lundi 8 février 2010

Appelez-moi Madame... mais par mon vrai nom!


Y'a-tu quelque chose qui me fâche plus qu'un appel pour un sondage à 18h alors que je termine la dernière leçon de Lili tout en remuant le souper du bout de l'autre main?

Oui!

Un appel pour Madame L.N.! Y'en n'a pas de Madame L.N. sous mon toit, y'a juste un Monsieur L.N. Moi, c'est Coulombe. C.O.U.L.O.M.B.E.

COU-LOM-BE

OK???????

Bon, le bottin téléphonique, c'est une chose. Mais je n'en reviens toujours pas que nos consoeurs canadiennes, américaines ou françaises changent encore de nom de famille lors qu'elle prononcent leurs voeux de mariage. Gros débat à ce sujet d'ailleurs ici, sur le blogue Famille du MSN canadian. La blogueuse revendique simplement son droit à conserver son nom après le mariage mais -oh! scandale!- elle s'est attirée les foudres des électeurs de Stephen Harper... euh... de ses lecteurs.

J'ai également causé une commotion dans la famille de TriplePapa en France, où nous étions allés convoler il y a de cela plusieurs années (déjà!). J'avais refusé que le nom de TriplePapa soit ajouté à la suite du mien dans notre Livret de famille (un petit registre familial qu'on nous remet en France lors du mariage et qu'on fait mettre à jour à la naissance de chaque enfant).

Surprise d'abord puis quelque peu indignée par la suite, la belle-famille française ne se lassait pas de m'envoyer des flèches bien aiguisées déguisées en humour à la sauce Roland Magdane (i.e. pas drôle) ''T'avais juste à pas le marier si t'en as honte!'' ''C'est sûr qu'avec ton prénom américain, ça fait décalé!'' Même la jeune cousine d'à peine 20 ans était éberluée par mon choix.

Je suis loin d'être une pro-mariage (je suis pro-choix!) mais je n'ai jamais compris pourquoi les femmes devaient perdre leur identité en se mariant. J'avais 5 ans et je sursautais à chaque fois que ma grand-mère se nommait ''Madame Adrien Dubé'' en public! ''Ben voyons, grand-maman, tu t'appelles Cécile!?!''

Autre temps, autres moeurs... d'accord! Mais nous sommes en 2010, doit-on le rappeler! Qu'une blogueuse se fasse ramasser parce qu'elle revendique le droit de conserver sa propre identité me déprime. On ne cesse pas d'être soi parce qu'on a trouvé sa douce moitié (ça le dit ''moitié'', pas ''part entière'').

Et mes enfants ne sont pas moins les miens parce qu'ils ne portent que le nom de TriplePapa (Est-ce que je viens de lancer un autre débat? Hola! Je suis pro-choix pour ça aussi, et ça, c'est le mien). C'est LEUR identité. Pour le reste de leurs jours. Et c'est très bien comme ça!

32 commentaires:

Chantal a dit…

Moi aussi, je suis pro-choix, alors pourquoi les gens rient ou pire me jugent parce que j'ai décidé de prendre le nom de mon mari?
Vous ne voulez pas être juger de ne pas le prendre mais pourquoi juger ceux qui le prennent?

Je suis maintenant Mme Poitras et très contente de l'être.

Chantal

Zazou a dit…

Bravo Chantal! C'est vrai qu'au Québec (provine plus pro-féminisme que pro-choix) il faut presque une dérogation pour prendre le nom de son mari.

Éléonore a dit…

Au Québec c'est interdit par la loi, à moins de faire un changement de nom en bonne et due forme, alors la question ne se pose pas.

Par contre, mon nom c'est mon identité, c'est moi au même titre que mon hérédité, mon passé, la couleur de mes yeux. Alors je n'aurai pas pu changer de nom, pour un nom qui représente l'histoire et le passé d'une autre personne.

Chantal a dit…

Excusez moi, j'aurais du précisez que je suis acadienne et j'habite au Nouveau-Brunswick. Ici la loi est différente du Québec. On a encore la possibilité de changer de nom.

