mercredi 20 octobre 2010

Que feriez-vous avec 17 000$ ?

Ah! Les garderies!

Des nouvelles sur les garderies, ça m'a toujours fait rire! «De nouvelles places!», «8000 enfants de plus pourront aller dans un CPE», etc. Bien sûr! De l'extérieur, ça doit paraître alléchant et surtout pleins de promesses. Sûrement encore une nouvelle qui font râler les «non-parent» se disant qu'eux, ils n'ont rien pour les accomoder... qui sait?

Mais une fois quand on a mis le pied dans l'univers de la petite enfance, on sait bien que ces milliers de places-là, on ne les voit rarement jamais près de chez soi. Où sont ces nouvelles places? Demandez à n'importe quelle maman enceinte, elle les a cherchées activement!

Et quand vous ne voulez pas envoyer vos enfants à temps plein, quand vous avez un horaire atypique, des besoins particuliers ou encore des journées de congé dans la semaine, vraiment vous faites quoi? Des garderies «sur mesure», ça n'existe pas! Vous cherchez du temps partiel, désirant garder vos enfants avec vous quelques journées? Bien souvent, vous devrez payer pour un temps plein et ne pas envoyer vos enfants tous les jours... mais cela, encore, si le CPE ou la garderie en milieu familial accepte cette dérogation au règlement. Bien des endroits n'acceptent pas cette pratique! Il faut trouver un autre parent prêt à «partager» les 5 jours, mais essayez de trouver quelqu'un qui pourrait suivre parfaitement un horaire changeant de travail... Super casse-tête!

Donc chacun se rabat sur une solution personnelle. On fait des choix, on décide d'aménager autrement notre horaire, on se tourne vers le privé en déboursant beaucoup plus que prévu et on se tord de rire quand on entend les ministres vanter le fabuleux système de garderie à 7$. C'est une utopie! Ça ne convient pas à tout le monde. Il n'y a pas assez de places partout. Il faut mettre nos enfants sur de ridicules listes d'attente avant même sa naissance (c'est comme si présentement, on se mettait nous-mêmes sur la liste d'attente pour aller se faire «parker» dans un centre pour personnes âgés!). Leur formule est parfois très (trop?) rigide. Ça donne l'impression que chacun peut prendre une réelle décision et que c'est juste pour tout le monde. FAUX.

Et si le gouvernement, dans un réel soucis d'être juste et équitable, donnait aux parents 34$ par jour par enfant - le même montant qu'il offre présentement aux services de garde - que feriez-vous? Comment géreriez-vous cet argent? On est assez grand pour décider par soi-même, non?

34$ par jour par enfant. Disons que vous en avez 2. C'est 340$ par semaine. 1360$ par mois. 17000$ pour l'année (avec 2 semaines de répit).

17 000$... ça fait rêver quand même!

23 commentaires:

Anonyme a dit…

17 000$, moi je serais au ange, même la moitié je le prendrais. Ça fait longtemps que j'en parle ayant choisis d'être à la maison. J'ai voulu envoyer ma fille et je veux encore, 1 journée par semaine, question de lui offrir d'autres activités et de voir quelques enfants. Oublier le projet, c impossible. Personne ne veut d'une journée semaine, même les garderie où l'enfant n'y va que 3 ou 4 jours, elles sont payées quand même 5 jours alors elles ne veulent rien savoir. J'ai réussis à me trouver une place, ma fille y est allé 3 jours. C'est pas juste le prix le problème du privé, il y a souvent le problème de la qualité et bien des parents sont obligé d'y envoyer leur enfants quand même pour aller au travail, c désolant d'en être rendu là, où le nombre de places prime sur la qualité. Je suis sûre que 10 000$ par année suffirait pour permettre à plusieurs maman de s'occuper de sa propre marmaille.

Mamanbooh a dit…

Le rêve!

Ça serait nous reconnaître une vraie valeur, encore plus grande que le doit de vote acquis il y a plus de 50 ans (Oh! Je m'emporte!).

Valoriser notre travail effectué à la maison, avec les enfants, notre autonomie financière, notre capacité à gérer finances et éducation...

Avoir un horaire flexible, des services de garde adaptés à nos besoins.

