vendredi 30 mars 2012

Choisir l'enseignante, vraiment?

L'an prochain, JeuneHomme sera en première année. LA première année. Assez déterminante souvent dans le fait qu'il aimera ou non l'école pour le reste de ses études. C'est quand même angoissant! C'est une année assez charnière où tout peut basculer... Une connaissance m'a demandé "Tu connais les profs de première, pourquoi tu n'écrirais pas une lettre pour demander à ce qu'il soit dans la classe que tu veux?"

Je n'y avais pas pensé.

Je ne le ferai pas.

Bien sûr que j'aimerais qu'il ait ce prof. Moi, je l'aime. J'aime son dynamisme, ses projets et ses manières d'imposer la discipline. Et elle parait plus "cool" que certaines autres. Mais bon, j'ai vraiment à me mêler de cela? Je ne connais peut-être juste pas assez les autres profs.

Je me demande si j'ai le droit. Vraiment, je me pose la question. Là, ce ne sont que mes désirs de maman, parce que mon fils, ça ne le stresse pas du tout. En fait, est-ce plus une compatibilité entre la future prof et moi que je cherche?

"Tu n'as qu'à écrire une lettre à la direction", m'avais dit la maman. "Moi, je vais me battre pour que ma fille ait tel prof!"

Ah bon?

Écrire une lettre.... J'écrirais quoi dedans? Que je pense que mon garçon "fitterait" mieux avec cette enseignante. Mais qu'est-ce que j'en sais aussi? Est-ce que j'ai des préjugés défavorables? Je suis qui pour choisir? La mère, bien sûr, je sais, mais est-ce que ça me donne le droit?

Et quel message je passe à mon enfant? Je vais choisir pour toi. Tu n'es pas capable de t'adapter aux autres? J'ai peur? Je m'occupe de tout?

Et puis, si je faisais cela, est-ce que je serais en train de transmettre un faux message à mon enfant? C'est bien beau vouloir le protéger et vouloir le mieux pour lui, est-ce vraiment la bonne façon? Un jour, il devra faire face à la vraie vie. Et je ne pourrai pas aller choisir son patron avant qu'il débute son emploi. Je ne serai pas toujours là. L'école sert à cela aussi. Apprendre à vivre en société. Apprendre qu'on ne peut pas toujours décider. Apprendre à faire confiance à mon enfant.

C'est plate, mais dans la vie, il y a un paquet de choses sur lesquelles on a plus ou moins de contrôle. Le choix du professeur en est un. Notre patron, aussi.

Ma vraie job est d'accompagner mon enfant peu importe le prof qu'il a. Ça fait partie de la vie de concilier des imprévus et rencontrer des caractères moins compatibles. Ça nous apprend aussi que notre moteur, notre motivation, notre passion et nos aptitudes, il faut que ça parte de nous. Pas juste des autres.

18 commentaires:

Isabelle a dit…

Comme je dis souvent à ma fille de 12 ans, quand elle doit faire une copie parce qu'elle n'a «supposément» pas jacassé en classe : la vie n'est pas toujours juste ma chérie! Maintenant fais ta copie!

Anonyme a dit…

Alors là je suis tellement, tellement d'accord... J'en connais des parents comme ça qui ont tous les droits, leurs enfants sont donc plus méritants? Ils ont droit au "meilleur prof" ou à la meilleure classe mais pas les autres... Quant au concept du meilleur prof, celui qu'il faut avoir, je doute aussi... Quoi ta fille était avec unetelle, pauvre elle... Ben non ça a très bien été, euh peut etre que c'est ton enfant qui a un problème???
Nous avons la chance d'avoir une bonne école, je fais confiance aux enseignants, et au hasard pour le choix des classes, et à date je n'ai pas à me plaindre. De toute façon mes enfants sont loin d'être en difficulté, et je suis à la maison pour les suivre, je sais qu'ils n'en patiront pas s'ils ont un enseignant juste un peu moins bon que celui d'à côté. Et oui, dans la vie il faut apprendre à composer avec ceux que le hasard nous fait cotoyer, on a rarement le choix.
Une autre chose pour moi, devant mon enfant, l'enseignant a toujours raison. S'il y avait un problème, j'irais lui en parler directement, mais jamais je ne dénigrerais son autorité devant mon enfant. Si on veut que l'enfant respecte son prof, commençons par donner l'exemple...