Karina a dit…

Je suis de la génération où les petites filles s'amusaient à écrire leur prénom suivi du nom de famille du garçon sur qui elles avait un "kick" et faire tout plein de jeux avec les lettres et voyelles pour savoir si c'est bien avec LUI qu'elles se marieraient un jour.

Maintenant que je suis "grande" et que les temps ont changés, je n'ai jamais pensé prendre le nom de mon fiancé lorsque nous nous marierons mais je dois avouer que l'aspect romantique et "for ever" que ceci impliquait à l'époque reviennent me hanter ce matin.

Je ne crois j'ai une personnalité assez forte, des airs de famille indéniables en plus d'un héritage génétique qui me vient de mes deux parents sans qu'aucun changement de nom ne parviennent à les modifier ou à les soumettre.

Je comprends que les femmes qui ont bâti une carrière avec leur nom ne veulent pas le changer; c'est leur choix et avec raison.

Je comprendrais aussi mon amie qui a trois enfants avec 2 mecs différents d'avoir donné son propre nom de famille à tous ses enfants pour éviter cinq noms de familles différents...(mais elle ne l'a pas fait). Tiens-donc, pourquoi ne pas systématiquement donner le nom de la maman aux enfants pour éviter cette situation si fréquente de nos jours???

Je crois vraiment que c'est un débat sans issue identique pour toutes.

p.s la blogueuse qui a démarré ce débat y va un peu fort quand elle dit qu'elle perd respect pour celles qui changent de nom.

Josette a dit…

Quand nous sommes déménagés en Alberta en 2003, j'ai eu ben de la difficultés à faire comprendre que j'étais un Bédard et non une Sévigny. Et là je me faisais dire, <>. Et moi je leur répondais:<> Je suis d'accord avec le commentaire d'Éléonore sur le point de vue que c'est notre identité.

sophie a dit…

Je vis dans le péché ;-) et j'ai une fille (et très bientôt 2). Peut être qu'un jour on se mariera mais je ne vois pas pourquoi je prendrais son nom. Officiellement, je crois que c'est obligatoire en France, mais dans la vie quotidienne, hors de question que je change de nom à 35 ans ! Pourtant, je n'aime pas du tout mon nom et je trouve le sien très bien, mais bon Madame C. c'est ma belle-mère, pas moi ! Mais ma fille porte le nom de son père, c'est plus simple. ça me choque toujours de voir écrit Madame + prénom et nom du mari ! C'est comme si la femme devait perdre son identité en se mariant, brrrr ...

Anonyme a dit…

Je peux compatir. J'ai marié un gars du Nouveau-Brunswick et la belle famille n'a pas du tout apprécié que je refuse de prendre son nom (nous nous sommes marié au N-B).
J'ai fini par dire que je n'était pas sa propriété pour devenir Mme MGM
Helen

Milou a dit…

Cécile Gladel ( blogueuse québécoise d'origine française en parlait justement dernièrement.
http://cecilegladel.wordpress.com/2010/02/05/pourquoi-une-femme-change-de-nom/

Moi aussi je suis pour le libre choix. Et je connais mon choix. En cas de mariage, (peu probable mais bon) pas question de changer mon nom et ce même si je partage ma vie avec un européen.

Je scandaliserais sûrement la famille outre mer, mais ce ne serait pas la première fois.

Et tant qu'à aime les changements de noms, pourquoi pas permettre aux hommes de prendre celui de leur épouse? Là, on aurait l'égalité et le vrai libre choix ;)

Milou a dit…

PS: Je n'en reviens pas que les familles et belles-familles se mêlent de ce genre de question...

