vendredi 15 juillet 2011

«Ce n'est pas ce qui est supposé! »

Je ne pensais pas que ça pouvait arriver.

On est au resto en vacances. À la table d'à côté, un couple avec deux enfants: un d'environ deux ans et demi et un de 5-6 mois. Pas tenables. Et les parents? Visiblement à boutte! La mère surtout! Le bébé (dans une chaise haute en bois dans laquelle il roulait... j'ai eu peur tout le long du souper qu'il tombe!) se tortille, pleurniche, chiale, attrape tout ce qui est devant lui, tape sur la table, mord ses poings. C'est pas dur comme diagnostic: il a faim. La mère ne bouge pas et regarde sa montre. Elle sort trois ou quatre jouets et Bébé se fait un plaisir de les garocher à terre. Deux-Ans, lui, court dans le restaurant. Son père a à peine le temps de commander que le petit s'est sauvé sur la terrasse. Il part derrière lui laissant la mère et Bébé seule. On le voit qu'elle n'en peut plus des crisettes de bébés, qu'elle a proposé de sortir au resto pour sortir de chez elle point, pour changer d'air, pour ne pas avoir à faire le souper. Mais bébé chigne encore et elle n'en peut plus. Ses yeux sont vides, ceux de son bébé sont suppliants. Il a faim. Mais elle regarde sa maudite montre encore. Pendant ce temps-là, Papa fait patienter Deux-Ans en le promenant dans le restaurant. Il sait que s'il le rassoit, il ne pourra pas rester plus de deux minutes tranquille et le manège sera reparti.

Les assiettes des parents arrivent. Bébé a envie de plonger dedans, même si c'est des salades. Il s'étire, se tortille (OMG la maudite chaise haute pas sécuritaire!!) et Maman finit par le prendre sur ses genoux. Lui, il semble content car plus près de la bouffe. Mais non, elle ne lui donne rien, évidemment. Même pas un microscopique bout de concombre pré-mâché, ni des petites miettes de pain à mâchouiller. Rien. Elle regarde sa montre. Elle attend, les nerfs sur le point de craquer (les miens aussi! À notre table, on a tous un point dans le dos en voyant cela!). Maman mange un peu. Mais c'est du sport avec Bébé qui bouge et fait le ver à chou sur elle. Papa revient avec Deux-Ans qui picore dans l'assiette. Papa est essouflé. Deux-Ans n'aime pas sa soirée. Il semble lui-aussi exaspéré par les cris de son bébé frère. Puis, tout à coup, Maman regarde encore son (&*?& de montre et finit par sortir une bouteille de son immense sac à couches.

Je n'ai jamais vu un enfant avaler aussi vite un biberon. Tout calé. D'un coup. Il doit avoir peur qu'on lui enlève. Il ne prend même pas le temps de savourer. Il s'empiffre. On ferait pareil. J'étais rendu à avoir faim pour lui, pauvre petit. Maman lui a donné son biberon d'une main sans même lui faire un petit câlin sans même le regarder doucement. Elle lui a donné parce qu'il le fallait et parce que c'était l'heure. Pas une once de plaisir de nourrir son enfant. Rien. Rien dans ses yeux. Après? Rien n'avait vraiment changé. Bébé avait faim encore, c'était clair. Tu ne vides pas une bouteille à grande vitesse sans avoir faim. Il a continué à vouloir attraper la salade de sa mère. Sa mère a continué à le maintenir hors de portée. Il a continué à chigner et cela a continué à énerver son frère qui s'est finalement re-enfui et son père a été obligé de courir le rattraper. Quelle soirée au resto pour eux!

