samedi 31 décembre 2016

Palmarès des prénoms 2016, version DIY

Parce que l'autodérision n'est plus une qualité...

Parce que la frustration sur les réseaux sociaux est devenue la norme...

Parce qu'on a lâché prise (et qu'on en a d'ailleurs fait un livre!)...

Parce que le DIY est si tendance...

À vous de faire votre propre palmarès des pires prénoms de l'année!
(commencez par la fin, tsé...)

Au menu: 

- des prénoms qui font un comeback inattendu
- des prénoms composés qui ne font qu'un
- des inventions uniques
- des épellations créatives
- des inspirations divines
- des hommages à peine déguisés à des personnalités célèbres
- des compliments inspirés
- des compositions à multiples pentures
- des multiplications de consonnes
- des mix insoupçonnés...

P.S.: On a fait l'exercice en privé et c'est encore une excellente cuvée!
P.P.S.: Vous pouvez encore nous envoyer vos trouvailles, nous, on a encore le sens de l'humour.

samedi 24 décembre 2016

Nos voeux (Z) pour Noël et 2017


mercredi 21 décembre 2016

Vos moments de réconfort suprême!

Vous avez été nombreuses à nous faire parvenir une (ou plusieurs!) photo de votre "réconfort suprême" (et parfois imparfait!).

Nous avons fait le tri parmi toutes les photos reçues (toutes vos photos nous ont fait faire un grand "ahhhhhh oui!"), et voici les 8 tendances que nous avons dégagées.

Pour se réconforter, tout ce dont la "mère moderne" a besoin, c'est:

Un bain chaud (à l'abri du chaos):


 
Refaire le plein (ou le vide) dans la nature (seule, en famille, avec les amies):





 Lire/Boire/Manger/Tricoter tranquille 
(dans cet ordre ou non mais le mot-clé est "tranquille"!):




 

Un café (chaud!):





 Un chat ou un chien (ouiiii, moi aussi!):




Un foyer (ou un feu!):
 

Notre livre (avec un foyer ou un café!): 




... et nos petits (z)imparfaits (pour rire, se coller, se chamailler, jouer):







Profitez-en bien pendant le congé des Fêtes et multipliez les moments de cocon-réconfort tranquilles en mou!


lundi 19 décembre 2016

12 choses qu'on n'est pas obligé de faire aux Fêtes

Durant le temps des Fêtes, on arrête de faire les choses par obligation. Notre seul baromètre pour savoir si on fait un truc (ou si on garde une tradition) devrait être qu'on le fait parce que ça nous tente et non, parce que «ça a toujours été comme ça!» ou parce que «tout le monde le fait». Voici une liste de trucs que vous n'êtes absolument pas obligées de faire. Mais si vous y prenez plaisir, pour vrai, eh bien donnez-vous à fond et profitez-en!

1. Décorer sa maison comme dans les magazines (en faisant pleiiiiin de projets de déco GIY trop chou vus sur Pinterest... ouhhhh!).

2. Faire des bricolages de Noël avec les enfants (parce que tous vos amis Facebook en font!).

3. Magasiner (et porter) des vêtements chics et inconfortables (alors qu'on a juste envie de rester en mou sous une doudou!).

4. Aller voir le père Noël au centre commercial (tant que Bébé hurle sa vie et n'a pas de plaisir, il ne s'en portera pas plus mal de rater ce «moment magique»).

5. Cuisiner des biscuits, des friandises et des tourtières maison (y'en a plein, tout prêts, au supermarché!).

6. Faire le réveillon chez soi (le reste de la famille n'est pas composé de sans-abris!).

7. Inviter des membres de la famille éloignée qu'on ne voit pas autrement (et qui ne nous manque pas...).

8. Se ruer (et suer) dans les centres commerciaux tous les jours (ou/et soirs) pour acheter ce qui vous manque (faites-en le moins possible, il ne vous en manquera pas!).

9. Endurer les jokes plates des mononcles et les pains-sandwiches des matantes (on peut prétexter une gastrop quand bon nous semble! Et cette occasion semble parfaite!).

10. Offrir un cadeau à tous les gens qu'on connait (par peur d'avoir l'air cheap d'en avoir oublié!).

11. Faire une dinde juste parce que c'est la tradition (Qui a vraiment envie d'en manger?).

12. Adopter un *&#@#(?&%&? de lutin (ce grand gobeur de temps!).

vendredi 16 décembre 2016

Ce n'est pas péché de gâter les autres (et soi-même!)

«Vos enfants, ils ont tout! Vous les gâtez trop!»

Ah oui? 

