mercredi 4 août 2010

Transmettre la peur?

La nouvelle a fait le tour des journaux la semaine passée: il y a trois ans disparaissait Cédrika Provencher. MissLulus avait 4 ans et demi. Elle reconnaissait partout la photo de la jeune fille, placardée à la sortie du club vidéo, à l'épicerie, dans les journaux, derrières les camions, sur des grands panneaux près des autoroutes, etc.

"Pourquoi sa photo est partout?"

Quoi répondre à une MissLulus de cet âge? Je lui ai donc raconté dans des mots qu'elle comprenait qu'elle avait été enlevée. Que quelqu'un l'avait attiré et qu'il l'avait empêché de retourner chez elle. Bien des questions se sont mises à tourner dans la tête de ma fille. Il y a des adultes méchants? Ohh oui, poulette! Comment on fait pour savoir si quelqu'un est méchant? C'est pas si facile que cela... Des fois, des méchants, ça se fait passer pour un gentil, mais ils ne le sont pas!

L'histoire de Cédrika a beaucoup marquée MissLulus qui n'en revient pas qu'on ne l'est pas encore retrouvée. Quand elle me demande "Est-ce qu'elle est retournée chez elle?". Mon "non" semble résonner fortement dans sa tête. Comme quelque chose d'impossible. Mais aussi comme un signal d'alarme. Peut-être que cette histoire va l'avoir aider à comprendre qu'il ne faut pas toujours se fier à tout le monde... Comprenez-moi bien: je ne veux pas que ma fille soit craintive ou constamment méfiante, mais je ne veux pas qu'elle soit naïve. Comment lui transmettre le goût d'aller vers les autres, sans lui transmettre trop de peur aussi. Oui elle doit se méfier. À prime abord, tout le temps. Mais elle doit aussi se fier à son "feeling". Mais elle doit toujours m'avertir avant d'aller où que ce soit. Je ne suis pas capable de la laisser aller aux toilettes seule, de la laisser seule dans un endroit public, de la laisser aller au parc seule, etc. Je lui ai montré que dans certains lieux, elle sait comment reconnaître les vrais gentils: dans un magasin, se tourner vers une vendeuse, à la bibliothèque, voir le commis au comptoir, au parc, cibler un parent avec un enfant... Mais encore là, je pourrais moi-même me tromper. On est sûr de qui dans la vie? C'est là la petite ligne qui est difficile à expliquer...

Je lui ai expliqué et réexpliqué qu'elle ne doit pas parler aux étrangers, qu'elle ne doit pas les suivre, qu'elle ne doit pas les écouter même s'ils disent que je suis au courant, etc. Elle comprend. Je sais. Mais un enfant, ça a un coeur gros comme cela! Et je sais bien que la petite Cédrika devait avoir reçu mille fois ces mêmes recommandations de la part de ses parents. Mais son grand coeur de petite fille a fait qu'elle a tenté de retrouver le chien de ce "faux-gentil"... Ça me fait pleurer chaque fois...

8 commentaires:

So a dit…

Ici aussi ça avait beaucoup marqué Choupinette. Elle n'en parle plus maintenant, mais ça a longtemps été un sujet de conversation qui revenait, quand on voyait les grosses affiches placardées le long des autoroutes.

Après avoir reçu Réseau Enfants Retour à quelques reprises à l'organisme où je travaillais pour des ateliers, j'ai retenu deux trucs que je m'étais toujours dit que je dirais à mes enfants:

1) On a un code secret. Alors si un autre adulte s'approche d'elle et lui dit de la suivre, que c'est maman qui a demandé cela, elle ne peut le suivre que s'il connaît le code secret. Sinon, elle s'en éloigne très vite.

2) Si quelqu'un tente de l'approcher de force ou la prend, elle ne doit pas simplement crier (combien d'enfants voyons nous en hurlant dans les bras d'un adulte? On se dit alors que ça doit être un parent qui gère la crise de son enfant et on n'intervient pas) mais bien crier: "C'est pas mon papa (ou c'est pas ma maman)" le plus fort qu'elle peut.

