lundi 5 avril 2010

Pas d'animal de compagnie

À la maison, s'il y a une chose qui est claire, c'est qu'on n'aura pas d'animaux de compagnie. Du poil de minou partout dans la maison? Nooon merci! Un chien qui sent... le chien et qui faut que j'aille promener chaque soir? Nooon merci!

Les enfants profitent des animaux chez les autres... Et c'est très bien ainsi. Les grands-parents ont un chat, les voisins ont un chien. On est correct!

J'aurais eu envie de succomber parfois à un oiseau. J'ai eu une perruche, petite, et j'avais adoré. Il faut dire que j'étais probablement tombée sur LA perruche fine et intelligente. Je trouve que ça met de la vie dans une maison sans envahir mon espace (ahhhh haaaa! T'es dans ta cage!). Alors j'ai peur de tomber sur toutes les autres bêtes à plumes plutôt toquées. Et depuis que j'ai vu cette vidéo, j'ai aussi peur de tomber sur une un peu trop intelligente. Bref, la solution: pas de plumes ni de poils dans la maison.

14 commentaires:

Iseult a dit…

Je suis tout à fait d'accord. Un animal est comme un enfant qui ne grandit pas pcq il ne deviendra jamais propre et jamais responsable. 3 enfants c'est assez, pas besoin d'en rajouter un à poil, écaille ou plume!

Mamanbooh a dit…

Ça m'a prit du temps avant de comprendre ce qu'Iseult mentionne (je me sentais coupable, je crois!), mais depuis que nous n'avons plus de chat (jusqu'à 3!), comme la vie est plus simple et agréable.

On se faisait réveiller par les chats qui voulaient rentrer, sortir, manger etc... En plus des enfants! Bref, on ne faisait jamais de nuit complète.

On a de belles mangeoirs d'oiseaux maintenant et c'est bien assez!

So a dit…

Ici aussi c'est le choix qu'on a fait... Bon, on a des allergies, de l'asthme pour justifier tout cela mais j'avoue que l'idée d'un animal dépendant de moi pour le reste de ses jours, non merci! J'ai assez de mes deux enfants et je suis bien heureuse de les voir gagner en autonomie d'année en année. Ici, on a opté pour les poissons par contre. Un peu d'entretien, mais pas trop de trouble! On peut partir sans penser à les faire garder, à qui les sortira pour les pipis et cacas. Fiou!

Anonyme a dit…

Si vous saviez ce que peut apporter un animal dans la vie d'un enfant. Respect, amitié, responsabilité, moins d'égoîsme, etc. Il n'y a pas mieux que nos chiens pour consoler l'une de mes filles en peine. Quand il vient lui lècher les larmes, elle se calme illico, lui raconte son problème et retrouve le sourire. Elles doivent les nourrir et ramasser les crottes. Elles inventent des jeux (j'ai probablement les meilleurs chiens sauteurs du quartier!), elles apprenent les principes du renforcement positif et de la punition qu'elles peuvent appliquer et donc accepter davantage quand c'est leurs tours. Il n'y a pas mieux pour les acceuillir après l'école ou les réveiller le matin. Bref, malgré les contraintes, il y a drôlement plus de positif que de négatif. Après la mort de notre gros chien, il y a trois ans, nous avons été 11 mois sans animal.Triste. Maintenant, les filles ont chacune un petit chien. Une condition cependant, le chien ne doit pas avoir de poils (uniquement de la laine) donc pas de poils qui tombent mais des visites chez le toiletteur aux 2-3 mois. La maison reste ainsi beaucoup plus propre.Et la discipline permet d'avoir des animaux avec un comportement exemplaire (ne nous réveille jamais, les besoins se font dehors, nettoie le plancher de cuisine, respecte la hiérarchie de la meute...!).

Anonyme a dit…

Pour ma part, j'ai eu deux perruches et se sont des animaux très intelligents (contrairement à la croyance populaire). La mienne pouvait dire de nombreux mots, même plusieurs phrases. Ça met beaucoup de vie dans la maison et ça fait quelqu'un à qui parler pour les enfants. Je ne sais pas ce que j'aurais fait sans mon oiseau parfois!

Marie-no a dit…

Pour avoir des animaux, il faut d'abord aimer les animaux au point de ne pas voir comme un "sacrifice" le temps qui doit être consacré à leur bonheur. Ce n'est pas mon cas. Je vois ça comme un fardeau. Alors pour mon propre bonheur et pour celui des animaux, j'ai aussi fait le choix de ne pas avoir d'animal de compagnie chez-moi.

Et peut-être est-ce égoïste de ma part, car je sais que la zoothérapie peut amener d'énormes bénéfices, mais je préfère être celle qui sèche les larmes de mes enfants et qui recueille leurs confidences quand quelque chose ne va pas.

Val et ses 4 amours... a dit…

Je suis indécise sur ce sujet! C'est vrai qu'avec 4 enfants ça me tente pas d'avoir une bête à poil à soigner,nourrir et tout le ménage qui vient avec! J'ai bien assez de mes enfants qui me réveillent la nuit sans me faire réveiller par un toutou qui gratouille à la porte pour faire ses besoins. Par contre, au fond de moi, j'aime beaucoup les animaux. J'ai tellement de beaux souvenirs d'enfance que je me sentirais mal d'en priver mes enfants. Donc pour l'instant on a un chien dehors, avec qui on joue beaucoup dans le jour, et un hamster dont s'occupe ma fille de 5ans. C'est elle qui le nourrit, le sort de sa cage et le nettoie. Ça la responsabilise beaucoup!

