lundi 28 mars 2011

La longueur de notre mèche...


Certains appellent cela de la reconnaissance? D'autres de la gratitude? Ou encore tout simplement du savoir-vivre? Peu importe. C'est un peu la même chose quand on y pense (à moins que vous trouviez un autre terme!)

Au spectacle de Marie-Mai, une mère et sa fille assise derrière MissLulus et mon amoureux discutent avant le début du spectacle. La fille a environ 9 ans. Le sujet: les plaintes de la demoiselle. «T'as pas acheté de bons billets», «On ne verra rien!», «Tu aurais pu en acheter des mieux!», «C'est poche!», «Tu ne fais jamais rien pour moi...». Et gnan gnan gnan!

La mère? Elle s'est défendu en disant des trucs comme «Ben oui, tu fais donc bien pitié!» et l'a évidemment menacé de ne plus jamais la ramener à un spectacle de sa vie.

Personnellement, je l'ai trouvée bien patiente. Et j'ai trouvé que sa mèche était pas mal plus longue que la mienne. Moi? Perso, j'aurais dit «Ah, t'es pas contente? Viens, j'ai de super bons billets....!» en l'entraînant directement dans la voiture. Finito le spectacle! En passant, j'aurais remis gratuitement mes billets à deux inconnus dans la rue. Et je n'aurais plus jamais amené ma fille à un spectacle.

Même MissLulus était scandalisée. «Franchement! On ne fait pas cela!», a-t-elle dit en me racontant l'incident. Je pense que ça lui a fait réaliser que des fois, il y a des trucs qui ne se disent juste pas et qu'il faut savoir apprécier ce qu'on a. Mais la leçon ne venant pas de ma bouche a fait beaucoup plus rapidement son chemin jusqu'à son esprit. (alors merci à ce duo maman-fillette qui a inculqué quelques valeurs à ma fille par ricochet!).

Mais ce n'est pas drôle un truc comme cela. C'est comme le début de la fin? La fillette n'a pas aimé sa soirée. La mère rage contre sa fille. Et probablement pour les sous dépensés (les billets, le stationnement et sûrement le souper au resto!). Aucune des deux n'aura vraiment envie de passer d'autres soirées ensemble. C'est d'une tristesse...

Reconnaissance? Gratitude? Savoir-Vivre? Je ne sais toujours pas. Mais je sais que ma mèche est ultra-courte pour des trucs comme cela. Je n'aurais pas toléré. Pas une seconde. Et quand je dis «reconnaissance», je ne veux pas dire que ma fille nous remercie dix mille fois pour l'avoir amené à Marie-Mai mais qu'elle démontre un intérêt, qu'elle nous dise un seul merci sincère... ou qu'elle m'en parle avec tellement d'étincelles dans les yeux que je comprends sans un mot qu'elle a adoré et vraiment apprécié sa soirée...

13 commentaires:

Anonyme a dit…

J'ai souvent entendu des parents dire qu'ils n'attendent plus de reconnaissance de la part de leurs enfants - et c'est triste ! En tant que parents, notre rôle premier est de s'assurer des besoins physiques (nourriture, toit, vêtements, etc.) et émotionnels de l'enfant (amour, encouragements, etc.). Le reste, toutes ces petites sorties que l'on fait pour le plaisir, c'est du surplus, et c'est important que les enfants le reconnaissent. Effectivement, on ne s'attends pas à des remerciements aussi longs qu'aux Oscar, mais un simple merci, ou tout simplement de ne pas chialer contre ladite activité, sont nécessaires à mon avis. Bon billet !

Élaine et fille a dit…

la reconnaissance, la gratitude, les bonnes manières, ça s'enseigne! Combien de fois j'ai dit à ma fille que si on lui téléphone pour lui souhaiter bonne fête, il faut dire merci parce que cette personne a fait un spécial juste pour elle. À tous les Noël, je lui dit (avant d'ouvrir les cadeaux) que meme si on n'aime pas le cadeau, on dit merci... merci d'avoir penser à elle, merci d'avoir fait un effort pour lui faire plaisir. Je pousse la leçon plus loin en lui enseignant comment être contente pour les autres qui ont quelque chose que nous n'avons pas, comme un voyage, une console DS...

