vendredi 4 juillet 2008

Pourquoi aller cueillir des fraises?

Ça devait faire 20 ans que je n’étais pas allée «aux fraises». Poussée par une vague de nostalgie, j’ai proposé cette activité à ma tribu. «Yé! On va aller cueillir des fraises dans les arbres!», s’est-on écrié de joie dans la maisonnée. Devant les lacunes agricoles de ma progéniture, j’étais convaincue, il fallait y aller.

Quinze minutes plus tard, nous étions rendus à la fraisière. Quelle joie! Ça pousse dans le 450, ces trucs-là!

Nos trois paniers en mains (chaque enfant voulait SON panier), nous voilà en chemin vers l'éden, un champ regorgeant de fraises rouges, sucrées, gorgées de soleil. Un avant-midi idéal, quoi!

Après avoir rempli sa panse et poussé l'effort jusqu'à déposer UNE fraise dans SON panier (pourtant réclamé à corps et à cris!), Lolo sautait à pieds joints par-dessus les plants, tandis que Lili, davantage intriguée par les fraises blanches, farfouillait sous les plants à la recherche de ces perles rares (et immangeables!). Momo, altruiste, a cueilli une fraise pour chacun de ses amis/connaissances. Après une vingtaine de fraises -son cercle d'amis étant encore limité à 5 ans- elle avait rempli sa mission.

Pendant ce temps, TriplePapa choisissait soigneusement chaque petit fruit qui aurait l'honneur d'être déposé dans son panier. Résultat: un demi-panier de fraises cueillies en une demi-heure. Qui a dû prendre les choses en mains? QUI?!!!

Note à moi-même: dans 10 ans quand l'envie d'aller cueillir des fraises me reprendra, me rappeler l'existence des marchés publics. L'affaire sera réglée en moins de cinq minutes! Mal de dos non inclus!

4 commentaires:

feuillete a dit…

les fraises ne m'étaient pas venues à l'idée mais j'ajoute...même chose pour les pommes!

Évangéline a dit…

mouhaha meme chose ici, mais en plus, trop dur de cueillir ses propres fraises pour les manger, les enfants venaient chercher celles dans nos paniers!!!

Sophie a dit…

Eh oui, avec les pommes vous allez sûrement vous amuser autant! :P

Nancy a dit…

Aux pommes, c'est le délire! Les enfants montent à tour de rôle sur les épaules de papa... C'est lui qui se tape le mal de dos! J'adore ;-)