Anonyme a dit…

Même chose de mon côté, je suis mariée à un australien et la belle-famille a trouvé cela un peu décevant... Par contre, lorsque je leur ai expliqué que la 'loi' ne le permettait pas ici, ils n'ont plus insistés! De plus, je leur ai assuré que les petits à venir prendraient le nom de futur papa, fiouf !
Mini

Josée a dit…

Moi ça ne me dérange pas de me faire appeler Madame P. et si je me marie avec mon conjoint un jour, je vais sûrement prendre son nom de famille. Je vais garder le mien pareil et je vais continuer à écrire mon nom de famille sur tout les formulaires que je vais avoir à remplir.

Future Prof a dit…

De toute façon, au Québec, il faut maintenant faire un changement légal de nm. Lorsque cette loi est passée, mes deux grand-mères ont repris leur nom de "jeune fille". Il me semble que cela devrait être un réflexe de chercher le vrai nom de la personne...


Anecdote : Quand je travaillais chez souris-mini, nous devions faire des appels téléphoniques pour informer nos clients de nos promotion. Je regarde sur la liste, je lis "Chantale Poitras".

Mais c'est un homme qui répond, et je n'ai pas le nom du monsieur, alors je dis "Bonjour M. Poitras ?"
Il me répond, fâché, qu'il n'y a pas de monsieur Poitras, juste une madame Poitras...

S'il fallait que ma mère se fâche à chaque fois qu'on l'avait appeler avec le nom de mon père...

La Criminologue a dit…

elle s'est attirée les foudres des électeurs de Stephen Harper... euh... de ses lecteurs.

Excellent call!

Marie-no a dit…

Ma mère s'est empressée de reprendre son nom de jeune fille quand la loi québécoise est passée. Quand je me suis moi-même mariée, la question ne se posait même pas puisque la loi ne le permet plus. Mais je n'aurais pas voulu changer de nom. Tout le monde me connaît sous mon nom de naissance, ce nom fait partie de moi et je m'identifie à lui. De plus, je trouve que c'est bien plus pratique et moins compliqué de le conserver (songez à toute la paperasse que j'aurais dû remplir pour modifier mon nom partout où il est inscrit!!!).

Quand mon mari veut me taquiner, il m'appelle Mme L. mais il n'aurait pas voulu lui non plus que je change de nom.

Par contre, il est vrai que la loi québécoise est passé d'un extrême à l'autre : de "obliger de changer de nom" à "plus permis de changer de nom". Celle qui étaient déjà mariées ont pourtant eux le choix elles de reprendre ou non leur nom de jeune fille. Ainsi ma mère l'a repris mais pas ma belle-mère. Ce choix aurait donc dû être offert à toutes les femmes, déjà mariées ou non.

P.S. Mais c'est bien moins compliqué de retrouver d'anciennes amies sur Facebook en ne changeant pas de nom en se mariant! hihihi

Lucie a dit…

J'ai tellement eu de problèmes au travail avec des femmes du RoC et des USA qui changent de nom ET donc de courriel d'affaires, genre mademoiselle_unetelle@compagnie.com qui devient madame_nomdumari et qui divorçaient ensuite 2 ans plus tard pour rechanger de nom et de courriel... et qui chaque fois, n'avaient pas la décence d'annoncer au moins leur changement de coordonnées à leurs contacts d'affaires! et certaines osaient en plus se plaindre ensuite de n'être plus tenues au courant!!!

Même si je respecte celles hors-Qc qui choisissent de poursuivre l'ancienne tradition et de changer de nom, j'avoue que je ne les comprend pas du tout et je comprends encore moins que l'étiquette (aviser ses contacts du changement) ne soit pas mise à jour.

Pour ce qui est du nom des enfants, encore là je respecte les parents qui choisissent un nom composé, mais sans le comprendre. Ce nom a peu de chances d'être transmis à leurs éventuels petits-enfants, puisque la loi permet 2 noms de famille maximum. Un jour, il faudra que quelqu'un fasse un choix! Je ne comprends pas non plus les familles où les enfants reçoivent en alternance (ou selon leur sexe) le nom de famille du père et celui de la mère. Pour moi, c'est important pour établir le lien fraternel que tous mes enfants aient le même nom de famille (bon, avec les demi-frères et soeurs des familles recomposées ça devient plus complexe, j'avoue).