Choisir selon nos valeurs ce qui est mieux pour nos cocos (un cours de ci, un camp de ça), encourager le télétravail et la conciliation travail-famille (et handicap dans ma situation).

Réaliser, rêver, être...

Anonyme a dit…

Je crois qu'il y a effectivement un grand bout de chemin à faire. Je sais que je ne resterais pas à la maison 24h/24 mais à temps partiel OUI OUI OUI...Sauf que dans mon domaine, se trouver un emploi est rare...je passe de contrat à contrat et planifie mes BB en conséquence...Et la garderie, je suis l'heureuse chanceuse d'avoir une super amie qui a une belle-soeur qui oeuvre en milieu familiale et qui a prise ma cocotte et mon futur BB qui, en passent, ne me fait pas payer pour la place que le BB occupe présentement (car elle n'a pas prise personne d'autre) et elle va me faire payer uniquement à l'arriver du BB en garderie...et pendant mon congé de maternité !!! Je ne serais pas obligé d'envoyer ma cocotte se faire garder...tout comme on paye 5 jours mais papa travail 4 jours et le vendredi...on envoye la cocotte en cas de problème et cela ne dérange pas l'éducatrice...alors on est bien chanceux...

Mais oui un montant à la maison serait apprécié de plusieurs pour au moins nous permette de prendre la décision selon nos valeurs et nos choix...et SVP rendez les milieux familiales flexibles...si on paye on peut bien faire ce que l'on veut...on est le client NON !!! et non un employé salarié !!!

::KA:: a dit…

Ancienne éducatrice en cpe, il y a quelques années, j'était partie avec pleins de projets, j'avais aménagé une partie de ma maison spécifiquement dans l'idée de m'ouvrir une garderie. Je me suis dit que je serai prête lorsque le CPE me donnerait mon accréditation. J'ai dépensé beaucoup d'argent et de temps a monter un programme dont rêverait tous les parents pour leurs enfants... Je n'avait pas d'enfants dans le temps alors je pouvais m'y consacrer a temps plein, avec tout l'amour que j'ai toujours eu pour les cocos... (oui, je crois que c'est une vocation!)

J'ai attendu 2 ans l'accréditation n'est jamais venue... j'était moi même sur une liste d'attente!! L'an passé (près de 5 ans apres ma demande, réorientation de carriere et reno du local pour autre chose...) Un téléphone du cpe pour me dire que j'avait enfin un rendez-vous pour une inspection... TROP TARD!!! mais moi j'ai passé a autre chose, j pouvais pas attendre éternellement!! je suis dégoutée de ce systeme... En plus d'avoir eu avec mon fils une tres mauvaise expérience dans une garderie en millieu familiale, j aimerais bien, moi aussi, etre payée pour rester a la maison pour qu'il ait une meilleure éducation possible... le gouvernement est bon pour étirer la sauce... sauf quelle goute de plus en plus l'eau!!
J'ai fini ma montée de lait ! lol !Bonne journée les filles !

Anonyme a dit…

Oui! Je crois que c'est une vocation que de s'occuper des enfants des autres! Il faut rêver avec les enfants, être là juste assez pour leur laisser un rôle important dans leur développement et pas trop, pour les encadrer suffisamment afin qu'ils deviennent petit à petit les grands de demain!

Mais, savez-vous vraiment ce qu'est le monde des garderies? Franchement, nous sommes nous-mêmes, éducatrices, de simples pions dans cette grosse machine gouvernementale!

Juste une petite question comme ça: connaissez-vous le salaire annuel de votre RSG? Celle qui n'a ni protection, ni avantage, ni fériés payés, ni vacances payées, ni de journées de maladie... Un tout petit 19$ par enfant! Donc le minuscule 7$, on en a besoin si on veut nous-même survivre! Nous ne sommes pas payées non plus pour nos propres enfants et beaucoup, vont porter les leurs dans une autre garderie afin d'avoir plus de places pour leur revenu! C'est juste le système qui est mal fait!

Et que dire des abus...

Franchement, le gouvernement nous faisait un portrait de rêve en 1997 en nous présentant un service accessible pour tous et gérer selon un code bien précis... Mais il a comme raté son coup! lol

Lawrichai a dit…

Rester à la maison pour élever ses enfants est un choix que l'on peut toutes faire, à la condition d'être capable de "vivre avec moins".

