lundi 26 septembre 2011

Rigide, comme un service de garde!

J'adooore l'école et l'équipe de maternelle dynamique de l'école de JeuneHomme. Franchement! Ça m'impressionne. Le problème? Leur service de garde. Encore. Je dis "encore" car j'avais déjà goûté à leur dictature stricte quand MissLulus fréquentait cette école. Mauvais souvenir. Étant positive, je me disais qu'il avait dû évoluer lui-aussi. Mais non. Toujours aussi fermé. Toujours aussi rigide.

Durant la première semaine d'école, j'explique à l'enseignante de JeuneHomme notre mode de fonctionnement concernant la garde des enfants. J'ai préparé un super calendrier avec les indications d'où et comment il retourne à la maison chaque soir. J'ai préparé des petits cartons avec des dessins (autobus jaune VS pleins de petits bonhommes et des jeux pour illustrer le service de garde) qu'on va accrocher chaque jour sur son sac à dos pour que visuellement JeuneHomme sache où il va. Je le connais, JeuneHomme. Il a besoin de savoir le matin même où il va, pas deux jours d'avance, ça le mélange! Je mets même un autre calendrier broché à l'agenda de JeuneHomme pour que tout le monde puisse s'y référer.

Réaction de l'enseignante: «Pas de problème! C'est clair! Donnez-moi un calendrier par mois et on va suivre cela. Je vais le transmettre au service de garde. C'est le même système de garde que j'avais avec mes enfants quand ils étaient petits!» Hourra! Je croyais que c'était gagné!

Ehhhhhhhh non! J'ai eu droit à un appel catastrophé de la directrice du service de garde. «On peut pas suivre cela! C'est trop compliqué pour l'enfant.» Déjà là, ne mets pas la faute sur l'enfant. Dis tout de suite que c'est trop compliqué pour toi. JeuneHomme ne trouve pas cela compliqué de suivre ce qui est écrit sur son sac à dos! Je commençais déjà à bouillir...

«Moi, il me faut des semaines PA-REILLLES quand il va chez papa et quand il va chez maman!»... Euhhh? C'est quoi? Tu penses qu'on va virer notre mode de garde pour toi, pour satisfaire ton service de garde?

Et voilà qu'en plus, jqui émet des commentaires sur notre mode de garde: «C'est un peu compliqué votre affaire!». En émettant comme un petit rire qui laissait sous-entendre beaucoup.... Comme «Ça ne toffera pas!». Désolée! On entame la troisième année scolaire et ça va très bien! Et là, elle renchérit en disant que «C'est compliqué. On ne saura jamais où est l'enfant. On va se demander si c'est correct. On ne saura pas où l'envoyer le soir. Je ne pourrai pas faire mes listes.»

Je dois en avoir manqué des bouts. Les services de garde ne sont pas supposés nous aider, nous faciliter la vie, encourager la conciliation travail/famille? En aucun cas, j'ai senti qu'on allait m'aider. Non! J'ai eu la nette impression que c'était compliqué mon truc, un point c'est tout. Jamais eu une offre pour me dire «Venez! On va regarder cela ensemble et trouver une solution.» Jamais. Toute la faute sur les parents. Aucune souplesse. Aucune flexibilité. Une vraie dictature... c'est à croire que le système de garde mène l'école, les parents, le monde!

Je suis un peu à boutte. C’est compliqué? Peut-être! Pas conventionnel? J’en conviens! Pas facile? Bien sûr... mais j'ai pas choisi de vivre dans la facilité, j'ai choisi de vivre une vie qui nous ressemble. Et c’est pas de ma faute si leur système informatique qui font les listes de présences et donc leur facture (ils ont bien peur qu'on ne les paie pas, je crois!!) n’a qu’un seul modèle de facturation. Je trouve cela poche de m’être fait dire à demi-mot que ce serait plus simple si JeuneHomme y allait tout le temps! J'en revenais pas. Et ensuite, on dit que les parents ne passent que trop peu de temps avec les enfants... Non! Il n'ira pas si on n’en a pas besoin!

Ce ne serait pas le temps de créer un système informatique qui leur permettrait d'être plus dans l'air du temps. Il n'y a pas que les enfants en garde partagée non conventionnelle qui doivent avoir des problèmes avec le service de garde. Il y a tout ces cas de parents travailleurs à des horaires atypiques. Eux-aussi doivent en baver avec le service de garde! On n'est plus dans la réalité (facile et pas compliquée) du travail pour tous de 9h à 17h... On n'est pas tous pareils.