Pour ma part, donner le nom du père aux enfants va de soi. L'identité de la mère d'un enfant est évidente à cause de la grossesse... donner le nom du père est pour moi une forme de reconnaissance de la paternité de l'enfant, tout simplement.

Dodinette a dit…

t'es estomaquée par le fait de te faire appeler par ton nom d'épouse ?
ben moi je le suis par le fait inverse.

coudonc vous autres québécoises, vous pourriez pas laisser le monde se faire appeler comme il le veut ?? à mon mariage, j'ai changé de nom. PAR CHOIX. &*%$/

et ici personne ne reconnaît ce CHOIX. tout le monde veut CHOISIR À MA PLACE. O_O

Anonyme a dit…

non ce n'est pas obligatoire en France mais encore très courant quand on est mariés. quand j'etais jeune, c'etait presque la honte à l'école de ne pas avoir deux parents du même nom, mais maintenant que les couples qui ont des enfants sans être mariés sont très fréquents, ce n'est plus aussi important. Moi j'ai gardé mon nom de famille pour faire ici "comme chez les romains",
mais etre restée en France je me servirais surement de mon nom d'épouse. Je me reconnais dans les 2 noms... Je dois surement avoir une conscience assez forte de ma propre identité pour ne pas avoir peur d'etre absorbée dans celle de mon mari et ne pas croire que je me résume seulement à un nom... je ne suis pas un numéro, je ne suis pas un nom, je suis une personne bon!

Julie a dit…

Ben coudon. Je suis mariée, j'ai un nom compliqué vu mon origine italienne, et je suis royalement écoeurée de l'épeller, alors je me casse pas la tête souvent: je m'appelle Julie Drolet, bon. Loi ou pas! Ben plus facile comme ça! Et je suis très flattée de me faire appeler ainsi, mon mari aussi. Ça fait pas de moi une 'moins-moi' pour ça.

Anonyme a dit…

Je suis aussi pro-choix. Et je trouve dommage, comme le disait une autre plus tôt, qu'au Québec on soit passés d'une obligation à une autre. Je n'ai pas connu mon père et ma mère n'a pas pensé à me donner son nom à elle à ma naissance, je porte donc un nom qui ne veut rien dire pour moi. Par contre, je connais ma belle-famille, je les aime beaucoup, j'aurais préféré porter leur nom que celui d'un étranger. Et je ne trouve pas contradictoire de dire que j'ai suivi une partie des cours de mon bac en études féministes.
Stéphanie

Aequanoctis a dit…

wow, j'en reviens juste pas qu'il y en aient encore de nos jours qui sont contre le fait de garder son nom de famille quand on se marie...

Cela dit mon propre chum m'a fait faire une face 0_0 il y a quelques mois, quand il m'a dit qu'il voulait au moins un garcon pour que 'son nom de famille continue'

Et ce gars la est le plus loin d'un patriarche qu'on puisse trouver, alors j'imagine que certaines choses sont vraiment ancrées profondéments dans la psyché!

Notre fille porte son nom de famille a lui parce que je n'aime pas les noms de famille composés et que je trouve son nom de famille plus beau que le mien. Mais je peux tu vous dire que maintenant j'ai foutrement envie de donner le mien au prochain??? Surtout si c'est un petit gars :P

Belle coccinelle a dit…

Moi je vais me marier l'été prochain et je garderai mon nom, c'est sûr. Cependant, nous avions une discussion l'an dernier avec un couple d'amis français, qui vivent maintenant au Québec. L'argument de la Mme (qui est maman de 2) était qu'elle était la seule de la famille à avoir un nom de famille différent, elle se sentait comme mise à part. De plus, elle expliquait que c'était plus compliqué pour les suivis des enfants à l'école et tout. Lorsqu'on est Mme Machin, maman de xyz Machin, c'est plus évident.

Je peux comprendre ces arguments et je les respecte même si je ne pense pas de cette façon.

Faut-il toujours juger les gens?