Bon, je ne suis pas parfaite et il arrive souvent que ma fille chiale sur les repas que je fais pour elle. Je répond de s'en passer si elle n'est pas contente. Elle n'apprend pas vite quand je lui dit ça.

Anonyme a dit…

Les enfants ingrats, tant qu'à moi, c'est la faute du manque d'éducation des parents...

Ma belle-soeur de 37 ans chialent constamment contre ses parents (devant eux!), je trouve qu'elle est ingrate, impolie, mal élevée, je trouve qu'il y a des coups pieds au derrière qui se sont perdu à quelque part... Ses parents (mes beaux-parents) sont serviables, aimables, gardent souvent mes enfants ou les siens, d'où mon incompréhension envers son attitude du je-me-moi ou "tout m'est du dans la vie". J'en ai glissé mot à mes beaux-parents, qui se défendent en disant que ce n'est pas de sa faute, elle ne réalise pas, qu'ils ne veulent surtout pas perdre accès à leurs petits-enfants...

Je remercie souvent mon chum de ne pas être comme sa soeur(!). Je ne sais pas comment ils ont pu lui inculquer des bonnes valeurs, mais pas à elle. J'ose espérer que mes enfants n'agiront pas ainsi, parce que moi je ne generai pas pour les remettrent à leur place, ma mèche est plutot courte aussi... Mes parents n'ont jamais toléré le manque de respect, je ne comprend pas comment tu peux manquer de respect envers tes parents qui sont formidables... On ne parle pas de parents drogués, alcooliques ou ayant un problème de santé mentale... On ne parle pas de parents qui s'imposent et tentent de gérer ta vie. On parle de parents normaux...

Tout ça pour dire que fiston a appris assez tôt à remercier sincèrement, il le dit naturellement maintenant :-) A 3 ans et demi, il chiale parfois sur le souper (s'il pouvait il mangerait des grilled cheese 90% du temps), mais il sait qu'on ne tolère pas, et qu'il n'aura rien d'autres... S'il ne veut pas souper, il peut attendre au déjeuner demain matin, ça ne m'émeut pas outre mesure... Et je regarde ma chère belle-soeur faire 56 menus pour "combler" les désirs de ses filles (4 et 2 ans...), je me dit oh my God... Si une ne veut pas manger ça, elle lui prépare un autre repas pour éviter les crises... Euh c'est quoi, t'es un restaurant? T'achète la paix?

En tout cas... Quand on se compare, on se rend compte que fiston est pas mal bien élevé, et on espère que fifille de 1 an suivra dans le même moule...

Lawrichai a dit…

Ici on est à l'étape d'inculquer les "merci" et surtout (le plus difficile) les "s'il vous plaît".

Mon garçon de presque 3 ans a beaucoup de difficulté à comprendre que tout ne lui est pas dû et qu'à son âge, ses parents ne feront plus tout ce qu'il désire.
Nous aussi avons des envies qui ne tournent pas nécessairement autour de "jouer avec lui" et "le prendre dans nos bras".

Ma mèche est terriblement courte et parfois je me demande si je ne suis pas trop sévère... J'ai peine à ne pas me culpabiliser lorsque je dois renforcer la discipline et que j'ai droit à la crise de larmes du siècle.


Je vous avoue que si j'avais été la mère de la petite fille du show, ça aurait ressemblé à "Tu n'est pas contente d'être ici? Alors on s'en va!" Pas de bargain.
Et j'aurais été enragée d'avoir dépensé temps et argent pour une telle réaction.

Anonyme a dit…

Ah là là que de présomptions ici... La vie n'est pas à ce point blanche ou noire, non?

