? Ouais, mais il y a de moins en moins de fumeurs... On tire sur tout ce qui bouge en augmentant la TPS et la TVQ? Ouais, peut-être...

Donc une taxe sur des produits ciblés dont on veut réduire la consommation, moi, je trouve que c'est pas parfait, mais c'est un moindre mal dans les circonstances. Ca ne va pas réduire la consommation de cochonneries? Honnêtement, je ne crois pas que ce soit réellement le but visé par le gouvernement! Et personnellement, j'aime mieux payer un peu plus de taxes sur un produit dont je peux me passer que de payer plus de taxes sur un produit dont je ne peux me passer. L'exemple qui est tout le temps donné de la liqueur et du jus d'orange est un faux exemple... Je vous demande : préférez-vous payer plus de taxes sur la malbouffe ou plus de taxes sur tout, dont les vêtements d'hiver de vos enfants, le siège d'auto pour bébé, leurs cours de soccer, etc?

Pcq "let's face it" : va falloir payer pcq les babyboomers ont trop bouffé et bouffent encore trop de ressources, plus que ce qu'ils peuvent se payer et plus que ce qu'on peut leur payer.

Donc la taxe sur la malbouffe, ouais, c'est pas génial, mais c'est un moindre mal...

Milou a dit…

C'est drôle, je parlais nutrition aussi aujourd'hui sur mon blogue.
Je me demandais si j'étais normale d'en avoir un peu marre de "tel aliment donne ceci ou cause cela" et de vouloir conserver la notion de plaisir en mangeant. En mangeant des aliments "sains" et d'autres "moins bons".
Peut-on manger du yogourt et non des pro-biotiques et des chips et non du gras trans?
Et laissez les gens juger par eux-mêmes ( tout en aidant ceux qui le désirent à cuisiner et à s'acheter des trucs "sains" s'ils le veulent au lieu de les culpabiliser?)

Evely a dit…

C'est un peu niaiseux. On nous taxe sur tout et sur rien, mais en fait, ça ne règle aucun déficite et aucun problème. Moi je suis pour que les sénateurs soient moins payé (sans blague, ils ont une prime à chaque fois qu'ils font acte de présence en plus de leur salaire normal), que les politiciens en général soient moins payés. Si on veut s'attaquer au problème, faisont le à la source.

Pour la nourriture, qu'on augmente les prix. La nourriture moins bonne pour la santé devrait être un luxe, mais qu'on ne viennent pas nous dire que c'est pour changer nos habitudes de consommation. En temps qu'ancienne fumeuse, le prix d'un paquet de cigarette ne m'a jamais stoppé. Ce qui m'a stoppé, l'envie d'avoir un bébé et le goût de me prendre en mains. (en tout cas, quand j'étais en sevrage de cigarette, j'étais contente qu'il n'y avait pas de taxe supplémentaire sur la crème glacée ;o)

Sophie a dit…

@ Evely : moins payer les politiciens n'est pas une solution (mais les sénateurs, j'avoue qu'on pourrait s'en passer!). Pourquoi? Pour la simple raison que si on paye moins les dirigeants de notre gouvernement, on va se ramasser avec des incompétents en poste. Être politicien, ça reste une job - et si la job ne paye pas... Pourquoi une personne qualifiée irait occuper un poste au gouvernement s'il peut en occuper un beaucoup plus payant en entreprise? Par dévotion? Come on! Le politicien sont sur le même "power trip" que n'importe quel dirigeant d'entreprise. Si le salaire n'est pas compétitif, les gens compétents n'auront aucun intérêt à diriger un pays ou une province... Alors le poste n'intéressera que les incompétents (ce qui, avoue-on le, explique bien des choses non?) et on devra choisir, aux élections, parmi un lot d'incompétents, ceux qui décideront pour nous.

Evely a dit…

C’est comique, j’ai une copine ancienne député qui lit ce blogue, je m’attendais qu’elle me tape sur les doigts, mais pas quelqu’un d’autre. Désolée, mais je persiste à croire que les politiciens sont trop payé comparé à la moyenne des gens. Je crois que le salaire dois être conséquent des compétences, mais ce n’est pas le cas en politique, en tout cas pas en ce moment. Perso je ne travaille pas pour un salaire, mais par amour pour ce que je fais et parce que j’ai les compétences pour le faire. Je buche fort non pas pour avoir un plus gros salaire, mais parce que je veux être meilleure à ce que je fais et offrir de la qualité dans mon travail. C’est ce que je m’attends d’un politicien. Justement ma copine ancienne député m’en a parlé des blasés de la colline parlementaire (pas tous, j’en conviens, mais reste que…) et franchement non, je ne suis pas trop heureuse qu’ils gagnent quatre fois mon salaire et qu’ils veulent me sur-taxer en plus en me faisant gober que c’est pour mon propre bien, comme si je suis pas assez intelligente pour savoir quel aliment est santé et lequel est mauvais. Suis-je désillusionnée par rapport à la politique, oui, mais dites moi à qui la faute. En passant beau et long discours du trône, de belles paroles, ça a du coûté cher à produire… malgré tout on reste sur sa faim et sur une panoplie de promesses délaissés et d’agendas cachés.

Anonyme a dit…

On ne peut être contre la vertue, mais on peut être contre la morale ;-) Pour moi taxer la malbouffe davantage, ça ne changera rien dans ma vie (c'est pas un 5$ par semaine de plus sur mon épicerie qui va changer grand chose. Par contre, je ne suis pas d'accord avec l'explication que si on taxe la malbouffe davantage, les plus pauvres vont faire de meilleurs choix. Est-ce que parce qu'on est pauvre on n'a pas le droit d'avoir envie de gateries?