lundi 5 décembre 2011

Le regard des autres

Momo a appris une bonne nouvelle la semaine dernière: à 13 ans, elle ne devrait plus porter d'orthèses tibiales. Elle qui attendait depuis longtemps cette phrase-clé de la bouche du médecin, voilà qui devrait la réjouir. Sauf qu'elle n'a pas mis de temps à faire la calcul: «13 ans? Ça veut dire que je vais commencer la secondaire AVEC des orthèses?!?!?».

Sans ignorer que ce n'est pas la situation rêvée, je lui ai répondu: «Tu as commencé ton primaire avec des orthèses, ce sera pareil.» (lire avec le ton le plus convaincant possible)

«Nooooooooon! Mes amis m'ont toujours connue avec des orthèses au primaire. Mais je ne me ferai jamais de nouveaux amis au secondaire si j'ai des orthèses!».

Le pire, c'est que je la crois (un peu). À cet âge, la moindre différence est source de rejet. Et avec toutes ces histoires infiniment tristes d'intimidation, il y a de quoi s'en inquiéter. La bonne nouvelle, c'est qu'il nous reste encore quelques années pour s'y préparer.

Mais déjà, devant les nouveaux amis au primaire, ses orthèses sont sources de curiosité, parfois de moqueries. Mais elle a un bon groupe d'amis pour la soutenir. Et elle interpelle rapidement ceux qui la scrutent un peu trop intensément. Sa stratégie: avant que ça ne dégénère, elle s'affirme. Sa nouvelle phrase anti-regards-prolongés: «Tu veux que je te les prête pour une journée? J'aime pas ça plus que toi...» Pour l'instant, ça revire les petits curieux assez rapidement.

Il n'y a pas de solution simple à l'intimidation mais je me dis qu'en montrant son caractère dès le début, elle impose une certaine forme de respect (du type «vient pas m'écoeurer») et s'évite des ennuis.

À l'école, on lui a conseillé de ne pas se préoccuper des regards des autres. Mais «laisse faire les autres», c'est plus facile à dire qu'à faire, surtout à 8 ans! Pourtant, je suis d'accord avec eux, la vie est tellement plus simple quand on arrive à se détacher de ce que les autres pensent ou disent de nous. (Bien franchement, j'y arrive la plupart du temps, mais ça m'a pris 35 ans!)

Alors, comment leur apprendre à se foutre regard des autres (sans leur manquer de respect)? Comment réussir à leur inculquer suffisamment de confiance en soi (sans que ça passe pour de l'arrogance)? Comment arriver à éteindre les petits feux (avant que ça se transforme en gros incendie)?

Ça vous inquiète aussi? Vous avez des solutions?

8 commentaires:

Michèle a dit…

Je dis souvent à mes élèves que l'ignorance est la pire des vengeances. Faire comme si l'autre n'existait pas, comme si on ne le voyait pas, car il ne le mérite pas.

Pas facile en même temps. Mais c'est comme ça qu'on agit, devenus adultes, quand quelqu'un nous dérange. On s'en éloigne, on l'évite, parce qu'il ne vaut pas la peine.

Mais faut dénoncer...

Anonyme a dit…

Je suis pas certaien que d'ignorer soit toujours la meilleure solution. Je pense que de montrer son caractère, comme le fait ta Momo, avec un peu d'humour si on en est capable, la tête haute... c'est ça qui marche le mieux. Ne pas avoir peur de s'exprimer haut et fort tout en laissant savoir à l'autre que ses méchancetés ne nous affectent pas parce qu'on est bien au dessus de tout ça (même si ce n'est pas toujours vrai).

Je sympathise avec ta fille. Et en même temps, je me dis que si elle commence le secondaire AVEC ses orthèses, si elle réussi quand même à se faire respecter, à se faire des amis, alors dans la vie il n'y aura plus rien pour l'arrêter. Elle aura appris à un âge difficile à vivre avec sa différence et elle en deviendra très vite une adulte plus forte et mieux dans sa peau que plusieurs d'entre nous. On voudrait toujours les protéger... mais parfois il faudrait simplement qu'on leur montre à foncer dans le tas avec confiance!

