vendredi 26 novembre 2010

Protester contre la perfection


Protester contre la perfection, n'est-ce pas la plus belle des résolutions? Alors voilà ce qu'on a trouvé via Manon de M comme Muses.

Ça fait du bien de voir qu'on est de plus à jeter aux poubelles la perfection et tous ces "il faut que...", "je devrais plus...", etc.

Et un petit vidéo pour vous montrer qu'un véritable mouvement anti-perfection, très très (Z) est en marche.

Ici, ça fait plus de deux ans qu'on blogue sous le thème de «l'imperfection», qu'on se donne le choix, qu'on fait ce qu'on peut, de notre mieux, mais d'une façon qui nous ressemble en bousculant un peu (beaucoup!) les conventions et on l'avoue sans honte et sans gêne. Et notre vie s'en ressent. On est mieux, vraiment. Et on croit aussi que nos enfants le sont.

Est-ce que la fin de la recherche de la perfection vous a changée? Racontez-nous!

12 commentaires:

Maryse a dit…

Moi j'y travail encore, mais ça fait vraiment du bien de se laisser des chances et d'accepter de ne pas être parfaite.

Anonyme a dit…

J'ai tenté d'être parfaite pour plaire aux autres...et finalement on m'a dit que la perfection était ennuyeuse ! Retour à la case départ...maintenant j'essaie d'être moi-même, de m'accepter comme je suis ! Nos imperfections donnent une couleur à notre personnalité ! La perfection nous paralyse. Elle nous mène aussi à l'épuisement ... Il faut laisser tomber les ''il faut'' et les ''je dois'' pour écouter nos envies, notre coeur. Le perfectionniste peut avoir sa place dans certaines sphères, mais pas partout ni au quotidien ! Les (Z)imparfaites sont pour moi une thérapie en soi hihi !! On a besoin de ce genre de livre pour se déculpabiliser :) Bravo !

Annie

Belle coccinelle a dit…

Me permettre d'être imparfaite? Oui, ça m'a fait beaucoup de bien, vraiment vraiment vraiment de bien. Lâcher prise sur les choses moins importantes.

Dame Oiselle a dit…

La perfection, c'est souffrant et ça demande une énergie folle! Le premier remède que j'y ai trouvé c'est une bonne dose d'humour... rien de mieux pour décaper ce satané vernis de perfection qu'on aurait envie de voir briller sur tout ce que l'on accomplit.

Le deuxième de mes remèdes? Les enfants... ainsi, pas de place et de temps pour que dame perfection se glisse entre les assiettes croûtées dans l'évier et les piles de cartes de noël jamais écrites....Mais ça, mamans d'expérience, vous le savez déjà (et moi j'apprend...)

Merci les enfants de nous rappeler que désordre, imperfection et bonheur peuvent se côtoyer sans problème aucun! Et merci les Z pour votre dose hebdomadaire d'imperfection!

Plus-que-Parfaite a dit…

Ai dépassé le stade de la recherche de la perfection... Alexander Fleming a bien découvert la pénicilline à cause d'un bout de sandwich "oublié" dans son labo-:)!

Alors oui, vive le désordre (pas trop tout de même) et à bas les rabat-joie parfaits (ou qui croient l'être!)

mariesouris a dit…

ça m'a sauvé la vie rien de moins (dans le sens littéral du terme!)j'ai, par contre, encore beaucoup de chemin à faire...

Evely a dit…

C'est simple je cherche à être parfaite, mais j'accepte et j'aime être imparfaite. Disons que c'est un peu comme un mini-wheat. On le sait bien que c'est santé, mais on l'achète pour son côté givré. Je ne changerais pas mon côté Z, mais j'aime chercher à me dépasser, même si c'est pour me rendre compte que je suis pas si mal tel quel.

Ce qui est bien avec le mouvement d'imperfection, c'est l'ouverture du dialogue sans tabou. J'ai ma manière de faire, mais j'ai beaucoup appris par les autres, admettre qu'on est pas toutes seules et qu'on n'a pas réponse à tout, c'est se donner une chance d'évoluer pour le bien de nos petits Z. Je me permets rarement de juger quelqu'un qui fait les choses d'une manière différente, qui sait ce que je risque d'apprendre

So a dit…

Ce que je pense ressemble vraiment au commentaire de Evely. Quand Nadine m'a demandé à collaborer avec les (Z), elle m'a dit quelque chose du genre que je serais la plus parfaite des (z)imparfaites. Je suis exigeante envers moi-même, mais je me pardonne de plus en plus mes imperfections et surtout, j'ai toujours refusé de rentrer dans un moule préconçu de la maternité. J'ai par exemple allaité pas mal longtemps (15 et 18 mois), fait du co-dodo, utilisé des couches de coton, ce qui est loin d'être (z) imparfait, mais je l'ai fait à ma façon, sans me soucier de ce qui était attendu ou prescrit dans ces situations. Mon imperfection, c'est ma liberté d'être moi sans contrainte et sans souci du jugement.

Evely a dit…

@ So

Tu le résumes... parfaitement...
" Mon imperfection, c'est ma liberté d'être moi sans contrainte et sans souci du jugement. "

Simplement papa a dit…

On ne peut pas être parfait dans tous les domaines mais je pense que c'est bien de viser la perfection ou, en tout cas, quelque chose qui s'en approche, dans un ou quelques domaines.

M a dit…

La recherche de perfection m'a souvent empêcher d'oser dans ma vie professionnelle. Côté mamanitude, ça va parce que je fais à ma tête et je suis mon coeur. Je sais que je ne suis pas parfaite mais on forme une sacrée belle équipe! Maintenant, côté travail, j'ai envie de m'amuser et d'aller jusqu'au bout de MON chemin. D'afficher MES couleurs, de partager, de connecter et au diable le reste! La vie est trop belle pour qu'on s'empêche de briller selon nos véritables lumières (pas celles qui brillent parfaitement mais bien celles qui sont joyeusement teintées, colorées)...

Guenièvre a dit…

En lisant cela, ça me rappelle juste un commentaire que qqu a passé (je crois que c'était sur ce site...
De quoi nos enfants vont se souv enir quand ils seront plus grands??? Des traineries et de la poussière sur le plancher ou des activités faites ensemble et du temps qui leur a été consacrés????

Cette question m'a beaucoup fait réfléchir et quand je pense au ménage qui doit être fait, je repense tjrs à cette phrase et ça remet mes priorités à la bonne place!!!