mercredi 16 mars 2011

Les nouvelles règles en cuisine


J'ai beau aimé cuisiner, il y a quand même des soirs où ça me décourage un peu. Où je n'ai pas envie. Des soirs un peu plus compliqués que les autres où je suis fatiguée (ou les enfants le sont!). Bon, ces soirs-là, on ouvre l'enveloppe des «take-out» et on pige dedans. C'est réglé! Et zéro culpabilité!

Les autres soirs, j'ai trouvé des astuces pour que l'heure de la préparation des repas - qui coïncide toujours avec l'heure des devoirs, celle où JeuneHomme réclame mon savoir-faire exceptionnel en matière de revirer un jeu de Wii inséré du mauvais bord (ou autre variante: la vieille cassette VHS de Petit Pied le dinosaure prise dans le lecteur!), celle où je reçois un retour d'appel pour une entrevue, celle où le téléphone sonne, etc (vous avez saisi le topo?) - ne soit pas un bordel incontrôlable et pour ne pas avoir envie d'envoyer les enfants se coucher tout de suite après leur dernière bouchée.

1) Un verre de vin à la main, même dans le chaos le plus total, réussit à mieux faire digérer ce 5 à 7 essoufflant à la maison! Un peu de musique aussi!

2) Mettre les enfants à l'ouvrage. Non, ils ne se couperont pas (nécessairement) en nous aidant. On choisit des aliments qu'ils peuvent couper sans craindre un détour à l'urgence.

3) Optez pour les raccourcis. Dites-moi pourquoi on achèterait des champignons entiers? Des grosses carottes? Une branche de poireau? Merci les champis tranchés, les mini-carottes et l'émincé de poireau congelé. Pareils pour la viande: des cuisses de poulet déjà arrangées, du steak en lanières, etc. Surtout (du moins) pour les soirs pressés!

4) Pour faire des plats délicieux, pas besoin de passer 3 heures en cuisine (qui a le temps en semaine?), on n'a qu'à «faker» notre production. On s'inspire de la chronique (ma préférée!) Fake It don't Make It du magazine Real Simple.

5) La mijoteuse n'est pas réservée que pour faire des «bouettes» (quoique c'est délicieux!) ou des ragoûts. On peut l'utiliser pour faire des trucs vraiment étonnants. Ricardo nous en donne beaucoup ici (et je louche depuis quelques jours sur le canard braisé au rosé!)

6) Oui c'est contraire à tout ce qu'on nous dit, mais cuisiner des mets que les enfants aiment est un gagnant. On sait qu'ils vont en manger et déjà ça rend l'ambiance plus joyeuse. Ils sont traditionnels? C'est parfait! On fait cuire quelques cubes de poulet, par exemple, exempt d'assaisonnement. Et pour nous, on les couvre d'un sauce au cari rouge! Tout le monde est content! Oui, je fais des compromis. Oui, j'adopte un peu ce que je prépare! Autrement, j'aurais ou moi qui baboune parce que je rêvais de manger un sauté de crevettes ou des enfants qui fafinent devant un plat de crevettes qu'ils n'aiment pas particulièrement. Je cuisine pas deux fois, j'adapte tout simplement. Parce que ce que j'ai envie de manger joue aussi sur mon humeur et mon envie de cuisiner!

7) «Pourquoi t'achètes du pâté au saumon, maman? Mais tu fais des tartes?». Ça ne veut pas dire que ce que j'achète tout fait déjà prêt, je ne suis pas capable de le cuisiner. Mais parfois, l'énergie et le temps que ça me prend ne vaut pas la chandelle. Alors, merci aux short cut qui me permettent de prendre mon temps pour cuisiner d'autres trucs...

Et vous? Quelles sont vos nouvelles règles en cuisine?

17 commentaires:

Evelyn audet a dit…

Je vais sur des sites comme recettes.qc.ca ou il y a multitudes de recettes faciles vite fait et vive ricardo :) il m'arrive de cuisinner la fds de prévoir un ou 2 soupers a l'avance ou de faire le souper le matin ! le soir tout est prêt et je réchauffe

Anonyme a dit…

règle numéro 1: cuisiner en double et congeler le deuxième repas. Au moins, ça me fera un soir plus relaxe la semaine suivante. Et tout se congèle!!! (on a qu'à faire le tour des surgelés à l'épicerie pour le savoir)

règle numéro 2:Accepter le reste de rôti que belle maman a cuisiné pour le souper de dimanche soir en pensant qu'on serait une armée à sa table!

Pour ce qui est des recettes à la mijoteuse, la lasagne de Ricardo est particulièrement délicieuse. En fait, ici, c'est pratiquement le party quand c'est au menu. Beau, bon, vite fait bien fait!

