mercredi 20 mai 2009

Anxiété parentale

Dès qu'on met un enfant au monde, notre vie se remplie de dizaines de petites peurs qui jusqu'alors nous étaient complètement inconnues. D'abord, on craint que bébé s'étouffe, qu'il arrête de respirer (maudit stress inutile de la mort subite du nourrisson!) ou qu'il fasse des convulsions au moindre signe de fièvre.

Puis ces peurs disparaissent et font place à d'autres: peur que le bébé marcheur déboule les escaliers, qu'il parte en courant dans la rue, qu'il se coince les doigts dans les portes, qu'il tombe en bas du module de jeux au parc, qu'il se retrouve au fond de la piscine pour avoir échappé juste deux minutes à notre attention.

Puis ces peurs se dissipent et font place... à d'autres: peur que l'enfant se fasse niaiser à l'école, qu'il se fasse embarquer par un méchant pédophile sur le chemin du retour, qu'il...

Bref, être parent est une spirale sans fin de peurs, petites et grandes, que nous contrôlons mais qui sont toujours présentes, en arrières-pensées, enfouies aussi loin que possible dans notre inconscient maternel.

Mais pour les nouvelles mères de nature anxieuse, cette nouvelle réalité peut devenir handicapante. Citée dans le Guardian, le Dr Neelam Sisodia, consultante en psychiatrie périnatale, explique que l'anxiété postnatale est normale... jusqu'à un certain point. Après quelques mois de dérèglement hormonal et de bouleversement émotionnel, la nouvelle maman devrait pouvoir faire la part des choses. Mais lorsqu'une mère en vient à ne plus vouloir conduire sa voiture par crainte de mettre son enfant en danger, il y a un problème. Pour certaines, la maternité s'accompagne d'un changement de perception, et le monde qui les entoure devient rempli de menaces de toutes parts.

Reconnaître qu'on a des craintes, les nommer, les partager, admettre qu'elles sont non fondées, exagérées et qu'on peut en rire est selon moi, psychologue non diplômée, une autre bonne façon d'évacuer notre anxiété parentale.

Alors, on se fait une petite thérapie collective? Quelles sont les peurs avec lesquelles vous avez appris à vivre... ou avec lesquelles vous vous débattez encore?

26 commentaires:

maratrejoyeuse a dit…

La peur que mes beaux-fils soient traumatisés à vie par leur marâtre. Je fais souvent des blagues avec ça (Chéri, on cotise combien au Régime d'épargne-thérapie des enfants?), mais j'ai peur pour vrai parfois.

Et j'apprends à rester zen quand je voir BF cadet (23 mois) grimper sur une clôture Frost et se fâcher quand je veux l'aider à descendre.

Evely a dit…

Petit clown n'a que trois mois...
Alors peur de la mort subite (il faisait ses nuits avant moi !!! Lui dormait calmement et moi je me réveillais pour voir s'il respirait encore.)
Peur qu'il s'étouffe (il l'a fait deux fois déjà. Il devient rouge foncé, les yeux pleins d'eau, mais en bout de ligne ça passe. Moi, je saute et je tente de le sauver en le mettant sur le ventre sur mon bras... superpapa, me dit de relaxer que c'est juste de la salive. Du coup, je prends un cours de secourisme pour bébé le 6 juin. Je vais au moins savoir comment bien réagir)
Peur de ne pas assez le prendre. Je veux pas qu'il a des séquelles émotives à cause de sa mère qui ne l'a pas assez pris (ou trop pris)
Peur de ne pas le laisser assez pleurer. Je veux pas d'un enfant roi, un petit dictateur.
Donc l'inverse aussi, peur de le laisser trop pleurer.
J'ai aussi la peur qu'il ai une maladie qui va se déclaré plus tard (c'est arrivé à une de mes amies. Sa fille avait 18 mois quand ils ont découvert sa maladie dégénérative. C'est l'horreur, j'en dis pas plus, vous êtes toutes mamans, alors vous savez combien c'est l'horreur quand ça arrive).