Dire combien ça m'a fait de la peine, c'est presqu'impossible. «C'est quoi? C'est quoi? que j'avais envie d'hurler de ma table. C'est pas l'heure? C'est pas écrit dans ton livre qu'on peut nourrir un enfant plus qu'à l'heure dite et plus de la quantité qu'on nous dit. » Les parents «by the book» m'énervent. C'était évident que cet enfant-là était prêt à manger un peu, je ne sais pas un peu de purée de petits pois n'importe quoi! Ou de boire un peu plus, ou plus souvent! Il est peut-être en poussée de croissance? Fie-toi à ton instinct pas à un livre. En voyant la maman regarder son heure et étirer le temps avant de sortir son biberon, je voyais bien qu'elle se disait que ça ne se pouvait pas que le bébé ait faim là, à cette heure-là car ça devait faire XX heures qu'il avait bu et qu'il ne devrait pas boire avant telle heure. «Ce n'est pas ce qui est supposé!»... Eh bien non! Avec les enfants, ce n'est jamais vraiment ce qui est supposé. C'est toujours des règles générales mais il peut y avoir mille exceptions valables et plausibles.

«Alors, jette ta montre au plus tôt, Maman et fie-toi à ton instinct.» Comment on peut laisser un enfant avoir faim ici en 2011? Juste parce qu'un livre nous dit de le faire? J'en reviens pas. J'aurais tellement eu envie de prendre ce bébé dans mes bras et lui donner, avec amour et attention, un peu de purée d'haricot jaune (je prends les plus mauvaises, mais pour lui ce serait déjà un festin!) avec un peu de lait ensuite (ben oui, les livres disent de donner le lait avant et la bouffe ensuite, mais on n'a jamais fait cela ainsi ici et ça va très bien!!!). Doucement.

Non, la vie n'est jamais ce qui est supposé. Pas plus les enfants. C'est vraiment le temps parfois de renouer avec notre instinct. Juste notre instinct. Sans montre et sans livre.

32 commentaires:

Isabelle a dit…

Je suis très touchée par ton billet, Nadine. Il m'est souvent arrivé, hélas, de voir des mamans surveiller leur montre avant de donner à boire à leur bébé. Chaque fois, le coeur me fendait. Eh oui! il faut que l'instinct prime sur les foutus dictats des livres! Qu'est-ce qui explique que la mère ait perdu cet instinct?

Caro a dit…

J'ai eu peur en lisant ton billet! Je pensais que tu allais critiquer les parents pcq les enfants ne savant pas ce tenir hahaha.
Pis ça ça me blesse, car mes enfants ont parfois des petits problèmes de patience au resto...hihihi!

Revenons à ton billet!!
Tellement bien dit là!
Tu me vole les mots de la bouche.
C'est quoi l'INSTICT en 2011? Je crois que c'est en voie de disparition!
C'est TON enfant, TON prolongement et c'est TOI qui choisi de ce qui est bon pour lui et surtout, tu dois faire des choix avec lesquels tu es à l'aise!
Un livre c'est un OUTIL. Pas une réponse à tout nos problèmes.

PS: je suis contente de voir que je ne suis pas la seule qui donne le lait APRÈS le repas hahaha!

sajumel a dit…

Je lisais tes mots et j,en avait moi-même une faim de loup!
Je suis peut-être triste (pour le bébé qui doit attendre ainsi que la cloche sonne afin d'assouvir un besoin vital), peut-être déçue (de la maman qui n'a pas plus de jujotte et qui ne passera pas le cap des 5 ans sans une dépression!)...

Mais surtout, je me souviens maintenant pourquoi j'ai troquer ma montre il y a 8 ans contre le plaisir de prendre mon temps et de vivre, tout simplement!

Moments de Maman a dit…

C'est si triste de lire ça. Triste parce qu'on sait toutes que c'est vrai et que malheureusement, ça arrive. Je me prends aussi souvent à vouloir aller donner un câlin ou un peu de jus à un enfant qui est aux prises avec un adulte qui a peu ou pas d'instinct parental. Avec les enfants, les livres devraient êtres des références, des pistes, mais le guide primordial du parent devrait toujours se situer non pas sur une tablette ou dans une bibliothèque mais bien entre la tête et le cœur.