JO

t4nne a dit…

Mon petit truc pour m'épargner du temps dans la semaine (même si je n'ai pas d'enfant) : Couper mes légumes le dimanche. C'est pratique pour les recettes et ça peut servir comme crudités dans les lunchs

Nathalie a dit…

J'aime beaucoup cuisiner (surtout avec un verre de vin et de la musique ;-), mais j'ai aussi des soirs où j'en ai ras le bol... J'ai une série de petits repas rapides pour les soirs plus difficiles, comme tu décris. Genre pizza maison (avec pâte et sauce achetés au magasin), ça prend 5 minutes à préparer, 10 minutes à cuire, c'est assez santé selon ce qu'on met dessus et les enfants sont contents! Ou encore des pâtes au pesto (recette de Stefano Faita, disponible ici). Je fais le pesto un dimanche soir où je suis en forme, en quantité industrielle, et je congèle le reste en portions pour un repas. C'est super bon et très rapide aussi.

Sinon, il y a toujours les soupers de sandwichs :)

Faut bien se laisser des breaks parfois!

Chocolyane a dit…

Faire ma liste d'épicerie le dimanche matin et prévoir tous les repas de la semaine : ça évite le cassage de tête.

Essayer de faire le souper du lendemain le soir même : on soupe plus tôt et c'est plus relax, après, pour faire la popote.

Dodinette a dit…

règle #1 (pour les soirs "normaux") : ne jamais répondre à la question "qu'est-ce qu'on mange", sinon la baboune qu'on risque d'avoir de toutes façons au moment de se mettre à table s'étend comme par magie à l'heure précédente. (les enfants ont compris et demandent maintenant "hein maman, on mange du Tuverrasbien hein ?")

règle #2 (pour les soirs "too much") : faire bouillir de la semoule fine dans du lait jusqu'à consistance de yaourt/potage épais : ils assaisonnent leur "bouillie" avec ce qu'ils veulent, le plus souvent du cacao. ils adorent, sont silencieux, et nous on peut réfléchir plus tranquillement à autre chose.

Anonyme a dit…

Pour les soirs de semaine, j'ai ma série de recettes-express, qui me prennent environ 30 minutes à cuisiner. Ils sont classés au même endroit et je sais ce que toute la famille préfère. J'essaie de cuisiner le week-end, j'ai un peu plus de temps, je suis moins stressée et fatiguée, je peux préparer 2 ou 3 repas à la fois. J'essaie d'en faire plus et de congeler pour les soirs de semaine. J'ai aussi toujours quelque chose tout prêt au congélateur, genre pizza, lasagne. Ce n'est pas très santé, c'est acheté tout fait, mais ça dépanne. Et j'ai toujours dans mon garde-manger des pâtes et un pot de sauce. Quand il n'y a plus rien dans le frigo ou que je suis très pressée, c'est parfait. J'y ajoute du fromage ou des légumes sautés si j'en ai!

Virginie

Dame Oiselle a dit…

Ma règle de base, d'ici à ce que fiston ait 2 ans : tout ce qui prend plus de temps à cuisiner qu'à manger est "out", sauf les jours spéciaux...

J'ai toujours ma trousse d'urgence, qui comprend :
Du couscous de blé entier
De la dinde/poulet congelée déjà cuite en morceaux
Des légumes surgelés déjà coupés
Du pesto-maison congelé
Des pâtes trois couleurs
Des cocos
Un autocuiseur à riz qui n'attend que d'être branché

Avec ça et un brin d'imagination... jamais mal prise.
Merci de vos trucs!!!!!

Mamanbooh a dit…

J'adopte!

En fait, ça pourrait très bien devenir les nouveaux commandements de Mamanbooh! pour survivre aux soupers...

J'y pensais déjà depuis quelques semaines, merci!

J'ajouterais que les vendredis midis, à la cantine de l'école tu mangeras (ou au restaurant, si tu es trop grand!).

;-)

Hélène a dit…

Un soir une semaine sur deux on fait un souper- déjeuner donc céréales ou toast ou parfois gruau. Un soir semaine on mange du subway : 12 pouce 5$ et on s'en tire pour 10$ ici et tout le monde est heureux (nous sommes trois). Un soir semaine, les enfants choisissent leur menu (Fiston choisi TOUJOURS les nouilles à faire cuir dans l'eau et Fillette les pâtes genre Chef Boyardee).

Evely a dit…

Nos règles sont simple

Règle 1 : Je prépare le menu de la semaine (du lundi au jeudi) avec l'aide de SOS cuisine (vraiment un lifesaver ils ont pleins de menus adapté à notre réalité), vendredi et samedi c'est au choix du chef (mon conjoint, moi je veux même pas mettre les pieds dans la cuisine) et dimanche c'est la journée -on passe ce qu'il reste parce que je supporte pas la gaspille-.

Règle 2 :On se laisse assez de liberté pour changer d'idée à tout moment. Une fois de temps en temps on prend des quiches déjà fait, mais quand on est vraiment en manque d'inspiration on se fait une méga salade avec tout ce qu'on trouve et c'est un succès. On se permet un take out par mois (souvent deux, mais selon le budget ce devrait être un) et ce sont des sushis de Yuzu. Ils ont les spéciaux à un dollars alors c'est pas trop pire :o)

Règle 3 : tant qu'on aime ça comme ça on continu, sinon on change notre manière de faire. On veut mieux manger alors entre les livres de recettes, les blogs de bouffe, les conseils de part et d'autres, on essaie de trouver ce qui nous convient le mieux.