Ma fille est «sucrée» 99% du temps, elle apprécie, me saute au cou, me dit mille mercis. Mais une fois de temps en temps, elle est «salée» (surtout quand elle a vécu une peine dans la journée). Elle me sort parfois une énormité pour me piquer, pour me crier «maman je suis prise dans ma mauvaise humeur». Alors j'essaie de lui donner des pistes pour arriver à revoir le bon côté.

Mais en vous lisant, si je comprends bien, vous auriez entendu ma fille lors de ce mauvais moment et iriez conter à vos amies à quel point vous avez vu une fillette mal élevée? Misère...

Et qu'est-ce que vos enfants auraient tant appris en partant du show subitement? Moi je ne vois pas.

Ce que moi j'aurais fait? Je me serais levée avec elle et je l'aurais amenée s'asseoir derrière, à des places pires encore. Et je lui aurais demandé quelle place elle préfère. Et je lui aurais certainement demandé ce qui ne va pas aussi pour être de si mauvaise humeur au show d'une artiste qu'elle aime...

Ce genre de «classification immédiate» que vous faites de la vie des autres me rappelle une anecdote. Je marchais vers l'école avec ma fille. Cette journée-là, il ventait et faisait -30, c'était terrible. La plus froide de l'hiver. Je souffrais moi-même. Je tentais de la rassurer et de lui couper le vent mais ça ne marchait pas. Le vent faisait mal. Ma fille a figé et disait ne plus pouvoir avancer. Elle a paniqué dans ce froid. Mais arrêter de marcher était la pire chose à faire alors pour la saisir, j'ai levé le ton et dit: «avance!»

Une dame passait à ce moment là et en m'entendant, elle commence à me gueuler après : «On ne parle pas aux enfants comme ça! Quelle façon d'élever un enfant!»

Et elle est partie (vent dans le dos). Je suis sûre qu'elle a ensuite raconté à ses amies qu'elle a vu une mère maltraiter son enfant bla bla...

Enfin, tout ça pour dire qu'on ne sait rien du contexte des autres, certainement pas lorsqu'on entend seulement des bribes de conversation...

Peut-être aussi que le parent de votre histoire avait promis à son enfant des billets 1ere rangée? Qui sait? Tout est dans les attentes...

Ni noir ni blanc...

Anonyme a dit…

Au dernier message je dit : Dans la vie, même quand tu es très de mauvaise humeur, tu te forces pour au moins garder ton chialage pour toi quand ta mère t'ammène à un spectacle. Ton 1% de salé, ben tu le fera le lendemain chez vous si ta mère trouve ça comique, mais pas pendant un événement spécial.

Je comprend tout à fait les sautes d'humeur des enfants, il ne comprennent pas nécessairement pourquoi ça leur arrive mais si qqun se sent salé, je l'amène nulle part. Enfant, ou adulte, ça se voit AVANT d'arriver au Centre Bell.

Je suis TRES d'accord avec toi, on ne connais rien de ce qui se passe chez les autres. Peut-être que c'est vrai que sa mère n'est jamais là, et qu'elle pense qu'un souper au McDo et un show de Marie-Mai par année fait foi de sa présence parentale... on ne saura jamais...

Anonyme a dit…

Je crois que comme l'a dit Élaine et fille plus haute, la reconnaissance et la gratitude, ça s'enseigne. Je ne vois pas ce qu'un enfant va retenir de se faire couper sec une activité, sinon de se taire la prochaine fois. Est-ce que se taire veut davantage dire qu'on apprécie sa chance?

En tout cas, si on a la mèche trop courte, faut pas se surprendre que nos enfants l'aient aussi...