Moments de Maman a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

Désolée mais l'instinct chez l'homme c'est de l'histoire ancienne, et moi je trouve ça facile de juger des parents qui ont l'humilité d'avouer qu'ils ne savent pas du tout naturellement quoi faire et de chercher des réponses dans les livres. Alors certes, ils y en a qui sont un peu trop strict "by the book" mais moi ça m'énerve encore plus ceux qui disent que tous ce que peuvent dire médecins et scientifiques c'est des conneries, et que eux savent bien mieux avec leur fameux "instinct" quoi faire pour leur bébé... Le vrai instinct, là, il commanderait d'allaiter au moins jusqu'à 1 an, et de ne pas donner de solides à un être qui n'a pas de dents et qui n'est pas capable de se tenir droit...
Bref il y a un juste milieu entre les 2, oui il faut savoir chercher l'information qu'on n'a plus par instinct, mais oui aussi d'accord il faut aussi avoir l'intelligence de l'adapter un peu au besoin... c'est moins dangereux un idiot qui cherche dans les livres plutôt qu'un idiot qui croit tout savoir!

Maman au carré a dit…

La seule autre personne que j'ai vu agir ainsi avait une grave dépression post-partum qui a rendu l'attachement avec son enfant très difficile. J'imagine ce que ce doit être d'avoir deux enfants en bas âge avec une différence de 18 mois et crois que c'est possible que ces parents se sentent très démunis. J'espère que quelqu'un a passé outre leur ''incompétence'' parentale, leur a souri gentiment et leur a dit qu'ils avaient deux magnifiques enfants. Parce qu'au delà du jugement, c'est probablement ça qui aidera le plus leur progéniture, à long terme.

Marie-Claude a dit…

Je viens de lire ton billet et je trouve que ça reflète tellement la société de nos jours. J'ai une amie qui vient d'accoucher et au début elle était by the book. La première fois qu'on est allé voir le bébé elle lui donnait sa bouteille. Il fini sa bouteille et elle lui mets le doigt dans la bouche. Le bébé se met à téter. Elle dit a sa mère de préparé un autre biberon car le bébé a encore faim.

Je n'ose pas tellement parler car je n'ai pas d'enfant mais j'en ai tellement gardé que j'ai une bonne base. Je lui ai dit que c'était peut-être juste le réflex de succion. Le bébé avec 4 jours. Et j'ai viré ça en joke et la mère de mon amie a embarqué avec moi. J'ai dit qu'à moins que les bébés aient changé de modèle, normalement tu le sais rapidement quand il a faim. Sa mère a dit que j'avais raison et a dit à mon amie d'attendre un peu pour voir et 10min après le bébé dormais comme un ange.

Anonyme a dit…

Immigrante, je n'ai pas de famille dans le pays ou je vis et ayant 3 enfants tres rapprochés, je suis tombée en grave dépression. Je ne faisais plus preuve de jugement et je me fiais mots pour mots à des livres car j'étais totalement perdue. Je n'ai pas montré beaucoup de tendresse à mes 2 premiers au tout début, déjà me lever de mon lit était un exploit. Depuis, que je ne suis faite soignée, je suis maintenant mon instinct, je les enveloppe d'énormement d'amour et mes enfants sont super heureux. Donc ne jugez pas trop vite, cette maman est peut etre en grave dépression et sa manière de fonctionné s'explique. Si c'est lecas, je lui souhaite tout plein de courage pour sortir de la!

Anonyme a dit…

J'allais écrire sensiblement la même chose que Maman au carré.

Tout ça sent la dépression post-partum. Et, bien triste à dire, je me reconnais un peu dans la description du regard vide, fatigué, à boutte! Je suis passée par là, avec deux enfants de 15 mois de différence. Je lis votre billet et mon réflexe à moi, c'est d'avoir envie de prendre cette maman-là dans mes bras et lui dire que oui, ça finit par passer!

Elle regarde sa montre sans arrêt? Peut-être que tout ce qu'il lui reste d'énergie à consacrer à son bébé c'est ça. S'en tenir à l'horaire, parce qu'elle a l'impression que sinon elle va s'effondrer. Tenir jusqu'au prochain biberon, en espérant qu'il va dormir ensuite. Non mais qu'est-ce qu'on en sait?

Ce blogue devient de plus en plus une analyse rapido-presto de situations jugées partiellement, sans connaître les mamans, sans chercher à comprendre. On tourne les coins ronds, on raconte des trucs accrocheurs et on en fait des généralités sociales.

