lundi 22 octobre 2012

Ces gens qui ne se mêlent pas de leurs affaires...

La semaine dernière, on a abordé un type de personnes qui ne se mêlent pas de leurs affaires, appelons-les les pro-papas.

Cette fois, allons-y avec les inconnus. Ceux qui entrent dans notre bulle sans qu'on les ait invités. Quand ça se produit dans les transports en commun -ou tout le monde se mêle généralement de ses affaires et protègent le minimum de bulle qu'il lui reste (convention non écrite issue du gros bon sens)-, ça détonne toujours un peu (beaucoup).

Certaines personnes se sentent étonnamment concernées par d'autres alors qu'elles n'ont strictement rien à faire là. Exemple:

L'autre jour dans le métro, une mère réprimande sa fille de 4 ans je-ne-sais-trop-pourquoi (je me mêlais de mes affaires). La petite se met à pleurer (à mes yeux aguerris, cela se classait dans la catégorie larmes de crocodiles). La mère lui tient tête. Ça reste de même quelques minutes et je perçois que la mère en avait assez et qu'elle est contente de son effet (j'ai le goût de lui faire un High Five!). Mais voilà qu'une passagère sortie de nulle part s'avance vers la petite, qu'elle lui sort sont iPhone et lui montre des jeux. Z'auriez dû voir la face de la mère devant le regard de vainqueur que lui a lancé la petite! La pauvre, elle tentait tant bien que mal d'asseoir son autorité dans un lieu public (pas facile, je lui lève mon chapeau de tenir son bout dans un métro bondé!) et que l'inconnue décide d'intervenir et de saboter tout ce que la mère avait réussi à faire.

Un geste de gentillesse? Bof. Aucun mérite quand t'es pas foutue de décoder que c'est pas ta place. Ça annule la gentillesse, tant qu'à moi.

Un autre exemple de type «personnes âgées»:

On dînait, les enfants, TriplePapa et moi, dans la foire alimentaire d'un centre commercial. On se lève et on s'apprête à quitter la table quand une dame âgée assise à la table d'à côté mets ses mains sur les cuisses de Lili et lui dit à deux pouces de sa face: «Pauvre petite!». Juste ça! Et elle retourne à son café et son mémérage à sa table.

Lili me dit aussitôt: «Mais pourquoi elle me dit ça?!»

Je n'ai pas le temps de trouver la bonne formule que Momo lui répond: «Ben, parce que t'es en fauteuil roulant!»

Lili: «Ok, mais je ne comprends pas pareil. Maman, pourquoi elle m'a dit ça?!»

Eh bien grâce à l'intervention non sollicité et fort peu délicate de la dame, on a dû se trouver un banc pour s'asseoir (parce qu'on avait déjà sauté sur notre table, c'est ça les foires alimentaires!) et aborder avec Lili (au centre d'achat, wow!) un sujet qui n'avait pas fait surface jusqu'à maintenant, sa grande malchance d'être en fauteuil roulant (aux yeux de certaines personnes). Car Lili, elle se s'en fait pas trop avec ça. Mais bon, d'apprendre que les autres trouve ça plate pour elle, ça l'a fait pleurer (une chance qu'une autre n'est pas débarqué avec son iPhone pour l'égayer!).

Des fois, j'aimerais me venger et aller dire tout haut aux inconnus ce que je pense d'eux tout bas. Ça viendra... Un jour, moi aussi je passerai mon après-midi à siroter un café et j'aurai perdu conscience des conventions sociales!

12 commentaires:

16 décembre 2006 a dit…

Pour ma part, c'est les membres de la famille qui m'énervent! Ils se permettent d'intervenir par dessus moi avec mes enfants et aussi en contradictions avec mes valeurs... Si nous sommes chez ma mère, garantit qu'elle finit par crier sur mon fils si je suis en train de lui dire de se calmer. Mon fils déteste ça et semble aimer de moins en moins chez elle. Et j' ai beau lui dire, rien a faire...

Monik a dit…

Pourquoi reste-t-on polies avec ces personnes envahissantes qui n'ont aucun respect pour la sensibilité d'autrui ? Répondons ! Cessons de nous taire !

:-)

Evelyne a dit…

héhé, j'ai une copine qui s'obstine à me dire que mon fils de trois ans et demi ne devrait plus avoir de bavette quand il mange. Si elle vient souper, elle cherche à lui enlever parce qu'elle le trouve trop vieux pour en porter une. Le hic, c'est que moi je m'en fiche qu'il porte une bavette. Il n'aime pas se salir, alors pourquoi je lui enlèverais. Il fait encore des miettes et le spag revole quand il en mange. Ça tombe dans la bavette et j'ai moins de ramassage/nettoyage à faire. Elle me fait un sermon sur le fait qu'il est trop vieux. Moi je lui dis que je ne l'oblige pas à en mettre une, mais s'il la veut, elle est là.
Non mais, de quoi je me mèle !!! Même s'il est assez vieux pour manger sans bavette, c'est pas méchant, c'est pas comme s'il avait encore une suce ou qu'il faisait le bébé avec nous pour avoir de l'attention. Il aime juste pas se salir.

Emilie a dit…

Je suis bien d'accord avec le commentaire de Monik! Pour ma part, ce n'est jamais l'envie qui me manque mais je crois que justement, c'est parce que j'ai du respect que je ne le fais pas, mais pourquoi au juste, mystère! Il me semble qu'une fois qu'une personne nous manque de respect (parce que se mêler des affaires des autres, c'est à mon sens un gros manque de respect et à tout de moins de savoir vivre), on devrait avoir un billet gratuit nous permettant (sans risque de représailles)de dire notre façon de penser! Comme au Monopoly: "Passez go et dites votre façon de penser!"