Anonyme a dit…

Etre pro-choix en critiquant et jugeant le choix d'une autre personne?Pas sûre que ça marche comme ça....genevieve

Anne Bélanger a dit…

Je trouve dommage qu'au Québec nous n'ayons pas le choix, et je trouve encore plus dommage tous les jugements qui sont faits de part et d'autres.
Moi, avant, même quand je me suis mariée, j'étais pour le fait de garder mon nom (je me suis mariée au Québec, mais habitait à ce moment en Ontario), parce que j'aime mon nom, j'aime ma famille, et c'est mon nom de FAMILLE.
Depuis que j'ai des enfants, j'ai un peu changé d'idée. Maintenant, j'ai ma propre famille (mari, moi et enfants), et j'aimerais porter leur nom, que ce soit NOTRE nom de FAMILLE. Et je trouve dommage de ne pas avoir le choix de le faire. Et ça ne m'insulte absolument pas de me faire appeler madame M au lieu de madame B, même si j'aime beaucoup mon nom.
Et je ne me sentirais pas moins «moi» si j'avais un autre nom de famille !
Dans le fond, sur cette question, je suis totalement pour le libre choix... mais on est au Québec !

Anonyme a dit…

@ Aequanoctis,

je suis exactement dans la même situation que toi, sauf que c'est le beau-père qui veut que j'engendre un héritier pour que le nom continue.

Pas besoin de dire que je souhaite presque être enceinte d'une deuxième fille...

Mamanbooh a dit…

Au delà du débat qui touchent les cordes sensibles de plusieurs, je pense que souhaiter se faire appeler par son nom (celui qu'on a reçu, celui qu'on a choisit) n'est que légitime...

Je porte le nom de mon père et mes enfants ceux de leur papa. Quand quelqu'un demande Mme Cormier (au nom du même papa!), j'ai tendance à vouloir dire des naiseries et faire ça court!

Mais depuis que les enfants ont un abonnement en milieu hospitalier, je dois être prudente car pour eux, je suis Mme Cormier, point.

Et de ce côté, je baisse les bras.

Evely a dit…

Si Superpapa me demande ma main (ce qui n'est nullement un obligation) j'aurais bien voulu prendre son nom. Le mien ne fait pas parti de qui je suis. Le mien c'est celui d'un homme méchant qui a fait du mal à ma mère, à mon frère et à moi. Je porterais fièrement le nom de Superpapa, le nom de l'homme que j'aime et qui sait aimer sa famille.

Ça c'est moi, mais je ne jugerais jamais quelqu'un qui ne veut pas du nom de son mari et je ne jugerais jamais une personne qui veut le nom de son mari.

L'identité ne passe pas par un nom, l'identité c'est qui nous sommes, pas des lettres sur un papier.

Je prendrais le nom de mon mari, parce que j'ai une éducation européenne, parce que le mien me fait honte parce que je l'aime et parce que je ne me défini pas à ma signature... mais ça c'est moi, j'aurais bien voulu qu'au Québec on me respecte plutôt qu'on m'impose une manière de faire.

Désolé pour ceux que ça fache, c'est pas mon but, juste mon avis

Anonyme a dit…

Belle coccinelle, j'aurais pu dire la même chose, quand son mari et ses 3 enfants portent le même nom on se sent comme exclue... D'ailleurs nom de famille dit bien ce que ça veut dire, c'est le nom de notre famille et pas juste celui du mari...
ce qui est dommage c'est qu'il n'y ait pas le choix en effet.
Et que dire de ceux qui ont des prénoms ou noms de famille (voire les 2!) ultra courants, avec des milliers d'homonymes dans le monde... Est ce que leur sens de l'identité est moindre?

Catherine Morissette a dit…

En fait, c'est Lucie qui explique le mieux une des raisons pour l'interdiction du changement de nom au Québec.

Nom de jeune fille, femme mariée, jeune fille-femme mariée, divorce, donc re nom de jeune fille...

