mercredi 2 avril 2014

Accro au maquillage à 11, 14 ou 25 ans...

Iriez-vous à l'épicerie sans maquillage? Chaque fois que j'entends cette question, je n'ose pas croire que certaines femmes répondent « Non ».

Je n'ai pas de mérite puisque je n'en mets jamais, aussi je suis tombée en bas de ma chaise quand j'ai lu qu'au Royaume-Uni, la moyenne d'âge des jeunes filles qui se maquillent régulièrement (fond de teint, mascara, eyeliner et gloss) est passé de 14 à 11 ans.

Mais en même temps, 14 ou 11 ans, ce n'est pas tant l'âge qui me trouble. Il ne faut pas se leurrer, l'adolescence ne commence plus à 13 ans (et on a beau vouloir leur «laisser vivre leur enfance», quand nos enfants sont passés à autre chose, ils sont passés à autre chose, rien ne sert de les infantiliser et de les couper du reste du monde). Pour une obscure raison socio-scientifico-psycho-environnementale, il y a eu une glissement spatio-temporel de 3 ans entre les années 80-90 et maintenant. Mes filles ont leurs règles et n'ont pas 11 ans. Elles s'en vont en 6e année et ont des préoccupations que j'avais en secondaire 2 -et elles ont probablement autant de maturité que j'en avais en secondaire 2! Si j'avais eu l'Internet et un iPod, j'aurais sans doute moi aussi abandonné mes Barbie au milieu de mon primaire (dire que je jouais encore avec mon Light Bright...mais bon, à défaut de connaître autre chose...).

Que ces fillettes aient 11 ou 14 ans, ce n'est pas le vrai problème. Si elles ne sont pas pas capables de s'accepter «au naturel» à cet âge, c'est peine perdue pour le reste. Car ce n'est pas un geste de coquetterie ou de féminité que de devoir se maquiller tous les jours. Quand ça devient une obligation si jeune, c'est que ça sert à cacher autre chose que des cernes.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Ouf. J'ai 37 ans et j'ai commencé à me maquiller systématiquement pour aller travailler depuis environ un an. Et oui, je considère que ça "cache autre chose"... Mon surplus de poids, les marques du temps qui passe sur ma peau, les cernes qui sont plus apparents qu'avant, mes cheveux qui commence à être réellement poivre et sel... J'ai beau essayer d'accepter tout ça avec zen, j'ai aussi besoin de me sentir jolie et c'est de plus en plus difficile! Je ne teint pas mes cheveux, mais le fond teint le matin me donne une petite "couche" de confiance. Ceci dit, j'ai aussi de la misère à croire que certaines femmes n'iraient pas à l'épicerie sans maquillage... Je ne suis pas rendue là! La fin de semaine, ou pendant les vacances, je prends volontier un "break" de maquillage... je n'ai aucune difficulté à accompagner mes enfants à la piscine, à aller bruncher chez ma mère ou à aller faire mes courses "au naturel".

Pour les fillettes... j'espère que les miennes ne se maquilleront pas trop jeune et je ferai ce que je peux pour retarder le moment du rituel de maquillage... Enfant, chez nous c'était "non il n'en est pas question". Pas de maquillage pour les petites filles, point à la ligne. Adolescente, c'était plus "t'es tellement plus belle au naturel!"... "tu n'as pas besoin de ça!"... "tu as toute la vie pour cette perte de temps là!...". Ma mère, mon père, mes frères, ma soeur... tout le monde autour de moi valorisait beaucoup le look "naturelle"... "Belle d'Ivory" qu'ils disaient dans le temps... lol. Ça marchait! Et tant mieux!

La plupart des parents mettent un âge minimum pour un compte Facebook... on décide aussi des heures de sortie. Je ne vois pas en quoi c'est plus problématique de limiter l'accès au maquillage!