Et puis, en lisant Le journal (de plus en plus) irrévérencieux d'une mère (presque) normale de Véronique Fortin (excellent, encore mieux que le premier, soit dit en passant!) , je suis tombée sur un extrait qui m'a touchée. En visite chez le médecin, la MèreNormale a reçu un commentaire plate du spécialiste laissant sous-entendre que si sa fille était allée au service de garde comme tout le monde, elle ne serait pas si malade en commençant l'école. Quel charmant homme! J'ai toutefois plus adoré ce que Véronique s'est dit «Non. Pas ça. Pas ça encore. À ce moment, j'ai su que je pouvais tuer la prochaine personne qui remettrait en cause ce choix que j'ai fait et que j'assume depuis la naissance de mes enfants.» (Lisez son livre... ça fait du bien!)

C'est bien plate, mais je ne changerai pas. Mes enfants sont heureux de pouvoir voir leurs deux parents souvent. À chaque début d'année, on leur a demandé s'ils voulaient que ça continue ainsi (une semaine/une semaine avec un soir chez l'autre parent). Ils ont dit «oui». C'est eux qui sont le plus important. Pas le service de garde. Et je continuerai donc d'être celle qui ne fait pas comme les autres. Que ça plaise ou non au service de garde.

22 commentaires:

Anonyme a dit…

Chez nous la responsable du service de garde à qui j'avais transmis une liste d'aliments sans arachides pour l'aider lorsqu'elle veut acheter des gâteries m'a répondu : c'est trop compliqué, j'ai trop de travail.... Bravo pour la collaboration

Anonyme a dit…

Je travaille dans un service de garde scolaire et j'ai dans mon groupe 3 enfants avec des horaires atypiques. J'ai leur calendrier scolaire avec une légende pour chaque jour de la semaine. Le prof vérifie, je vérifie et le tour est joué! Pas vraiment plus compliqué et tout à fait normal que nous le fassions sans rouspéter, c'est le mode de vie des familles qui le veut ainsi. Je suis déçue de voir que ce n'est pas tout le monde qui fonctionne ainsi. C'était même pas une option dans notre cas :)

Mam'Enseignante a dit…

À chaque fois que je lis sur le fonctionnement d'un SDG, je me désole que ce soit si compliqué ailleurs.

Tout ce dont vous parlez, nous l'avons à notre école/CS. Même que c'est la CS qui fournit les cocardes pour le sac à dos...

Anonyme a dit…

C'est malheureux ! Une chance que tout les service de garde ne sont pas aussi rigides. Ici, ils peuvent être ce qu'on appelle 'sporadiques'. Seule exigence, transmettre 1 semaine à l'avance les journées où il sera présent pour la semaine qui suit. Je sais qu'ils acceptent même des cas particulier où les parents savent la veille ou la journée même s'il vont avoir besoin du service de garde (comme les médecins, infirmières ou autres personnes sur appel). Tiens ton bout Nadine ;-)

Anonyme a dit…

Je comprends! Ici, combien de fois on m'a dit que mes enfants s'adapteraient mieux à la garderie si je les y envoyais à temps plein. Combien de fois je me suis fait regarder de travers parce que je suis allée chercher mes enfants plus tôt, bousculant leur petite routine....et combien d'éducatrices j'ai entendu se plaindre que les parents laissent leur enfants trop longtemps à la garderie??? Eh bien je tiens mon bout! J'ai un horaire atypique et quand je ne travaille pas, mes enfants ne vont pas à la garderie, un point c'est tout! Ce sont MES enfants après tout!

Anonyme a dit…

Lorsque mon conjoint est passé en cour la première fois (il y a 3 ans) le motif de refus de la garde partagée était que le CPE refusait de prendre le petit une semaine sur deux même si on payait pour un temps plein.

On a du menacé de le changer de garderie en prouvant qu'il en existait avec des places disponibles qui accepterait un enfant qui irait juste une semaine sur deux... sinon tant pis la garde partagée et l'intérêt de l'enfant!

Cette année, le service de garde scolaire est fantastique, on leur a donné une grille au début de l'année et le tour est joué. Ils nous ont dit qu'ils aimaient mieux que ça ne change pas trop souvent pour éviter que le petit monstre finisse au mauvais endroit, mais sinon pas de problèmes.

Des fois on se demande ils sont à qui les enfants?

sajumel a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Gen la vilaine a dit…

L'école nous impose un horaire de congé alors pourquoi n'aurions-nous pas le droit de choisir nos journées où les enfants n'ont pas besoin du service de garde?

Quand je dois prendre congé le jeudi saint, le vendredi saint et le lundi de pâques parce que ni l'école, ni le service de garde est ouvert, est-ce que je me plains que c'est trop compliqué? Non, je m'arrange pour m'adapter, point.