Ici c'est comme ça. On a fait le choix de vivre sur un seul salaire (40,000$/an)et d'élever nous-même notre enfant. On fait des achats plus judicieux et on a laissé bien des dépenses de côté pour se rendre compte finalement que "toutes ces choses" on en avait pas vraiment de besoin.

Le seul inconvénient, c'est que les ruelles sont maintenant vides, dépourvues d'enfants... Alors notre fils n'a pas encore d'amis.

Je crois que personne n'est "obligé" d'envoyer son enfant en garderie. Notre dépendance à la consommation nous mets souvent des oeillères lors de nos importantes décisions.

Anonyme a dit…

bonjour,
j'habite en Floride présentement pour 2 ans et je suis maman à la maison. Avant, au Québec, je travaillais temps plein donc je connais les 2 parties de la tarte. Ici, Je vis quotidiennement les garderies.. C'est très dispendieux ici: beaucoup plus que par chez nous.. Ca me coute 80$ par semaine pour 3 matins de 8h30 à 12h00. Ici la majorité des mamans restent à la maison avec leurs enfants jusqu'à ce qu'ils aient 5 ans. La seule différence si on compare avec chez nous( Québec) c'est que les mamans se parlent beaucoup entre elles et font des MOMS Club. Elles se rencontrent à la piscine , au parc... plusieurs matins par semaines pour faire jouer les enfants. Elles s'organisent des sorties toutes ensembles et même des activités le soir pour sortir un peu de la maison. Quand je suis arrivé ici je refusait de faire partie de ce que j'appelle : Le stéréotype Américain. À la limite je trouvais ca ridicule d'être toujours pognées avec d'autres mères... mais elles sont vraiment des femmes heureuses et épanouies et elles ont la chance de voir grandir leur enfant en n'étant pas isoler dans la maison. Un an plus tard je n'ai toujours pas joint de MOMS club mais j'ai 2 voisines en or avec qui je partage mon quotidien et le quotidiens de mes et de leurs enfants!!
Isabelle

Kim a dit…

Loin de moi l'idée de dire que le système est parfait, mais j'ai toujours un peu de misère avec le fait que bien des gens se fient à l'état providence pour les « soutenir » dans leur choix... Dans la vie, on fait des choix, supposément éclairés... mais il faut aussi les assumer.

Personnellement, je trouve que le gouvernement actuel nous aide relativement bien. Il n'y a même pas 15 ans, j'étais à l'université, mon conjoint travaillait dans la vente au détail et on payait 20 $ par jour pour la garderie. Comme on ne connaissait rien d'autre... et bien, c'était notre réalité et on n'aurait même pas pensé se plaindre. On s'organisait du mieux qu'on pouvait. Point.

Il n'y a pas si longtemps, j'ai entendu des parents qui gagnent quelque 80 000 $ par année à eux deux me dire qu'ils n'arriveraient pas si les garderies à 7 $ n'existaient pas...

Mon but n'est pas de radoter avec des phrases dans le genre « dans mon temps on marchait 10 miles pour aller à l'école »... lolll... personne ne souhaite revenir en arrière, et c'est bien ainsi. Mais il y a eu des améliorations quand même, ce serait bien qu'on s'en rendent compte...

Anonyme a dit…

Arrêter de travailler pour un mince 17 000$ par année avec 2 enfants? C'est pas un rêve, c'est un cauchemar!

Anonyme a dit…

il y a plusieurs injustices dans l'attribution des places. c'est ça le hic. c'est quand même un bon système pour plusieurs mamans, dont je ne fais pas partie (pas de contacts)... par contre, je ne suis pas pour l'idée de donner de l'argent aux parents à la maison. avoir un enfant est un choix personnel. le choix de travailler ou non aussi. je suis pour la mise en place de filets sociaux (chomage, BS, aide aux aidants naturels, coup de pouce aux familles), mais pas pour payer des gens à prendre soin de leurs enfants (c'est leur responsabilité).

Anonyme a dit…

anonyme précédent, si avoir des enfants est un choix personnel, et travailler est aussi un choix alors pourquoi subventionner les garderies??? Tu as choisi d'avoir des enfants et tu ne peux pas t'en occuper et bien débrouilles toi pour les faire garder...
En plus c'est faux, faire des enfants est un choix personnel ET un choix de société... Les enfants sont la société de demain, c'est normal que celle d'aujourd'hui s'en préoccupe.

