vendredi 18 avril 2014

Bricoler, tout le temps, pour tout

C'est l'Halloween, il faut bricoler! C'est la St-Valentin, il faut bricoler! C'est Pâques, ben quoi? Il faut bricoler!

Mais pourquoi il faut autant bricoler?

La St-Valentin, c'est la fête des amoureux (tsé, ce qu'étaient la mère et le père des enfants avant qu'on bricole tous ensemble...). À l'Halloween, on se déguise, c'est déjà pas mal.

Pâques, c'est la fête du chocolat et du printemps. Pas des cocos en papier mâché et des guirlandes de couleur pastel décorées de brillants et de petits lapins avec des oreilles et une queue en ouate. C'est la période de l'année où on immerge enfin après de longs mois d'hibernation. À Pâques, j'ai envie de sortir, de prendre de l'air, de jouer dehors. TOUT, sauf bricoler.

C'est fou comme on bricole de nos jours. Le gun à colle est toujours chaud, on est donc toujours prêt à faire quelque chose par soi-même. Et ce quelque chose -aussi merveilleux soit-il- finit la plupart du temps dans le bac de recyclage (si ce n'est pas dans les mois qui suivent, ça le sera assurément dans les années à venir).

Les enfants passent leur temps à bricoler à la garderie puis encore à l'école et au service de garde, pas sûre qu'ils trippent tant que ça quand on leur sort le trio Omer deSerres/Dollarama/Michael's en guide d'idée d'activité familiale formidable et en s'extasiant sur les beaux projets de bricolage qu'on va pouvoir faire pour Mamie/Papi/marraine/parrain qui - regardez bien leurs yeux la prochaine fois- fakent toujours un peu trop leur bonheur de recevoir ce fabuleux présent. Inversement proportionnel à l'effort, à tout le moins.

Pourquoi bricole-t-on autant? Parce qu'on ne peut se résigner à laisser des enfants non occupés? Qu'il faut absolument les entertainer des peur qu'ils s'ennuient? Parce qu'il y a un peu d'éducatif-déculpabilisant-pour-les-parents là-dedans? Parce que ça nous fait des photos à mettre sur Facebook et Pinterest?

Au final, c'est laid, c'est du trouble et c'est pas si le fun que ça. Et une fois sur deux, ça finit en chicane (ou ça ne se finit pas du tout et c'est le parent qui met la touche finale).

Et si on laissait les enfants faire ce qu'ils veulent ou -mieux encore- ne rien faire? C'est enfin le printemps, qu'ils s'amusent en liberté, eux aussi.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

J'aime! Hi!hi!hi! Je dirais que je propose de bricoler si j'en ai le goût....et cette année Pâques ne sera pas bricolée c'est tout!...et ce n'est pas plus grave que ça !

Verolu

marielune13 a dit…

Ho que je me sens soudainement moins seule ! Moi je suis poche en bricolage, j'ai pas l'imagination pour. Tu veux bricoler, dessiner, fine, je vais t'accompagner. Mais ne me demande pas d'inventer de gros projets inspirés. Oui, allons courir dehors à la place !

Anonyme a dit…

oh que vous m'enlevez un gros poids aujourd'hui. Enfin une journée de congé et je me demandais si je devais forcer mes cocos à en fabriquer justement... ça n'a pas l'air de leur tenter plus que moi! hahaha

Chantal comme dauphine a dit…

Bricoler change de la routine interner voila pourquoi certain son trop a hiverner toute l'hiver . Nous on bricole et on bouge tout l'année . Bricoler ces créativité a développer ces donc de valeur que les gens perdre l'esentiel au bon dévellopement de jouer avec leurs enfants par la créativité et de garder aussi la bonne forme physique en même temps toute l'année lâcher les vos foutu ordinateur et sorter my god , sa ce peut tu rester enferme toute l'hiver voyons sorter . En tout cas moi j'ai pas rester enfermer de l'année et j'ai bouger en masse et ma famille aussi alors si on a envie de respirer en faisant un bon bricolage en qui sa regarde aucun jument mes amours faite ce que vous avez faire et laisser bricoler ceux qui en ont envie bisou et surtout vivre et laisser vivre joyeuse pâque...

Anonyme a dit…

Petite, j'adooooorais bricoler. Alors oui, je bricolais tout le temps, et des fois l'ambiance de fête dans l'air m'inspirais, des fois pas. Disons que je bricolais peu importe! Par contre, quand je bricolais, JE bricolais. Je prenais ce que je trouvais (même si on avait les articles de base, on a jamais eu de gun à colle chaude et les rares kits qu'on avait je les avais demandés en cadeau de fête ou de Noël) et je faisais les idées que j'avais, sans aide parentale.

Anonyme a dit…

Haha! Depuis un bon bout je laisse mes filles (6 et 4 ans)bricoler seule. Elles VEULENT bricoler. OK. Mais c'est leur projet. Pas de colle chaude (trop dangereux), mais le bac de recyclage pour appartient et je suis bien prête à investir dans une tonne de papier collant et de colle. Amusez-vous, mes belles!

Au début, je me sentais un peu coupable...

Faut dire que leurs bricolages sont laids sans bon sens... tellement qu'ils finissent le plus souvent aux poubelles la journée même.

Puis, on m'a dit que ma fille de 4 ans était la meilleure de son groupe pour le maniement des ciseaux... Fiertée maternelle x100 ici.

Puis, on m'a dit que ma fille de 6 ans était une championne de la débrouillardise et des solutions. Fierté maternelle x1000. En plus elle est super bonne pour aider les amis (elle a de la pratique avec sa soeur!!!).

Fini donc la culpabilité... ce n'est plus de la paresse maternelle ce manque d'intérêt pour le bricolage... c'est une technique pédagogique pour favoriser leur créativité, leur débrouillardise et leur autonomie. Voilà! Tout est dans la perspective.

Au final, je suis 100% pour les bricolages en toute saison... tant qu'on me fout la paix pendant ce temps là!