lundi 1 avril 2013

Faire carrière avec les enfants

Vous connaissez Licia Ronzulli? Moi, avant la semaine dernière, je ne la connaissais pas. Depuis, j'aimerais bien l'avoir comme amie. Clairement, c'est une (Z). Clairement, c'est une fonceuse.

Députée européenne, membre du parti politique italien Le Peuple de la liberté, elle siège au Parlement européen à Strasbourg. Elle y amène souvent sa fille Vittoria depuis que celle-ci a six semaines. C'est pour Licia Ronzulli sa façon de militer pour une meilleure conciliation travail-famille et de défendre les droits des femmes. Elle désire montrer que les femmes n'ont pas à choisir entre leur carrière et leur vie privée.

Ces photos vous choquent ou vous inspirent?

Dans un excellent article du Marie-Claire France d'avril, on fait le point sur «Faire carrière malgré les enfants». En terminant ma lecture, j'ai revérifié le titre. Il aurait très bien pu être «Faire carrière AVEC des enfants». Oui, c'est possible. Pas facile, mais possible. Il faudra tordre le cou à diverses idées reçues, accepter de ne pas recevoir les gratifications habituellement réservées aux femmes, avoir un couple fort où le gars encourage les ambitions de sa blonde, comprendre que la disponibilité physique auprès de nos enfants n'a pas à être de 100%, oser déranger, faire les choses différemment et parfois même d'une façon jamais utilisée avant, avoir une bonne dose d'humour et... en finir avec le mythe de la mère parfaite!

«Le monde du travail doit cesser d'opposer sphères privée et professionnelles. Les nouvelles technologies permettent une porosité performante entre les deux et une meilleure fluidité de la vie quotidienne», écrit-on dans le magazine. Eh oui! On peut répondre à des courriels pendant leur match de soccer... si ça nous permet d'être là au soccer. Il faut arrêter de calculer. Et puis, il faut surtout briser l'idée que les enfants sont une sorte maladie honteuse sur notre CV ou des embûches sur le chemin de l'ambition. Et je crois même qu'être mère fait de nous des travailleuses encore plus performantes. Jamais je n'ai senti que mes enfants m'empêchaient de faire ce que je voulais dans la vie. Je me suis toujours arrangée. Toujours. Et quand je n'avais pas de solutions, je les amenais avec moi en salon du livre, dans une animation dans une école, à une session de photos, etc. Ça dérange (les autres) un peu au début, mais tant pis. Vous imaginez les commentaires que Licia a reçu quand elle est rentrée au Parlement avec son bébé la première fois? Devant les (probablement) vieux députés bornés et archaïques? Elle a continué. Et elle a bien fait.

Vraiment, j'aimerais prendre un café avec elle ce matin et jaser. Vous voulez venir avec moi?


21 commentaires:

Mamanbooh a dit…

Oh! Que oui! On organise ça?

Maman au carré a dit…

Inspirée!
Et je le serais encore plus si c'était un homme qui amenait sa fille!
Ben quoi! Une femme peut rêver!

Nadine a dit…

@Maman au carré: entièrement d'accord avec toi! Mais bon, c'est toujours ça... Elle n'a pas peur de "déranger".

Nadine a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Chloé Paiement a dit…

Personnellement, j'avais déjà entendu parlé de cette femme et j'adore l'idée, mais il semble qu'au parlement du Canada, à notre chambre des Communes, l'idée n'a pas été aussi bien accueilli !!!

Voir article de La Presse http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-canadienne/201202/08/01-4493695-un-bebe-persona-non-grata-aux-communes.php

Marie-Julie a dit…

J'aime que cette députée emmène son enfant partout. MAIS, comme au moment où on l'avait vue avec son bébé la première fois, ça me fait CAPOTER qu'elle se soit remise au travail si tôt.
Alors oui pour la carrière, mais il faut quand même prendre un peu de temps pour savourer/se remettre de la naissance d'un enfant!

Aange a dit…

très inspirante !!
Moi qui suis enseignante, on m'a clairement fait savoir que je ne pouvais plus amener ma fille aux journées pédagogiques de l'école... pour une question d'assurances...

révoltant !! insignifiant !!

