dimanche 20 juillet 2008

S'obstiner avec un dyspraxique dysphasique

Lolo est beaucoup dyspraxique et un ti-peu dysphasique. En plus d’avoir de la difficulté à accomplir une panoplie de tâches quotidiennes simples (ex : le voir mettre une paille dans une boîte de jus est digne d’un épisode de Mr. Bean!) , il s’organise mal dans l’espace et le temps. Mais il a une grosse «qualité», il est sûr de lui et est déterminé! Autrement dit : il tient son boutte!

Chaque jour amène donc son lot de conversations surréalistes comme celle qui suit :

«Est-ce qu’aujourd’hui c’est congé?»
- Non, Lolo demain, c’est congé.

«C’est lui demain, hein?», dit-il en montrant le calendrier judicieusement placé dans sa chambre.
- Oui, c’est lui.

«Mais c’est pas aujourd’hui?»
- Non, c’est demain. Aujourd’hui, ce n’est pas congé.

Le lendemain matin :

«Est-ce que demain c’est congé?»
- Non, demain ce n’est pas congé, c’est aujourd’hui que c’est congé.

«Non, c’est pas congé aujourd’hui. C’est demain que c’est congé!»
- Non Lolo, aujourd’hui c’est congé.

«Non, tu as dis que demain c’est congé!»
- Oui mais demain c’est aujourd’hui et aujourd’hui c’est congé, pas demain.

Et la conversation se poursuit sans fin jusqu’à ce - à boutte- je balance sèchement : «Oui, oui, c’est ça, c’est ça!»

Imaginez une semaine... (rappelez-vous, on est parti en vacances!)

PS : À des fins statistiques, je vais tenir le décompte du nombre de fois que j’ai utilisé ces mots. Juste pour votre plaisir pervers…

3 commentaires:

Sophie a dit…

Ouf... ça doit être un peu épuisant ça...

Évangéline a dit…

ouf... pas facile!

Maria a dit…

c'est trop drole! mon fils est pareil...