lundi 15 juin 2009

Siestes forcées?

Après l'allaitement et l'attachement, les siestes sont le nouveau sujet de recherche qui passionne la merveilleux monde parental.

Ces temps-ci, on ne compte plus les études qui relie les siestes (et surtout l'absence de siestes) à tous les maux des enfants de notre époque. Ne pas faire la sieste accroîtrait les troubles du langage et serait lié directement (rien de moins) à l'hyperactivité et à la dépression chez les jeunes enfants.

On s'entend qu'avant l'âge de 3 ans, les siestes sont indispensables pour l'enfant et nous gardent saines d'esprit. Pas seulement pour le temps de répit qu'elles nous accordent mais pour l'effet de rechargement de batteries du bébé à plat. Et nous permettent d'éviter la pénible crise du bébé over-fatigué.

Sauf que l'étude en question concerne les enfants de 4 et 5 ans. Et à cet âge, la sieste est un concept passé de mode. Totalement out. Tellement qu'il faut parfois en changer la terminologie pour «période de repos».

Vers 4 ou 5 ans, la sieste n'est plus un «moment agréable de la journée», ça devient une bataille. Une déclaration de guerre. Et on se retrouve à négocier, à argumenter, à gérer une crise de larmes, à rager sous un tonnerre de cris pendant une heure ou plus jusqu'à ce que l'enfant s'endorme d'épuisement pour un gros 40 minutes... Ou, si on tombe sur le modèle siesteur, on se retrouve à gérer le même genre de crise avec l'oiseau de nuit, qui pète encore le feu à 22h!

Bref, le nombre d'enfants faisant encore la sieste sagement à 4 et 5 ans est minime. Alors pourquoi angoisser les parents avec une étude qui n'a rien voir avec l'hyperactivité. car, entre vous et moi, les petits hyperactifs le sont déjà à 4 ou 5 ans.

Alors, svp, lâchez-nous avec la sieste, vous nous empêchez de dormir tranquille!

14 commentaires:

Lawrichai a dit…

À même pas un an Monsieur Bédaine est impossible à coucher s'il n'est pas fatigué... imaginez à 4-5ans.
Oui le sommeil est important, il l'est pour tout le monde d'ailleur, mais je n'irais jamais forcer un dodo. Je suis la première à ne pas me coucher quand je sais que je ne m'endormirai pas.

Leurs études, qu'ils les fassent, mais je ne pense pas que ça va changer grand chose au bout du compte.

gen a dit…

Parles-moi en pas. Ma fille a arrêté de dormir en pm à 2 ans. Comme elle allait à la gardo, elle devait siester alors elle ne s' endormait pas avant 23hres le soir.
Mon 2ème a arrêté à 18 mois. Il restait avec moi à la maison. Je ne me suis jamais battu avec pour le faire dormir en pm. À 20hrs, le soir il faisait dodo.
Pour mon 3ème, vers 2 ans lui aussi. Avant qu' il aille en cpe, il s' endormait à une heure normale mais depuis qu' il va à la gardo, ça s' étire souvent jusqu' à minuit, que je le réveille tôt le matin ou pas.
À ce beat-là, c' est moi maintenant qui a besoin d' un dodo en pm.

Mamanbooh a dit…

Pour les hyperactifs, je pense qu'on les reconnaît même avant 3 ans... Naturellement, je ne suis pas une professionnelle pour faire un disgnostique (quoique...), mais une maman aux antennes bien aiguisées!!! Mais même eux, ils ont parfois besoin de se reposer...

Pour la sieste des plus grands, ma fillette dyspraxique(4 ans, bientôt 5!) qui travaille si fort pour coordonner ses mouvements, articuler quelques mots et participer activement à la vie de groupe au CPE, les siestes sont essentielles, elle en a vraiment besoin!

Mon truc pour faire faire la sieste à fillette qui en a si besoin et à fiston qui s'en passerait certainement alors qu'ils cohabitent dans la même chambre: je les invite dans mon grand lit et je peux en même temps dormir un peu moi aussi!

Mais ça aussi, selon plusieurs études, c'est pas bon... Heureusement que les (Z)Imparfaites sont là pour m'aider à garder le moral! :-)

gen a dit…

Bin je le couche ds mon lit mon 3ème. Quand je dois me lever à 5hrs le lendemain matin, il faut que je dorme. La seule façon c' est qu' il soit étendu à côté de moi.

Dodinette a dit…

bien d'accord, tiens.
cela dit, il y a une autre tactique qui marche pas mal : leur expliquer que la sieste (ou la "période de repos" au choix) n'est pas tellement essentielle pour eux, mais plutôt pour nous... qui avons besoin de calme et de repos pour être de bonne humeur et passer une bonne fin d'après-midi avec eux ensuite...