C'est facile dire que c'est trop compliqué alors que souvent, un simple effort suffit pour que tout le monde soit content. Je pense qu'un enfant qui vit ce beat depuis 3 ans, comme JeuneHomme, est habitué à cette routine atypique et c'est ce qui le sécurise.

On ne chante de ne pas briser les routines... Une routine régulière ou une routine atypique, ça reste une routine!

Anonyme a dit…

Ma soeur est infirmière et a des horaires atypiques et changeant. Elle aussi en a bavé avec le service de garde. Eux aussi, ils auraient préféré que les enfants y soient tous les soirs (besoin ou pas) pour "simplifier" la chose. Ma soeur a toujours refusé. Calendrier, agenda, petit mot de rappel dans la boîte à lunch (n'oublie pas mon coeur que ce soir tu restes au service de garde!)... Tout ça était beaucoup trop compliqué à suivre pour l'école. Et le jour où, malgré les protestation de ma nièce, son enseignante la envoyé prendre l'autobus, ma soeur a bien failli exploser. Surtout quand, au lieu de reconnaître son erreur, celle-ci c'est entêté à blâmer le système trop compliqué de ma soeur. "On a déjà beaucoup à penser sans devoir suivre l'horaire de travail de chaque parent, vous savez!" Ma soeur était bleue foncé. Mais elle a tenu son bout et ses enfants n'ont fréquenté le service de garde qu'en cas de besoin. Point.

loveitachi a dit…

Moi j'ai eu plus de chance à ce niveau quand j'étais plus jeune ( je suis au CEGEP). J'avais une semaine/semaine ( que je haïssais, c'est pas humain de priver son enfant aussi longtemps de l'autre parent!), mais mon père oubliait régulièrement de me chercher au service de garde, une fois je suis restée jusqu'à 22h ( ma mère faisait un 16h obligatoire - infirmière - et pouvait pas se désister)! Je remercie 100x l'école de nous avoir gardé LOL

Sinon, une autre solution: Une gardienne ado que vous embauchez et qui va chercher les enfants à l'école et les ramènent à la maison pour s'en occuper jusqu'au retour du parent. Je l'ai fais, j'ai adoré le faire.

Chimparo a dit…

LOL! C'a me fait tellement rire car l'humain est d'une bêtise parfois. Nous prônons la liberté, les choix, que les enfants voient leur parents plus souvent mais quand on fait tout ça on se fais regarder de travers et on se fait dire qu'on est pas correct. J'ai décidé d'être à la maison, mon dieu!!!!! J'ai eu le droit à tellement de commentaires de tout le monde. Il y a 50 ans c'était le contraire, celles qui allaient travailler étaient mal vues. Quand tu suis pas le groupe c jamais correct. Ha l'humain!!!!!

Anonyme a dit…

Ici, c'est pareil comme Chimparo. Je suis maman à la maison et je me fais tellement achaler avec ça. Il y a même des amies qui me prennent en pitié et qui me disent que j'ai le droit de faire garder mon fils plus souvent. Pourtant, jamais je ne me plains, je suis très heureuse de mon choix, et quand j'ai besoin de le faire garder, je le fais sans paniquer... Plusieurs m'encouragent à mettre mon fils à la garderie à temps partiel pour "relaxer". Si je fais garder mon fils, c'est que je suis occupée, jamais il ne me viendrait à l'idée de rester seule chez moi et de le faire garder... Voyons, les acquis du féminisme sont censés nous avoir apporté la liberté de choisir, pas nous enfermer dans un autre carcan qui ne nous plaît pas plus que le précédent!
Stéphanie - fière maman à la maison d'Émile 17 mois.

Genny a dit…

Mon horaire régulier c'est 2 soirs semaines et comme je dois faire un remplacement de 6 mois à 4 jours semaines en novembre. Le service de garde voulait que j'inscrire les enfants 3 journées par semaine à 2 périodes... pour avoir la subvention à 7$ et ce à partir du 19 septembre. Parce que le droit au subvention c'est les présence de la semaine avant et après le 30 septembre y parait. Après c'est too bad tu n'y as plus droit à la subvention.

Madame vous avez 3 enfants, pour vous faire le 7$, j'ai pas le choix je dois avoir la subvention.

Si je travaille pas, puis-je voir mes enfants svp. Tu me chargeras plus cher c'est tout !!!

J'ai dis non et mes enfants adorent manger à la maison à tous les jours ou presque et on a bien du fun ensemble.