Une Fille en Chine a dit…

Bonjour,

Hongkongaise pour qqes semaines le temps d'attendre l'arrivee de Number Three (cantonaise le reste du temps) je decouvre votre blog et j'adore ; bravo !

Pour la cuisine je ne prepare QUE des plats que les enfants aiment ; fini de se battre pour leur faire avaler des legumes vert alors qu'il doit bien y avoir autant de vitamines dans les tomates cerises non ?
Sinon le plateau japonais m'aide beaucoup : je mets tout sur la table et les enfants doivent remplir chaque case du plateau avec des aliments de couleur differente. Meme qu'il y a souvent un ptit coca du samedi midi pour faire passer tout ca...

Le verre de vin j'aimerais bien mais pour l'instant je suis au Virginpolitain : citron, jus de cranberry et soda water ; ca ne vaut pas son Chardonnay mais ca fait l'affaire !

A bientot !

Une fille en Afrique a dit…

Nous jonglons entre les plats locaux et nos envies bien françaises :
Si un soir on commande une fatira (plat complet composé de viande, oignons, tomates et bananes) on en profite pour prendre une grosse salade fraîche préparée.
Comme cela, le lendemain, quand monsieur achète un poulet rôti au vendeur de rue en rentrant du travail à 13h, on a déjà l'accompagnement.Et ledit poulet finira sa carrière le lendemain, en mijotant tout seul comme un grand dans une sauce au yaourt et aux épices indiennes.

On a aussi le réflexe cuiseur vapeur, c'est magique pour le poulet, le poisson, le riz, les lentilles, les oeufs, les carottes etc ... et quand c'est cuit, il sonne et garde tout au chaud 1 heure, ce qui laisse le temps de savourer l'apéro !

Enfin, comme nous pêchons beaucoup, on a toujours un bon stock de poissons au congélateur, et je vous assure qu'un homme est toujours ravi de le préparer au barbecue :)
(ahhhh l'instinct ancestral qui se réveille devant le feu, une aubaine pour les femmes !)

Nadmo a dit…

Les recettes de Campbell! Je garde toujours une crème de champignons, de céleri et de poulet. Pour les soirs de manque d'imagination.

Apprentie Maman a dit…

Pleins de bons trucs que je garde en tête pour lorsque je serai débordé.
De mon côté, je prépare la liste des soupers de la semaine d'avance, je sauve déjà 30 minutes chaque soir à feuilleter les livres de recettes et à me demander ce qu'on mange!

Anonyme a dit…

Tout ça, ce sont de faux trucs. Cuisiner en double et congeler? Ça prend le double du temps. Prendre une demi journée la fin de semaine pour faire la liste, acheter ce qu'il faut et cuisiner les repas de la semaine? C'est autant de temps en moins pour jouer avec tes enfants (ou lire un magasine dans le bain apéro à la main...). Faire le souper du lendemain le soir même? N'est-ce pas deux fois plus stressant le soir en question? LA solution: les plats préparés. Le problème c'est que les plats des supermarchers sont soit mauvais pour la santé, soit mauvais au goût, la plupart du temps les deux.

Mais j'ai trouvé LA solution. En janvier dernier. Depuis, mon retour à la maison est complètement transformé. Je respire. Le nombre de fois où je pète les plombs a diminué de façon drastique. En fait, ça ne m'arrive presque plus. LA voici donc: les femmes-traiteurs qui font d'excellents repas de semaine (boeuf-bourguignon, poulet chasseur, lasagne), recettes aussi santé que si c'était vous qui les cuisiniez (liste d'ingrédients à l'appui) et qui - comble du bonheur - LIVRENT À DOMICILE! Et aussi incroyable que cela puisse paraître, ce n'est pratiquement pas plus cher que si vous popotiez vous-même. C'est ce que je constate semaine après semaine depuis début janvier. Moi qui suis à Québec, je fais affaire avec Les Copines Cuisinent (visitez leur site!), mais je sais qu'à Montréal il y a Saveurs santé et à Mirabel... je ne me rappelle plus du nom. Mais le nombre de ces petites merveilles de commerces sauve-la-vie est en pleine croissance. À nous d'en profiter!

Evelyne a dit…

J'ai été voir le site des Copine cuisisent. S'il y a des bons trucs, je suis toujours prenante.

Je sais pas mais j'ai vite fait le calcul, ça reviendrait à plus de 110$ pour cinq soirs de repas. Mon épicerie me coûte environ 140$ pour deux personnes et demi et ce pour 7 jours lunch, collation, déjeuner et autres inclus.

Enfin, moi je n'ai pas ce genre d'argent. J'utilise SOS cuisine. Il y a des recettes express (10 minutes préparation 10 minutes cuisson), c'est santé et on peut mettre nos préférences. En plus, ils tiennent compte des spéciaux dans les différentes épiceries. Mais en bout de ligne, chacun ses trucs, tant que ça marche