Mais en bout de ligne, je sais que mes peurs sont juste l'adaptation à ce petit clown, à ses besoins et le fait que je l'aime tellement. Je ris souvent de moi qui stress pour rien. J'y trouve rien de mal, tant que je ne transmets pas mes craintes à mon petit clown et ça j'y travaille fort pour pas que ça arrive

Milou a dit…

Moi je ris de moi-même souvent..Je pense être une spécialiste de la peur des les traumatiser pour le futur!
Je passe un temps fou à reformuler mes phrases sorties trop promptement, à vérifier si le message entendu est celui que je voulais faire passer, à expliquer ce que je voulais vraiment dire et pourquoi etc etc.
Tsé trop c'est comme pas assez!
Mais j'ai toujours eu en tête que j'ai avec moi des adultes en devenir qui garderaient en tête des petits détails et des gros évènements qui pourraient les influencer.
Sauf que c'est CERTAIN qu'ils auront leurs griefs envers moi et certain que je les influence. QUoique je dise ou fasse. Je ne cherche pas la perfection pourtant...
Je me soigne, mais je me trouve fatiguante avec ma psycho-machin-truc.

Mamanbooh a dit…

Ma cocotte a fait une première crise d'épilepsie à 9 mois et depuis, je suis devenue hypergilante et je me suis épuisée. J'ai même dû commencer une médication alors enceinte de 4 mois pour pouvoir être capable de continuer à fonctionner. C'est un sujet qui me parle beaucoup. Je ne veux pas surprotéger mes cocos, mais en dedans, je suis toujours aux aguets et j'ai de la difficulté à lâcher prise. Et si une crise arrivait la nuit ou au parc, alors que je m'en rends pas compte assez vite! Et si elle en gardait des séquelles? Oui, je suis anxieuse... Mais, je me soigne.

Evely a dit…

J'oubliais une autre grande crainte est les boires. Je n'arrivais pas à le fournir en lait au sein. Il était affamé, alors on a pris les biberons, mais il boit beaucoup plus que les bébés de son age (en moyenne 900 ml par jour). Quand je regarde le vidéo de la petite fille de 400lbs, ça me fait peur. Je fais une vraie fixation sur ses quantités et la fréquence de ses boires. Je veux pas qu'il souffre de suralimentation. Ça me fait peur, mais je me fis à mon médecin pour faire les meilleurs choix.

Baboumama a dit…

Ah la maudite peur de la mort subite du nourrisson! Mon poulet a 2 mois et demi et ça me grugeait sérieusement jusqu'à ce que je déballe mon sac à mon chum dernièrement. J'y pensais TOUT le temps! C'est quoi l'idée de nous faire peur avec ça si on ne peut pratiquement rien faire pour la prévenir? Maintenant j'y pense moins souvent, après avoir réalisé l'absurdité de vivre pour un scénario parmi des millions d'autres...

Sinon, peur qu'il soit déficient, peur de trop lui donner de bisous, peur de ne pas assez le stimuler, peur qu'une auto sorte en trombe d'une ruelle et fonce sur la poussette, je continue? :)

Aequanoctis a dit…

ca y est il est temps de faire un 'coming out'. J'ai dormi dans le salon, sur le divan avec bébé couché a côté de moi (nous avons un modullaire et elle dormait dans la 'courbe' pas de danger qu'elle roule à terre!) parce que j'allaitais devant la télé pour ne pas canter sur elle la nuit, et comme nos chambres sont au 2e, j'avais peur de débouler les marches avec elle quand j'avais pas les yeux en face des trous!! Faut dire que j'ai 3 chats qui aiment bien passer entre nos jambes dans l'escalier alors c'est peut-être plus fondé que je pense :P

Nadine a dit…

Peur de ne pas être là toujours pour eux. Peur de manquer de temps. Peur de ne pas profiter assez.

Peur d'un accident. D'une maladie. Peur de les perdre tout simplement.

