mardi 29 juillet 2008

Wall-E, la récupération, ma fille et moi

Charmé par son regard métallique tristounet dans le journal, on a craqué et on est allé voir Wall-E, MissLulus, Homme et moi. Merci mon Dieu, on n'avait pas amené JeuneHomme. Il n'aurait pas apprécié. Déjà qu'on est sorti de la salle plutôt métigé.


Le message du film est clair, la sauce socio-écologique a bien pris: il faut prendre soin de la terre, tripler notre récupération, réduire nos déchets, composter, etc. Autrement, on s'enligne vers l'immense dépotoir que l'on voit que trop bien dans la première partie du film. Première partie muette, faut-il le préciser. Pas un dialogue. Wall-E étant le seul habitant de la Terre abandonnée par les humains, il y a 700 ans, il ne communique qu'en gesticulant avec une coquerelle.

OK, je l'avoue: je n'ai pas tenu le coup et j'ai dormi dans cette partie mi-poétique, mi-moralisatrice. On voit les dégâts que l'on pourrait causer à notre planète. On les voit, car je le répète, on est devant un absence de dialogue. Dans le film. Car à côté de moi, MissLulus, elle, a jacassé tout le long avec son papa. Si les adultes comprennent bien que les derniers représentants des humains sont partis dans une arche de Noé technologique ou un Club-Med-volant en lisant les vieilles pancartes qui tombent en ruine dans l'environnement de Wall-E, les MissLulus, elles, ne sachant pas lire ne saisissent pas du premier coup d'oeil.


- "Qu'est-ce qui est écrit sur la pancarte?", demande MissLulus.
- "On invite les gens à faire un voyage dans un plus bel endroit pour fuir la planète trop pleine de déchets."
- "Pourquoi Wall-E est sur une planète aussi sale?"
- "C'est ici, c'est la Terre!"
- "HEIN?"
- "C'est pour cela qu'il faut faire attention à ce qu'on achète et surtout ce qu'on jette."
- "Pourquoi Wall-E construit des maisons?"
- "Ce n'est pas une maison, c'est une pile de poubelles. Ce sont ses déchets compactés. C'est son boulot de faire cela..."
- "Que va-t-il faire quand il va avoir fini?"
- (...)

Comment expliquer ces "monuments sinistres élevés à la mémoire de l'inconscience humaine" à une enfant de 5 ans tout en ne perdant pas le fil de l'histoire? Entre deux "cognages" de clous, j'ai compris qu'on aurait dû attendre qu'elle puisse mieux en profiter et de louer le DVD dans un an ou deux. Car si la première partie muette reste quand même compréhensible c'est encore plus compliqué de comprendre la suite avec les autres robots et les derniers humains qui se chicanent si oui ou non ils doivent revenir sur la Terre.

Si ce n'était pas du gros dîner pris avant la séance au cinéma, du fait que les sièges sont bien trop confortables et qu'il ait fallu qu'on explique les moindres gestes sans paroles de Wall-E, j'aurais peut-être apprécié davantage. Surtout quand on voit les derniers humains, tous devenus des Américains en puissance: gros, paresseux, insouciants et limite imbéciles. Ils sont transportés sur des chaises qui volent, ne marchent pas, se bourrent de mixtures protéinés qu'ils boivent à la paille (on est loin de Ratatouille!) et font tous les mêmes choses en même temps. Belle critique à peine déguisée qui n'a pas manqué de faire dresser les poils de la droite américaine qui n'apprécie pas du tout ce film alors que d'autres le voient comme le récipiendaire de l'Oscar du meilleur film. Parce que juste après avoir ciblé la surconsommation, Wall-E s'attaque à l'obésité en montrant que c'est l'un des signes du déclin de l'humanité. Rien de moins! Tout un pari!

Reste que cette fable écolo sera plus appréciée par les mini-écolos. Parait-il que le réveil de la fibre environnementale des enfants survient à l'école. Parce que quand le professeur le dit, c'est drôlement plus vrai que si c'est maman. Ça ne saurait pas tarder, alors... Wall-E reviendra-t-il hanter mon sommeil à ce moment-là?

3 commentaires:

Sophie a dit…

Je n'ai pas aimé du tout ce film, les enfants n'ont pas trippé non plus... Trop caricaturé, trop lent aussi. Décevant.

Évangéline a dit…

bon... moi qui pensait avoir une belle sorté ciné... je vais ME payer du bon temps et aller coir les ch'tis

Madame Unetelle a dit…

A ce que mon chum m'a dit, mes filles auraient aimé! Mais, j'ai hâte de le louer pour me faire une tête!