lundi 2 juin 2008

Bébé, je t'arracherai la tête...

Si habituellement, je suis capable de plier, d'user de menaces ou même de récompenser "matériellement" mes enfants, ça je ne pourrai pas. Même contre une promesse extravagante, je dirais "non". Mieux, si je vois le bout du cheveu d'une abominable Babyz Bratz (ou même de ses grandes soeurs pas plus jolies) à la maison, je lui promets de lui arracher la tête et de m'en servir comme balle de hockey!



Quelle horreur! On dit que c'est des bébés, mais elles ont l'attirail de la pré-ado, cellulaire d'une main et biberon dans l'autre. Des bébés aux couches, avec suce parfois même, coiffées avec des mèches, habillées (ou déshabillées) comme des p*tes, obsédées par leurs poids, aux lèvres dangereusement gonflées et colorées, maquillées à outrance avec trop de noir, aux postures étranges et à l'air définitivement bête... En plus elles ont l'air des difformes avec leur corps courts juchés sur des jambes étranges! Bref, je le répète: ça-n'entre-pas-ici!



Je ne comprends pas les parents qui achètent cela sans le moindre soubresaut de leur conscience "C'est la mode de nos jours!" (où cela? Chez vous? Vraiment...!) , "C'est ce qu'ils voient tout le temps à la télé" (fermez-la... bordel! Ou louez Bambi!) ou - la pire - "C'est cela qu'elle veut!" (Dites "non".... Noooooooo- onnnnn).



Pour refuser, on n'est pas obligé de tomber dans une litanie d'explications et de prises en considération des besoins ou du désir de l'enfant (pourquoi tu veux une Bratz? Quel plaisir ça t'apporterait? Que ferais-tu avec la poupée? gnan gnan gnan) pour ensuite lui dire que nous, idéologiquement parlant on ne veut pas qu'il ait une telle atrocité (euhh poupée!) parce que l'on croit que son développement et son regard sur les femmes pourraient en être affectés. Non! Pitié pas d'explications à outrance. En fait, ainsi on donne l'impression à l'enfant d'écouter ses désirs, mais on le rabroue immédiatement avec notre non final dissimulé sous notre dissertation assomante de nos principes. Bref, on dit "non". Un point, c'est tout. Au fait, ceci me fait penser à un passage du livre Comment ne pas être une mère parfaite de Libby Purves où elle disait que la mère à la méthode la plus efficace pour éloigner un bébé grouillant de sa tasse de café n'était pas celle qui lui expliquait que c'était-du-café-très-chaud-qui-pourrait-peut-être-l'ébouillanter-et-lui-causer-un-gros-bobo-et-qu'il-serait-préférable-s'il-le-voulait-bien-sûr-qu'il-n'y-touche-pas, mais bien celle qui disait "C'est le café à maman". Point final. CQFD.



Bref ces horreurs hypersexualisées vont rester au magasin et je vais continuer à dire haut et fort et devant MissLulus de surcroit qu'elles sont vraiment "trop laides" quand on arpentera le Toy'R'us. En martelant bien, l'esprit se forge...

2 commentaires:

Fille Imparfaite a dit…

Soeur Parfaite a eu une période Bratz qui lui a heureusement passé. Je n'étais pas d'accord avec ce genre de jouet, vraiment atroce dans le genre, mais mes parents ont tout de même cédé. Et maintenant ? Bah, elle est retournée jouer dehors et faire du bricolage.

Anonyme a dit…

Ici non plus les Bratz n'ont pas leur place, Barbie non plus d'ailleurs.

Avez-vous déjà vu un épisode des dessins animés des Bratz ? Un groas ramassi d'énormités ! Des conneries du genre '' on ne peut pas aller en camping les filles, il n'y a même pas de connexion internet ! '' et '' ah non ! pas du camping ! je risque de ma casser un ongle !'' ou encore '' J'y vais seulement si il y a des beaux garcons ! '' et non, c'est pas des blagues, ce sont de vrai extraits !!!

c'est moi ou c'est vraiment des pétasses superficielles ?