Quant à aller miner l'autorité parentale, ça ça me mets hors de moi... Que ce soit n'importe qui, il me semble que personne n'a le droit de piler sur la décision du parent (surtout pas dans un lieu public où le parent vient de mettre son pied à terre). Encore moins quand c'est la famille qui le fait. Il me semble que ce devrait être une règle non?

Et Evelyne, pour ma part, j'ai porté un bavette jusqu'à ce que je sois assez grande pour faire fonctionner la machine à laver!!! Et mon père, à 63 ans en porte encore quand il s'agit de spaghetti ou de quelque chose de tachant! Il n'y a pas d'âge pour porter une bavette :)

Anonyme a dit…

Ça me fait tellement penser au serveuse de restaurant qui donnent des bonbons aux enfants après un repas en me regardant dans les yeux et en me faisant un super clin d'oeil... même si mini-nous a été pas possible et à pas manger une seule miette de son repas! Et surtout quand on vient juste de lui dire qu'il a pas droit ni à son dessert ni à un bonbon comme récompense parce qu'il ne le mérite pas... Ça, ça me met en maudit pas croyable!

Mamanbooh a dit…

Et que dire des réceptionnistes au CLSC qui nous font la morale en ne sachant même pas qui nous sommes et quelle est notre réalité!?!

Je sens une écoeurentite monter! Beurk!


Karine a dit…

J’abonde dans le même sens que Monik; pourquoi est-ce qu’on devient quasi incapable de remettre ces gens à leur place?

Je veux dire, un bon « Franchement faut tu être épaisse pour dire ça à quelqu’un. » c’est peut-être, impoli, mais faire des commentaires sur la condition physique de quelqu’un d’autre c’est pas correct non plus alors pourquoi est-ce qu’on ne réagit pas?

Probablement parce qu’on est abasourdi devant la bêtise humaine.
Il faut dire qu’on pense toujours à la super répartie qui tue après avoir quitté le lieu de l’incident et avoir pris le temps de ramasser les pots cassés avec les enfants.

Je peux comprendre, peut-être, le désir de venir en aide à un parent qui a l’air dépassé par les évènements, mais pourquoi ne pas simplement offrir de l’aide au parent plutôt que de s’adresser directement à l’enfant en crise?

C’est peut-être égoïste, mais je n’aurais pas envie non plus que mon Ipod finisse brisé par terre parce que je le donne à un enfant (inconnu en plus) en crise! Sérieusement, c’est quoi la logique de prêter un gadget électronique super cher à quelqu’un qu’on ne connait pas dans le métro/autobus/walmart?

Anonyme a dit…

Ca me rappelle une anecdote. Une fois que je magasinais avec ma soeur qui est atteint de Trisomie 21, une dame agée lui touche l'épaule en lui disant " Pauvre petite... c'est triste." Ma soeur lui réplique avec un grand sourire: " Hein? Moi, j'aime beaucoup la vie!" Même si ce n'est pas sociablement acceptable, j'ai éclaté de rire de la réplique de ma soeur et on a laissé en plan la dame. La face qu'elle faisait... Pas de moral svp, je sais que je n'ai pas trop été respectueuse sur ce coup. N'empêche que je crois que cette dame fera attention la prochaine fois.

Anonyme a dit…

Pas facile de dire ce qu'on pense quand c'est notre propre mère qui vient saper notre autorité parentale! À chaque fois que je dis non à ma fille et qu'elle me fait une crise (ex. NON pas de 2e dessert, même chez mamie...), ma mère passe par en arrière et donne quelque chose à ma fille pour la consoler... Un petit chocolat, une bébelle,ou de l'attention...

La dernière fois que j'ai essayé de lui expliquer qu'elle renforcait un mauvais comportement chez ma fille qui obtient une récompense à chaque crise chez grand-maman, ma mère s'est vraiment fachée et ça a fini en méga-grosse chicane de famille! Bref, maintenant, comme mon opinion n'est pas prise en compte, je ne vais plus chez ma mère souvent, car après chaque visite ma fille me fait des crises explosives pendant une semaine!!!

Anonyme a dit…

D'accord avec Monik...
la semaine dernière une autre femme enceinte que je ne connais pas du tout me demande (dans un lieu public) dans combien de temps je dois accoucher. Réponse: 1mois et demi... elle lâche super fort ''mais t'es donc ben grosse''! - je mesure 5'9'' et pèse 150lbs à 34 semaines de grossesse!!! De quoi j'me mêle???

Anonyme a dit…

En ligne à l'aéroport, tout le monde fait des risettes à ma fille de 5 mois, et une dame âgée me demande son âge et me dit : "Elle est pas un peu jeune pour voyager ?". Je l'ai pas dit, mais je l'ai encore pognée dans la gorge "Et vous, vous êtes pas un peu vieille pour voyager ?".

Anonyme a dit…

Mon frère me téléphone pour me demander un service. Il est 19h00. Il me dit: "les enfants sont couchés?" Je lui réponds que oui. Il me lance un "ils se couchent donc bien de bonne heure!". Grrr... Je me mêle de tes affaires moi alors qu'il est 20h00 et que tu n'arrives pas à parler avec moi au téléphone pendant que ta fille de 2 ans t'achale constamment pour que tu raccroches!!! Tout ce que j'ai trouvé à faire encore une fois, c'est de m'expliquer et de me justifier en lui répondant qu'avec l'école tous les jours et les levés à 6h00 c'est ainsi pour moi. Non mais, puis-je offrir 11 heures de sommeil bénéfiques à mes enfants en paix et profiter en paix du petit 2 heures qui existe ensuite jusqu'à ce que j'aille à mon tour me coucher sans passer pour une marâtre finie!!!