Cette phrase (qu'on a trop souvent entendue) peut sonner mesquine et blessante. Mais bien franchement, elle ne nous dérange pas. Ou plus. Parce que c'est vrai. On gâte nos enfants. Volontairement et consciemment.

Oui, nos petits (Z)imparfaits (et les vôtres aussi probablement!) ont des iPod, une chambre remplie de livres, de jouets, des jeux, des figurines, des vêtements, des jeux vidéo, etc. (le tout étalé pêle-mêle directement sur le plancher ou en train de s'auto-déverser des tablettes du placard!). 

Ils ont voyagé, ils aiment les restos et les hôtels avec piscine. Ils ont vu des dizaines de spectacles et encore plus de films au cinéma. Et puis? Ça en fait des enfants «gâtés»? Peut-être. Mais vous savez quoi? On l'assume parce que faire ces activités avec eux ou leur acheter ces bébelles en cadeau (quoique... en y pensant bien plusieurs de leurs jeux, iPad mini ou giga kit de Lego, leur ampli de guitaire, ils les ont acheté avec leur argent de poche accumulé patiemment!), eh bien, on aime ça! Tout simplement!

En voyageant, en découvrant un nouveau resto ou en assistant à une pièce de théâtre ensemble, on se gâte tout autant. On ne le fait pas pour acheter la paix ni parce qu'on est incapable de dire «non» (on est excellentes, croyez-nous!) ou parce que les autres le font. Non! (on vous l'avait dit qu'on était capables, la preuve!). Si on le fait, c'est que ça nous rend heureux. Pendant plus d'un spectacle, on s'est surprises à observer davantage la réaction de nos enfants au lieu de s'attarder à ce qui se passait sur la scène. Les voir heureux, surpris ou émus, c'est beau à voir! Et on garde le tout dans notre banque à souvenirs (pour utilisation ultérieure quand ils ne voudront plus faire des trucs avec nous!) Être parent, c'est avoir le devoir d'alimenter la machine à souvenirs tous les jours en se sortant de la routine, en acceptant de «faire des folies», en accordant une faveur par ci, une permission spéciale par là, etc.

Et puis, on est bien mal placées pour montrer l'exemple de l'austérité. On se gâte nous aussi. À coup de chandail trop parfait (ou parfaitement inutile, mais trop beau!) chez Winners, de barre de chocolat achetée impulsivement en mettant de l'essence ou bien en s'éclipsant au spa un midi, en s'achetant un ordi plus puissant, etc. 

Plus encore, on aime ça aussi recevoir des cadeaux. Oui, oui! Ce n'est pas péché d'aimer s'offrir des cadeaux «à moi de moi» (même assez souvent!), de donner des cadeaux et d'en recevoir (le message est passé! On peut vous donner notre adresse!). Les «Ah! Tu n'aurais pas dû!», les «C'est beeeen trop!» et autres « C'était pas nécessaire, voyons!»: c'est du gnan gnan non assumé! Des phrases pleine de conventions sociales empoussiérées. Le réflexe de refuser des plaisirs. Des mauvaises habitudes. On n'embarque pas. Peut-être simplement parce qu'on a décidé de ne pas bouder les plaisirs. Et si se gâter et gâter les autres nous en procure, pourquoi on s'en priverait? 

Attention! Ne vous méprenez pas! La grosseur du plaisir, sa valeur monétaire et ce qu'il représente aux yeux des autres n'a aucune importance. Nous, on s'extasie et s'excite tout autant (peut-être plus!) devant une tasse rigolote à 1$ du Dollorama (bon, peut-être vendue à 2,25$ maintenant!) qui nous fera sourire chaque matin en prenant notre café qu'une bébelle technologique dernier cri. On carbure aux plaisirs, à ce qu'ils nous procurent, pas à ce qu'ils valent.

Bref, si être (trop) gâté, c'est de s'offrir des petits et gros bonheurs et en faire profiter ceux qu'on aime, alors on revendique le droit de l'être! 

Et puis (bon, on s'enflamme!), ce n'est pas d'être un enfant (ou un adulte, parce qu'on l'oublie, mais ils sont tout aussi insupportables que les petits!) gâté qui est le vrai problème! Ce sont les agissement narcissiques et superficiels qui en découlent qui sont inacceptables. Penser que ce qu'on possède est meilleur que ce que possède notre voisin; s'attendre à tout avoir en un claquement de doigts, sans efforts; s'imaginer que tout nous est dû; ne pas tolérer se faire dire non; ne pas ressentir (et encore moins exprimer) de gratitude; exhiber nos biens au vu et su de tous sans empathie; ne pas avoir envie de partager; ne penser qu'à soi (et jamais aux autres); compter; comparer, etc. C'est ça, le vrai problème.