Anonyme a dit…

Je suis d'accord avec Marie-No. Je suis sur le bord d'accoucher et j'ai 3 petites yorkshires à la maison. On me demande souvent comment je vais faire avec un bébé et 3 chiens, et bien moi je me demande comment je ferais sans mes chiennes! M'occuper d'elles fait partie de ma routine, et encore une fois comme Marie-No le dit, je ne vois rien de ce que je fais pour mes chiennes comme un sacrifice.
Oui, un animal est un fardeau de plus, surtout un chien, on doit le faire garder quand on sort, être là pour le nourrir, le sortir, payer sa nourriture, ses soins vétérinaires. Il m'est arrivé de me lever en pleine nuit pour laver les fesses de mes chiennes parce qu'un caca était resté pris. Mais je ne me passerais pas du bonheur qu'elles m'apportent.
Stéphanie

Julie a dit…

Je vivrais pas sans mon chat... mon mari est allergique, et j'ai une fille asthmatique, mais leurs corps se sont habitués à tout ça et le bonheur que mon chat apporte à mes filles est incommensurable. Elles en prennent soin, sont très responsables envers elle. Pendant ma dépression, elle a été d'un réconfort immense. Maggie (la chatte) a dormi avec moi toute la semaine, sur l'oreiller de mon conjoint, signifiant qu'elle s'ennuyait de lui!

Anonyme a dit…

Nous on a fait le choix de ne pas en avoir. On travaille beaucoup et ce serait de la cruauté que d'avoir un animal et de le laisser seul à la maison plus de 9 heures par jour. Aussi, on a des allergies et de l'asthme dans la maison et contrairement à Julie, la santé et le bien-être physique des nôtres priment. Et puis finalement, je l'aprécie en masse d'avoir une maison qui sent bon et qui est propre.

Julie a dit…

Eh bien Anonyme, malgré ce que tu peux penser, ma fille asthmatique n'est pas du tout incommodée par le chat. Elle est en excellente santé et est rarement malade. L'étant moi-même et ayant vécu toute mon enfance dans une maison contenant des chats et des chiens (et des fumeurs, tant qu'à faire!), ça n'a pas aggravé mon asthme. Je dois faire 2 crises par année, gros max... Dans un autre ordre d'idées, aurait-il fallu que je me passe de sports à l'adolescence parce que c'était trop dangereux pour moi? Jamais de la vie qu'on me dira, ça ne fait aucun sens... bien pour moi, je trouvais illogique de priver mes enfants du bonheur d'un animal de compagnie pour ça, et j'ai eu raison. Je les regarde aller et Maggie comblent mes cocos de bonheur.
Je trouve qu'on entoure nos enfants d'une bulle de verre tellement épaisse lorsque survient des désagréments du genre, les allergies, l'asthme etc. Mais ça c'est un tout autre sujet...
L'asthme n'est pas un handicap dans la plupart des cas. En tout cas, ici il s'agit d'une forme se manifestant globalement à l'effort. Aucun rapport avec un chat en fait.
Et je vais dire que le bien-être de chacun ici va aussi avec le fait de prendre soin de notre grosse Maggie. Mes enfants n'oseraient jamais imaginer leur vie sans cette petite bibitte à poil avec eux.

Anonyme a dit…

Pour Julie, ça doit dépendre du degré d'asthme.

Le sport, mon enfant asthmatique en fait beaucoup et c'est bon.

Mais entrer dans une maison où il y a un chat ou un chien et c'est la crise assurée, l'hôpital pour au moins 8 heures avec le masque à oxygène, les pompes, etc.

Chaque fois qu'il allait dans la famille, chaque fois qu'on allait voir des amis avec un animal, je me retrouvais dans cette situation. Je vais passer mon tour pour faire des tests.

Et je comprends l'amour des petite bêtes à poil. J'ai eu des chiens et des chats toute mon enfance. Mais comme je disais, pour moi c'est cruel de laisser un animal plus de 9 heures par jour seul à la maison ET c'est encore plus cruel pour tout le monde d'acheter un animal pour "essayer" et de s'en débarasser après parce que ça marche pas.

Anonyme a dit…

Moi je suis incapable de vivre sans animaux. En ce moment j'ai 4 chats et 1 chien et j'ai très hâte d'ajouter un deuxième chien. Ma fille n'aime pas du tout nos animaux et elle est souvent cruelles avec eux mais nous lui expliquons qu'ils feront partis de sa vie tant qu'elle est avec nous et que si une fois grande elle n'en veux plus ce seras son choix.
Les animaux apportent énormément et le font gratuitement.Le temps que l'on met pour eux doit etre vu comme un moment amusant et non une corvée :-)
si on en veux biensur

Dame Oiselle a dit…

C'est une décision importante, d'aller acheter un animal à un enfant ou pour une famille!. Même un oiseau... Je n'ai jamais vécu sans oiseaux. J'ai eu le mien, j'avais 5 ans, je m'en souviens comme si c'était aujourd'hui. Il est mort de vieillesse, j'étais à l'université. J'accoucherai demain (oui, oui....) de mon premier enfant. Il y aura le son des perruches dans sa vie dès le retour de la maternité. C'est sûr que je roule les yeux en pensant aux crottes à nettoyer dans le prochain mois, alors que je serai cerne jusqu'aux aisselles et à gérer la convalescence... Mais la petite de 5 ans en moi me dit que oui, fiston y aura droit aussi!!!

p.s. Le problème avec les oiseaux imitateurs, c'est que ça vit longtemps, et que ça imite longtemps... même après que bébé ait grandi! Au secours...