Anonyme a dit…

Je crois que tu fais exactement ce qu'il faut, la préparer à se défendre elle même et savoir quoi dire ou faire, lui donner confiance en elle plutôt que de la protéger de tout...
Je ne sais pas a quel sujet la jeune fille qui s'est suicidée se faisait écoeurer, mais sur le plan physique, elle n'avait vraiment pas l'air d'avoir de problème, alors ça ne fait pas tout...

Moments de Maman a dit…

Je suis aussi entièrement d'accord avec la tactique d'affirmer son caractère. De faire comme si de rien n'étais ou de montrer que le regard de l'autre nous intimide démontre une faiblesse que certains n'hésiteront pas à attaquer, c'est ouvrir la porte à pire. De montrer qu'on est bien au courant de sa situation ou de sa différence et qu'on la prend avec un grain de sel démontre une force de caractère qui elle, est intimidante et ferme la porte un peu plus aux méchancetés des autres... et l'humour est la meilleure arme.
Si quelqu'un dit "C'est quoi ça, sur tes jambes?", je la vois bien regarder ses jambes et faire " Oh mon doux, ben oui, kessé ça???!".

Comme quand je suis en spectacle ou à une sortie et qu'on me demande "Est-ce que quelqu'un s'occupe des enfants" et que je fais
"Oh mon dieu...les enfants!!!!"
ahahaha :)

Anonyme a dit…

Je ne crois pas que d'ignorer est une bonne façon de faire. Ça n'a pas toujours l'effet de décourager l'autre. Et quand la porte est ouverte et que les méchancetés s'accumulent, ça laisse des traces. "Faire comme si on ne les entend pas", c'est impossible, on entend tout et on accumule.

Je trouve que ta méthode est super. Lui donner confiance. Elle va au devant des niaiseries qu'elle pourrait entendre, c'est très déstabilisant pour les intimidateurs.

Karine a dit…

Ça dépend, des fois, faire comme si on entendait pas les idioties, c'est pas si mal, c'est déstabilisant pour l'intimidateur.

Par contre, comme dans tout, y'a des fois où on ne peut faire ça... quand il sont 2-3 dans notre face, c'est impossible de les ignorer. J'ai vécu de l'intimidation étant jeune a cause de mon poids, et j'"ignorais" la majorité des insultes mais dans on te pointe du doigt devant 10 personnes autour des cases, c'est moins évident de faire semblant qu'on entend rien...

C'est très drôle la phrase que ta fille utilise. Et pour un jeune intimidateur, ce doit effectivement être très déstabilisant. Elle a un beau courage que beaucoup de jeunes n'ont pas, elle a les "armes" pour se défendre sainement :-)

Anonyme a dit…

L'ignorance a un jeune âge n'a pas l'effet escompté. Aider l'enfant en lui mettant les mots dans la bouche les rends plus sur d'eux et quand il voit la réaction des autres ça leur donne confiance. Le but n'est pas de faire semblant que la différence n'existe pas mais au contraire, l'assumer et surtout, la mettre à notre avantage. Mes deux plus jeunes sont d'origine chinoise et croyez moi... Elles savent déjà quoi répondre quand elles se font dire "ce n'est pas ta vraie mère!...". Comment ça ? Pourtant elle n'est pas faite en plastique! Touchez la, je vous jure qu' elle est vraie!,,,

Anonyme a dit…

Votre message me touche. Ma fille louche beaucoup des deux yeux et porte des lunettes. C'est une jolie petite poupoune de 2 ans et demi avec de belles petites lunettes funky, alors je me disais (pour me rassurer) que les enfants ne seraient pas trop méchants et comme elle se fera opérer sous peu, ça devrait aider avant que le secondaire n'arrive. Eh ben non, lors d'une visite chez des amis, leur fils de 8 ans que je ne peux pas souffrir a dit à un autre petit garçon pour le faire rire :si on lui enlève ses lunettes, ses yeux vont faire boing dans le même trou. Ma puce est encore un bébé ! J'étais enragée. Elle n'a pas compris, mais ça m'inquiète.