Dès fois elles sont mélangées, mais... on s'est trouvé des trucs, des plans B au cas où. Elles sont débrouillardes, je peux leur faire confiance. Eux stress, mais pas nous.

Y en a qui ont oublié que nous on avait une clef dans le cou et on rentrait quand il faisait noir pis on a survécu.

Josée a dit…

Je t'encourage à faire une plainte officielle (à la commission scolaire? Écrire dans le journal local pour dénoncer?). Et pas juste sur le fonctionnement, mais bien sur la façon dont tu as été traitée. Si nous, les parents, faisons juste nous taire et nous battre en silence, y'a rien qui va changer. Une gestion différente existe (plusieurs commentaires le démontre) et devrait être accessible à tous. Et cette «madame-comme-on-les-haït» !!! Qui est-elle pour se permettre des jugements de valeur ?!?! Une plainte à son supérieur est nécessaire. C'est à croire que toute la liberté que le féminisme à gagner, nous l'avons perdu aux mains des directrices de service de garde et de CPE (qui forcent les parents à envoyer leur enfants de 3 mois pour ne pas perdre leur place...).

Go go go, aux barricades. Nous vaincrons (pour nos petits-enfants ;-) )

Mamanbooh a dit…

Ha! Non!!!

Je suis bien désolée pour toi...

Je suis toujours en couple avec le papa de mes enfants et nous avions des horaires "compliquées". Ça changeait de semaine en semaine.

Pourtant, nous n'avons jamais eu de problème. Juste des sourires et des beaux échanges. Ça nous demandait plus d'organisation les matins (mots et appels au SDG).

Je te souhaite (et à tous les autres familles) plus d'empathie et d'ouverture!

stelda a dit…

les Z'imparfaites, merci pour toutes vos chroniques! je vous lis de France, vous êtes ma bouffée d'oxygène. Je me suis permis de vous mettre en lien sur mon blog, car he crois que vous êtes un modèle de mamans décomplexées ;-))
Merci à vous!

Liva a dit…

C'est surement une simple question de ratio enfants/éducatrice. La responsable veut rentabiliser son service: les subventions allant selon le nombre d'enfants présents alors que le salaire de l'éducatrice demeure le même. Priorité aux enfants: que non ! Alors persistez et présentez vous à la prochaine séance du conseil d'établissement pour partager vos doléances et proposer des solutions.

Anonyme a dit…

De mon côté, le problème est que le service de garde ne veut pas faire des factures séparées (50%-50%). Conséquence, quand papa néglige (oublie, retarde, refuse, s'en fou quoi!) de payer sa part, devinez qui doit assumer la facture unique...

"Je peux pas" qu'elle me dit... Ben oui ben oui, surtout, te force pas trop et merci hein!

Bubulles a dit…

Continue ton combat!

Ceci dit ici à mon sdg scolaire je n'ai pas un mot à dire, quoi que je ne vis pas de situations comme la tienne. Ils sont organisés et ça semble très efficace, même avec un budget très limité.

Anonyme a dit…

Des fois, ça prend l'expérience du milieu pour ne pas se faire remettre à sa place: Je suis prof au secondaire et le sdg le sait. On dirait que dans ce temps-là les gens sont plus mielleux (craintifs?) Je le connais le système. Je sais à qui m'adresser si ça ne marche pas, ça me donne confiance et ça doit transparaitre. Soit confiante. reste solide!
anne-julie

Mario Levesque a dit…

C'est un vieil article, je sais, mais il m'a fait réaliser un fait assez troublant : Avez-vous remarqué que plus on créé des emplois en services de garde et garderies, moins ceux qui y sont engagés veulent travailler?

Assez paradoxal.

Anonyme a dit…

Sérieux, je comprends très bien ton point de vue de parent. Étant éducatrice en service de garde dans une école, je t'avoue que ce ne sont pas tous les parents qui sont à leur affaire comme toi. J'ai un garçon dans mon groupe qui rentre à pied la semaine qu'il est chez maman, mais reste au sdg la semaine qu'il est chez papa. Mais je ne sais pas quelle semaine est laquelle et même la semaine qu'il est chez maman, il est inscrit sur ma liste. Le jour où il décidera qu'il part de l'école alors qu'il devrait y être, qui sera pointé du doigt? Quand on appelle maman, elle devient agressive, mais c'est la responsabilité du parent de nous aviser (ce que tu fais de toute évidence). Bref un sacré casse-tête pour nous qui avons chacune 20 enfants à charge. C'est surtout pour ça que ça peut avoir l'air compliqué. Par contre, ma responsable au sdg est très accomodante. Alors tu peux sûrement souligner la question avec la directrice de l'école.