Oui, c'est dommage de "transmettre un peu la peur" mais en même temps, je pense qu'on ne peut pas élever nos enfants dans la ouate en imaginant que "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil". Ça enlève un peu d'innocence malheureusement, mais c'est la vie... Vaut mieux les outiller tôt parce qu'on ne pourra malheureusement pas toujours les avoir à l'oeil.

Mamanbooh a dit…

Merci à vous deux (Nadine et So).

Mes enfants étaient trop jeunes à l'époque, mais je me questionne depuis. Comment trouver l'équilibre entre favoriser leur autonomie et leur sécurité!?!

J'ai moi-même tendance à penser que "tout le monde est gentil et que tout le monde est bon"...

Je vais retenir vos trucs.

Anonyme a dit…

ça porte à réfléchir ce matin...mes enfants étant pas mal petit à ce moment sont maintenant capable de comprendre. Merci pour les trucs, je crois moi aussi que sans leur faire de grosses peurs, on se doit de les préparer à ces éventualités, que personne d'entre nous ne voudrait vivre...

marie-kim

Marâtre Joyeuse a dit…

Comme vous l'avez dit, c'est le juste milieu qu'il faut viser. Je ne crois pas qu'on "transmette la peur" en parlant de la réalité. On ne transmet la peur que si on ne donne pas à l'enfant des outils pour y faire face. Ce qu'on veut toutes, ce n'est certainement pas envelopper nos enfants d'une bulle de naïveté: ce qu'on veut, c'est qu'ils développent du jugement. Et ça, c'est pas simple. Les trucs de So me semblent de bons outils pour développer le jugement.

(Parole de fille qu'on a élevée dans la perpétuelle crainte des "maniaques" et qui se jure de ne pas faire vivre ça à ses enfants.

Valérie a dit…

Le sujet de la sécurité est l'un des aspects de la vie de parents que je trouve le plus difficile à gérer.

Moi non plus, je ne veux pas transmettre la peur et la méfiance envers autrui. Surtout que je suis du genre à être moi même un peu naïve à ce chapitre.

J'ai remarqué aussi que mes enfants étaient très mal à l'aise avec ce sujet. Mon grand se bouche les oreilles et fait la chanson du sourd quand j'aborde la question «des étrangers».

Ce n'est pas une question réglée pour moi. J'en parle un peu, mais je ne sais pas si mon dosage est bon.

Au secours, mon fils m'apprend la vie ! a dit…

C'est un sujet compliqué... J'avais écrit un truc là-dessus, ici :
http://www.murielgilbert.com/chronique-je-commencais-a-regarder-les-dames-10.html

Anonyme a dit…

Mon petit pou de 2 ans dit bonjours à tout le monde... Qu'on soit dans la rue, au restaurant, dans l'auto il dit même bonjour aux commandes à l'auto. Il n'a pas vraiment peur des étrangers, surtout s'il y a des enfants. J'essaye de lui faire comprendre que ce n'est pas à tous les gens que l'on doit dire bonjour. Mais à 2 ans, il ne comprend pas pourquoi à certaines personnes c'est ok, et d'autres non!
Ce que je trouve le plus dommage c'est qu'on en soit rendu là dans la société... Qu'on doivent protéger nos enfants de gens si cruels!

Marie l'urbaine a dit…

Ah là là, tu touches à un sujet d'inquiétude chez moi aussi... Mon fils est si sensible (il pleurait, à 3 ans, pcq les dinosaures ont disparu !) alors je le "protégeais" en ne lui parlant pas des "gens méchants". Erreur ! Un jour j'ai compris qu'il fallait au contraire que je trouve les mots pour lui expliquer, surtout qu'il partait souvent se cacher loin de moi dans les magasins... Ouille... Je vais retenir le truc de crier "ce n'est pas ma maman/mon papa", excellent !
Une grosse pensée aux parents d'enfants kidnappés. J'ai mal partout rien que d'y penser.