Chantal comme dauphine a dit…

Bien de ces jeune femme n'auront jamais besoin de tonne de maquillage car ils sont belle naturelle , et que je me souvienne de cette âge , vers mes 16 ans je relevais mes cils au mascara et soulignais un trait de crayon aux yeux pour donner de l'éclat et bien soigner ces cheveux ne demandais pas des heures dans le miroir et voila comment je suis rester dans ma vie et quand j'ai une sortie je souligne un peu plus sans me grimmer de tonne de fond de teint voila pourquoi je peux partir sans fond de teint tout les matin sans faire peur a personne car garde une belle peau par de bon soin d'hydratation est aussi bon et beau . Je pense quelle le seront elle aussi quand doser ce besoin de bien paraitre elle aussi et la thecno rien contre encore la si elle passe leurs vie la dessus et ne coupe pas leurs horizons humaine dans tout cela . Même chose pour tout les gars . L'important d'être soi et bien dans sa peau je pense que ces chacun son choix de bien-être sans juger l'autre qui en fait trop pour avoir 25 ans de moins, Facebook n'est pas vital , le cellulaire non plus a tout le monde de choisir si ces une nécessicité ou pas et je ne pense pas que nous serons moins populaire ou pas a cause d'un compte Facebook ou autre . Bonne journée.

Maman toute croche a dit…

Je suis tellement en accord avec votre texte. C'est vrai selon moi que le problème c'est pas qu'elles aient 11 ou 14 ans, c'est beaucoup plus profond je pense. J'aimerais ça pouvoir résumer comme vous le faite si bien et je ne sais pas si je vais y arriver mais j'ai envie de répondre quand même parce que je suis pas mal la dedans c'est temps ci, et votre texte me touche presque personnellement... (Bon déjà pour l'intro c'est long...)

En gros, je ne crois pas qu'interdire l'accès au maquillage, à certaines sortes de vêtements ou à un compte facebook puisse vraiment changer quelques choses au fait que les enfants sont davantage exposé qu'avant à certaines choses, et plus tôt que nous ne l’étions, en plus d'être plus rapides biologiquement et mentalement... On ne peut pas leur cacher les cotés plus sombre de la vie et les prémunir contre tous les mauvais cotés de la société.

Un de ces mauvais coté c'est, selon moi, que les jeunes filles sont de plus en plus exposées à des messages plus ou moins subtils qui encouragent l'hypersexualisation et la beauté. J'ai toujours été super ouverte et je ne me posais pas vraiment de questions sur le phénomène, ayant moi même été influencé par tout ça, en tant que femmes.

Mais j'ai trois filles, je suis une femme et j'ai eu l'occasion de lire et de rencontrer beaucoup de femmes depuis quelques mois qui ont déjà crues, ou qui croit encore, que leurs charmes, leur beauté et leur ouverture d'esprit est leurs plus grandes, ou leur seules qualités. Ça porte à réfléchir.

Je ne pense pas que toutes les petites filles qui aime se poupouner vont systématiquement perdre leur estime et se considérer comme n'ayant que ça à offrir, mais je pense que pour certains jeunes plus vulnérables, il est plus facile qu'avant de trouver des solutions ''superficielles'' à des problèmes plus profonds.

Pour une jeune fille qui manque de confiance en elle, d'attention, de ressources ou qui veut être reconnue, simplement, peu importe la raison, c'est assez difficile de ne pas tomber dans des tendances sociales qui valorisent les filles belles, provocantes, sexy… Et en tant qu’adulte, on est pas toutes des exemples, même quand on en est consciente.

Être belle, sexy et ouverte, c’est valorisé dans la société, surtout chez les jeunes, c'est plate, mais c'est comme ça, c’est pas surprenant donc que les filles et les femmes souhaitent l’être, et un des messages qui est pas mal transmis aussi, c’est qu’une femme maquillé, c’est plus beau qu’une femme pas maquillée.

Bref, le problème est assez vaste selon moi, et c'est pas toujours évident de le soulever, alors voila, je m'emballe quand je lis une blogueuse qui le fait.

Ouf, j'ai pas réussie à résumer... En tout cas. Merci pour ce texte :)







doris sullivan a dit…

chez-moi à 14 ans, le maquillage, les jeans, les bas de nylon c'était défendu. j'ai jamais souffert vraiment de ça et aujourd'hui j'en suis fière. quand je vois une femme incapable de sortir sans ( j'en ai connu une qui s'est maquillée avant d'aller aux urgences de l'hôpital !)les deux bras me tombent, j'en reviens tout simplement pas !!! qui est-ce qui a bien pu créer une telle dépendance dans notre monde moderne ?