Il y a des femmes qui avaient jusqu'à 3 ou 4 dossiers médicaux différents dans les cliniques ou à l'hôpital. Sans parler de Revenu Québec, des banques, du club vidéo du coin, de la bibliothèque de quartier...

C'était administrativement très problématique, très couteux et même parfois dangereux! Imaginez une allergie indiquée dans son dossier de jeune fille, mais dont la carte d'assurance maladie est à son nom de femme mariée et qui se fait donner le mauvais médicament...

Oui il y a eu un combat de féministes dans les années 70 pour mettre fin à ce qui était une simple tradition (et non une obligation, comme plusieurs femmes pensaient), mais en bout de ligne, c'est surtout une question de simplicité et de logique.

On vient au monde avec une identité et c'est elle qui est supposée nous suivre jusqu'à notre mort. Un peu comme notre groupe sanguin...

Et c'est faux qu'on peut simplement procéder à un changement de nom à l'état civil... j'ai vu des cas de filles abusées par leur père se voir refuser le changement... sans parler des transexuel(le)s qui doivent franchir un paquet d'étapes avant d'obtenir un changement de nom...

Alors une simple raison "romantique", désolée, mais ce n'est pas suffisant pour le directeur de l'état civil.

Petit commentaire personnel: C'est quand même drôle que seules les femmes se posent cette question... pourquoi les hommes ne voudraient pas prendre le nom de leur conjointe? Autre preuve d'une tradition très patriarcale, on passe la possession de la fille du père au mari... Il n'y a rien de romantique là-dedans, c'est même un peu dégrandant selon moi. Mais comme je vous dis, ça c'est mon opinion!

Catherine (avocate)

Mamounet a dit…

Ici aussi, nous avons eu la pression du beau-père qui voulait un héritier pour que le nom continue (mon mari est le seul gars de sa famille).

Quand je lui ai dit que de mon côté aussi, je suis la dernière à porter le nom de ma famille, il a failli s'étouffer à l'idée que je donne mon propre nom à notre fils.

Mais je suis vieux jeu et nous avons donné le nom de mon mari à notre fils... le beau-père était ben content (mais notre fils aura de la pression en titi: c'est le seul gars parmi les neveux et nièces qui porte le nom de famille de mon mari !!!)

Anonyme a dit…

Oh yé! Cela ne pouvait pas tomber plus juste!!! Rien qu'hier j'ai interloqué une dame qui complétait une fiche médicale sur moi et qui a supposé d'emblée que je n'étais pas mariée parce que j'affirmais porter le même nom dans la case "nom de jeune fille et nom d'épouse". Elle a laissé tomber vite la question, mais visiblement elle ne comprenait pas cette situation.
Je suis originaire d'un pays européen (autre que la France), je vis en France avec un mari français et nous nous sommes mariés au Québec (d'où les noms différents sur le Livret de famille). De quoi faire écarquiller les yeux des gens!! J'avoue avoir du mal à comprendre pourquoi ça laisse les gens aussi perplexes, mais j'ai vite compris qu'en France "la différence" choque et ce n'est pas un mot trop fort. Et puis ça devient vite handicapant pour "le choqueur". Selon moi, évidemment, avoir le choix est préférable, mais une réaction bornée est encore plus à proscrire que le fait d'imposer: oké, on vit dans une société et il faut qu'il y ait des règles... Mais bon sang! La diversité est aussi enrichissante! Vivons-là bien!

melinda

nannyd a dit…

moi je suis née Nancy D. et je suis une vraie D. mon mari est un T.Je suis née ici , mais d'origine europeene tout comme mon mari qui est né la bas.!Et dans mon coeur je suis aussi une T, parce ce que j'aime ce nom, j'aime mon mari et parce que mon fils le porte aussi!
mais pour moi je suis surtout Nancy D.T. on ne m'enleve rien, je suis juste PLUS!Et avoir eu le choix au québec, je porterais le meme nom que je porte sur mes documents européens: Nancy D.T.

ça pour moi, c'est etre pro choix,que chaqu'un fasse ce qu'il veut!!

nanny