(j'ai loupé le 5à7, pas merci la grippe qui m'a clouée au lit tout le restant de la fds ! j'étais vraiment verte... :( )

Marie-soleil a dit…

Justement petit mari et moi sommes en études sur la sieste nécessaire ou pas pour notre petit bouffon de 2 ans. Depuis deux semaines nous avons remarqué du changement dans ses habitudes de sommeils. S'il fait une sieste bien il ne voit pas le moment pour se rendormir le soir ca peut aller jusqu'a 21 heures. Mais s'il pas de dodo en pm bien il dort tot. Et on a bien pensé de le réveillé après un certain de sieste. Quel horreur!!!!! Il pleure jusqu'au moment du dodo du soir, il a mauvaise humeur.

Tout ca pour dire que chaque enfant est une étude en soi. Alors écoutons notre petit bout de choux ;)

Zamzam Design a dit…

Fiston a 4 ans et c'est la guerre pour la sieste, mais sérieusement, s'il ne la fait pas, c'est l'enfer rendu à 4h! Il s'endure pas (et moi non plus). C'est de plus en plus difficile de trouver un deal qui marche pour le faire siester en pm mais il dort quand même 2h si je réussis à le persuader de faire un 'repos'... Il a quand même réussi à avoir le privilège de faire dodo dans mon lit et s'en tire avec une sortie au parc, une collation spéciale et une période d'ordi s'il fait un beau dodo... Ça vaut cher la paix!!

Mi-trentaine a dit…

Mettre un petit film à la télé vers 13h30, 14hres peut-être une façon détournée, mais réussie de faire dormir l'enfant qui refuse la sites mais qui est fatigué!

¤Enidan¤ a dit…

Mes deux derniers ont fait la sieste jusqu'à l'âge d'aller en maternelle... tellement que quand ils sont rentrés à l'école, je me demandais comment ils supporteraient leur journée... hé bien ils s'endormaient en arrivant de l'école...hihi...

Maintenant à 6 et 8 ans, il leur arrive encore de dormir l'après-midi (comme en fin de semaine d'ailleurs), mais disons que c'est plus rare... ça leur arrive plutôt quand ils se sont couchés tard la veille par exemple...

Mais je suis chanceuse... les siestes n'ont jamais été une bataille... et j'en ai d'ailleurs souvent profité pour dormir avec eux quand je ne travaillais pas..

maratrejoyeuse a dit…

Mon beau-fils aîné fait la sieste à la garderie (il est le plus vieux des 6, en milieu familial) mais la fin de semaine, il s'installe devant un film avec son doudou et sa couette. Il finit parfois par s'endormir.

Je pense que tous les commentaires montrent qu'il est difficile d'établir des règles uniformes pour tous alors que tous les enfants sont différents... C'est plus facile d'écouter les diktats de la dernière étude parue que d'être vraiment à l'écoute des besoins de notre tout-petit!

Annie Bacon a dit…

Quand on a été confronté au choix entre abolir la sieste de notre puce ed 3 ans ou la coucher plus tard, coupant ainsi de moitier notre temps entre adulte, la délibération n'a pas été longue!!

Vive la "sieste-avec-des-livres" comme le temps de repos a été baptisé chez-nous!

Annie

MarieSoleil a dit…

Ce billet tombe à point... petit-homme a à peine plus de 2 ans et ne veut plus rien savoir de dormir l'après-midi... j'ai essayé toutes les méthodes question d'éviter de devenir complètement folle moi-même mais rien à faire; trop de choses à ne pas manquer. Je suis contente de lire que je ne suis pas la seule à qui on fait le coup avant 4-5 ans!!!

Anonyme a dit…

je n'ai pas encore un gros vécu avec ma fille de 15 mois... mais je suis chanceuse jusqu'à date, elle fait une sieste matin et soir... j'espère qu'elle va continuer de siester plus vieille... j'aime aller me recoucher le samedi matin...

*Sauterelle a dit…

Ayant déjà enseigné à la maternelle, il y a certains enfants pour qui même se coucher par terre sans gigoter est trop difficile. J'avais donc instauré dans la classe une détente un peu différente. Plutôt que d'être couché, l'enfant pouvait être assis et regarder les images d'un livre. Il était heureux, les autres élèves autour aussi et surtout son prof!

Petite histoire pour dire que chaque enfant est unique et je crois qu'il faut parfois faire des adaptations, sans que cela nuise aux autres.