Peur que le téléphone sonne pour m'annoncer une mauvaise nouvelle.

Puis, la peur existe déjà in-utero. À JeuneHomme, j'ai senti la peur en moi quand j'ai fait un décollement placentaire à 13 semaines. Je me revois dans la salle d'attente de l'urgence en le priant de s'accrocher, de rester là, de tenir le coup, que je l'attendais... L'anxiété naît avec le test de grossesse positif je pense!

Docteur, ça se soigne?

Evely a dit…

@ Nadine

Non, ça ne se soigne pas et c'est t'en mieux. C'était dans le contrat maternel écrit en tout petit à la deuxième page ;)

Moi, je ne changerais pas ces craintes et peurs pour rien au monde. Okay, je vais essayer de les contrôler... :S

Milou a dit…

J'ai oublié ma peur occasionnelle de mourir...
Avant les enfants, ça ne me dérangeait pas.
Mais les avoir mis au monde m'a donné la responsabilité de demeurer sur Terre longtemps pour eux. ( surtout que n'ayant pas le même père, j'ai peur qu'ils perdent contact si je pars).
Même si la mort est une chose qu'on ne contrôle pas...

Mamanlou a dit…

Bébélou aura 18 mois la semaine prochaine et j'ai tellement peur qu'elle se foute de ma gueule plus tard!!! Vous savez, le genre d'enfant qui envoie joyeusement promener leurs parents... De là ma poigne de fer qui dure depuis 1 semaine mais c'est l'horreur, elle est toute déboussolée et je n'arrive plus a jouer avec elle sans voir les petits travers qui pourraient mener a un enfant épouvantable dans 1 an! Une chance que papalou est la pour me ramener sur terre: C'EST UN BÉBÉ!!! Et je dois la laissez vivre sa vie de bébé! Elle est a l'âge de nous tester sur tout pour apprendre les limites donc c'est justement le temps de les délimiter mais sans virer folle! Je lis quand même beaucoup sur le sujet mais je ne dois pas focuser que sur ça!
Ouf ça fait donc du bien d'en jaser!!! C'est pas facile d'apprendre a rester zen n'est-ce pas!?

Vérolu a dit…

Peur de ne pas en donner autant au 2e qu'à mon premier...Et ça va jusqu'à calculer le nombre de séance photo chez Sears!

J'ai peur que ça influence mes interventions quand ils seront plus grands...

En plus ils sont nés à 2 ans 1 jr d'interval...ce qui fait que selon la saison je me rappelle trrrrrrrrrrrrrrrrrès bien ce que je faisais avec mon 1er et ce que je ne fais pas à mon 2e!!

Mais; je les aimes autant c'est certain! ;0)

Grabielle a dit…

Deux peurs, a deux faces : Peur de mourir (et donc de ne plus être là pour eux... de les abandonner.... d'en faire des orphelins), et peur qu'ils meurent.. Je perdrais carrément la boule. MAIS ENCORE PIRE : peur qu'UN seul des trois meurt... les deux autres devraient alors vivre avec (ou sans) une mère qui a perdu la boule.... même résultat : ils deviendraient orphelin (d'esprit!)

Cercle vicieux ultra pervers... j'en ai perdu des heures de sommeil en 14 ans de maternité!

J'ai consulté, et on m'a rassuré sur ma santé mentale... Normal de s'inquiéter pour ses enfants (fiou!). C'est sain (oui, mais encore?). Mais quand on n'arrive plus à vaincre nos peurs (petite tisane + auto suggestion "happy thoughts, happy thoughts!" = dodo), quand la douleur est trop violente, intense, omniprésente... on re-consulte !

Ça me reprend à l'occasion, encore aujourd'hui (je DÉ-TES-TE les sorties scolaires!), mais j'arrive à "me parler" et vivre.... et surtout laisser vivre mes mômes (c'est pas ce qu'ils vous diraient, mais bon...).