Anonyme a dit…

J'aime l'idée d'une plus grande conciliation et de faire plus de place aux enfants. Maintenant, je me questionne. Combien de temps siègent-t-ils chaque jour? Il me semble que c'est beaucoup demander à une enfant de rester là tranquille pendant que maman travaille. Un enfant, ça a besoin de bouger, d'aller jouer dehors, pas de passer sa journée au bureau. Bref, au-delà des images, comment s'arrange-t-elle au fil de la journée? A-t-elle quelqu'un pour l'aider en coulisse? Un espace de jeu pour la petite?
Et ça ne convient pas à tous les métiers. Certains milieux de travail ne sont tout simplement pas adaptés aux enfants et ne le seront jamais. Pensez simplement aux travailleurs d'usine, à l'hôpital, les policiers, etc...

Anonyme a dit…

http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-canadienne/201202/08/01-4493966-les-bebes-sont-admis-aux-communes.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4493695_article_POS1

Anonyme a dit…

Je ne sais pas, mais mes 3 bébés avaient des coliques, je me suis tapée 2 terrible two et le 3e @ 17 mois en commence un. Oui, bon, je sortais malgré les coliques, mais je ne faisais pas exprès pour qu'il dérange le monde... Genre aller au resto avec un bébé qui hurle non-stop de 4pm à 8pm...

Non, moi je n'aurais pas pu aller travailler avec bébé de 6 semaines dans un porte-bébé. Mes voisins de cubicules auraient surement beaucoup apprécié les hurlements. Et non, je ne peux pas aller dans des meetings et courrir après 2 ans qui se cacherait partout, sans compter le fait que la job n'est pas "baby-proof". Je suis contre le baby-proof à outrance, mais reste qu'il y a un minimum de sécurité... Sans compter la phase des pourquoi? Imaginez, gros meeting de projets, pis Miss 3 ans qui demande à tout bout de champ pourquoi pourquoi pourquoi?

Et faut être réaliste, un parent qui a son enfant avec lui, il n'est pas disponible. Les fois où j'ai essayé de faire du télétravail avec un enfant malade, euh... Marche pas!

Si j'avais des enfants bibelots, oui peut-être, mais vu que je ne les élèves pas en bibelot, ben c'est irréaliste...

"Envie de pipi"
"Collation SVP"
"Viens jouer avec moi"
"Pourquoi?"

Bref, mon commentaire est long, mais je préfère me concentrer sur mon travail @ 100% et sur mes enfants @ 100%, que de faire 2 choses en même temps @ 25-50%. Mes enfants méritent mieux qu'une maman "pas là".

Chaque chose en son temps.

Nancy a dit…

Je dois admettre que je vire presque folle quand je travaille à la maison avec mes enfants qui tournent autour. J'ai besoin de mettre ma switch à travail ou à famille. Je suis incapable de faire les deux en même temps. C'est presque toujours un fiasco, non productif pour moi et journée plate pour eux. J'envie celles qui peuvent le faire, mais je suis consciente que je n'ai pas cette capacité.

Anonyme a dit…

Un enfant = facile
2 voire 3 = euh...

Bébé bien calé dans le porte-bébé fait une belle couche explosive, y'en a partout, et Miss Terrible Two en puissance *choisit* son moment pour faire le bacon, pendant que 4 ans décide de partir à l'aventure. Loi de Murphy, quand tu nous tiens!

Ouais, vraiment, je suis tellement mais tellement à veille d'amener mes enfants au boulot... Ça doit être reposant comme tout, en plus de passer pour la folle de service.

Evelyne a dit…

Je trouve ça génial, surtout pour le message. Si je ne me trompe pas, en France ils ont que quatre mois de congé de maternité... et encore. Ma belle-sœur a pris deux mois, parce qu'on menaçait son poste. Ce n’est pas notre réalité... on s'entend. Alors pour le message qu'elle passe. Je suis vraiment avec elle.

Chez nous c'est plus papa qui amène les enfants avec lui au travail (enfin, en télétravail). Quand je fais du télétravail, les enfants ne me laissent pas travailler... normal, je suis très mère poule, alors ils en profitent, surtout s'ils sont un peu malade. Alors qu'avec papa, c'est plus une relation de Buddy à Buddy. Ceci dit, si pour X raison, il faudrait que j'amène les enfants au travail, je n'aurais aucun gène et aucun ne remord. Il faut dire que j'ai des enfants calmes. On les oublis presque dans un coin. Mais au-delà de ça, même s'ils feraient un peu de bruit, même s'ils dérangeraient d’autres employés, je ne serais absolument pas mal.