Le pire c'est que je suis globalement d'accord avec votre point de vue. Cette idée d'horaire, de perte de l'instinct... Les livres de maternité, ça a ses limites! Le problème, c'est dans le jugement sans appel sur une pauvre maman.

Décevant...

Anonyme a dit…

Humm comme vous dites, ce qui est censé ne se produit jamais. Si vous m'aviez dit que c'était son premier, j'aurais peut-etre mieux compris. Moi mon premier (et unique) va avoir 1 an bientot et oui j'ai lu et re-lu et consulté, pour savoir comment ca marchait un bébé. Et ca me tuait quand les trucs ne marchaient pas avec mon bébé a moi. Mais pour ce qui est de bébé qui tape et veut tout attraper, le mien est comme ca, faim ou pas. Il déteste être attaché alors on l'amuse comme on peut avec ce qu,on a quand on sort. Soyez indulgents par pitié, sinon on ne sortirait jamais :( c'est blessant ces regards qu'on nous jette

Anonyme a dit…

je suis un estomac à deux pattes, donc je suis un dépanneur ambulant et je traîne mes munitions pour mes enfants. par ma part, j'aime nourrir mes 2 enfants pendant qu'on attend nos assiettes, comme ça on peut manger chaud! un luxe avec des jeunes enfants. je trouve ça plutôt triste pour eux que la sortie au resto devienne une épreuve. ça me fait tellement de bien d'aller au resto, de sortir de la maison.

Karina a dit…

Merci pour ce billet! Je suis a mon 2e bébé. Un beau gros garçon de 4 mois 1/2 en santé. Le hic c'est qu'à 7 semaines il buvait déjà 52 oz. par jour..... alors j'ai décidé de lui introduire ses céréales plus tôt... sa doc de famille n'a eu aucun problème, à la rencontre de 2 mois) quand je lui ai annoncé que coco mangeait déjà... non non! pas de sermont rien! C'est dire que j'étais contente (et très surprise)! Par contre, à ma seconde visite, avec l'infirmière clinicienne cette fois, oh là! Gros jugement, elle était tellement pas d'accord! Elle m'a dit qu'elle me trouvait pas mal "olé olé" de nourrir mon enfant et la grosse morale qui vient avec (que mon bébé risque d'avoir des allergies plus tard et tout le kit(heu?? je l'ai toujours pas compris celle là!))...
Je sympathise avec cette maman... elle n'a probablement pas le soutient nécessaire ou peut-être juste que personne ne lui a dit que c'était correct de ne pas faire comme dans les livres justement... il y a tellement de pression des médecins, des infirmières, des livres comme quoi c'est quasiment criminel de faire manger un enfant avant 6 mois... s'en est ridicule. On veut mettre les enfants (et les parents) dans un moule!

Evelyn a dit…

ahhh je trouve ça triste pauvre petit bébé :( beaucoup de maman ne jure que par les livres .. alors qu'il faut tellement ecouter son instinct ,chaque bébés ets différents et a a des besoins différents ...

Anonyme a dit…

En passant, juste de même...combien de femmes dans les années 20-30-40-et j'en passe, ont très bien fait ce qu'il fallait (hormis les quelques conneries du genre bière dans le biberon) et aussi sans recommandations aucune...nos grands-mère se sont très bien débrouillées sans guide !
Bref ! Pauvre maman, un peu trop zombie...et surtout, pauvre papa, peut-être trop castré par sa femme pour avoir une opinion sur le sujet, qui soit-dit en passant, aurait très bien pu régler le problème...

DEMIJOUR a dit…

ça m'a fait sourire de te lire. Car les disputes dans mon couple relève de cela: mon instinct vs la théorie dans les livres pour mon hom. Lui tout est "selon les livres", "selon l'article dans tel journal ou tel site web".
Comment expliquer que des fois il faut être plus conciliant et se servir de son jugement? Des frictions il y en a eu à la tonne. Heureusement je suis la maman, j'ai "théoriquement" plus de pouvoir alors je faisais à ma tête quand même en me fiant à mon instinct.

L'instinct ce n'est pas donné à tous. Et puis quand on est à bout de tout parfois, l'instinct en prend un coup.

Non la vie de parent ce n'est pas facile et ce n'est pas noir ou blanc. C'est quelque part entre les deux!

