mercredi 26 janvier 2011

Notre mort est proche?

Eh bien, en lisant ceci, on est resté un peu surprises. La tendance est à la perfection?

Euhhhhh... non!

Il me semble ce qui est énoncé, rapido: c'est tout faux. Ou tout croche, du moins.

On ment? Mais bien sûr qu'on ment! Tous les parents mentent un moment donné. Et dans un foutu sondage - qui téléphone, bien sûr à 18h14 quand on gère les devoirs, le souper, les crises, les «J'ai faim, c'est-tu prêt?», les lunchs du lendemain et on envoie un courriel urgent au bureau - c'est encore plus clair qu'on ment. Pour avoir la paix, entre autres et raccrocher au plus vite (on aurait du le faire dès le départ, on l'avoue!).

Depuis le tout début des (Z), on n'a jamais dit qu'on visait le bas de l'échelle des compétences parentales, on n'a jamais dit qu'on s'en demandait peu, on n'a jamais dit que patauger dans les fonds nous satisfaisait. On a TOUJOURS dit qu'on faisait simplement les choses à notre façon en tassant les «il faut que...». On a avoué qu'on ne prenait juste pas le même chemin que celui qu'on nous trace dans les livres ou les sondages. On a dit haut et fort ce que beaucoup pensent tout bas (ou s'évertue à faire semblant que ça n'existe pas!). Et on l'a fait la tête haute sachant bien que des fois, on avait l'air «parfaites» aux yeux de certains alors que d'autres fois, on était très (Z)imparfaites.

Ce sondage montre justement que si les parents sentent encore le besoin de mentir sur leurs réalités familiales pour «avoir l'air d'une bonne famille», eh bien l'affranchissement au regard des autres et la confiance en leur instinct de base vacille encore devant les livres des bien-penseurs de la maternité.

Ce n'est pas humiliant d'être (Z)imparfaites, ce n'est pas «ne pas chercher à s'améliorer»,
c'est être lucide et capable de le dire. Capable de bien vivre avec toutes les contraintes et tous les plaisirs de la vie. C'est de reconnaître nos lacunes autant que nos points forts, en rire, en pleurer parfois, mais surtout les utiliser comme bon il nous semble (au diable les autres qui clament viser la perfection!) pour continuer à aimer profondément chaque jour notre vie. Chez les (Z), on aime beaucoup mieux viser le plaisir que la perfection. Et tant pis si on prédit notre mort... Nous, on vous le dit: on ne l'est pas!

7 commentaires:

Lawrichai a dit…

ahhh Le mensonge parental, j'en suis allergique ;)

Non on est pas parfaits, oui on choisis souvent nos batailles.

Est-ce je ressens le besoin de mentir sur notre (z)imparfait quotidien? non!

Samedi on a écoutés des films toutes la journée en pyjamas? So what? On a mangé que des doigts de poulet et des patates frittes? Ça arrive!

Je crois que ce n'est plus une question d'être parfait ou imparfait, mais plutôt de savoir que l'on fait de notre mieux par amour et de ne pas se mentir à soi-même. =^.^=

Anonyme a dit…

J'adore!

Justement, ma belle-soeur plus-que-parfaite vient en visite ce samedi (avec ses filles). Il va s'en dire que j'en suis réjouie!!! (petit mensonge parental...)

Mamanbooh a dit…

Les (Z) sont mortes, vive les (Z)!

Je pense que plus souvent qu'autrement, on porte une réflexion, on change nos perception pour rire plutôt que pleurer.

Cela se passe à un certain degré et c'est juste bon pour le moral. Je me rappelle un psy à la radio qui disait qu'à partir du moment qu'une maman s'affichait "Indigne" ou "Imparfaite" ouvertement, il était beaucoup moins inquiet pour la santé mentale et physique de cette dernière (et ses enfants) que celle qui se dit parfaite...

Longue vie!

Anonyme a dit…

On trouve de bons sujets sur la Mère Blogue hein?

Evely a dit…

J'ai tellement trouvé ça drôle quand j'ai lu ça. Je me disais que dans le fond, ils y en a qui comprennent pas c'est quoi les Z (enfin en lisant les commentaires de la mère blogue).

Dans le fond, moi je me dis que mon côté (Z) c'est un d'être une (Z) indomptable. En gros, je ne fait pas tout ce que les études ou les livres disent. Tiens je pourrais dire que je suis une (Z) incorruptible. Je suis moi avec un but d'amélioration constant, mais en accpetant que je ne suis pas parfaite et que c'est tant mieux comme ça.

Vive les (Z)imparfaites qui comprennent que le mieux c'est d'être soit et de se faire confiance.

Comme le dit Mamanbooh longue vie aux Z

Moments de Maman a dit…

Les parents supposément parfaits me tapent sur les nerfs et souvent leurs enfants aussi... alors c'est un idéal à ne PAS atteindre pour moi aussi!

Vive l'imperfection qui nous permet de démontrer à nos enfants que dans la vie il ne faut pas tente d'être parfait mais bien essayer de faire de son mieux pour soi et pour ceux qui nous entourent.

De nous voir imparfaits nous-mêmes les rassure probablement plus que le contraire... la barre est moins haute ahahah!

vive les Z!

Dame Oiselle a dit…

Au delà du mensonge parental, la "réponse caméléon" est parfois fort utile... elle permet d'éviter de looooooongues minutes de conseils non désirés et autres commentaires qui n'en finissent plus (précieuses minutes de nouvelle maman...)
De toutes façons, impossible d'être autre chose qu'un parent imparfait. On fait ses purées bio et on utilise des couches lavables? Mère grano. Bon. On table sur les jetables et les petits pots? Mère pas écolo. On allaite 1 an et demi? Mère poule totale fusion. On tente le biberon? Mère ingrate. On vaccine? Mère influençable. On ne vaccine pas? Mère conspirationniste et irresponsable. etc.
Alors ok. ok. Oui oui, tout ce que vous voulez, merci. Maintenant, est-ce que je peux finir mon épicerie avant que la banque ferme et que fiston ait transformé la boîte de muslix en sculpture de papier mâché? S'il-vous-plait? :-)