J'aime travailler et j'aime encore cent fois plus mes enfants. Ils font partis de moi. Je suis une bonne employée, mais cela n'enlève rien au fait que je suis avant tout une maman. J'ai mis mon employeur bien au fait quand j'ai eu mes enfants. Qu'il ne vienne jamais me dire que je prends trop de congé de maladie parce que mes enfants sont malades. Encore là, on s'entend, ils ne sont pas toujours malades, mais vu qu’ils vont à la garderie, ils sont un peu plus malades que s'ils restaient à la maison. Pourquoi vont-ils à la garderie, parce que maman travaille. Elle travaille parce qu'elle aime ça et c'est l'employeur qui en profite, alors qu'il n'en fasse pas un plat que dans les premières années de vie de mes enfants, je prends des maladies.

Enfin, c'est certain que vu que je peux faire du télétravail, vu que mon employeur est au fait que mes enfants sont ma priorité et que papa fait de même, c'est assez facile pour nous. Papa a même dit à son employeur que si on l'envoyait à l'extérieur pour des contrats trop souvent (plus de quatre fois l'an) il donnerait sa démission parce qu'il ne veut pas être absent plus que quatre semaines par année. Il a été clair, oui c'est le job de ses rêves, mais certainement pas au dépend de sa famille.

J'adore cette phrase du billet "Jamais je n'ai senti que mes enfants m'empêchaient de faire ce que je voulais dans la vie." En effet, mes enfants me donnent la vie, ils définissent ma vie, mais jamais ils ne m'ont empêché de faire ce que je veux dans la vie. Je refuserais un job sans problème si on ne donne pas l'importance qui revient à ma famille et à ma vie familiale.

RG56 a dit…

Je poste mon petit commentaire... de France. C'est vrai, ici, nous avons 16 semaines de congé maternité, ce qui peut aider la maman a s'organiser, quelque soit son choix par rapport au travail ou à la garde des enfants. Tout dépend aussi du job, non ?? et du caractère des enfants ?? En tout cas, l'image de cette Italienne au Parlement Italien fait très plaisir à voir !
Les choses évolueront-elles avec le temps, le marché du travail, la place de la femme dans la société ? Un dossier sur ce thème ("Concilier maternité et travail") a récemment été publié dans la revue française "Grandir Autrement" n°38 (http://www.grandirautrement.com/fr/115-versions-numeriques-magazine-numero-38.html) Je vous conseille vivement cette lecture !

Anonyme a dit…

Je ne comprend pas, la place d'un enfant n'est pas sur un lieu de travail.

Ça me dérangerait beaucoup si ma gynécologue amenait ses enfants au boulot... "C'est quoi ça maman? Pourquoi la madame a les jambes écartées?"

Ou la policière. "Tassez-vous les enfants, je dois mettre un bandit avec vous sur la banquette arrière".

La travailleuse en usine. "Les enfants, aujourd'hui on apprend à mettre notre équipement de protection personnel, on commence par les cap d'acier".

La serveuse du Tim Hortons: "Attention, le café est chaud!"

L'infirmière en oncologie: "Maman, pourquoi le monsieur il a pu de cheveux? Pourquoi il est malade? Pourquoi il pleure?"

L'avocate en cour, en plein plaidoyer: "MAMANNNNNNNN! J'ai envie de pipi!"

L'ingénieure en visite d'inspection sur un chantier, vous pensez vraiment qu'elle peut à la fois surveiller un enfant dans un endroit dangereux (chantier) et suivre un plan?

Je ne sais pas, mais je trouve que ça fait vraiment beaucoup de sphère de travail où les enfants ne seraient pas compatibles. Outre le fait que pour des questions d'assurances, on ne mets pas des enfants dans un milieu dangereux (hôpital: plein de médicaments/instruments, chantier, usine...)

Soyons un tantinet réaliste...

Anonyme a dit…

C'est de la folie! Ainsi qu'un manque de respect flagrant envers les clients, les collègues et l'employeur. Un milieu de travail professionel n'est pas une garderie.

Je ne vois pas comment une avocate, un médecin, une entraîneure ou une enseignante (pour ne nommer que celles-là) pourrait se présenter au travail avec un ou ses (!!!) enfants, sur une base régulière! Quel manque de respect envers ses clients et ses collègues. Comment est-ce possible de donner un rendement adéquat alors qu'il faut également s'occupper de la marmaille? Et, dans ces circonstances, quelle est la qualité du temps passé avec ses enfants?