Julie a dit…

Je travaille à temps partiel en ayant l'avantage d'être souvent à la maison, et mon salaire tombe plus bas que ce 17000$ là. Pour être précis, je fais 14300$ par année.

Si je travaillais à temps plein, je ferais plus que le double de mon salaire actuel, et mon conjoint a un salaire plus que décent, on pourrait certainement se permettre des voyages dans le sud et d'autres folies du genre. Mais, est-ce que ces folies équivalent réellement au bonheur que j'ai (et que j'ai eu parce que j'en ai maintenant une à l'école) d'avoir moi-même éduqué mes enfants, vu leurs premiers pas, entendu leurs premiers mots? Est-ce que ça peut vraiment pallier à leurs premières expérimentations dans notre monde? Heeeu, non!

Alors je serais certainement aux anges, moi aussi, d'avoir cet argent!

Anonyme a dit…

Ce qui est amusant, c'est que moi je suis Française, et parfois (enfin souvent ...) on se dit que c'est sûrement pas possible que ce soit aussi mal fait ailleurs ... et depuis que je lis votre blog je pense que finalement, on a pas mal de problèmes en commun ... et les mêmes débats! :-)

Anonyme a dit…

Mouhahaha!

Avoir eu 34$ par enfants (pour les miens), j'aurais fais plus annuellement que de garder 4 autres enfants supplémentaire pour arrondir nos fin de moi! -Riducule-

J'aurais donc choisi de rester avec les miens,juste les miens! Qu'ils n'aient pas de maman à partager et d'amis qui les dérangent quand ils ne veulent pas ou qui les réveillent trop tôt le matin... Que leur maison soit la leur et pas celle qui ouvre ses portes le matin et qui les referme 10hrs plus tard!

Bref, je suis moins payée à prendre soins de la société de demain et de permettre aux autres qu'à faire comme eux et caser mes enfants en service de garde!

Il est où mon nombril? lol

Anonyme a dit…

Du chiâlage. C'est une chance de vivre dans une société où de tels systèmes ont été implantés. Et oui, je crois qu'il est important de ne pas accepter n'importe qui comme éducateur et je peux comprendre que ça puisse prendre du temps. 7$ pour faire garder une journée, ce n'est pas bcp et si l'enfant n'y va pas, il me semble que ce n'est pas le problème de l'éducatrice.

Anonyme a dit…

Je suis à la maison et je gagne 14 200$ par année. Avoir 17 000$ en plus des allocations, le rêve. J'aurais l'argent pour payer l'essence pour aller dans des parcs, chez des amis, etc.

Anonyme a dit…

À Lawrichai,

Vous vient-il à l'esprit que certains ménages gagnent beaucoup moins que 40 000$ avec DEUX revenus. Malheureusement, ce n'est PAS à la portée de toutes les familles de vivre avec un seul revenu. SVP pas de jugement!

40 000 $ pour nous, c'est ça la loterie. Pour faire manger nos enfants, il faut les envoyer en CPE à temps partiel.

Désolée de remettre les pendules à l'heure.

Anonyme a dit…

Où sont nos priorités? Qu'est-ce qu'on veut réellement? Nous sommes tellement habitués à avoir tout, tout de suite maintenant que nous oublions le pourquoi nous avons fait le choix d'avoir des enfants... Loin de moi l'idée de survaloriser les mamans à la maison (même si j'en suis une!) mais quand des personnes autour de moi me lancent des "ah moi aussi je resterais à la maison si j'en avais les moyens" j'ai envie de hurler... J'ai fait des CHOIX, qui sont les miens, je trouvais que mon horaire était fou, que je n'avais plus aucun plaisir ni à la maison ni au boulot... alors j'ai assumé mon choix, j'ai des enfants pourquoi? Pour les "parker" au service de garde, malade, pas malade, beau temps mauvais temps??? Pour moi, c'était non... Je comprends que certaines familles ne soient pas en mesure de faire un véritable choix et que le salaire est essentiel, mais dans plusieurs cas autour de moi, plusieurs personnes qui "envie?" ma situation, je doute. Je n'ai pas réellement besoin d'un cell, je n'en ai pas, je n'ai jamais fait de voyage dans le sud, mes vacances, je les passe au Québec, pas trop loin, je n'ai pas de cinéma maison, je me contente de ma tv ben ordinaire même si j'aimerais bien avoir la TV 52 pouces... j'assume mes choix. Et surtout, je tiens ce discours après avoir fait un burn out, à mon retour au travail de mon 2e bébé, il y a presque 3 ans (jai eu un 3e bébé depuis). Oui, le 17 000$, je le prendrais bien, pour alléger le budget, mais en attendant (trop longtemps, peut-être que mes enfants l'auront quand ils seront parents) j'assume MES choix... et je me dis que c'est beau de rêvé à la parfaite harmonie travail/famille.