Dur dur d'être maman ;-)))

MamanRousse a dit…

Quand j'allaitais, j'étais tellement épuisée au début que j'avais tout le temps peur de manquer une marche d'escalier et de tomber avec bébé. Je fais toujours le décompte depuis ce temps. 5 marches du 2e à la pièce au-dessus du garage, 9 marches entre cette pièce et le rez-de-chaussée. C'est devenu une routine.

Mais ma plus grande peur: la mort. Un des enfants ou un des parents. Ne pas pouvoir les voir grandir. On en revient un jour???

Lagrano a dit…

La peur qu'ils soient victime d'un pédos ou d'un chauffard ivre, des abus sexuels...Quand a eu lieu la disparition de la petite Cédrika j'ai cru devenir dingue. Je pense presque chaque jours à ses pauvres parents qui se questionnent et l'attende, l'horreur.

Quand mes enfants étaient très petits j'avais une peur bleue (comme j'étais seule avec eux) de mourrir dans mon sommeil et qu'ils soient laissés à eux-mêmes pendants des jours avant que l'on découvre mon corps :S Difficile de dormir dans ces conditions :(

Maintenant qu'ils sont plus vieux cette crainte est partie mais elle a fait place à des nouvelles malheureusement. Faut vivre avec nos peurs et tenter de les exorciser mais je crois que notre coeur de maman peut pas s'empêcher de toujours avoir des craintes.

Fairy-bonbon a dit…

je suis devenue encore plus freak le jour de mon acouchement! Les 3 premiers jours j'ai à peine dormi parce que j'avais peur... Je me disais que si je relachais ma surveillance... N'importe quoi pouvait arriver...La mort subite du nourisson par exemple... Heureusement qu'Etienne m'a ramené sur terre!!

Puis là à 6 mois...

J'ai peur qu'elle meure, qu'elle s'étouffe, peur de ne pas l'avoir assez embrassé, cajôlé, peur de ne plus pouvoir sentir sa petite odeur de bébé...
J'ai peur de mourir, qu'elle ne sache jamais à quel point je l'aime, peur de devenir une maman trop poule qui ne la laissera jamais faire sa vie, peur de je sais pas!!!

J'ai besoin d'un psy???

Mamamiiia! a dit…

Je me joins au club...Après la naissance de mon fils, j'ai vécu très longtemps la peur de conduire ou d'être en voiture tout court. J'ai vécu et je vis encore la peur qu'il se fasse écraser par une voiture, enlever par un pédophile, n'importe quoi. Quand une sortie est organisée avec la garderie, je stresse toute la nuit comme si j'étais pour l'envoyer sur un vol pour la Chine! Je me traite souvent de débile, mais au fond, je ne suis qu'une pauvre mère anxieuse (et un peu débile peut-être). Avec un deuxième, je vais avoir besoin de me surveiller! C'est pour ça d'ailleurs que je ne serais jamais capable d'avoir plus de deux enfants. Imaginez de quoi j'aurai l'air quand mes deux garçons commenceront à conduire! Faudra m'interner, j'en suis certaine!
Merci pour ce billet, les filles!

Anonyme a dit…

Un bébé a vomi à la garderie de fiston aujourd'hui. Je stresse depuis 16h00 et j'ai élaboré tout un plan de match au cas où il pognerait LA gastro. Chéri est pas stressé pantoute, lui.

Après avoir passé vingt minutes sur le web pour décoder les symptômes et les différents types de gastro, je me dis que je vais aller voir le site des zimparfaites pour me changer les idées et me sortir de ma névrose... mauvais timing!

Maryannou

So a dit…

Mon doux, je suis NORMALE! Combien de $$$ en psy viens-je de sauver en vous lisant? :)

Donc ici aussi, peur de mourir, de les voir mourir, souffrir. Parfois, en me couchant le soir, j'ai des flashs d'horreur dans la tête et je dois me lever pour aller les regarder dormir et en profiter au max en me disant qu'ils pourraient me plus être là demain...