Être gâté en étant capable de le reconnaître et de pouvoir se dire «Wow! C'est cool ce qui m'arrive!» ou «Eh qu'on est bien!», ça c'est profiter de la vie. Être gâté, c'est être tellement «plein» qu'on veut en faire profiter les autres. Et c'est tout le contraire que de se sentir constamment vide à un tel point qu'on ressente le besoin de se remplir encore et encore...



5 façons de gâter les autres
  • Offrir un cadeau juste comme ça, sans occasion spéciale.
  • Dire «oui» quand habituellement on dirait «non».
  • Se creuser la tête pour trouver LE bon cadeau qui va susciter un «Wow!» ou un «Yé!» sincère (et non acheter pour acheter!)
  • Offrir de son temps à quelqu’un.
  • Ne rien attendre en retour.



5 façons de se gâter 
  • Se donner congé d’une tâche qu’on déteste (pour toujours?) 
  • Sur un coup de tête, acheter une gugusse qui nous fait sourire. (sans éprouver une once de culpabilité même si c’est un truc superflu!) 
  • S’accorder du temps (une petite journée pédagogique juste pour soi?). 
  • (Se) dire «oui» quand habituellement on dirait «non». 
  • Prolonger un plaisir (un 5 à 7, un long détour au magasin, lire encore plus tard la nuit, etc.) 

Ce texte a d'abord été publié dans le défunt magazine Yoopa en décembre 2015. Mais le sujet nous apparait toujours aussi d'actualité. 

jeudi 15 décembre 2016

Les piiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiires cadeaux que vous avez reçus


On dit que c'est l'intention qui compte, on le sait. Mais quand même...

En 2011, on avait demandé à nos lectrices de se vider le coeur et de nous dire les pires cadeaux qu'elles ont déjà reçus. On aurait pu les classer en catégories: les cheap, les inappropriés, les embarrassants, les inutiles, etc., mais c'est bien plus drôle de les lire ainsi en vrac comme un melting pot d'horreurs et de malaises.

Prenez une pause et rigolez un bon coup en constatant que le terme «cadeau» est un concept assez larg et assez flou pour certains qui croient vraiment nous faire plaisir.

Partie 1
Partie 2
Partie 3


Vous en avez d'autres à rajouter à notre liste? Écrivez-nous.

Voici vos nouveaux pires cadeaux (merci à toutes celles qui ont répondu à notre appel Facebook ou qui nous ont envoyé un courriel!):

- un tricot blanc avec des pompons!
- des boules à mites (dans un échange de cadeaux!!!)
- une trousse avec une photo de chat avec des échantillons de Dove
- un ouvre-boîte à batteries
- un refroidisseur d'eau
- des produits contre l'acné
- un chèque de 10$

jeudi 8 décembre 2016

Vos meilleures imperfections des Fêtes


Noël imparfait? Tellement! Et c'est en plein ce qu'on vous souhaite! 

Si, aujourd'hui, 8 décembre, vous avez déjà envie de mordre quand vous entendez Jingle Bell, si vous ne savez donc pas quand vous arriverez à faire les (maudites) tourtières, si vous êtes désespérée à l'idée d'aller magasiner samedi prochain et si vous comptez les jours avec désespoir avant que la famille débarque, il est temps de déparfaitiser votre temps des Fêtes. Vous n'avez pas à le «subir» ainsi! Amusez-vous! 

Et c'est parfait si votre sapin ne rivalise en rien avec celui pinterestement décoré de tous ceux que vous suivez sur Instagram, si cuisiner avec vos enfants ne ressemblent en rien aux photos de magazines, si vos bonhommes en pain d'épices ressemblent à des «mottons» (faites donc des boules décorées... bien plus faciles!), c'est signe que vous avez lâché prise! 

Il y a quelques années, on avait demandé à nos lectrices de nous avouer leurs imperfections autour de Noël. On avait reçu une avalanche de confidences... inspirantes! Eh oui, parce que chacune semblait bien contente d'avoir finalement osé «déparfaitiser» ce temps complètement fou de l'année... et ainsi mieux l'aimer!

Voici un rappel des pires (z)imperfections des Fêtes totalement assumées de nos lectrices.


Les cuisinières (presque) modèles
Les parents modèles (tuf tuf tuf)
Les fantasmes inassouvis du temps des Fêtes
Les fantasmes inassouvis - partie 2 - du temps des Fêtes