Anonyme a dit…

Anonyme a écrit: Ce blogue devient de plus en plus une analyse rapido-presto de situations jugées partiellement, sans connaître les mamans, sans chercher à comprendre. On tourne les coins ronds, on raconte des trucs accrocheurs et on en fait des généralités sociales.

Malheureusement, je suis bien d'accord. Quand j'ai commencé à suivre ce blogue, j'y trouvais des anecdotes mignones, drôles, des opinions énoncées avec nuance, de la compréhension envers les mamans. Maintenant, je trouve que ça tombe souvent dans le jugement. C'est bien dommage!

Bien que je sois d'accord avec le fait que malheureusement l'instinct n'est plus valorisé de nos jours, je ne peux que déplorer le traitement hâtif de la situation et le côté jugement envers la mère.

Ce dernier article vient de me convaincre de vous retirer de la liste des blogues que je me fais un plaisir de suivre quotidiennement.

Anonyme a dit…

J'ai un jour rencontré a l'hopital une maman qui disait en souriant (visiblement pas victime de postpartum que son bébé avait soif de plus en plus tôt et je n'en revenais pas qu'elle le fasse attendre. J'ai allaité mes deux enfants a la demande, je n'ai jamais songé a les restreindre a un horaire. Si moi je peux avoir faim a n'importe quel moment dans la journée, pourquoi pas eux?

Nancy a dit…

Adieu Anonyme et Anonyme! (une drôle de coïncidence que vous critiquiez toutes deux nos opinions mais que vous ne dévoiliez pas vos noms...) Il faut s'assumer, les filles! Nous, on le fait pleinement, quitte à ce que parfois, ça tombe un peu trop dans le jugement facile, parce qu'on n'a pas toujours le temps de peaufiner, d'aseptiser et de ''politically correctiser'' nos billets (on travaille à temps plein, on a des enfants et une vie sociale!). L'idée, c'est de faire lever les discussions, ce que ce billet semble avoir réussi.

''Il ne faut pas juger!'' Cette phrase pathétique (qui ne juge pas, hein? qui?!) décrit le mieux notre ère et on voit où ça nous mène! À force de laisser les autres faire n'importe quoi, il y a des dérapages.

Et il y a une différence entre juger une situation et la condamner. Ici, Nadine partageait une situation qu'elle a vécu en vacances et le sentiment qu'elle avait devant cette situation. Et le fait que de plus en plus de mères semblent regarder leur montre pour savoir à quelle heure nourrir leur bébé.

On a tous le droit d'avoir un avis là-dessus. Vivre et laisser vivre, c'est aussi laisser les gens s'exprimer, quitte à ce que parfois ils aient tort.

Anonyme a dit…

Nadine nous raconte cette situation (de manière toujours aussi cocasse) et le but est clair, nous faire sourire en pensant à toutes ces mères que l'on côtoie (ou que nous sommes parfois) qui ont tendance à prendre à la lettres ce qui est dit dans les livres de maternité. Ceci dit, Nadine était présente au moment de cet incident, pas nous. Il y a des limites à porter des jugements sur une situation dont on ne fait que nous rapporter les faits. "Syndrome post-partum, castrante etc...". Franchement! Où est la solidarité et l'entraide, le non-jugement que prônent les zimparfaites.

Nadine a dit…

Vous ne regardez jamais les autres autour de vous? Ce qu'ils font ne vous atteint jamais car vous ne jugez pas? Il n'y a jamais rien qui vous énerve? Jamais rien qui vous fait de la peine? Jamais rien qui vous fait pogner les nerfs? Tant mieux pour vous!
C'était un jugement? Peut-être. Mais c'était surtout mon regard sur ce qui se passait et que voulez-vous, ça me fait de la peine de voir cela! Je trouvais cela triste. Et surtout que ce soit le bébé qui en paie le prix!
C'est vrai que la maman faisait pitié aussi, mais le déclic c'est elle qui doit l'avoir... pas le bébé! Et que voulez-vous ça me rend triste! C'est sûr qu'il y a probablement mille raisons qui font qu'elle agit ainsi: dépression, manque de soutien, fatigue, etc. Mille raisons, je vous l'accorde, mais c'est quoi? On ne dit rien? On n'a pas le droit de dire qu'il y a un bout qui nous tord le coeur.
Oui j'aurais donné du lait à cet enfant, doucement. Et j'aurais permis à la maman d'aller prendre une marche toute seule, lire, se reposer, peu importe. Et je lui ai souri aussi. Parce que c'est tout ce que je pouvais faire. C'est un jugement facile? Je l'assume. Et non, je ne me tairai pas et ne fermerai pas les yeux.
P.S: Au revoir AnonymeX2! !