Mamounet a dit…

Mon Dieu Maryannou, j'avais l'impression de me lire. Moi aussi, les épisodes de gastro dans l'entourage me rendent complètement parano, même chose avec tous les virus étranges qui finissent tous par faire une "ite" (otite, amygdalite, sinusite, etc.). Des tonnes de nuits blanches où je file mal, car mon petit loup file tout croche (ou que j'ai peur qu'il file tout croche, si un camarade a vomi dans sa classe ce matin.) L'enfer...

Y'a-t-il "quequ'un" qui va finir par trouver un vaccin ou une immunité quelconque contre toutes les maladies (bénignes ou graves) qui peuvent toucher les enfants ?

So a dit…

Mamounet: En fait, c'est un vaccin contre l'anxiété névrosée des mamans que ça prendrait! ;)

carole a dit…

à chaque rhume, j'ai peur que ma fille meurt! c'est dramatique mais c'est passé proche d'arriver tellement souvent que j'arrive plus à me défaire de cette peur. En grandissant elle devient plus forte et s'en sort par elle même mais mon Dieu qu'on en a passé des nuits blanches à trembler!

Anonyme a dit…

Il n'y a pas que les momans qui sont stressées, ça a l'air: http://www.cyberpresse.ca/opinions/chroniqueurs/patrick-lagace/200905/20/01-858309-je-suis-paranoiaque.php

Mamounet: C'est rassurant de voir que nos névroses sont partagées.

Maryannou

Anilou a dit…

Moi aussi c'est la gastro qui me stresse le plus. On a refusé de donner le vaccin Rotatec à notre bébé. J'étais d'accord, mais depuis dès que quelqu'un a un peu mal au coeur je suis sure que toute la famille (j'ai deux garçons) va avoir la gastro. Et ça me stresse à m'en rendre vraiment malade.
Puis les grippes ont commencées à me stresser aussi.
J'en ai même parlé à mon médecin pour savoir si l'anxiété se guérissait. J'étais pas comme ça avant mon deuxième bébé. Il m'a dit que oui ça se guérissait, mais pour l'instant il me conseille surtout de relaxer et de me reposer. Quand je vais avoir plus de sommeil, si ça ne part pas, on verra.
Mais déjà en vous lisant je me sens mieux, je vois que je ne suis pas toute seule.

gen a dit…

Ça fait qqs nuits que je rêve que mon ainée m' arrive enceinte. Ds mes rêves, elle a 12 ans.
Présentement, elle a 11 ans.

Petite maman a dit…

Ah! que je suis contente de vous lire aujourd'hui! C'est ma première visite sur le blog et, curieusement, je suis tout de suite allée lire sur le sujet "anxiété parentale"...
Je vois bien que je ne suis donc pas la seule à m'en faire pour tout et (j'espère!) pour rien.

Moi, j'ai peur d'être une mauvaise mère. Que mon enfant ne s'attache pas assez à moi (on parle tellement de l'attachement dans tous les livres detinés aux parents). J'ai aussi peur qu'il soit malade, qu'il s'étouffe (ce qui me fait retarder l'introduction des purées plus "motonneuses"), qu'il dorme trop ou pas assez (selon les spécialistes, le manque de dodo aurait des conséquences dramatiques...) Je me demande toujours si j'en fais trop ou pas assez, ce qui d'ailleurs énerve légèrement mon chum! Et parlant du conjoint, tant qu'à avoir peur, je m'inquiète aussi pour notre couple, même si ça va bien. On n'a tellement plus de temps pour nous lorsqu'on devient maman qu'il est difficile d'en avoir pour le couple. Je crains parfois que ça nous rattrape avec le temps...

Ah...J'envie les mères qui sont capables de laisser aller les choses et qui se font pleinement confiance. Y en a-t-il vraiment qui réussissent à concilier toutes les facettes de leur vie sans difficulté? Ça devrait être de même pour nous toutes, non?

En tout cas, peut-être que je serai moins pire au deuxième! Mais bon, au moins je vois que les inquiétudes à propos des enfants sont partagées par plus d'un parent! Ça fait du bien de vider son sac!