Anonyme a dit…

Je serais une maman comblée. Pouvoir arrêter de courrir du matin au soir, pour donner une qualité de vie à ma famille...ce serait merveilleux de pouvoir leurs donner ce que moi j'ai eu, une maison en ordre(sans exagérer...), qui sens la bonne bouffe réconfortante quand on rentre de l'école, de voir le bonheur dans leur yeux de pouvoir me raconter le scoop de la journée aussitôt débarqués de l'autobus. Je dis oui sans hésiter et je ne me sentirais pas diminué d'être une maman à la maison, bien au contraire.

genevieve a dit…

À ceux et celles qui disent que c’est notre choix d’avoir des enfants et d'en assumer les couts, je veux juste vous rappeler que ce sont nos enfants qui vont payer pour les services à la population vieillissante de demain . Ma soeur ma déjà dit que les gens qui ne font pas d’enfant devraient paye une taxe pour assumer les couts lors de leur retraite. Il faut penser de façons globale et pas juste au bout de notre nez.

MarieSoleil a dit…

à la dernière anonyme:
une maison en ordre! hahaha!
Je suis à la maison avec mes 2 enfants et je me dis souvent que la maison serait beaucoup en ordre si mes enfants n'y jouaient pas toute la journée!
Soit dit en passant, m'occuper de mes enfants n'est pas un travail donc je ne crois pas que le gouvernement devrait me rémunérer pour le faire. J'aimerais être moins pénalisée au niveau du RRQ dans 40ans à la place.

Manon a dit…

Ici, même sans ce montant, on a choisi qu'un seul travaillerait dorénavent. Nous voulons être à la première ligne pour éduquer nos enfants, sans pour autant éliminer les autres moments où d'autres adultes puissent le faire aussi pour ouvrir nos enfants sur d'autres réalités.

Durant les 8 dernières années, il y a eu quelques moments où nous étions 2 au boulot, mais nous n'avons pas apprécié pleinement ces périodes, il y avait beaucoup trop de course et de jongleries à faire avec les horaires de tout un chacun.

C'est notre santé physique et mentale qui en prenait le bord.

À vrai dire, nous considérons que nous avons beaucoup plus, en temps et en argent, depuis que je reste à la maison avec nos 4 enfants.

Et pour les garderies non-subventionnées, c'est le modèle que nous avions choisi lorsque nous avions eu besoin d'une garderie (jusqu'à 3 enfants à la garderie pendant une certaine période). Plus cher que la garderie à 7$??? Pas après avoir fait le rapport d'impôt en tout cas!

Kim a dit…

Suite au commentaire de Manon, que je trouve assez pertinent, j'aimerais rajouter que ce n'est pas tout le monde qui est fait pour « entrer dans le moule ».

Personnellement, j'ai choisi d'être travailleur autonome. J'ai choisi de dire non à la sécurité d'emploi et aux avantages sociaux. J'ai choisi de dire non au travail à temps plein, 40 heures semaine, 50 semaines par année. Mais j'ai choisi de dire oui à un horaire qui me convenait davantage. J'ai choisi d'être là quand mon fils part pour l'école et en revient. Bien sûr, j'ai dû dire non à un salaire de 60 000 $ par année... qui m'aiderait certes à éliminer certains soucis financiers, mais qui m'obligerait à faire des choix qui vont à l'encontre de mes priorités... et possiblement au détriment de ma santé.

Même chose pour les parents qui décident de rester à la maison pour élever leurs enfants. Cette décision est motivée par plusieurs facteurs et devrait refléter leurs priorités, avec ou sans argent.