Anonyme a dit…

Je suis d'accord, les bonnes manières ça s'enseigne, mais il y a aussi le caractère. A l'anonyme qui s'étonne que son chum et sa belle soeur soient si différents, c'est bien la preuve que l'éducation ne fait pas absolument tout. Il y a des gens qui ne sont jamais satisfaits, toujours critiques, et souvent très malheureux de ne pouvoir rien apprecier. Mon père et sa mère étaient comme ça, et à ma grande horreur je le suis aussi un peu, même si je fais de mon mieux pour m'améliorer encore aujourd'hui à 35 ans, je suis parfois impatiente et colérique, et le pire c'est que je le vois aussi revenir dans mes enfants par moments... Je ne suis pas parfaite et même j'ai mes bons moments, croyez le ou non, je ne pense pas être vraiment une mauvaise personne ni avoir été mal élevée...
Une autre chose aussi c'est que maintenant on en fait tant pour les enfants, que parfois ils ne se rendent simplement pas compte et oui ils tiennent pour acquis ce qu'ils ont toujours eu... Il n'y a qu'a voir, les concours de la fête d'amis la plus hot ou ces sorties toutes plus merveilleuses qu'on se croit obligés d'organiser. Alors que dans le fond on le fait le plus souvent davantage pour nous que pour eux...

Mamanbooh a dit…

La longueur de ma mèche est... Variable!

Je suis en général très patiente, mais à défaut d'avoir d'l'air folle, je suis souvent sortie d'un lieu public avec un de mes enfants (ou même les deux!)pcqu'il faisait une crise ou avec un comportement inacceptable...

Le plus difficile, c'est le regard des gens. Il y a ceux qui sont solidaires et nous encouragent des yeux ou nous donnent un coup de main et il y a les autres qui nous lancent de ces regards qui nous glacent le sang alors que ce que nous avons besoin, c'est d'un peu de solidarité!

Mais, il y a toujours quelqu'un qui nous juge, ici et là, dommage... La prochaine fois que je quitterai une activité, j'aurai une p'tite pensée pour toi et je me sentirai moins seule...

Une femme libre a dit…

Je trouve que l'idée de sortir du spectacle et de donner les billets à des inconnus est excellente. Tout en restant calme et souriante. La leçon va porter plus que de longs discours et il y a tout à parier que le prochain spectacle sera apprécié.

Anonyme a dit…

Dans mon cas, j'ai la mèche TRÈS courte. Ma théorie c'est que même si ma mèche est courte, il peut toujours dépasser un peu ma limite et c'est encore très acceptable pour les gens autour. Tandis que si la limite est déjà loin, on atteint très vite la fin de cette limite.
Je ne dit pas que les parents qui sont sévère on de meilleurs enfants (loin de la). Mais d'après moi, il ne faut pas oublier le caractère de l'enfant, mais en même temps c'est a nous de ''casser'' ses petits caractères désagréable.
Pour ce qui est du spectacle, il aurait du y avoir reconnaissance de la par de la petite inconnue, mais en même temps la mère est pas du tout mieux, pcq elle la laisse faire sans rien dire. J'aurais probablement fait comme toi, partir et donner les billet a quelqu'un assis beaucoup plus loin.
Mais je me dit que chaque parent croit que sa méthode est la meilleure (moi aussi en fait)reste au gens autour de se faire une idée et eux élèveront leurs enfants comme bon leurs semble
maxoo

sajumel a dit…

Je pense que c'est seulement une question de savoir apprécier ou pas ce qu'on a la chance d'avoir!
Si on considère que beaucoup ont moins, ou différemment, on s'apperçoit finalement qu'on est bien heureux avec ce que nous avons!
C'est aussi aux parents de pouvoir partager et apprendre aux enfants le fait d'apprécier l'opportunité lorsqu'elle passe!

dansmeslunettes a dit…

Oui il y a une part de caractère de l'enfant, mais selon moi l'éducation joue pour beaucoup.
L'idée n'est pas de connaître l'histoire derrière ce que Nadine a entendu, on jââââse là!
Mais, moi qui n'a pas encore d'enfants, je sais que je serai du genre à réagir à ce type de commentaire de mes enfants. Sans nécessairement quitter, il y aura un certainement un :"Peut-être que tu aimerais mieux ne pas être ici dutout ?" pour l'amener à réfléchir. C'est clair et certain que si minimoi continue de rouspeter, c'est terminé, on s'en va. Ce serait inacceptable de laisser passer un comportement pareil!