dimanche 20 décembre 2009

3500 histoires...au moins!

Depuis que nos enfants ont un peu plus d'un an, soit le moment où le rituel du dodo a pris une autre forme que l'allaitement, nous avons commencé à lire non pas une, mais deux petites histoires à tous les soirs à nos enfants. Pourquoi deux? On ne le sait pas. Peut-être parce que les histoires étaient très courtes au départ. Puis ensuite parce que c'était plus simple de leur en faire choisir chacun une plutôt que de les voir se chicaner à savoir qui choisirait l'histoire du soir.

Et je peux vous dire que rares sont les soirées où on a escamoté cette partie de routine. À part les quelques sorties en couple ou les soirées où on arrivait à la maison tard avec deux enfants endormis dans l'auto, on a, en alternance - un soir chacun - été lire les deux histoires du soir à nos mousses. Et on y prend plaisir autant qu'eux!

Papa (trop) zen et moi avons donc calculé récemment que c'est à au moins 3500 que se chiffre le nombre d'histoires que nous avons lu aux enfants depuis leur naissance. Bon, plusieurs fois les mêmes - on connaît l'obsession qu'ont les enfants pour la répétition - mais tout de même, on est impressionnés du chiffre.

Et je me rends compte que - malgré notre valorisation du lâcher-prise parental - on a tous des aspects de cette vie de parent où on s'est donné à fond. Pour une amie, avec qui je partage pourtant les joies de l'imperfection, ce sont les aniversaires de ses enfants où elle investit un temps fou à faire de magnifiques gâteaux (en plus de la bouffe maison qui garnit sa table quotidiennement, c'est mon idole!), pour une autre, ce sont les décorations et animations complètement éclatées des différentes événements spéciaux de l'année qui m'impressionnent. Bref, on a beau vouloir être (Z)imparfaites, il y a tout de même des moments où on se surpasse malgré nous!

Et chez vous, quels sont ces moments de vie où vous vous donnez au maximum comme parents?

(Z) Imparfaite invitée: So

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Moi, je suis devenu «Papa-jeux» !
J'inventais des jeux, toutes sortes de jeux, qui amusaient énormément mes enfants et ceux de ma sœur.
J'aurais pu écrire un livre là-dessus! : jeux d'intérieur, d'extérieur, de magie, de rôles, d'impro, etc....
Même aujourd'hui, je dois me préparer pour le souper de Noël parce que je suis certain qu'un des miens va demander : Papa ! invente-nous un jeu !

Evely a dit…

nous c'est le bain. Notre petit clown adore prendre son bain. En alternance avec papa ou maman. On joue au bateau et à la grenouille qui saute. Dans le bas de noël de notre petit clown, il n'y a que des jeux pour le bain. Le parent qui ne se baigne pas sèche et crème le petit clown qui refuse presque de sortir de l'eau. Après coup une histoire, un biberon et dodo.

Anonyme a dit…

Quand je relève d'une brosse!!!!(hi!hi!)Je ne sais pas si c'est le sentiment de culpabilité ou le fait que je me sente toujours bien près de mes émotions quand je suis maganée...mais je suis full affectueuse avec mes enfants, je les colle et eux aussi on dirait qu'ils le sentent, ils sont comme des petites sangsues avec moi...et pour une fois, je l'apprécie énormément(de les avoir collés à mes baskets toutes la journée!!!!)

Mamanbooh a dit…

Mes enfants étant un peu plus jeune, notre score n'est pas aussi élevé, mais nous aussi, on lit deux histoires à tous les soirs, en alternance. On prend le temps d'aller à la biblio, de trouver des livres dans les ventes de garage, on en offre à toutes les occasions...

D'un autre point vu, on donne aussi notre maximum pour offrir à notre Fillette toutes les thérapies dont elle a besoin en rééducation, ce qui implique beaucoup de temps et de $.

Michèle a dit…

Je dirais que je suis contente du temps investit dans les activités physiques. Bien sûr, ils ont pris quelques cours, mais ils ont pas mal tout fait et appris avec moi. Randonnée, vélo, ski de fond, ski alpin, piscine, patin, hockey, canot, kayak, escalade... Je n'étais pas très sportive à la base, mais j'avais envie que mes enfants fassent du plein-air et moi, de passer du temps avec eux.

Aujourd'hui, ils sont plus grands, et font plus d'activités avec leurs amis, mais ils sont touche-à-tout, n'ont peur de rien et sont habiles.

Et quand je clame, un dimanche matin, que je vais faire du ski de fond, j'ai toujours au moins un compagnon... :)

Une femme libre a dit…

Je suis la championne de l'estime de soi. Mes quatre enfants l'ont forte et solide. Parce qu'ils ne sont pas n'importe qui et qu'à force de se le faire dire ils ont fini par le croire!