Anonyme a dit…

moi, je suis prof.
et je crois que certains de mes collègues l'ont plus que d'autres: sensibilité, passion, discipline...Et je ne voudrais jamais que mes enfants soient dans la classe de certains de mes autres collègues.
Là, je suis sur le point de téléphoner à l'école pour demander à la direction de discuter de plusieurs points négatifs avec la prof de 1ère année de ma fille. Je le fais parce qu'on est plusieurs parents à être insatisfaits, je le fait pcq ma fille ne trippe pas du tout à l'école mais surtout je le fait parce que cette prof là elle peut changer, elle peut s'adapter, se pousser. Alors oui, si je savais qu'il y a un super prof de 2e année je le demanderais à la direction , sans trop m'attendre à ce que ma demande soit exaucée...

Mamanbooh a dit…

Cela se fait souvent, mais c'est dangereux.

Les enseignants sont des gens normaux qui vivent des joies et des peines et on ne sait jamais ce qui peut arriver: un accident, un épuisement, une maladie et hop, c'est la ronde des suppléantes pour ce prof...

Mais, pour plein de raisons, je comprends que cela se fasse. Dans certaines écoles, ce n'est pas accepté alors que dans d'autres secteurs, c'est à la mode.

C'est aussi possible de le faire de façon plus discrète, sans en informer les enfants et le voisinage. Je pense que si je devais le faire pour des raisons de valeurs, c'est ce que je ferais.

Parce que des fois, on peut vraiment avoir des conflits d'intérêts importants.

*Je suis enseignante...

Ti-Brin a dit…

Il faut cependant faire attention ! Dans certaines écoles, les lettres ne sont pas du tout prises en considération. Alors qu'ailleurs, les groupes sont fait à partir de ces-dites lettres.... Dans une école que je connais, il y a une enseignante de 6e qui a des lettres provenant de parents dont les enfants sont en 1ère année!!!!
Enfin.... Parfois ca peut créer des frictions, surtout si les parents ont surestimés l'enseigant (e) qui est une personne comme les autres!!!

De toute façon... Est-ce qu'il faut absolument cotoyer des personnes avec qui ont ''fitt'' tout le temps??? Il faut apprendre à ''dealer'' avec des façons différentes de voir la vie!

Anonyme a dit…

Bravo !C'est certain qu'en tant que parents ont veut le mieux pour nos enfants mais il faut aussi faire confiance à la vie !

Maiki a dit…

Je me rappelle dans le temps que je ne voulais absolument pas ce prof de 3e année...et je suis tombé sur elle, elle avait l'air bête et froide et finalement c'était une super prof drole et dynamique!!! On se fait souvent des idées!!! et choisir son prof=pour moi ''pratiquement'' faire les caprices des parents-enfants rois. Ils vont s'adapter à moins d'un vraiment grand conflit de personnalité, comme dans la vie!!

Mario Levesque a dit…

Soyons honnête : Dans la vie, on peut faire des choix et on doit vivre avec les conséquences (positives ou négatives) de nos choix. Pour nos enfants, le choix que l'on fait pour eux, c'est la région où nous établissons notre patrimoine familial. L'école, la polyvalente, les profs, ca fait partie des conséquences. Notre rôle de parent, c'est de guider nos enfants dans l'apprentissage de la vie dans cette micro-société qu'est le monde scolaire.

Les évenements importants qui jalonnent leurs parcours tels que les injustices, les victoires, les échecs, doivent être soulignés pour que l'expérience vécu s'ajoute à leur coffre à outils.

Tout faire pour que nos enfants évitent les embûches, c'est de leur enlever le bagage nécessaire pour débuter leur vie adulte à un moment où les erreurs pardonnent rarement, et que nous ne pourrons pas toujours les aider.

Encadrons-les de manière responsable et soyons présent pour eux quand ils auront des questions, au lieu d'éviter qu'ils en posent.

Bisso a dit…

Hum, ont ne peut pas choisir notre patron selon vous ?? En fait, pour ma part, je suis le genre qui ne tolèrerai jamais un patron déplaisant quitte a choisir de changer d'emploi... Je ne choisirai pas le professeur de mes enfants, par contre, pour avoir eu moi-même un professeur de 1 ième année peau de vache a souhait, qui m'insultait devant les autre, qui était incapable de m'aimer, qui laissait les garçon me battre et qui selon moi a énormément aider a faire de moi la victime parfaite pour l'intimidation a l'école... Si un des mes enfants vivrait le même genre de relation avec son professeur, j'interviendrai rapidement afin qu'il change de classe si il le désire !

zanonyme a dit…

Ne pas choisir le prof avant de savoir dans quelle classe l'enfant sera, je suis d'accord sur le principe. Par contre, laisser passer sans rien faire, même si ça ne colle pas, là, pour moi, c'est juste pas possible ! Je pense qu'un de nos rôle de parents, c'est de savoir aussi réagir quand on a l'impression que l'enfant a un gros conflit non gérable par lui seul.
Chez nous, certes c'était pas un gros souci, mais nous avons fait une demande de changement de classe à la rentrée de 1ère année, car notre fille ne s'y plaisait pas. Du coup, elle est allée dans une classe mixte où elle s'éclate, et nous ne regrettons pas ce choix. Je préfère franchement la voir courir avec bonheur à l'école, plutôt que la tirer et la voir se mettre à pleurer avant même d'arriver à la classe (après 1 semaine d'école, on était passé du premier stade au stade larmes...).