Isabelle a dit…

Merci Nadine, tu m'as une fois de plus inspirée! Tu pourras le constater en lisant mon dernier billet des Chroniques Sympathiques.

Nota bene1 : J'aurais dû écrire diktats et non dictats dans mon premier commentaire, quoiqu'on pourrait aussi les surnommer « dicte-tas », pour les tas de choses qu'on nous dicte... ;-)

Nota bene 2 : Je me joins à toi et Nancy pour dire un joyeux au revoir aux Anonymes! :-)

Sarah a dit…

Wow!! Mais quelle réaction!

Je suis mademoiselle anonyme #1, et je n'ai jamais dit que j'allais arrêter de lire ce blogue. Mais je vais peut-être réviser ma position :)

Nadine, vous écrivez: "Et j'aurais permis à la maman d'aller prendre une marche toute seule, lire, se reposer, peu importe. Et je lui ai souri aussi."

Bah, c'est peut-être l'élan de compassion envers cette maman qui manquait à votre premier billet?

J'avais l'impression qu'ici c'était l'endroit où les failles de mamans pouvaient exister. Pas seulement pour les célébrer, quand elles sont cutes, ce serait trop facile, mais aussi pour dire: heille, on a le droit d'être à boutte, de pas savoir quoi faire, de ne pas être parfaite (!). Mais d'être des bonnes mères pareilles... C'est ce qui fait que j'aime (j'aimais?) venir lire ce blogue?

"Vivre et laisser vivre, c'est aussi laisser les gens s'exprimer, quitte à ce que parfois ils aient tort."

Bien d'accord. C'est pourquoi il est aussi permis de critique non?

Sur ce, sans rancune et bon été!

Anonyme a dit…

J'adore votre billet ! Se fier à son instinct est le plus beau conseil qu'on puisse donner à une nouvelle maman. L'instinct est assez juste quand on prend le temps de l'écouter. Le mien a marché fort pendant la crise du H1N1 mais on a passé au travers avec les 3 garçons malades sans partir en panique à l'hôpital. Je suis certaine que cette maman ne lit pas votre blogue. Ça lui ferait pourtant tellement de bien !

Anonyme a dit…

J'ai toujours aimé vos billets, ils me font du bien. Je dois par contre me ranger du côté de Sarah. Réaction assez forte de votre part en effet.Je ne crois pas vous avoir déjà vu réagir ainsi suite aux commentaires de vos lectrices. Et si je signe sous la plume "anonyme" c'est simplement pour l'aspect pratique de la chose et non pour cacher mon identité!

Anonyme a dit…

A l'anonyme qui a dit "J'ai un jour rencontré a l'hopital une maman qui disait en souriant (visiblement pas victime de postpartum que son bébé avait soif de plus en plus tôt et je n'en revenais pas qu'elle le fasse attendre."

Voilà un autre dictat qui a remplacé celui des livres: les extremistes de l'allaitement soutiennent qu'il faut absolument allaiter son bébé au moindre pleur même s'il s'agit d'un mal de ventre ou de dent... Ca donne des mamans épuisées qui abandonnent l'allaitement très tôt parce qu'elles ont l'impression de ne pas fournir... Oui moi j'ai déjà fait attendre mon bébé ou donné la suce ou juste caliné sans etre jamais en post partum et me suis assurée que c'est bien la faim qui était en cause, et me suis souvent rendu compte que c'était mieux pour mes bébés. Surtout mon 2ème qui souffrait de grosses coliques des 15 mn après la tétée, et qui pleurait en se tortillant pendant 1h30 mais ensuite s'endormait pour 3 longues et paisibles heures... alors que plusieurs me disait qu'il pleurait de faim... Il tétait aux 5h donc et a pris le poids maximum... si je lui donnais plus souvent (ce que j'ai quand même essayé!) il ne dormait juste plus du tout et nous vivions tous 2 un enfer!
Résultat j'ai eu 3 allaitements sereins, exclusifs jusque 6 mois sans fatigue, sans blessure aucune ni infections, avec prises de poids maximum et que j'ai pu prolonger pendant 8, 11 et 18 mois... Aurait il mieux valu allaiter aux heures pendant seulement 3 semaines?
Bref on peux tu faire juste chacune comme on le sent justement plutot que d'aller d'un extreme à l'autre...

