vendredi 31 janvier 2014

Laisser l'enfant décider...

Dans LaPresse+ de lundi dernier, il y avait un fort intéressant (surprenant, surtout!) dossier qui nous faisait découvrir deux nouvelles approches en éducation,  l'approche RIE de son gourou initiatrice Martha Gerber et une autre calquée sur la première, celle d'une pédiatre hongroise Emmi Pickler. Les deux approches sont centrées sur le respect (quasi total!) du respect du rythme de l'enfant...   Plusieurs CPE québécois exploreraient cette nouvelle philosophie avec les enfants. En fait, c'est tout le contraire des hyperparents qui veulent tout contrôler de la vie des enfants.

Ce que ça veut dire dans la vraie vie? Par exemple, les enfants ne sont jamais forcés  à être dans une position qu’ils ne sont pas capable d’atteindre naturellement.... donc pas de transat, de soucoupes pour tenir les poupons artificiellement debout ou de sièges pour les tenir assis! Les poupons s’amusent sur le dos tout simplement. Dans un des CPE, les poupées ne sont pas empilées dans des bacs, mais bien couchées dans des petits lits individuels. Et la directrice du CPE explique qu'«une poupée, c’est un corps! On ne met pas ça dans un bac. Il faut encourager ce souci de bien traiter les autres, comme il faut bien traiter les amis» Aussi, dans ces centres de la petite enfance, pas d’horaire rigide et structuré. Les enfants peuvent aller jouer dehors n’importe quand! C'est eux qui décident. Ils n'ont qu'à s'habiller et sortir sur le balcon...  Il n'y a pas de chaises hautes ni de matelas de sol (non, on les appelle des «lits de vie»!). Et parait-il que tout le monde est plus calme et moins stressés (éducatrices comme enfants!). C'est une philosophie qui met de l'avant l'activité autonome et le respect du rythme de l'enfant. 

Personnellement, je n'y crois pas vraiment.  Franchement! Aucune structure? Aucune activité dirigée? Je comprends que les enfants ont besoin de liberté et qu'ils auront toute leur vie et l'école dès cinq ans pour être «structuré», mais quand même. Trop de liberté, je doute que ce soit si profitable. J'ai l'impression que les enfants ont besoin de cadres et de limites, d'interdictions («Tu ne peux pas sortir quand tu veux!») et de moments d'attente («On va jouer dehors après la collation!»). Et c'est bien beau dans les faits, mais est-ce qu'à la maison, on pourrait survivre avec cette approche? Tu veux jouer dehors? Go, vas-y! Tu veux faire de la peinture? Go, je te sors le matériel pour en faire? Tu veux jouer aux poupées? Go, pas de problème! Tu t'endors maintenant? Go, dors! C'est mettre les besoins de l'enfant en avant-plan. C'est bien, mais est-ce trop? La même chose avec les hyperparents qui veut tout tout tout contrôlés...  Finalement, c'est peut-être les extrêmes que je n'aime pas.

Et vous qu'en pensez-vous?

10 commentaires:

jaslabarack a dit…

Encore une fois, un joyeux mélange d'horaires planifiés et de plages horaires où l'enfant est libre de ce qu'il veut faire et à son rythme serait parfait. Oublions les extrêmes. Vive le milieu.

Anonyme a dit…

Mon petit chéri, il est 3h du matin et tu ne veux pas dormir, et bien c'est ok, je me lève. Ah tu veux manger du gâteau au chocolat pour les 5 prochaines semaines, c'est bon maman te le cuisine à l'instant. Tu veux t'habiller en rouge et crier comme un camion de pompier en visite à l'hopital pour voir mamie, ben vas-y mon coeur. Après tout, pourquoi donner des limites? Hein, à quoi ça peut bien servir des limites? Quoi, tu te sens angoissé car tu ne sais pas si aujourd'hui tu veux mettre ton habit de neige ou ta robe à fleur? Écoute il fait -20 quand même. Oh mais non, je ne veux pas brimer ton choix, alors hop pour la robe à fleurs... Bon allez, on délire un peu ici, mais je suis bien d'accord, moi non plus je n'aime pas les extrêmes! Laisser un choix aux enfants, leur apprendre à prendre des décisions, ça se fait dans un cadre un peu structuré. Et proposer des activités, ça reste stimulant parfois non? Moi aussi je dis vive le milieu!!!

Caro Drolet et les DH a dit…

Un juste milieu, c'est envisageable, non? ;)

Anonyme a dit…

Moi quand j'étais petite, mes parents m'envoyais pas à la garderie(ou centre de la petite enfance) alors j'ai été élevé par mes parents, je les écoutais pour ce qui est de l'heure du manger ou pour m'habiller, mais si je voulais jouer dehors sur les 30hectares de terrain de bois sa derangeais pas parce que j'avais un heure à respecter, je me blessais, je m'arrangerait pour pas que sa se voit, puis j'avais en bas de 6ans, j'avais dont pas hâte à l'école ! Maintenant je suis organisé, et je me dit que la meilleur des garderies c'est être dehors, j'étais jalouse des enfants en garderie, maintenant je ne veux jamais que mes enfants soit en centre juste à cause des restrictions, si cette philosophie s'envien par ici, je suis extrêmement d'accord :)

Anonyme a dit…

Ça me fait penser à une "technique" qu'une intervenante m'a conseillé d'essayer avec ma fille... Puisqu'elle se fâche (mais beaucoup, genre à s'époumoner a n'en plus finir!) quand je refuse quelque chose, (ex.: tu ne peux pas manger de collation, on soupe dans 10 minutes) on m'a conseillé de faire une petite boite avec des réponses (genre "non, parce que c'est l'heure de dormir")... Comme ça, quand je dirai "non" à quelque chose, si elle n'est pas satisfaite de ma raison, elle pourra "piger une raison" et se rendre compte que ça n'a pas de sens (et ça l'aiderait à comprendre que ma raison est valable)...... (c'est tu moi ou c'est la technique qui n'a pas vraiment de sens??) Les enfants ont besoin d'un certain encadrement... faut pas virer "maman de Caillou" quand même!! ;)

Anonyme a dit…

Oui, les enfants ont besoin de limites... mais oui, un peu plus de liberté ça aide aussi.