Je crois qu'il faut plutôt favoriser les mesures de travail flexible, y compris le travail à la maison (sans les enfants!), ou les horaires comprimés, qui permettent de gagner en temps et en productivité. Une réflexion afin de trouver des solutions aux effets pervers des congés parentaux sur l'avancement professionnel est également de mise.

Une femme libre a dit…

Cette maman a une petite fille très docile, ça aide énormément. Imaginons-la avec un petit enfant grouillant et demandant et tout change.

Les enfants ont besoin de courir, de jouer, de s'exprimer. Passer sa journée à se taire, à ne pas déranger et à se faire aussi invisible que possible n'est pas si idéal que ça pour le développement d'un enfant.

L'enfant n'est pas un clône de son parent, adulte avant son temps et qui lève sagement la main en même temps qu'elle pour demander la parole.

Oui à l'ouverture face aux enfants qui accompagnent le parent au travail de temps en temps,non aux enfants obligés de vivre une vie d'adulte avant d'être grands.

Anonyme a dit…

Nous sommes 2 parents aux études qui devons composer avec une garderie souvent fermé et ayant une horaire difficile. Souvent, nous avons apporté notre fille au cégep avec nous, et bien sur elle a assité à plusieurs cours d'électronique et comptablilité. Les profs sont sympathiques même si elle esr parfois dérangeante. Avoir un enfant n'a pas été un frein à nos projets mais une motivation.

Anonyme a dit…

Je crois qu'il ne faut pas monter aux barricades trop vite... cette députée européenne (italienne et non française) revendique avant tout la nécessité de reconnaître que les femmes ne sont pas que des employées/professionnelles mais également des mamans qui doivent jongler avec plusieurs obligations et que le milieu de travail doit/devrait en tenir compte.

Une rechercher rapide sur le net permet d'apprendre qu'elle ne s'est présentée au Parlement européen avec sa fille qu'une dizaine de fois en 2 ans. On ne parle pas ici de traîner son enfant avec soi tous les jours au travail. Lorsqu'elle s'est présentée au Parlement avec sa fille de 6 semaines c'était pour un vote au sujet des femmes et du travail. Lorsque sa fille avait 2 mois c'était pour la journée de la femme... etc. Les occasions sont choisies et ne sont pas fréquentes.

Alors je crois que oui dans ce contexte on peut lui lever notre chapeau. Trop peu d'entre nous, et je m'inclue, osent se lever et revendiquer le fait qu'être mère ne fait pas de nous de moins bonnes employées (au contraire souvent) mais que oui cela entraîne parfois des contraintes qui nécessitent plus de flexibilité des employeurs et du marché du travail en général. Que ce soit la possibilité de prendre des congés maladies sans avoir peur de perdre son emploi ou la possibilité d'avoir un horaire de travail flexible pour n'en nommer que deux. Les possibilités sont multiples mais loin d'être assez utilisées.

Cela me fait penser à lorsque le congé de maternité de 1 an a été instauré ainsi que la création du congé paternel de 5 semaines. Les employeurs sont montés aux barricades en disant qu'il leur serait impossible d'arriver à s'organiser avec de tels congés. Et pourtant ces congés sont aujourd'hui la norme et bien des papas prennent leurs 5 semaines...J'ai souvent l,impression que lorsqu'on parle de mesures qui pourraient faciliter la conciliation travail-famille les mêmes craintes sont soulevées alors qu'elles pourraient s'avérer au final infondées... et que tout le monde pourrait finir par y trouver son compte.

Anonyme a dit…

Je suis aussi pour que les mentalités évoluent et que l'on puisse mieux concilier travail et famille mais on pourrait demander son avis à l'enfant peut-être...

Je suis sûre que mon fils préfère être à la crèche avec ses copains et copines (qui lui font des bisous) qu'au lieu de vieux barbus barbants :)

Maman au carré a dit…

Ma maman enseignante m'a amenée plusieurs fois à son travail. Mon papa photographe également. J'ai toujours beaucoup apprécié le privilège, suffit de savoir choisir son occasion, c'est tout. Au fait, j'amène aussi mes fils de 4 ans au travail parfois...