Alors, certes, certaines choses, l'enfant doit apprendre à les gérer et cela lui permet de comprendre que la vie n'est pas toujours semée de pétales de roses, mais il y a des limites aussi.

Anonyme a dit…

Mon fils est TED et dans ce cas bien précis, je me permets de demander une enseignante (sans la nommer) qui possède telle ou telle qualité ou expertise. Je le fais pour que les deux passent une belle année ;)

Anonyme a dit…

Choisir le prof, je n'y penserais même pas, sinon ce serait que ne se fier à un jugement bien préliminaire. Avant de juger une personne, il faut la connaître un peu plus soi-même. Non pas juste sur une réputation dont nous ne connaissons que bien superficiellement les faits. Je me fais plus du soucis sur le choix des copains/copines de nos enfants. Après quelques temps de fréquentation, on s'est aperçu que les valeurs de la famille d'une petite copine de notre fille qu'elle a connu à l'école pourrait influencer bien négativement son avenir car la famille ne valorise pas du tout l'éducation....On esssaie de filter les appels quand elle téléphone, èa 8 ans c'est facile, mais ds l'aveir ce serait plus difficiel.

Anonyme a dit…

Je trouve que ce n'est ni tout noir, ni tout blanc. Quand j'ai eu des problèmes de fertilité, il y avait deux médecins qui faisaient ce genre de suivis. Je me suis organisée pour avoir le plus humain. Même chose quand ce fut le temps de trouver un pédiatre pour mes enfants. Je ne crois pas qu'il faille tout contrôler, loin de là. Par exemple, si j'avais le choix entre une prof fabuleuse, une prof correcte et une prof qui a de la bonne volonté et qui est compétente mais qui pour toutes sortes de raisons ne « fit » pas nécessairement avec la personnalité de mon enfant, je n'interviendrais pas, car je ne crois pas qu'il y aurait des conséquences graves. Mais s'il risquait d'avoir une prof incompétente ou méchante, là sans doute que j'interviendrais. Je crois qu'on doit essayer de protéger, sans sur-protéger.

Anonyme a dit…

J'ai connu des parents qui ont eu leur souhait exaucé... même si l'équipe d'enseignants étaient plus ou moins d'accord.

Les personnalités de l'enseignant et de l'enfant ne collaient pas du tout.

Les parents ont fini par regretter leur demande...

KArine a dit…

S'il y a un problème en cours d'année, c'est certain qu'il faut intervenir... mais avant même que l'année commence? Ça montre bien aux enfants de juger sans connaitre!!!

Anonyme a dit…

À anonyme qui est aussi prof(2e post):le verbe faire à la 1ère personne du singulier s'écrit : fais, avec un s

Anonyme a dit…

«LA première année. Assez déterminante souvent dans le fait qu'il aimera ou non l'école pour le reste de ses études.» Alors pourquoi ne pas faire en sorte que sa première année soit la plus belle avec un prof qui lui donnera le goût d'aimer l'école et qui ne lui laissera pas un mauvais souvenir?!

Anonyme a dit…

Ouf toute une question qui suscite beaucoup de commentaires et de jugements. Il y a bien sûr différentes visions et différentes façons de faire, tout comme il existe différents enfants avec différents besoins. Ma fille, qui a des petits besoins particuliers, sera en première année en septembre prochain. Son enseignante de maternelle (une perle) m'a fortement suggéré d'écrire une lettre à la direction pour demander une enseignante en particulier plutôt que les deux autres et ce, afin de répondre aux besoins de ma fille. Le modèle de lettre était déjà monté et on devait y inscrire le tempérament de notre enfant, ses besoins, nos valeurs et nos attentes. En gros, il était inscrit d'être discret quant à cette demande. Je sais déjà qu'elle aura l'enseignante demandée (fiou!), mais ma fille elle, ne le sait pas. Elle l'apprendra en même temps que tous les autres élèves... Est-ce une question de droit, de jugement, de gros bon sens ou simplement de tenter, comme je le crois, de répondre au mieux de ma compétence et mes limites aux besoins spécifiques de mon enfant? Non la vie n'est pas toujours juste, mais il y en a qui partent d'un peu plus loin donc la meilleure prof pour ma fille, n'est peut être pas la meilleure pour la vôtre... il ne faudrait pas juger le geste, mais plutôt essayer de le comprendre.