À la maison, les heures des repas et des dodos sont fixes... non, je ne me plie pas à leur 4 volontés. Mais oui, mes enfants (3 ans et 5 ans) peuvent sortir jouer dehors quand ça leur tente (sauf pendant l'heure des repas et de la sieste, évidement)... c'est eux qui s'habillent et qui sortent. S'ils veulent que je sorte avec eux, alors il faut qu'ils attendent que JE sois prête... mais ils peuvent très bien s'amuser seuls. S'ils veulent faire du bricolage... GO. Non, maman ne sort pas le kit de peinture et de matériel... ILS sortent ce dont ils ont besoin et ILS le rangent ensuite (avec un peu de rappel de ma part... on soupe dans 15 minutes, c'est le temps de ranger!). Et ILS font un bricolage, souvent laid comme c'est pas possible, mais c'est LEUR création parce que moi je suis occupé à autre chose et je ne m'en mêle pas. "Maman, je ne suis pas capable de ... !"... "Ben fait quelque chose que tu es capable de faire à la place, mon chéri!"... C'est pas que je ne fais jamais rien avec eux, mais oui j'essaye de respecter leur rythme et de leur apprendre à respecter le miens... Les mamans ont des trucs de mamans à faire, point. Arrêtez d'attendre après moi pour avoir du fun!

Mes enfants s'habillent seuls et choisissent leurs vêtements. Non, on ne met pas de shorts en janvier... il y a les règles de bases. Mais tu veux mettre des pantalons verts, un chandail orange et des bas jaunes? Ok... Mes enfants sont souvent des arc-en-ciel ambulants, mais je pense que 1. ça a peu d'importance et 2. ils développent leur autonomie.

Je trouve que ma technique est pas mal moins stressante que de jouer à la G.O. à longueur de journée.

Mes enfants vont à la garderie et à la maternelle... c'est certain que dans ces environnements, ça nécessite un peu plus de structure. Je le comprends et je l'accepte sans problème. Mais pourquoi en mettre plus que c'est nécessaire?

Anonyme a dit…

Je n'endosse pas du tout cette philosophie. Les enfants ont besoin d'un minimum d'encadrement. Je crois que ce qui fonctionne le mieux, tant pour les enfants à la maison que ceux en garderie est d'alterner entre les périodes de jeux libres et les périodes de jeux dirigés. Les éducatrices choisissent du moment pour sortir, mais une fois dehors, le enfants choisissent avec quoi ils veulent jouer. Donner tout le pouvoir décisionnel aux enfants ne fonctionne tout simplement pas.

Quand aux "lits de vie", c'est d'un ridicule. Les enfants ont besoin de faire des siestes et ils besoin d'un coin tranquille pour le faire.

Franchemenent, je suis heureuse que mes enfants fréquentent des garderies traditionnelles.

Marie Noelle Marineau a dit…

Je trouve que ça ressemble un peu plus au quotidien d'un enfant qui resterait à la maison avec sa maman... Un enfant n'a pas besoin qu'on lui organise ses temps libres et ses jeux. Je trouve ça bien de suivre le rythme de l'enfant au lieu de lui imposer le nôtre, un rythme d'adulte... Moi, si j'ai envie de lire un livre, je ne regarde pas un film, j'imagine que je ne suis pas la seule...

Il ne faut pas tomber dans l'extrême et c'est là que l'adulte en charge à son importance... ce qui est dangereux doit quand même être contrôlé selon moi... il en va de même pour une certaine partie de l'alimentation; ce ne serait pas sain qu'un enfant ne veuille se nourrir que de bonbons... si ce n'est pas l'exemple parental qu'il reçoit, ça ne devrait pas se produire.

Mac a dit…

Mes filles fréquentent un de ces Cpe et le principe est mal compris. Il ne s'agit pas de laisser l'enfant faire ce qu'il veut quand il veut. C'est simplement de respecter le rythme de chaque enfant et d'éviter le style usine à bébé. Les biberons sont donnés dans les bras de l'éducatrice. Chaque enfant est nourri par une seule éducatrice. Le bébé a mal dormi la nuit ? Pas de problème il peut faire une sieste même s'il est 11h30. Et oui l'accès au balcon est à volonté l'été. On ne parle pas de faire des enfants rois mais de respecter leur développement différents quant au sommeil, à l'attachement età la motricité. Moi j'aime bien car ça ressemble beaucoup plus à l'environnement de la maison. Et les règles sont les mêmes : on respecte les autres, on ne court pas, on mange ce qu'il y a.

Anonyme a dit…

L’histoire des poupées... C’est parce que les enfants ne connaissent pas encore les génocides. On se calme !

Juste milieu, s.v.p. Comme disent les autres. Gros bon sens. Ces sortes de chose.