mercredi 10 octobre 2012

Votre prochain livre de chevet (et le nôtre)

Et voilà! Il est écrit par quatre mères débordées (sûrement à boutte, aussi!) et fatiguées (leur meilleur ami: leur cache-cerne) qui nous refilent leurs trucs - souvent limites inappropriés - pour survivre à l'aventure parentale.

Selon elles, il serait possible de mettre que 40% d'efforts sur les tâches plates, mais tellement bien le faire, que les autres autour de nous ne remarquent même pas qu'on tourne les coins ronds. C'est bien beau la dévotion, mais un moment donné, il y a des limites. Avouez que vous aimez le principe, vous aussi?

C'est donc un livre de raccourcis parentaux pour espérer garder un tant soi peu de temps pour soi, être capable d'aller au boulot et continuer d'être saine d'esprit. Bref, ne pas trop s'en faire avec la maternité.


Les mamans auteures racontent leurs entourloupettes et leurs humiliations du type «Je me sens vraiment imparfaite quand...» à leurs façons. Elles nous disent, entre autres, comment faire pour envoyer notre fille malade à la garderie quand même (vous savez le matin où vous avez un gros meeting et votre chum aussi), comment simuler la mort à 5h du matin quand votre enfant essaie de vous réveiller (et comment tenir jusqu'à ce qu'il décide d'aller sur l'autre bord du lit pour réveiller son père!), comment prétendre ne pas connaître cet enfant (le vôtre!) au parc qui vient de lancer du sable dans les yeux d'un autre enfant, comment elles militent pour l'abolition totale des notes écrites à la main, comment dealer avec les mères en trop grande forme, comment limiter ses amitiés avec des mères «minimum» qui ne donnent pas trop de complexes, comment attirer son enfant au lit en faisait un chemin en chipit de chocolat à travers la maison, etc.

L'idée du livre est que les mères se donnent un break. Une pause. Une chance. Et qu'elles arrêtent de s'en faire pour commencer simplement à... vivre et aimer la maternité, comme elles l'entendent.

Vous avez envie de le lire?

9 commentaires:

Anonyme a dit…

Oui, cela fait tellement de bien de lire des choses légères.

isabelle a dit…

OUIIIII !!!!! tout à fait mon style lollll..... mais à ce que je vois il est en anglais malheureusement. À quand la version francophone?

Sarah a dit…

Haha, envoyer son enfant à la garderie parce qu'on a un deadline comme genre là là: le bourrer de Tylenol, et se garder un Kleenex pour la seconde avant de mettre les pieds à la garderie, hop ni vu ni connu, bonne journée! Je sais, c'est chien pour les autres, mais il l'a bien attrapé d'un autre ce virus-là?

Gen la vilaine a dit…

Bon... Je l'avoue... Je viens de le commander sur Amazon :P

Nathalie a dit…

Bon, commandé pour moi aussi! :P Merci de la recommandation!

Anonyme a dit…

Sarah :

Ce n'est pas chien pour les autres, mais chien pour l'enfant malade. Moi désolé je ne comprend pas ça et je ne trouve pas ça très drôle, vouliez-vous des enfants ou non. Je trouve ça méchant et dégradant ! Et je plaint l'enfant qui au fond tout ce qui veut c'est se coller sur sa maman ou son papa et avoir un peu de réconfort dans son chez soi et non pas dans un milieu rempli d'enfants qui doivent hurler et être bruyant. penser à vous dès que vous faites de la fièvre ou vous couler du nez, ce dont vous avez envie c'est de vous retrouver à la maison avec votre pyjama, pas au travail, c'est vraiment égoïste de votre part... pas juste toi Sarah, mais j'en connais beaucoup qui comme toi le font et je ne comprend pas . Désolé je n'approuve pas, on parle d'Être humains pas de poupée.

Anonyme a dit…

À Sarah : C,est un peu pathétique comme commentaire, je trouve ça décevant de la part d'une maman, et le pire ce n'est pas la première fois que j'entend ça. Je ne trouve pas ça chien pour les autres, car en effet il l'a sûrement attrapé-là, de toute façon les enfants qui fréquentent les garderies sont toujours malades, bref, je trouve ça plus chien pour l,enfant en question, il a sûrement besoin de sentir aimé et cajolé, pas garocher d'un bord pis de l'autre. Quand on est malade nous aussi on veut juste être dans nos affaires et se reposer. Bref je trouve ça déplacé comme commentaire.

Tant mieux si ce livre va en soulager certain/certaine mais moi ce ne sera pas mon livre de chevet. Désolé de vous dire ça mesdames mais prévoyez un bon budget psychologue pour plus tard. Ces pauvres enfants qui vivent des vies d'adultes, bonne chance !

Nathalie a dit…

Voilà, c'est commandé! :) Merci de la recommandation!

Gen la vilaine a dit…

Aux 2 anonymes choquées, mesdames, vous allez me faire croire que vous n'avez jamais eu de comportement d'(Z)imparfaites?

Je pense qu'il faut prendre se livre au 2e degré et rigoler sur les petits évènements, qu'en tant que parents, on va essayer d'occulter un moment donné ou un autre.

Ceci dit, ce n'est pas de l'égoïsme, de manque de respect ou de ''marâterie'' que parfois tourner les coins ronds mais bien d'assumer son côté humain qui ne peux pas tout gérer.

Être parent ne signifie pas d'être toujours ''willing'', responsable, disponible et tout ça avec un grand sourire d'empathie 24h sur 24, 7 jours sur 7.

Si vous croyez ceci, vous n'avez pas compris l'essence même de ce blog :)

Geneviève