Audrey a dit…

Je suis d'accord avec Sarah,ou anonyme n. 1; la compassion envers la maman professée dans les commentaires se lisait difficilement entre les lignes du billet... Oui, nous avons toutes une propension à juger, mais ce blogue ne se voulait-il pas (entre autres)un pied de nez au mythe selon lequel la maman doit avoir l'attitude parfaite en toute situation?

Mamanbooh a dit…

Comme Caro, j'ai cru qu'on parlerait de la présence des enfants au resto!

Comme Isabelle, je retiens le mot "instinct".

Comme maman de 2 enfants (19 mois de différence), femme, professionnelle, blogueuse et compagnie, ce qui me frappe dans les commentaires, c'est le besoin de défendre la mère alors que le sujet était plutôt l'enfant!

Un enfant qui avait faim. Une situation qui a crevé le coeur de Nadine. Pourquoi accrocher autant sur le reste?

Une (Z)amie,
Julie Philippon/mamanbooh!

Anonyme a dit…

humm je crois que tout a été dit ;)
maman de jumelles de 6 mois, ton texte me fait réfléchir....et oui imparfaite que je suis, je savoure maintenant les moments de "liberté" depuis que mes filles boivent certains de leur biberons seules dans leur petit sièges. Ton texte vient semer le doute dans mon coeur de maman....vais-je en faire des insécures, des carencées ?! ;) Les livres de psycho me disent que oui (:P)....mon instinct de maman me dit que non, que j'ai milles et un autre moment de la journée (bon ok une dizaine p-e) pour leur démontrer de l'affection, de l'amour et de juste prendre le temps de les regarder (avant la prochaine tournée de lavage!). Moi je te dit plutot chapeau de semer ce doute dans mon coeur et dans celui de plein d'autres mamans....qui nous poussent à réfléchir sur notre rôle de parent ;)
Maman 3X :P

Cherrypopz a dit…

Entre 0 et 3 mois j'ai dû le faire. Mon pédiatre m'a fortement conseillé d'Espacer les boires aux 3 heures car bébé avait bientôt 3 mois et il était encore aux 2 heures ouf. En 2 jours c'était fini. Les 2 jours les plus longs de ma vie. Je me rentenais pour ne pas accourir pour nourrir mon poussin.

Anonyme a dit…

Je pense plus que la maman et le papa auraient du prendre leur bouffe pour apporter. Ils auraient été moins sur les nerfs à la maison, et M. Deux-Ans aurait pu faire ce qu'il veut, aller jouer et revenir manger. Ceux qui s'acharne à amener leurs enfants au resto parce qu'ils doivent 's'habituer" à sortir... des fois c'est plus long pour certains enfant. C'est long attendre une commande au restaurant pour un enfant de 2 ans. Y'a plein de choses à voir et à aller explorer. Quand au minou qui pleurait pour son biberon... je pense pas que la mère avait énormément de plaisir confinée à une table de resto avec son bébé qui hurle. Ils voulaient faire changement? Apporter le repas à la maison et manger sur le patio!

Karine a dit…

Justement en disant "J'en reviens pas que ci et j'en reviens pas que ça..." Ne vous trouvez vous pas un peu PARFAITE pour penser que votre façon de faire est la meilleure? Se mêler de ses affaire en 2011, c'est fini ça? J'ai une voisine moi qui a accouché un mois avant moi et elle ne m'a jamais dit quoi faire et j'ai fait pareil!